Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 novembre 2014 6 29 /11 /novembre /2014 00:00

 Caterina Sordini

1770-1824

 

Caterina naquit à Porto Santo Stefano (Grosseto, Italie centrale) le 17 (ou le 16 ?) avril 1770, quatrième de neuf enfants.

Son père est un riche négociant, excellent chrétien, qui sait utiliser ses richesses pour de bonnes œuvres. Il éduque sa fille dans la Foi, dans une pratique sérieuse et réelle, sans pharisaïsme. L’adolescente est pieuse, certes, mais l’âge la rend quelque peu coquette.

Et voilà qu’à seize ans elle est l’objet de mille promesses de la part d’un riche entrepreneur. Ce dernier lui laisse, avant de s’embarquer pour Constantinople, un coffret plein de bijoux comme pour lui promettre une prochaine demande en mariage.

La jeune fille est bien contente de se parer de toute cette brillance pour aller à la messe le dimanche suivant. Mais son père est là aussi : il la renvoie illico à la maison pour enlever ces bijoux. Elle obéit (peut-être à contre-cœur) et, arrivée chez elle, veut se regarder une fois encore dans le miroir, mais oh ! surprise, elle y voit l’image du Christ couvert des plaies de la passion. En un éclair, Caterina comprend toute la vanité de la richesse, du luxe, des fausses joies éphémères du monde : elle renonce immédiatement à ses «fiançailles» et se promet d’entrer au plus tôt dans un monastère. 

L’occasion s’en présente bientôt. En compagnie de son père, elle fait une visite au monastère des Tertiaires Franciscaines à Ischia di Castro (Viterbe) ; et tandis que son père pensait revenir avec elle à la maison, la voilà qui franchit la clôture, dit adieu à son père et demande son admission immédiate (1789).

Le père n’en revient pas ; c’est peut-être un coup de tête, mais Caterina persiste (et signe) : elle prendra le nom de Maria Maddalena de l’Incarnation et, avec ses dix-neuf ans tout frais, devient une religieuse modèle, au point qu’elle est élue abbesse treize ans plus tard.

Le monastère vit dans une très grande pauvreté, c’est presque le délaissement ; la jeune abbesse lui redonne vigueur et vitalité. Et voilà que les miracles confirment sa sainteté : un jour que la farine manque, sa prière transforme une poignée de farine en une énorme quantité qui pourra nourrir toute la communauté pendant presque un mois. D’autres phénomènes mystiques, une visite du roi de Savoie, rendent déjà célèbre l’abbesse.

Mais elle ne se laisse pas impressionner par ces choses extraordinaires. Elle est captivée par la Présence Eucharistique et songe depuis longtemps à une nouvelle congrégation où les religieuses assureraient une adoration ininterrompue devant Jésus-Hostie, au nom de toute l’humanité.

En réalité, elle avait eu une vision du Christ, dès son entrée dans la monastère, en 1789, où le Christ lui disait l’avoir choisie pour établir une œuvre d’adoratrices perpétuelles.

A cette date, commençaient en France les événements sanglants de la triste Révolution, où périrent tant de prêtres, tant de religieuses.

Maria Maddalena s’assure de l’approbation du pape Pie VII, de bienfaiteurs qui assisteront la nouvelle fondation. Finalement, en mai 1807, elle pénètre dans sa nouvelle demeure, un ancien couvent de carmélites, dédié aux Saints Joachim et Anne, près de la Fontaine de Trevi, à deux pas de la résidence papale de l’époque.

Les Sœurs Adoratrices du Saint-Sacrement se multiplieront vite. Elles seront un moment interdites par les mesures anti-cléricales napoléoniennes, et la Mère Fondatrice sera exilée à Porto Santo Stefano, puis Florence. Mais dans cette Toscane, elle rencontrera quelques jeunes recrues avec lesquelles elle peut revenir à Rome et s’installer à Sainte-Anne du Quirinal en 1814.

En 1818, l’institut est définitivement approuvé par le pape.

Mère Maria Maddalena mourut le 29 novembre 1824 en odeur de sainteté, une sainteté confirmée par de multiples phénomènes extraordinaires qui avaient jonché sa vie.

Le nouveau siège de l’Institut des Adoratrices sera ensuite l’église de Sainte Marie-Madeleine à Monte Cavallo (Rome), où la Fondatrice est ensevelie.

Les Adoratrices sont actuellement dans une douzaine de maisons en Italie, mais aussi présentes en d’autres pays d’Europe, d’Amérique et d’Afrique. Leur habit, une robe blanche avec le scapulaire rouge, est décoré du Cœur Eucharistique.

 

Mère Maria Maddalena a été béatifiée en 2008.

  

Caterina Sordini

1770-1824

 

Caterina naquit à Porto Santo Stefano (Grosseto, Italie centrale) le 17 (ou le 16 ?) avril 1770, quatrième de neuf enfants.

Son père est un riche négociant, excellent chrétien, qui sait utiliser ses richesses pour de bonnes œuvres. Il éduque sa fille dans la Foi, dans une pratique sérieuse et réelle, sans pharisaïsme. L’adolescente est pieuse, certes, mais l’âge la rend quelque peu coquette.

Et voilà qu’à seize ans elle est l’objet de mille promesses de la part d’un riche entrepreneur. Ce dernier lui laisse, avant de s’embarquer pour Constantinople, un coffret plein de bijoux comme pour lui promettre une prochaine demande en mariage.

La jeune fille est bien contente de se parer de toute cette brillance pour aller à la messe le dimanche suivant. Mais son père est là aussi : il la renvoie illico à la maison pour enlever ces bijoux. Elle obéit (peut-être à contre-cœur) et, arrivée chez elle, veut se regarder une fois encore dans le miroir, mais oh ! surprise, elle y voit l’image du Christ couvert des plaies de la passion. En un éclair, Caterina comprend toute la vanité de la richesse, du luxe, des fausses joies éphémères du monde : elle renonce immédiatement à ses «fiançailles» et se promet d’entrer au plus tôt dans un monastère. 

L’occasion s’en présente bientôt. En compagnie de son père, elle fait une visite au monastère des Tertiaires Franciscaines à Ischia di Castro (Viterbe) ; et tandis que son père pensait revenir avec elle à la maison, la voilà qui franchit la clôture, dit adieu à son père et demande son admission immédiate (1789).

Le père n’en revient pas ; c’est peut-être un coup de tête, mais Caterina persiste (et signe) : elle prendra le nom de Maria Maddalena de l’Incarnation et, avec ses dix-neuf ans tout frais, devient une religieuse modèle, au point qu’elle est élue abbesse treize ans plus tard.

Le monastère vit dans une très grande pauvreté, c’est presque le délaissement ; la jeune abbesse lui redonne vigueur et vitalité. Et voilà que les miracles confirment sa sainteté : un jour que la farine manque, sa prière transforme une poignée de farine en une énorme quantité qui pourra nourrir toute la communauté pendant presque un mois. D’autres phénomènes mystiques, une visite du roi de Savoie, rendent déjà célèbre l’abbesse.

Mais elle ne se laisse pas impressionner par ces choses extraordinaires. Elle est captivée par la Présence Eucharistique et songe depuis longtemps à une nouvelle congrégation où les religieuses assureraient une adoration ininterrompue devant Jésus-Hostie, au nom de toute l’humanité.

En réalité, elle avait eu une vision du Christ, dès son entrée dans la monastère, en 1789, où le Christ lui disait l’avoir choisie pour établir une œuvre d’adoratrices perpétuelles.

A cette date, commençaient en France les événements sanglants de la triste Révolution, où périrent tant de prêtres, tant de religieuses.

Maria Maddalena s’assure de l’approbation du pape Pie VII, de bienfaiteurs qui assisteront la nouvelle fondation. Finalement, en mai 1807, elle pénètre dans sa nouvelle demeure, un ancien couvent de carmélites, dédié aux Saints Joachim et Anne, près de la Fontaine de Trevi, à deux pas de la résidence papale de l’époque.

Les Sœurs Adoratrices du Saint-Sacrement se multiplieront vite. Elles seront un moment interdites par les mesures anti-cléricales napoléoniennes, et la Mère Fondatrice sera exilée à Porto Santo Stefano, puis Florence. Mais dans cette Toscane, elle rencontrera quelques jeunes recrues avec lesquelles elle peut revenir à Rome et s’installer à Sainte-Anne du Quirinal en 1814.

En 1818, l’institut est définitivement approuvé par le pape.

Mère Maria Maddalena mourut le 29 novembre 1824 en odeur de sainteté, une sainteté confirmée par de multiples phénomènes extraordinaires qui avaient jonché sa vie.

Le nouveau siège de l’Institut des Adoratrices sera ensuite l’église de Sainte Marie-Madeleine à Monte Cavallo (Rome), où la Fondatrice est ensevelie.

Les Adoratrices sont actuellement dans une douzaine de maisons en Italie, mais aussi présentes en d’autres pays d’Europe, d’Amérique et d’Afrique. Leur habit, une robe blanche avec le scapulaire rouge, est décoré du Cœur Eucharistique.

Mère Maria Maddalena a été béatifiée en 2008.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens