Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 octobre 2014 4 09 /10 /octobre /2014 23:00

Daniele Comboni

1831-1881

 

Daniele naquit à Limone sul Garda (Brescia, Italie du nord) le 15 mars 1831. Ses bons parents, Luigi et Domenica, très chrétiens et en même temps humbles cultivateurs au service d’un riche propriétaire de l’endroit, eurent huit enfants, presque tous morts en bas âge.

Daniel vient étudier à Vérone, dans l’institut d’un religieux, Nicola Mazza.

La vocation se dessine, mais particulièrement la vocation missionnaire, car il est passionné par ce qu’il apprend des premiers missionnaires que le père Mazza avait envoyés en Afrique centrale. Il fait même le serment de se consacrer à la mission en Afrique centrale (1849).

Il fait ses études sacerdotales et reçoit le sacerdoce en 1854, l’heureuse année où est proclamé le dogme de l’Immaculée Conception de Marie.

Dans un premier temps, il travaille à Buttapietra (Vérone) auprès de malades du choléra.

Puis avec cinq autres missionnaires, il part pour l’Afrique. Sa bonne mère le bénit en l’encourageant par ces simples mots : Va, Daniel, et que le Seigneur te bénisse.

L’arrivée à Khartoum (Soudan) fait découvrir à Daniele l’immensité du travail à accomplir. Mais loin de le décourager, cette tâche lui donne encore plus d’enthousiasme. Même la mort d’un jeune Confrère ne fait que le confirmer dans sa mission : Ou l’Afrique ou la mort.

1861 : suivant l’heureuse et généreuse idée du père Mazza, il rachète des enfants africains pour les amener à Vérone, où ils recevront une bonne formation, comme lui quelques années plus tôt.

Daniele élabore son «Plan pour la régénération de l’Afrique», dont l’idée centrale est de reconnaître à l’Afrique ses capacités pour se construire par elle-même. Il présente son projet au pape, auquel il présentera douze jeune filles africaines, qu’il a accompagnées d’Afrique. Il sillonne l’Europe en quête d’aide spirituelle et matérielle, il rencontre les Rois, les Chefs, les Evêques.

Pour faire connaître cet idéal, il fonde une revue missionnaire (Les Annales du Bon Pasteur), la première en Italie. Puis il fonde à Vérone deux Instituts, masculin et féminin, des Missionnaires du Cœur de Jésus (1867 et 1872), qui prendront plus tard son nom : les pères et les sœurs Comboniens.

Au Caire, il ouvre deux écoles pour les garçons et les filles.

En 1868, il est fait «Cavalliere» dans son pays, mais il refuse la décoration, par fidélité au Pape. Au cours d’un nouveau voyage, il s’arrête à La Salette (Isère, France) où il consacre la Nigritia à la Sainte Vierge.

Lors du concile de Vatican I (1870), il est théologien de l’évêque de Vérone et en profite pour faire signer par soixante-dix évêques une pétition en faveur de l’évangélisation de l’Afrique Centrale : il faudrait que chaque église locale soit engagée dans la conversion de l’Afrique.

En 1873, il repart du Caire pour Khartoum en direction du Cordofan (Soudan central et sud). 

L’activité débordante et la position courageuse du père Comboni ne vont pas sans rencontrer des oppositions ; on le juge parfois négativement, trop audacieux, mais ses efforts vont être couronnés par sa nomination comme évêque de Khartoum (1877).

Dans les années 1877-1878, la moitié de la population locale périt dans une famine tragique, à la suite d’une terrible sécheresse. Daniele en souffre moralement, et aussi physiquement.

Il repasse en Europe, et repart courageusement, pour la huitième fois, aux côtés de ses missionnaires. Il veut lutter contre l’esclavage et donner à l’Eglise en Afrique un élan de jeunesse constructif.

Les épreuves sont trop fortes pour le vaillant missionnaire : fatigué, souvent accusé et calomnié, il tombe malade et meurt, tout juste cinquantenaire, le 10 octobre 1881, à Khartoum.

La guérison miraculeuse d’une jeune fille afro-brésilienne en 1995, aboutit à la béatification de Mgr Comboni en 1996, et un autre miracle en faveur d’une maman musulmane soudanaise, à la canonisation en 2003.

Saint Daniele Comboni est mentionné le 10 octobre au Martyrologe.

Rappelons ici que le Soudan est un immense territoire de cinq fois la superficie de France, divisé en quinze Etats en voie de restructuration. On le sait, les discussions sont en cours, les épisodes de guerre aussi, imposant aux populations mille épreuves : spoliations, enlèvements, mauvais traitements, déplacements, malnutrition, maladies…

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens