Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 00:00

 

Epiphanie

 

La prophétie d’Isaïe est en lien direct avec l’événement que nous relisons aujourd’hui dans l’Evangile : des rois arrivent de loin pour honorer le Roi des Juifs à Jérusalem. L’évangile ne nous dit pas qu’ils soient venus avec des foules de chameaux, mais il est évident que trois personnages de leur rang ne sont pas venus sans équipage, ne serait-ce que pour leur propre subsistance, donc avec armes et bagages, ce qui représente une certaine quantité de domestiques et donc de bêtes pour transporter tout ce monde. Un déplacement qui ne peut passer inaperçu.

Les mages représentent une énigme importante dans la vie de Jésus. Comment ont-ils pu comprendre le “sens” de cette mystérieuse étoile ? Ont-ils eu une sorte de révélation, un écho des prophéties d’Israel ? Et comment ont-ils été poussés à venir “adorer” le roi nouveau-né ? Et si l’on conçoit assez facilement qu’ils veulent offrir des présents dignes de la royauté (l’or), comment ont-ils eu l’intuition d’offrir aussi l’encens, signe de la divinité, et la myrrhe, ce parfum très fort qui annonce la sépulture de Jésus ?

A ces questions concernant les personnages, s’en ajoutent d’autres sur les faits à Jérusalem : s’ils devaient venir adorer Jésus, pourquoi l’étoile ne les a-t-elle pas guidés directement au lieu où se trouvait l’enfant (1) ? Pourquoi transiter par Hérode, et provoquer l’horrible massacre des saints Innocents ? Ces petites victimes de la haine étaient-elles nécessaires au message de Jésus ?

Le psaume 71 va nous poser d’autres problèmes : si le Roi (le Christ) apporte une telle justice, une telle paix du Fleuve jusqu’au bout de la terre, et si tous les rois se prosterneront devant lui, tous les pays le serviront, … où sont aujourd’hui cette justice, cette paix, ces rois et ces pays, dans notre monde qui sombre dans la haine et la guerre, et tout particulièrement sur la propre terre de Jésus, la Palestine ?

Poser toutes ces questions, c’est déjà trouver la solution à toutes les graves situations que nous vivons à l’échelle mondiale. Si nous voyons tant d’injustices, tant de haine et de guerres, c’est que sans doute Jésus-Christ n’est pas adoré, pas aimé, pas reconnu. Et si tous les chefs se tournaient vers Jésus, ils trouveraient bien d’autres issues aux conflits, que celle de guerroyer sans fin. Disons-le avec conviction : de même qu’ il n’y avait pas de place pour eux à l’hôtellerie (Mt 2:7), de même aujourd’hui on refuse une place à Jésus dans nos cités, dans nos gouvernements, dans nos écoles, dans nos constitutions, et jusque dans nos familles ; il est urgent d’appeler tous les hommes à retrouver la référence à l’enseignement de Jésus.

D’autre part, l’évangéliste Matthieu, ne l’oublions pas, avait aussi le souci de montrer l’accomplissement des prophéties. Hérode apprend qu’à Bethléem devait naître le pasteur d’Israël (Mi 5:1). On est surpris de constater que les prêtres et les scribes avaient une compréhension parfaitement exacte de l’Ecriture, puisqu’ils savaient que le Messie naîtrait à Bethléem. Pour autant, ils ne l’ont pas reçu.

Matthieu fait aussi remarquer que certaines situations historiques passées étaient en elles-mêmes prophétiques : Rachel (la femme de Jacob) pleurant ses enfants (c’est-à-dire ses descendants) à Rama (que l’on situait près de Bethléem) - fait allusion aux massacres et aux déportations des populations d’Ephraïm, Benjamin et Manassé par la main des Assyriens - mais aussi annonce le massacre des petits Innocents ; c’est le prophète Jérémie qui le disait (Jr 31:15).

La lettre aux Ephésiens nous apporte aussi un élément très important d’interprétation de l’Evangile, lorsque Paul fait remarquer que Ce mystère, c’est que les païens sont associés au même héritage, au même corps, au partage de la même promesse, dans le Christ Jésus. Dans Ac 11, après la conversion du centurion Corneille, les premiers chrétiens finissent par comprendre quand même que Aux païens aussi Dieu a donné la repentance qui conduit à la vie (Ac 11:18). L’adoration des mages, venus de si loin, contraste nettement avec l’endurcissement d’Hérode et des Juifs qui n’ont pas voulu accueillir Jésus sur place en Palestine. 

Au fond, en s’adressant à Hérode, les mages lui donnaient une occasion, s’il en avait accepté la grâce, de se convertir lui-même et d’avoir lui aussi la joie d’adorer l’Enfant-Dieu. De la part de mages, aller le saluer était une marque de respect, de déférence diplomatique, surtout, comme on l’a dit plus haut, que cette caravane des rois ne pouvait pas passer inaperçue dans Jérusalem.

Si à son tour Hérode s’était joint à eux pour reconnaître le Christ, il n’aurait pas fait massacrer les petits Innocents, puis n’aurait bien probablement pas scandalisé les contemporains en répudiant sa femme pour épouser Hérodiade (cf. Mt 14:3), et n’aurait pas fait décapiter Jean-Baptiste ; sa vie politique, ses ambitions, tout aurait changé.

Enfin, les présents qu’offrent les rois mages à l’Enfant-Jésus (l’or qui symbolise la royauté, l’encens la divinité, la myrrhe la sépulture) peuvent nous laisser entrevoir que, probablement, cette lointaine prophétie de la naissance d’un Roi-Messie avait atteint d’autres contrées, et que des hommes au cœur pur et noble comme ces mages attendaient avec avidité cet événement. 

Les mages, eux, regagnèrent leur pays par un autre chemin. Cette phrase apparemment technique peut avoir une signification profonde, car quand on a rencontré Jésus, toute notre vie peut prendre une autre direction.

L’Epiphanie est la fête de l’entrée des nations non-croyantes (païennes) dans la communauté des croyants, par l’annonce de l’Evangile. Tous les peuples sont invités à entrer dans la grande famille de l’Eglise. Les rois mages sont les premiers “étrangers” à croire en Jésus-Christ, et une très ancienne tradition rapporte qu’ils furent baptisés très vite après l’Ascension, par les Apôtres eux-mêmes. Saint Grégoire de Nazianze fait aussi sur eux cette remarque fort intéressante, reprise par la récente encyclique de Benoît XVI, que le moment où les mages, guidés par l’étoile, adorèrent le nouveau roi, le Christ, marque la fin de l’astrologie, parce que désormais les étoiles tournaient selon l’orbite déterminée par le Christ (Spe Salvi, §5).

L’événement fondamental de ces rois mages, leur venue aux pieds du Christ, est une pierre milliaire dans l’Eglise en Orient, ce qui explique pourquoi nos frères orientaux, catholiques et orthodoxes, célèbrent Noël en ce jour, plutôt que le 25 décembre. Des familles chrétiennes de nos régions font d’ailleurs cette distinction, de célébrer Noël (religieusement) le 25 décembre, et d’offrir leurs cadeaux aux enfants le 6 janvier. Idée judicieuse, qui permet d’expliquer plus adéquatement l’origine de ces cadeaux qu’on offre, comme les Mages offrirent des cadeaux à l’Enfant-Dieu nouveau-né. 

Quand les traditions deviennent purement folkloriques, elles n’ont plus de sens. On “fait les fêtes” au moment de Noël, sans plus aucune référence au contenu historique de Noël ; Noël, c’est la naissance, et saint Léon nous dit que la naissance de la Tête, c’est la naissance du Corps (de l’Eglise). On ne parle pas du Sauveur, et tous les lampions qu’on allume partout à grands frais ne signifient pas grand-chose dans notre société dangereusement laïque. C’est même à se demander pourquoi on continue de souhaiter de “Joyeuses Fêtes”, sans trop se poser la question : En réalité, fêtes de quoi ?

Il ne manquera pas une association, pas un club, pas une famille, où l’on ne “tirera les rois”, dans la mesure où la fève cachée dans la galette représentera encore un roi… ou une reine ; mais quand la fève est une figurine quelconque… 

Fêtons chrétiennement l’Epiphanie, le jour où les païens ont reçu la “manifestation” de Dieu - c’est le sens du mot grec epiphania. Unissons notre prière à celle de nos frères en Orient, pour que d’une seule voix et d’un seul mouvement nous venions ensemble nous prosterner devant le Roi des Juifs qui vient de naître.

 

 

1 Matthieu ne parle pas de grotte ; il dit même deux versets plus loin : Entrant dans la maison (grec : oikian)… Il s’est donc passé un certain temps déjà depuis la naissance de Jésus dans la crèche dont parle Luc 2:7 ; d’une part les voyageurs venus pour le recensement ont libéré les auberges, d’autre part la Sainte Famille aura trouvé un petit logement sur place, pour éviter un voyage de retour difficile avec le petit Bébé. Si Hérode fait rechercher les enfants de moins de deux ans (Mt 2:16), c'est que l’Enfant-Jésus pouvait déjà avoir dix-huit mois environ.

Mieux encore : si Luc parle d’un infans (qui ne parle pas, grec : brephos), Matthieu en revanche parle d’un puer (petit enfant, grec paidion, qui peut avoir déjà presque deux ans).

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens