Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mai 2014 2 20 /05 /mai /2014 23:00

Eugène de Mazenod

1782-1861

 

Né le 1er août 1782 à Aix-en-Provence, Charles Joseph Eugène était le fils unique de Charles Antoine de Mazenod et de Marie Rose Eugénie de Joannis. Monsieur de Mazenod, comme son père, était président à la cour des comptes ; Madame était d’une riche famille de médecins.

Fuyant la Révolution, la famille fut à Nice, puis à Turin, Venise, Naples, Palerme. C’est à Venise qu’un prêtre sema dans le cœur de l’adolescent Eugène les germes de sa vocation.

Eugène n’avait pas de compagnons de son âge, et se trouva de plus séparé de sa mère, qui demanda le divorce pour recouvrer en France ses propriétés.

En 1802, Eugène put revenir en France. Il hésita un moment, à cause de deux projets de mariage, mais se décida fermement pour les études théologiques et entra à Saint-Sulpice à Paris en 1808.

Il refusa de recevoir l’ordination des mains de l’évêque établi par l’empereur, et fut ordonné par l’évêque d’Amiens, un ami de famille originaire de Marseille. Ce dernier lui proposait d’être son vicaire général, mais Eugène refusa humblement, désirant se consacrer uniquement aux pauvres.

Il revint en Provence en 1812. Au lendemain de la Révolution, le travail était immense.

Au commencement, Eugène fut frappé par l’épidémie de typhus qui sévit dans la région ; mais il surmonta la maladie.

En 1816, il fonda les Missions de Provence, pour évangéliser les populations. Eugène sut innover, pour se mettre vraiment à la disposition des gens : il leur parlait en provençal, il allait les visiter chez eux, à domicile. D’autres prêtres se joignirent à lui.

En 1823, à la tête du diocèse de Marseille, supprimé en 1790 et enfin rétabli, fut nommé évêque Fortuné de Mazenod, l’oncle d’Eugène, qui prit ce dernier pour vicaire.

Une crise traversa les Missions de Provence, et Eugène dut aller chercher auprès du pape l’approbation nécessaire pour consolider son Œuvre : ce fut le début d’une nouvelle congrégation, des Oblats de Marie Immaculée (OMI).

En 1837, Eugène succèda à son oncle, démissionnaire (il avait quatre-vingt-huit ans).

En 1841, déjà six Oblats partirent pour l’Amérique, sur l’invitation du jeune évêque de Montréal.

A Marseille où la population s’accroît très rapidement, Mgr de Mazenod créa vingt-et-une paroisses et fit construire trente-quatre églises.

En 1853, il posa la première pierre de la basilique Notre-Dame de la Garde.

La maladie le frappa début 1861. Il désirait mourir en pleine conscience. Doyen des évêques de France, il s’éteignit le 21 mai 1861.

 

Il fut béatifié en 1975, et canonisé en 1995.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens