Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 00:00

Felix III

483-492

 

Felix était le fils d’un Romain de la famille patricienne des Anicii, nommé déjà Felix et qui, veuf, devint prêtre et mourut en 471. 

Felix fils épousa d’abord Patronia, dont il eut deux enfants : Gordien, puis Paule, laquelle fut une aïeule de saint Grégoire le Grand (v. 3 septembre).

Veuf à son tour, Felix devint prêtre et fut choisi pour succéder à Simplicius (voir au 10 mars), devenant ainsi le quarante-huitième pape.

Il faudra préciser ici que Felix était réellement le deuxième pape à porter ce nom, car le précédent Felix II n‘était pas légitime, ayant été imposé par l’empereur arien ; demeuré à Rome pendant dix années, il fut forcé de se retirer dans les alentours, mais fut longtemps inscrit par erreur dans le Martyrologe. Les deux papes Felix III et Felix IV auraient dû être reconnus comme 2e et 3e, mais on préféra ne pas modifier les noms retenus traditionnellement depuis quinze siècles.

Felix III, donc, après avoir notifié son élection à l’empereur de Constantinople, eut des démêlés avec le patriarche de cette ville, Acace, parce qu’il appuyait Pierre Monge, hérétique monophysite, sur le siège d’Alexandrie, et y nomma ensuite un autre hérétique. Après avoir vainement invité Acace à venir le rencontrer, Félix l’excommunia, puis le fit condamner par deux conciles réunis à Rome (484 et 485). Un légat fut chargé d’en présenter les décisions à Constantinople, mais Acace les refusait ; quelques moines alors, attachèrent une copie du décret papal à l’habit d’Acace au moment où il sortait de l’église, d’où colère de l’intéressé : Acace poursuivit de son ire tous les partisans de Rome, et vécut dans le schisme jusqu’à la fin de ses jours (489), tandis que ses propres partisans persévéraient encore pendant une trentaine d’années.

Un autre problème concerna l’Eglise en Afrique, où le roi arien Hunéric avait durement persécuté les chrétiens, prétendant les obliger à recevoir un baptême arien ; les récalcitrants étaient mis à mort, et les évêques exilés. Succédant à Hunéric, Gonthamond concéda la paix aux chrétiens, et rappela les évêques ; mais ceux-ci demandèrent au pape de se prononcer au sujet des baptêmes ariens. La réponse, sévère, correspondait aux canons du concile de Nicée : les évêques, prêtres et diacres «rebaptisés» devraient faire pénitence jusqu’à la mort (c’est-à-dire qu’ils n’étaient plus dans la communion) ; les laïcs recevaient sept années de pénitence, plus deux années de probation avant de rentrer dans la communion.

Felix III mourut, disait-on, le 25 février 492, mais cette date, au siècle dernier, passa au 1er mars, celle du Martyrologe actuel.

Le successeur de Felix III fut saint Gélase 1er

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens