Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 septembre 2014 7 28 /09 /septembre /2014 23:00

 

Francesc de Paula Castelló Aleu

1914-1936

 

Francesc (François) était né à Alicante (Espagne) le 19 avril 1914.

Ses parents venaient de Lleida (nom catalan de Lérida) et s’étaient établis à Alicante pour raisons professionnelles, en 1913, mais le papa mourut très peu de temps après, d’une congestion pulmonaire.

La maman alors, Teresa, retourna à Lleida avec ses trois fils, qui étaient tous en bas âge : Francesc venait de naître.

Teresa se mit au travail, prépara le Magistère et enseigna dans diverses écoles.

Francesc étudia à l’école de Juneda, puis au collège des Frères maristes de Lleida. Il avait un foi solide, était dévot de l’Eucharistie et de la Sainte Vierge, et toujours porté à aider son prochain. Il dut aussi combattre son vilain défaut de se croire supérieur aux autres.

En 1929, la maman Teresa mourut à son tour ; Francesc avait quinze ans ! Il dit à ses frères : Maman nous a laissés, mais Marie, notre maman céleste, sera toujours avec nous.

Il pensa chercher un travail, mais leur tante maternelle les accueillit tous les trois chez elle.

Après le baccalauréat, il put continuer ses études universitaires en physique et chimie, grâce à une bourse d’étude que lui procura un père jésuite.

Il alla à Barcelone, où il traversa une crise spirituelle. Celui qui l’aida à en sortir fut un jeune jésuite, qui lui proposa les Exercices spirituels. Francesc fut revigoré, reprit la vie chrétienne assidue, s’inscrivit à la Congrégation mariale, et se donna aux activités apostoliques et charitables.

En 1932 cependant, la république ferma tous les centres tenus par les Jésuites. Francesc fut à Oviedo pour poursuivre ses études, et obtint la licence en chimie, en 1934. Il n’avait que vingt ans.

Revenu à Lleida, il fut ingénieur chimique dans la Maison CROS.

Il se fiança en 1936 avec Mariona Pelegrí, une pieuse jeune fille très chrétienne.

Francesc se donna totalement aux activités chrétiennes ; il enseignait de nuit à des ouvriers qui ne pouvaient étudier de jour à cause de leur travail ; il aidait avec son salaire des compagnons moins fortunés, etc.

Le 1er juillet 1936, il rejoignit l’armée comme soldat remplaçant. 

Le régime révolutionnaire qui s’établit à Lleida fut immédiatement intransigeant avec tout ce qui était religieux. Francesc fut une des victimes.

Arrêté le 21 juillet et mis en prison à Seu Vella, jusqu’au 12 septembre, il fut transféré à la prison civile. Ses proches firent tout ce qui leur était possible pour obtenir sa libération, mais en vain. Un parent, qui adhérait au parti révolutionnaire, lui proposa la liberté s’il signait une déclaration d’apostasie. On imagine le refus catégorique de Francesc.

Le 29 septembre, il fut présenté au tribunal populaire, à La Paeria. On l’accusa de fascisme, ce qu’il nia catégoriquement, n’ayant jamais adhéré à un quelconque parti. Accusé de catholicisme, cette fois il répondit : Oui, je suis catholique. Le juge l’invita à se reprendre, car cette affirmation entraînait automatiquement la condamnation à mort ; mais Francesc préférait mille morts à la trahison.

Il fut condamné à mort avec six autres compagnons, et fut retenu à La Paeria jusqu’à l’heure de son exécution. 

Là, il put écrire trois lettres, une à sa famille, l’autre à sa fiancée Mariona, la troisième au père jésuite qui l’avait tant aidé. Il y exprimait toute sa joie : Je suis tranquille, content, très content, je m’attends à entrer dans la gloire, dans peu de temps.

Il fut conduit avec les six autres au cimetière de Lleida, où on les fusilla, tandis qu’ils avaient entonné le Credo

Francesc avait vingt-deux ans. C’était le 29 septembre 1936 et il fut béatifié en 2001. 

Partager cet article

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Hagiographie F
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 8000 notices de Bienheureux et Saints. Déjà traités : 1.Personnages bibliques (AT et NT). 2.Papes. 3.Saints du Calendrier Romain. 4. Reconnus aux siècles XII-XXI. 5. Siècles VI-XI. 6 (en cours) : siècles II-V. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens