Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 septembre 2014 6 27 /09 /septembre /2014 23:00

 

Francesc Javier Ponsa Casallach

1916-1936

 

Il était né à Moyá (Barcelone) le 20 août 1916, de Pedro et Rosa, aîné des trois garçons de ce couple chrétien, qui le firent baptiser une semaine plus tard : il porterait les noms de Francisco (ou Francesc) Valentín Ramón. 

Outre son travail quotidien, le papa était sacristain de la paroisse.

Francesc étudia chez les Pères des Ecoles Pies, accompagnait son père à l’église et servait la messe.

Vers quatorze ans, il fut apprenti chez un menuisier et devint très adroit dans ce travail.

Il fit partie de l’Action Catholique.

Il voulut entrer dans l’Ordre hospitalier de Saint-Jean-de-Dieu, ce qui contrariait tout--à-fait les vues de ses parents, qui remettaient à plus tard, qui cherchaient à le détourner de cette orientation… Cette réaction n’est pas rare, elle contraste avec la «piété» des parents chrétiens, mais même des chrétiens peuvent avoir des réactions erronées.

Francesc cependant fut de plus en plus convaincu de sa vraie vocation, surtout après avoir visité l’établissement des Hospitaliers à Barcelone. Il était surtout attiré par les enfants malades, boiteux, aveugles, bossus…

Mais la conviction du fils n’entraînait pas celle du père : ce dernier entra dans des colères violentes, des menaces terribles, qui attristaient beaucoup le garçon. Il s’épanchait auprès de son directeur spirituel.

En février 1935, il alla consulter le directeur de la Maison des Exercices à Vic. A son retour, il fut simplement mis à la porte de la maison par son père. Francesc ne put que constater qu’ainsi il était entièrement libre de son choix.

Après un petit pèlerinage à la Vierge de Montserrat, il se présenta à Sant Boi de Llobregat, le 20 février 1935. En juin, il reçut l’habit à Calafell et commença le noviciat avec le nom de Francisc Javier. Le Maître des novices était le père Braulio, qui allait bientôt recevoir le martyre.

Apprenant que sa mère était très malade, il lui rendit visite, accompagné du père Braulio : la maman fut cette fois-ci très heureuse et émue de voir son fils vêtu de l’habit religieux et, toute repentie de ses sentiments précédents, reconnut qu’elle mourait dans la joie de savoir son fils religieux.

Francesc fit la profession en juin 1936, entouré de parents et amis, et de prêtres qui savaient par quelles difficultés il était arrivé là.

Il fut envoyé à San Boi pour poursuivre sa formation (les républicains changèrent le nom de cette localité en Vilaboi, qui redevint San Baudilio ou Sant Boi de Llobregat après la guerre).

En juillet commencèrent les douloureux et même horribles jours de la révolution. Les cinquante-deux Frères de la communauté de Sant Boi durent évacuer le 26 juillet et se réfugier où ils pouvaient ; Francisc resta un peu à Barcelone, puis se dirigea vers la maison de ses parents.

A qui lui parlait du danger qu’il courait, il répondit : 

Je me rends bien compte de ça, mais que peut-on me faire ? M’enlever la vie ? Je n’ai pas peur de la mort, j’y suis préparé, si c’est le cas ; si telle est la volonté de Dieu, je donnerai volontiers ma vie. Advienne ce que Dieu veut.

Il se retira dans une maison de campagne de la famille ; il vivait au milieu des ouvriers agricoles, priant le chapelet, souvent à genoux.

Le 27 septembre, très tôt, des miliciens vinrent l’arrêter, parmi les insultes, les blasphèmes et les menaces. Ils l’enfermèrent dans le couvent des Pères des Ecoles Pies, transformé en prison.

Le 28 au soir, ceux du Comité de Granollers l’emmenèrent en camionnette au Coll de Posas, au kilomètre vingt-quatre de la route entre Moiá et Barcelone, à Sant Felíu de Codines.

Francesc comprenait bien ce qui lui arrivait. Il demanda quelques minutes pour prier. Tandis qu’on se moquait de lui, il se mit à genoux : une décharge de mitraillette l’abattit sur place.

Il fut donc exécuté le 28 septembre 1936 à San Felíu de Codines (Barcelone) et béatifié en 1992.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens