Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 00:00

 Francisco Esteban Lacal

1888-1936

 

Francisco naquit le 8 février 1888, à Soria (Osma, Espagne), dans une belle famille de six enfants, dont les parents très chrétiens s’appelaient Santiago et Dámasa, des commerçants.

Ses études secondaires se firent au petit séminaire que les Oblats de Marie Immaculée venaient d’ouvrir à Urnieta (Guipúzcoa).

Il entra au noviciat d’Urnieta et fit ses premiers vœux en 1906.

En 1911 on l’envoie à Turin (Italie) pour ses études en vue du sacerdoce, qu’il reçoit en 1912.

En 1913, il est professeur à Urnieta, jusqu’en 1929. Puis il est assistant du Maître des novices à Las Arenas (Biscaye).

En 1930 il retourne à Urnieta, où l’attend la charge de professeur, comme précédemment, mais aussi comme supérieur. 

On a écrit de lui qu’il était rigide pour lui-même et très bon pour les autres ; qu’il avait une confiance totale en la divine Providence, particulièrement durant cette période où l’on manquait de tout. Personnage sérieux, droit, proche de chacun ; comme professeur, il était bon, sans jamais élever la voix ; à table, il passait voir si l’on mangeait bien et jouait parfois avec les novices en récréation. Esclave du devoir, il s’occupait de chacun, attentif à tous les problèmes des Confrères. 

En 1932, il devient Provincial. Ses proches lui suggérèrent de les accompagner à Santander, mais il refusa de se séparer de sa communauté. Ils lui conseillèrent de ne pas porter la soutane, mais il s’y refusa.

En 1935 il déplace sa résidence à Madrid, où les Oblats avaient une autre maison. C’est là qu’il va accueillir le père Blanco et les autres Oblats de Pozuelo qui, après quelques jours de prison à la Direction Générale de Sécurité, furent remis en liberté le 25 juillet 1936.

La révolution venait d’éclater au grand jour. Le 9 août, tous les membres de la communauté sont expulsés de leur maison. Ils trouvent refuge dans une pension de Madrid. Le père Esteban fait tout ce qu’il peut pour assister chacun, y compris ceux qui, venus de Pozuelo, avaient trouvé refuge en divers endroits de la capitale.

Le père Francisco ne s’enfermait pas chez lui, mais allait de tous côtés pour visiter les autres Oblats cachés, rendait visite aux Religieuses de la Sainte-Famille de Burdeos. Un jour qu’une patrouille l’arrêta avec une religieuse qu’il accompagnait dans sa famille, le chauffeur aurait dû les conduire au «Tribunal Populaire», où l’on condamnait à mort après un «jugement» très sommaire : le chauffeur refusa et les amena à un commissariat, où le père Francisco déclara tout simplement qu’il était prêtre et religieux ; devant une telle sincérité, le fonctionnaire lui répondit : Homme de Dieu, dites que vous êtes professeur, ou quelque chose comme ça, mais pas prêtre !

Le 15 octobre, presque tous sont capturés et transportés à la prison Modelo de Madrid. Tous déclarèrent sans ambages leur état de religieux.

Le 15 novembre, le père Esteban est emmené à la prison San Antón, l’ancien collège des pères des Ecoles Pies, transformé en prison. Des listes de noms circulaient, indiquant ceux qui allaient être exécutés. Certains furent remis en liberté ; les condamnés souffrirent le froid et la faim. Quelqu’un donna au père Francisco un manteau, mais il le donna à son tour à un autre détenu qui avait froid.

Quand ils se retrouvaient dans la cour, ils disaient le chapelet, en cachette.

C’est de là qu’il est chargé avec douze autres Oblats sur des camions qui les emmènent à Paracuellos del Jarama, où ils sont fusillés.

Juste avant leur exécution, le père Francisco donna l’absolution à chacun de ses Compagnons, puis s’adressa aux bourreaux en ces termes : Nous savons bien que vous allez nous tuer parce que nous sommes catholiques et religieux, et nous le sommes effectivement ; autant moi que mes compagnons, nous vous pardonnons de tout cœur.

C’était le 28 novembre 1936.

 

Leur béatification eut lieu en 2011. 

Francisco Esteban Lacal

1888-1936

 

Francisco naquit le 8 février 1888, à Soria (Osma, Espagne), dans une belle famille de six enfants, dont les parents très chrétiens s’appelaient Santiago et Dámasa, des commerçants.

Ses études secondaires se firent au petit séminaire que les Oblats de Marie Immaculée venaient d’ouvrir à Urnieta (Guipúzcoa).

Il entra au noviciat d’Urnieta et fit ses premiers vœux en 1906.

En 1911 on l’envoie à Turin (Italie) pour ses études en vue du sacerdoce, qu’il reçoit en 1912.

En 1913, il est professeur à Urnieta, jusqu’en 1929. Puis il est assistant du Maître des novices à Las Arenas (Biscaye).

En 1930 il retourne à Urnieta, où l’attend la charge de professeur, comme précédemment, mais aussi comme supérieur. 

On a écrit de lui qu’il était rigide pour lui-même et très bon pour les autres ; qu’il avait une confiance totale en la divine Providence, particulièrement durant cette période où l’on manquait de tout. Personnage sérieux, droit, proche de chacun ; comme professeur, il était bon, sans jamais élever la voix ; à table, il passait voir si l’on mangeait bien et jouait parfois avec les novices en récréation. Esclave du devoir, il s’occupait de chacun, attentif à tous les problèmes des Confrères. 

En 1932, il devient Provincial. Ses proches lui suggérèrent de les accompagner à Santander, mais il refusa de se séparer de sa communauté. Ils lui conseillèrent de ne pas porter la soutane, mais il s’y refusa.

En 1935 il déplace sa résidence à Madrid, où les Oblats avaient une autre maison. C’est là qu’il va accueillir le père Blanco et les autres Oblats de Pozuelo qui, après quelques jours de prison à la Direction Générale de Sécurité, furent remis en liberté le 25 juillet 1936.

La révolution venait d’éclater au grand jour. Le 9 août, tous les membres de la communauté sont expulsés de leur maison. Ils trouvent refuge dans une pension de Madrid. Le père Esteban fait tout ce qu’il peut pour assister chacun, y compris ceux qui, venus de Pozuelo, avaient trouvé refuge en divers endroits de la capitale.

Le père Francisco ne s’enfermait pas chez lui, mais allait de tous côtés pour visiter les autres Oblats cachés, rendait visite aux Religieuses de la Sainte-Famille de Burdeos. Un jour qu’une patrouille l’arrêta avec une religieuse qu’il accompagnait dans sa famille, le chauffeur aurait dû les conduire au «Tribunal Populaire», où l’on condamnait à mort après un «jugement» très sommaire : le chauffeur refusa et les amena à un commissariat, où le père Francisco déclara tout simplement qu’il était prêtre et religieux ; devant une telle sincérité, le fonctionnaire lui répondit : Homme de Dieu, dites que vous êtes professeur, ou quelque chose comme ça, mais pas prêtre !

Le 15 octobre, presque tous sont capturés et transportés à la prison Modelo de Madrid. Tous déclarèrent sans ambages leur état de religieux.

Le 15 novembre, le père Esteban est emmené à la prison San Antón, l’ancien collège des pères des Ecoles Pies, transformé en prison. Des listes de noms circulaient, indiquant ceux qui allaient être exécutés. Certains furent remis en liberté ; les condamnés souffrirent le froid et la faim. Quelqu’un donna au père Francisco un manteau, mais il le donna à son tour à un autre détenu qui avait froid.

Quand ils se retrouvaient dans la cour, ils disaient le chapelet, en cachette.

C’est de là qu’il est chargé avec douze autres Oblats sur des camions qui les emmènent à Paracuellos del Jarama, où ils sont fusillés.

Juste avant leur exécution, le père Francisco donna l’absolution à chacun de ses Compagnons, puis s’adressa aux bourreaux en ces termes : Nous savons bien que vous allez nous tuer parce que nous sommes catholiques et religieux, et nous le sommes effectivement ; autant moi que mes compagnons, nous vous pardonnons de tout cœur.

C’était le 28 novembre 1936.

Leur béatification eut lieu en 2011.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens