Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 23:00

Franziska Ulrika Nisch

1882-1913

 

Franziska naît en 1882. Ses parents n’étaient pas encore mariés et ne le firent qu’une année après. Vinrent ensuite douze autres enfants ; la famille était si pauvre que Franziska ainsi que ses petits frères et sœurs devaient aller rendre des services alentour pour gagner un peu de pain, des œufs, des fruits, que son père ne pouvait acheter avec sa petite paie de journalier. De cette nombreuse fratrie, seuls quatre enfants atteindront l’âge adulte.

La petite Franzi est éduquée surtout par sa douce grand-mère et sa marraine, qui lui donnent l’affection qu’elle ne trouve pas auprès de son père. Ce dernier est dur, mais elle lui obéira toujours. A l’école, elle ne brille guère, elle est un peu lourdaude, maladroite, cassant facilement les objets ; solitaire, elle reste simple, pieuse, toujours aimable ; souffreteuse, elle manque souvent l’école et les résultats s’en ressentent.

Après son école primaire, elle est placée à douze ans en différents endroits et finalement comme bonne dans une famille à Rorschach en Suisse. Elle tombe malade de la tuberculose et elle est soignée à l’hôpital par les Sœurs de la Charité de la Sainte Croix avec une grande bonté, si bien qu’elle choisit d’entrer chez elles en 1904. Elle est reçue à Hagne, leur maison provinciale allemande. Désormais elle s’appellera en religion : Sœur Ulrika. 

L’année suivante, elle assiste les malades à Zell-Weierbach près Offenburg, puis comme aide-cuisinière à Bühl et ensuite à Baden-Baden. Elle accepte tous les travaux, les humiliations, et elle souffre de maux de tête dont elle ne se plaint jamais. Parfois, ce sont les ténèbres dans la prière. « Ces pénibles expériences conduisent Sœur Ulrika à une sérénité du cœur qui lui permet de voir dans les plus petites choses la main paternelle de Dieu et d’accueillir de sa part chaque heure de sa vie avec une reconnaissance d’enfant. » (Jean-Paul II). Elle prie jour et nuit. Tout se transforme pour elle en prière.

Un de ses mots favoris était : L’Amour ne connaît pas de mesure. Nous ne devons souffrir et travailler que dans l’Amour et pour l’Amour. Son biographe, Ferdinand Holböck a pu écrire : “Elle atteignit un degré de profonde mystique dans la prière silencieuse, dans l’extase, jusqu’à l’état des noces mystiques et de l’union totale avec le Christ”. Ulrika disait sans cesse : Il faut fermer les volets, comme pour souligner l’importance du silence.

Elle jouit de visions mystiques. Au début de sa vie religieuse, elle voyait son Ange gardien et pensait que tout homme voyait son Ange gardien. Plus tard elle vit la sainte Vierge, les Anges et d’autres Saints encore. Elle eut aussi, dit-on, des visions sur l’avenir. Auprès d’elle, les gens se sentaient comme en paradis.

Les visions cessent en 1912, lorsque Ulrika tombe à nouveau malade de la tuberculose ; on la ramène à la maison provinciale, à Hagne, où elle meurt à 31 ans, le 8 mai 1913. 

Quand on veut écrire sa vie, certaines personnes s’étonnent, car ils ne voient pas en quoi réside sa sainteté. D’ailleurs les titres des premières brochures sont éloquents : ‘‘La sainte de rien’’, ‘‘La sainte aux marmites’’, ‘‘La voix silencieuse’’. Mais les faits parlent d’eux-mêmes : sa tombe est toujours fleurie et de multiples témoignages font état de grâces obtenues. 

 

http://www.samuelephrem.eu/article-franziska-ulrika-103604353.html

 

Notons en souriant que sœur Franciska sera béatifiée (en 1987) avant sa fondatrice, Mère Maria Theresia Scherer, une grande sainte pourtant.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens