Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 00:00

Gabriele Stefano Allegra

1907-1976

 

Gabriele Stefano naquit à San Giovanni la Punta (Catane, Sicile), le 26 décembre 1907, fête de saint Etienne dont il porta le nom en second.

Après le petit séminaire d’Acireale (1918), il fit le noviciat chez les Franciscains à Bronte (Sicile) et s’appellera désormais Gabriele Maria.

Il fut ensuite étudiant à Rome. Lors d’une conférence sur Giovanni de Montecorvino (1247-1328), qui tenta de traduire la Bible en chinois, il s’enthousiasma pour cette noble cause et décida de tout faire pour accomplir cette tâche : traduire la Bible intégralement en chinois.

Ordonné prêtre en 1930, il partit en Chine et commença son «œuvre». En 1937, il dut revenir en Italie pour se refaire une santé, tout en poursuivant des études bibliques.

En 1940, il repartit en Chine ; il y rencontra un certain Pierre Teilhard de Chardin, jésuite.

La guerre ne facilita pas son travail ; il avait déjà bien avancé la traduction de l’Ancien Testament à partir de l’araméen lorsqu’en 1944 il perdit la moitié de son unique exemplaire de projet de traduction. Il devra reprendre patiemment ce premier travail.

Protégé par l’ambassade italienne, il ne fut pas inquiété par les Japonais et continua son travail, tout en portant son aide sacerdotale auprès de missionnaires enfermés en Chine ; il obtint même la libération de certains. Il visita les lépreux à Macao.

En 1945, il fonda à Pékin le Studium Biblicum Franciscanum, sous le patronage du bienheureux John Duns Scot (cf. 8 novembre), dont il devint spécialiste. Plus tard on le verra intervenir à l’université d’Oxford à l’occasion du 700e anniversaire de la naissance du Bienheureux (1966).

En 1948 sortirent les trois premiers volumes du l’Ancien Testament en chinois. Il faudra douze années encore pour parachever ce travail «de Bénédictin», en 1961.

Le régime communiste le contraignit à se réfugier à Hong-Kong, où il transféra le Studium Biblicum. Il n’en sortira que pour un voyage d’un an à l’Ecole Biblique de Jérusalem avec quatre Confrères, pour y étudier l’original des textes bibliques. Hong-Kong sera donc sa dernière destination, jusqu’à sa mort.

A partir de 1955, il traduisit le Nouveau Testament, à partir du grec.

En 1965, il y organisa le premier Salon œcuménique de la Bible.

En 1968, pour la fête de Noël, sortit enfin la Bible en chinois, suivie en 1975 d’un Dictionnaire biblique.

Entre ces deux dernières dates, le père Gabriele rédigea une importante analyse sur les Révélations à Maria Valtorta, et aurait aussi traduit en chinois les écrits de don Stefano Gobbi, fondateur du Mouvement Sacerdotal Marial. Ces activités, si elles étaient confirmées, montrent combien le père Gabriele était infatigable dans son zèle à faire connaître dans le monde chinois des trésors de la spiritualité occidentale.

Après la publication intégrale de la Bible en chinois, le père Gabriele pouvait chanter son Nunc dimittis : ce bourreau de travail était allé souvent au-delà des limites de sa résistance pour parvenir au bout de ses recherches et de son labeur, qui lui aura pris quarante ans d’efforts patients. Il s’éteignit le 26 janvier 1975.

 

Le père Gabriele Maria a été béatifié en 2012.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens