Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 mai 2014 4 29 /05 /mai /2014 23:00

 

Fernando III

1199-1252

 

Fernando naquit à la fin de 1198 ou au début de 1199, du mariage d’Alphonse IX, roi de Léon, avec Bérengère, fille du roi de Castille. Du côté maternel, il était ainsi neveu de Blanche de Castille, mère du futur roi de France Louis IX, saint Louis.

Le pape Célestin III ayant déclaré nul le mariage d’Alphonse et de Bérengère, les deux époux, peu convaincus de l’empêchement qui s’opposait à leur union, hésitèrent longtemps avant de se séparer. Lorsqu’en 1204 ils s’y furent décidés, Alphonse IX garda près de lui ses quatre enfants, dont l’aîné Fernando devait recevoir, sous l’immédiate influence de son père, une éducation sérieuse et chevaleresque, bien en accord avec la foi chrétienne des princes espagnols.

L’enfant ne fut pas pour autant séparé de sa mère, qui eut une influence providentielle sur lui. A la mort de l’héritier de Castille, Bérengère devait de droit lui succéder, mais celle-ci fit immédiatement transférer la couronne à son fils aîné, en évitant soigneusement que Alphonse IX exerçât la moindre régence. Et c’est ainsi que Fernando fut couronné roi de Castille, à dix-neuf ans, en 1217. Fernando épousa deux ans après Béatrix de Souabe, qui devait lui donner dix enfants.

Fernando s’engagea à lutter contre les hérésies et à faire perdre chaque jour du terrain à l’islamisme qui, depuis plusieurs siècles, avait asservi l’Espagne à la domination.

Si Bérengère fut une excellente conseillère pour Fernando, ce dernier sut se montrer bon fils envers son père Alphonse IX, lequel pourtant ne se gêna pas pour manifester des attitudes hostiles envers son fils, notamment dans son testament, où il dépossédait Fernando de son droit au trône de Léon, au profit de ses deux filles Sancia et Dulcia, nées d’un premier mariage.

Quand Alphonse IX mourut, deux partis se formaient dans le Léon, mais Bérengère sut habilement convaincre les deux “héritières” de renoncer à toute prétention au trône, en faveur de Fernando. Celui-ci prépara ensuite des lois qui consacreraient l’union en un seul royaume des deux provinces de Castille et de Léon.

Fernando III s’adonna alors à la lutte contre l’Islam, par fidélité à la mission reçue de Dieu. En 1233, son armée, pourtant inférieure en nombre, l’emporta à Xérès sur l’immense armée des Maures débarqués d’Afrique. Cette victoire fut toujours regardée comme un effet de l’intervention miraculeuse de saint Jacques, vénéré à Compostelle. 

Peu après mourut Béatrix, sa chère épouse. Pendant trois ans, Fernando observa la chasteté la plus loyale. Mais encore une fois sur le conseil de sa mère, et par défiance pour ses propres forces, il épousa en secondes noces la française Jeanne de Ponthieu, que Blanche de Castille lui avait fait connaître.

Après Xérès, c’est Cordoue en 1236, le royaume de Murcie en 1243, Jaën en 1245, Séville enfin en 1248 après vingt-six mois de siège.

Cordoue était aux mains des Maures depuis plus de cinq siècles. De nombreux chrétiens y subirent le martyre, comme on pourra s’en rendre compte à la lecture du Martyrologe.

On signalera la magnanimité de Fernando lors du siège de Jaën : l’émir, reconnaissant son infériorité, demanda une entrevue avec le roi, et se déclara franchement son vassal. Fernando accepta royalement cette démarche, à laquelle l’émir répondra loyalement en lui envoyant des troupes pour combattre les Maures aux côtés des chrétiens.

La reine mère Bérengère mourut en 1246. Fernando lui-même, après avoir doctement instruit son fils Alphonse de ses devoirs de roi chrétien, mourut le 30 mai 1252, à la force de l’âge, pleinement consolé d’avoir achevé sa mission de reconquête du pays asservi depuis si longtemps aux Maures.

En 1671, le pape Clément XI déclara qu’on pouvait honorer Fernando III comme un saint, ce qui fait qu’il est inscrit au 30 mai dans le Martyrologe.

 

Jehanne d’Arc

1412-1431

 

 

Nul doute que beaucoup connaissent assez bien l’histoire de France pour savoir qui fut Jehanne d’Arc. On ne répétera sans doute pas tout ici, mais on va tâcher de résumer les traits importants décrivant la sainteté de notre héroïne.

Elle naquit vers 1412 en Champagne à Greux-Domremy. Maintenant Domremy est en Lorraine. Jehanne avait trois frères et une sœur. Son père était Jacques d’Arc et sa mère Ysabelle Romée.

Au Bois-Chenu, qu’on aperçoit de Domremy, des prophéties locales, auxquelles Jehanne affirma n’avoir jamais cru, annonçaient qu’une pucelle venant de ce bois ferait des merveilles. Toute jeune, Jehanne était pour le parti armagnac, et dit qu’elle eût voulu qu’on tranchât la tête au seul habitant de Domremy qui fût Bourguignon, si ç’eût été le bon plaisir de Dieu.

A treize ans, elle eut une Voix de Dieu pour l’aider à se gouverner : elle avait jeûné la veille, et voua alors sa virginité tant qu’il plairait à Dieu. Dès lors, la Voix ne cessa pour ainsi dire de la harceler : “Sois bonne enfant et Dieu t’aidera - Va au secours du roi de France - Il te faut aller en France”. Cette voix était accompagnée de la vision de saint Michel, de sainte Catherine et de sainte Marguerite.

Au début, Jehanne ne dit rien à personne. C’est en 1428 que la Voix fut plus pressante : “Va vers Robert de Baudricourt, en la ville de Vaucouleurs, afin qu’il te donne des gens pour t’accompagner.” Premier échec ; début 1429, le curé de Vaucouleurs vient même l’exorciser, à quoi elle proteste : “C’est mal fait à lui, dit-elle, car m’ayant entendue en confession il me pouvait bien connaître.”

Ayant annoncé à Baudricourt la défaite du roi à Harengs, survenue la veille, elle obtint alors son escorte. Quand on lui demande “Quand voulez-vous partir”, elle répond cette phrase qui la dépeint toute : “A cette heure mieux que demain ; demain mieux qu’après.”

Le 23 février 1429, vêtue d’habits masculins, les cheveux coupés en rond à la manière des jeunes garçons, Jehanne part avec Jean de Metz, Bertrand de Poulengy et Jean de Honnecourt. C’est le début  de la longue chevauchée.

Mars 1429 : à Chinon, Jehanne reconnaît le dauphin : “En nom Dieu, gentil prince, c’est vous et non autre.” A Poitiers, où elle est longuement examinée, elle répond avec hardiesse et parfois avec ironie : “En nom Dieu, les gens d’armes batailleront et Dieu donnera la victoire. - Avez-vous du papier et de l’encre ? Écrivez : Vous, Suffort, Classidas et la Poule, je vous somme de par le roi des Cieux que vous vous en alliez en Angleterre. - Il y a aux livres de Notre-Seigneur plus qu’aux vôtres.”

Blois en avril. A Orléans, les Anglais doivent lever le siège, vaincus par l’entrain de Jehanne qui a bousculé conseils, capitaines et hommes de guerre. Jargeau, Tours, Loches, Beaugency, Patay, Auxerre, Troyes, Châlons, Reims enfin où est sacré le roi, le 17 juillet. Puis Soissons, Château-Thierry, Coulommiers, Crécy-en-Brie, Provins, Saint-Denis le 26 août. Elle est blessée, et le roi ordonne le repli sur la Loire, au grand désespoir de Jehanne que ses Voix ne conseillent plus en faits de guerre.

Le 29 décembre 1429, Jehanne et sa famille sont anoblies par le roi Charles : la famille du Lys ne disparaîtra qu’un siècle plus tard.

 Partie guerroyer à Melun, elle reçoit révélation qu’elle sera faite prisonnière avant la Saint-Jean (24 juin). A Lagny, à sa prière, un enfant reprend vie pour recevoir le baptême. C’est le 23 mai qu’elle est faite prisonnière à Compiègne. Le duc Jean de Luxembourg la visite avec dédain, et lui fait des outrages que le chroniqueur n’ose transcrire. Le calvaire commence. Les Voix l’invitent à “prendre tout en gré, car elle s’en ira en royaume de paradis.” A la centaine d’enfants qui l’entoure à Compiègne, elle dit : “Mes enfants et chers amis, je vous signifie qu’on m’a vendue et trahie ! Et que de bref je serai livrée à mort. Ainsi vous supplie que vous priiez Dieu pour moi, car jamais je n’aurai plus de puissance de faire service au roi ni au royaume de France.”

On sait que Jehanne n’osait se servir de son épée pour tuer, par délicatesse intime, quoiqu’elle entraînât valeureusement ses soldats à la victoire. Mais cette épée, elle la brisa sur le dos d’une prostituée qui était venue narguer les soldats dans le campement.

Jehanne était fervente, toute donnée à ses Voix. Elle restait parfois des heures, des nuits entières dans la prière d’oraison, sans multiplier les formules, mais en contemplant la volonté divine. Elle se confessait tous les deux jours, elle communiait deux fois la semaine. “J’aime mieux mourir que de commettre un péché mortel”.

Jehanne veut que soit accomplie la justice : elle ordonne que soit exécuté l’envoyé des Anglais, quand elle apprend que le sien a été mis à mort par l’ennemi contre toutes les lois de la guerre. Elle sait pardonner : un certain Glasdas l’avait insultée de la dernière façon, elle lui répondit : “Glasdas, Glasdas, rends-ti, rends-ti, au Rèy du Ciel. Tu m’as appelée… vilaine, mais grand pitié j’ai de ton âme et des tiens.” Après la défaite, elle fait rechercher parmi les noyés le corps de Glasdas pour le faire inhumer.

Une fois prisonnière, on la traîne de tous côtés. Jean de Luxembourg la tient trois jours au château de Clairoix, puis on l’emmène à celui de Beaulieu, de là à Beaurevoir. L’évêque de Beauvais la réclame alors, sous caution de dix mille francs-or. Fin septembre, à Arras ; mi-novembre à Rouen par le littoral : Derugy, Crotoy, Saint-Valery-sur-Somme, Eu et Dieppe. Au château de Bouvreuil, elle est liée et entravée dans une cage de fer, puis, après plusieurs semaines, attachée à une poutre par une chaîne, sous la garde de cinq hommes d’armes grossiers. On reprochera à Jehanne de refuser de quitter ses habits d’homme ; elle les quitta un moment, mais les reprit, expliquant à l’évêque qu’étant avec des soldats, il lui vaut mieux être ainsi, d’autant qu’on l’a trompée ne la mettant pas hors des fers, ni ne lui donnant messe ou sacrements : elle est alors accusée comme relapse.

Le procès se déroulera en plusieurs étapes, de janvier à mai, s’achevant après maintes péripéties, par la condamnation à être brûlée vive, comme hérétique et relapse. 

Six fois, dans la fumée, on l’entend crier “Jésus !”. C’était le 30 mai 1431, Jehanne avait dix-neuf ans.

Dans les cendres, on retrouva intacts le cœur et les entrailles, qui furent jetés à la Seine. Au XVIe siècle, il était question de quelques vêtements de Jehanne, qu’on a maintenant perdus. 

En 1454, la mère et les frères de Jehanne réclamèrent la revision du procès, qui fut cassé en 1456. Jehanne est béatifiée en 1909, canonisée en 1920, et inscrite au Martyrologe le 30 mai.

Cinq siècles après la mort de Jehanne d’Arc, Français et Anglais se retrouvèrent côte à côte à Orléans en 1929 lors des célébrations traditionnelles, les évêques anglais étant venus là avec l’ambassadeur d’Angleterre, pour fêter notre Héroïne.

 

Giuseppe Marello

1844-1895

Né le 26 décembre 1844 à Turin, Giuseppe était l’un des deux enfants de Vincenzo Marello et Anna Maria Viale. Son frère s’appelait Vittorio.

La maman mourut dès 1847. Le papa déménagea à San Martino Alfieri, où Giuseppe fréquenta l’école primaire.

En 1855, revenant d’un pèlerinage à Savona, Giuseppe confia à son père qu’il voulait devenir prêtre. Il entra au séminaire d’Asti en 1856, qu’il quitta au terme des études secondaires en 1862.

Il gagna Turin, avec son père, pour faire des études technico-commerciales. Mais l’année suivante, il contracta le typhus ; une inspiration (ou une vision) de la Sainte Vierge lui suggéra de retourner au séminaire ; il demanda alors, et obtint, la grâce de la guérison rapide et complète. En février 1864, il réintégrait le séminaire d’Asti.

Il fut ordonné prêtre en 1868, et fut nommé secrétaire de l’évêque, en qualité de quoi il l’accompagna lors du premier Concile du Vatican. Après cette expérience, il fut responsable de la presse, directeur de la Doctrine chrétienne, directeur spirituel au séminaire et des Sœurs Milliavacca, chanoine de la cathédrale en 1881, et chancelier du diocèse.

Une de ses œuvres fondamentales fut la fondation en 1872 de la Compagnie de Saint-Joseph, qui évolua en 1878 en Compagnie de Saint-Joseph et qui eut plusieurs dénominations : congrégation de Saint-Joseph, Oblats de Saint-Joseph, ou encore Giuseppini d’Asti («Petits Joseph d’Asti»). Ces jeunes gens devaient apporter leur concours dans l’orphelinat local, mener une vie commune fraternelle, dans l’imitation de l’humble saint Joseph, à l’école de Jésus-Christ.

A partir de 1882, sur invitation de l’évêque, il assuma l’administration de l’hospice d’Asti ; il y ouvrit un collège.

Ses multiples responsabilités, ses initiatives dans le monde social et caritatif, l’ont fait compter parmi les «Saints sociaux» du 19e siècle piémontais : il connut particulièrement saint Giovanni Bosco, qui l’inscrivit parmi les coopérateurs salésiens, ainsi que saint Leonardo Murialdo (1).

En 1889 il fut nommé et consacré évêque d’Acqui. Il visita les cent quarante-trois paroisses de son diocèse durant les six années de son bref épiscopat.

En 1890, le Collège théologique Saint-Thomas de Gênes le nomma docteur honoris causa en théologie.

La fatigue et la maladie abrégèrent cette vie très active. Mgr Marello mourut à Savone le 30 mai 1895, juste après y avoir célébré le 3e centenaire de la mort de saint Filippo Neri (2).

Il fut béatifié en 1993 et canonisé en 2001.

Le miracle retenu pour cette canonisation fut la guérison subite, complète et durable - outre qu’inexplicable scientifiquement - de deux enfants affectés de broncho-pneumopathie avec fièvre, dyspnée, cyanose et dénutrition chronique.

 

 

 

1 Saint Giovanni Bosco est fêté le 31 janvier, saint Leonardo Murialdo est commémoré le 30 mars.

2 Saint Filippo Neri est fêté le 26 mai.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens