Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 00:00

 Gregorio Escobar García

1912-1936

 

Gregorio naquit à Estella (Navarre, Espagne) le 12 septembre 1912, et fut baptisé dès le lendemain. Ses parents, Hilario et Felipa, eurent neuf enfants, dont deux moururent en bas âge et six autres dans l’intervalle de dix ans, dont notre Gregorio. Le papa, électricien de métier, remplissait les fonctions de sacristain.

Le garçon grandit dans la foi, fut servant de messe à la paroisse ; les femmes du pays disaient qu’il deviendrait curé, mais lui répondait qu’il ne le voulait pas. Un jour, un pauvre auquel il avait donné l’aumône, lui «prédit» qu’il serait évêque…

Entré chez les Oblats de Marie Immaculée (OMI), Gregorio écrivait chaque année à ses frères et sœur pour leur anniversaire. 

Gregorio fréquenta le petit séminaire de Umieta (Guipúzcoa), tenu par les pères Oblats de Marie Immaculée (OMI). Quand il eut seize ans, durant les vacances d’été, sa maman Felipa fut gravement malade et Gregorio l’assista avec une profonde tendresse et en même temps la prépara sereinement à l’heure de la mort comme s’il avait déjà été prêtre. La maman mourut le 8 septembre (1928), le jour de la fête de la Nativité de Marie. et le papa se remariera en 1936 avec une personne qui l’aida beaucoup.

C’est cet adolescent déjà mûr qui conseilla lui-même à son père de se remarier, pour le bien de ses enfants. En famille comme au séminaire, Gregorio se montrait équilibré, bon conseiller. 

A cet âge-là, il était déjà, comme il l’avait appris dans sa famille, très dévot envers l’Eucharistie et la Sainte Vierge, qu’il invoquait sous le vocable de Notre-Dame du Puy, patronne de Estella.

Après le petit séminaire, il passa au noviciat de Las Arenas (Biscaya), et fit la première profession religieuse en la fête de l’Assomption, le 15 août 1930. Puis il sera à Pozuelo (Madrid) pour les études proprement ecclésiastiques, qu’il devra interrompre une année pour le service militaire (1934), à Pamplona.

En 1935 il fit la profession solennelle.

Le 1er mars 1936, Gregorio écrivait aux siens : Le plus beau sacerdoce est que nous puissions tous aspirer à offrir notre corps et notre sang à Dieu notre Seigneur. Quelle grâce ce serait de mourir martyr !

Cette même année, Gregorio reçut le diaconat à Carabanchel Alto (Madrid), chez les Salésiens, de l’évêque de Pamplona qui dut venir en cachette pour ne pas être reconnu. Puis Gregorio reçut le sacerdoce, le 6 juin 1936. Ses frères et sœur n’y allèrent pas, pensant qu’il allait prochainement célébrer sa première messe solennelle dans son pays.

A Madrid, les événements n’évoluaient pas vers la pacification, et les parents de Gregorio, venus pour l’ordination, entendirent du couvent les insultes qu’on proférait en direction des Religieux. Au retour de la cérémonie (au séminaire), ayant pris un taxi avec leur fils, ils entendirent des passants les invectiver en ces termes : Des gens comme ça, avec une bouteille d’essence, ils feraient un bon feu.

 Les parents de Gregorio espéraient toutefois que les supérieurs lui permettraient de rentrer à Estella pour y célébrer la messe et y prêcher lors de la fête de l’Assomption, la fête patronale.

Mais le 22 juillet, la maison des Oblats fut prise d’assaut et toute la communauté se trouva prisonnière dans ses propres murs. Gregorio fut conduit deux jours après à la Direction Générale de Sécurité, et remis en liberté le 25 juillet suivant. Alors ce fut la vie de clandestinité, comme pour les autres religieux, qui cherchaient des maisons amies pour se loger, se retrouver ensemble et prier.

Le 15 octobre, Gregorio est de nouveau arrêté, ainsi que d’autres membres de la communauté, et il subira le martyre avec eux le 28 novembre 1936, à Paracuellos del Jarama, à vingt-quatre ans, après tout juste cinq mois de sacerdoce.

 

Ces treize Compagnons martyrs seront béatifiés en 2011. 

Gregorio Escobar García

1912-1936

 

Gregorio naquit à Estella (Navarre, Espagne) le 12 septembre 1912, et fut baptisé dès le lendemain. Ses parents, Hilario et Felipa, eurent neuf enfants, dont deux moururent en bas âge et six autres dans l’intervalle de dix ans, dont notre Gregorio. Le papa, électricien de métier, remplissait les fonctions de sacristain.

Le garçon grandit dans la foi, fut servant de messe à la paroisse ; les femmes du pays disaient qu’il deviendrait curé, mais lui répondait qu’il ne le voulait pas. Un jour, un pauvre auquel il avait donné l’aumône, lui «prédit» qu’il serait évêque…

Entré chez les Oblats de Marie Immaculée (OMI), Gregorio écrivait chaque année à ses frères et sœur pour leur anniversaire. 

Gregorio fréquenta le petit séminaire de Umieta (Guipúzcoa), tenu par les pères Oblats de Marie Immaculée (OMI). Quand il eut seize ans, durant les vacances d’été, sa maman Felipa fut gravement malade et Gregorio l’assista avec une profonde tendresse et en même temps la prépara sereinement à l’heure de la mort comme s’il avait déjà été prêtre. La maman mourut le 8 septembre (1928), le jour de la fête de la Nativité de Marie. et le papa se remariera en 1936 avec une personne qui l’aida beaucoup.

C’est cet adolescent déjà mûr qui conseilla lui-même à son père de se remarier, pour le bien de ses enfants. En famille comme au séminaire, Gregorio se montrait équilibré, bon conseiller. 

A cet âge-là, il était déjà, comme il l’avait appris dans sa famille, très dévot envers l’Eucharistie et la Sainte Vierge, qu’il invoquait sous le vocable de Notre-Dame du Puy, patronne de Estella.

Après le petit séminaire, il passa au noviciat de Las Arenas (Biscaya), et fit la première profession religieuse en la fête de l’Assomption, le 15 août 1930. Puis il sera à Pozuelo (Madrid) pour les études proprement ecclésiastiques, qu’il devra interrompre une année pour le service militaire (1934), à Pamplona.

En 1935 il fit la profession solennelle.

Le 1er mars 1936, Gregorio écrivait aux siens : Le plus beau sacerdoce est que nous puissions tous aspirer à offrir notre corps et notre sang à Dieu notre Seigneur. Quelle grâce ce serait de mourir martyr !

Cette même année, Gregorio reçut le diaconat à Carabanchel Alto (Madrid), chez les Salésiens, de l’évêque de Pamplona qui dut venir en cachette pour ne pas être reconnu. Puis Gregorio reçut le sacerdoce, le 6 juin 1936. Ses frères et sœur n’y allèrent pas, pensant qu’il allait prochainement célébrer sa première messe solennelle dans son pays.

A Madrid, les événements n’évoluaient pas vers la pacification, et les parents de Gregorio, venus pour l’ordination, entendirent du couvent les insultes qu’on proférait en direction des Religieux. Au retour de la cérémonie (au séminaire), ayant pris un taxi avec leur fils, ils entendirent des passants les invectiver en ces termes : Des gens comme ça, avec une bouteille d’essence, ils feraient un bon feu.

 Les parents de Gregorio espéraient toutefois que les supérieurs lui permettraient de rentrer à Estella pour y célébrer la messe et y prêcher lors de la fête de l’Assomption, la fête patronale.

Mais le 22 juillet, la maison des Oblats fut prise d’assaut et toute la communauté se trouva prisonnière dans ses propres murs. Gregorio fut conduit deux jours après à la Direction Générale de Sécurité, et remis en liberté le 25 juillet suivant. Alors ce fut la vie de clandestinité, comme pour les autres religieux, qui cherchaient des maisons amies pour se loger, se retrouver ensemble et prier.

Le 15 octobre, Gregorio est de nouveau arrêté, ainsi que d’autres membres de la communauté, et il subira le martyre avec eux le 28 novembre 1936, à Paracuellos del Jarama, à vingt-quatre ans, après tout juste cinq mois de sacerdoce.

Ces treize Compagnons martyrs seront béatifiés en 2011.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens