Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 septembre 2014 1 08 /09 /septembre /2014 23:00

 

Jacques Désiré Laval

1803-1864

 

La vie du jeune Jacques-Désiré Laval était marquée par l’exemple admirable de sa mère. Affectueuse et tendre, elle était une âme très charitable secourant les pauvres des campagnes normandes. 

Jacques-Désiré naquit le 18 septembre 1803 à Croth (Eure, France). Son père, Jacques, était paysan et maire du village ; Jacques reçut aussi le nom de Désiré, car les parents “désiraient” tellement un garçon après leurs trois filles.

Après quelques études auprès de son oncle Nicolas, à 14 ans il entre au petit séminaire d’Évreux. Mais, jeune, frivole et paresseux, il s’y ennuie et rentre chez lui. Son père, mécontent, l’assigne aux plus rudes des travaux de la ferme. Le jeune Jacques reprend ses études et est envoyé au collège Stanislas à Paris.

Doué d’une brillante intelligence, il est reçu bachelier ès lettres à l’âge de 22 ans, et bachelier ès sciences physiques l’année suivante. Il fait des études médicales et soutient le 21 août 1830 une thèse sur le rhumatisme articulaire.

Lors de la révolution de 1830, il revient en Normandie et exerce la médecine pendant quatre ans à Saint-André-de-l’Eure, faisant preuve à l’occasion d’une grande charité. Il se fixa successivement à Ivry-la-Bataille, pour fuir une campagne de calomnies qui s’était déclenchée contre lui.

Le train de vie de Jacques-Désiré était très mondain ; il aimait le plaisir, le luxe dans son mobilier autant que dans ses vêtements, il aimait parader en uniforme à la tête de la garde nationale de sa commune, mais le jeune médecin, intérieurement, n’était pas satisfait et combattait. Deux événements eurent raison de son hésitation : une déception amoureuse, et un accident qui faillit lui être fatal.

Le 3 février 1835 en effet, il fait une terrible chute de cheval. Il reconnaît alors l’appel de Dieu. «Si je suis vivant, c’est que Dieu m’appelle ailleurs (…) J’ai embrassé la médecine et aujourd’hui, je vois que j’ai eu tort. Dieu m’appelle à être prêtre. C’est ma vocation…» Il annonce alors son entrée au séminaire d’Issy-les-Moulineaux (juin 1835).

Le 22 décembre 1838, Jacques-Désiré Laval est ordonné prêtre par Mgr Hyacinthe de Quelen, archevêque de Paris. 

Le 8 janvier 1839, il est envoyé à Pinterville (Eure), qu’il quittera le 21 février 1841, déclarant après la messe : «Je m’en vais… c’est que Dieu me veut missionnaire.» Il y fit en effet comme son noviciat de missionnaire, laissant sa porte ouverte aux pauvres, vivant dans l’austérité et dans la prière.

Il entre dans la Société du Saint-Cœur de Marie, fondée par le père François Libermann, aujourd’hui appelée Congrégation du Saint-Esprit, ou Spiritains.

Il s’embarque de Londres sur le navire Tanjore, quittant à tout jamais l’Europe, à destination de l’Ile Maurice, le 4 juin 1841, avec Mgr William Collier, évêque bénédictin et d’autres prêtres. Le 13 septembre 1841, le Père Laval débarque à Maurice, dans la plus grande indifférence. Il reçoit la charge de la Mission des Noirs. On le tourne en ridicule: «Pauvre abbé, il perd son temps.»

Il commence par apprendre le créole, fait le catéchisme avec les Noirs affranchis, leur enseigne l’Évangile, forme et envoie ses premiers laïcs évangéliser les Noirs, leur enseignant le catéchisme en créole.

Le père Laval s’efforçait de vivre pauvrement au milieu de la pauvreté des habitants, leur montrant la plus grande délicatesse, les appelant Monsieur ou Madame ; ses “chers Noirs” en étaient tout ébahis. Il leur rendait visite chez eux, à l’hôpital, dans la prison. Il créa de petites écoles en même temps que de petites chapelles. Après un cyclone en 1848, il fallut tout reconstruire, ce que firent les fidèles avec enthousiasme.

Les colons blancs au début le haïssaient, jaloux de sa présence et de son succès auprès d’un peuple qu’on traitait de marginal. Il fallut même le protéger avec deux policiers, mais la patience et l’humilité du père Laval eurent raison de cette aversion, qui se changea même parfois en réelle admiration.

Sa foi héroïque, admirable, extraordinaire, son courage inébranlable, son amour mystique pour Jésus-Christ, et à travers lui, Dieu notre Père et sa dévotion exemplaire à Marie, font déjà de lui, un «Saint».

Lui qui n’avait pas vraiment fait de “noviciat” dans la congrégation, et qui ne se souciait pas beaucoup des “formalités” consistant à envoyer des rapports réguliers à ses Supérieurs, se voit nommer supérieur provincial des missions de l’Ile Bourbon (la future Réunion) et de l’Ile Maurice.

En 1854 et 1856, deux épidémies, de choléra et de variole, stimulent la charité du père Laval qui va au chevet des malades et des mourants.

Après plusieurs attaques cardiaques, il meurt le 9 septembre 1864. Lui qui était arrivé parfaitement incognito sur l’Ile Maurice, fut accompagné à sa dernière demeure par quelque quarante-mille personnes. Il fut inhumé au pied du calvaire, devant l’église de Sainte-Croix.

Il fut béatifié en 1979 : c’était la première béatification que faisait le nouveau pape Jean-Paul II, qui le prit comme protecteur de son pontificat et alla se recueillir sur sa tombe en 1989.

Le bienheureux Jacques-Désiré Laval est mentionné le 9 septembre dans le Martyrologe.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Hagiographie J
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 8000 notices de Bienheureux et Saints. Déjà traités : 1.Personnages bibliques (AT et NT). 2.Papes. 3.Saints du Calendrier Romain. 4. Reconnus aux siècles XII-XXI. 5. Siècles VI-XI. 6 (en cours) : siècles II-V. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens