Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 mai 2014 2 06 /05 /mai /2014 23:00

John de Beverley

? -721

 

John naquit au VIIe siècle dans le village de Harpham, province de Deirie qui comprenait les comtés d’York, de Lancastre et la partie du royaume de Northumbrie située au sud de la Tyne. Un désir ardent de se donner au service de Dieu l’attira tout jeune dans le royaume de Kent où il fit de rapides progrès dans la science et la piété, sous la direction de l’abbé Adrian de Cantorbury. Il retourna ensuite dans son pays, reçut l’habit monastique dans l’abbaye de Withby, alors gouvernée par sainte Hilda (voir au 17 novembre).

Au commencement du règne d’Alfred, à la mort d’Eata, John fut tiré de sa solitude pour être placé sur le siège de Hexham (687). Il continua néanmoins la vie qu’il menait dans le cloître et consacrait à la contemplation céleste les moments qui n’étaient pas occupés par l’exercice des fonctions épiscopales. Le lieu de sa retraite était une cellule située dans le cimetière de Saint-Michel, au-delà de la Tyne, à près de deux milles de Hagulstad : il y passait en particulier les quarante jours du Carême. Il y prenait pour compagnon quelque pauvre malade auquel il donnait ses soins : une année, il se chargea d’un pauvre muet dont la tête était couverte d’une dartre hideuse. Pendant qu’un médecin soignait ce mal, Jean donnait sa bénédiction aux remèdes qui eurent raison du mal ; de plus, il rendit au muet l’usage de la parole et lui apprit à lire.

Ce fut le même John, évêque de Hexham, qui donna le diaconat et la prêtrise au vénérable Bède (v. 25 mai), sur la présentation de l’abbé Céolfrid. C’est à Bède que nous devons divers témoignages sur la sainteté et les miracles de John.

John fonda un monastère, dans une forêt à vingt-sept milles d’York. Conformément à l’usage du temps, il y avait là un double monastère, l’un pour les hommes, placé sous la direction de Berchtun, son disciple, l’autre pour les femmes. Ce monastère est à l’origine de la ville de Beverley.

En 705, John fut promu au siège de York, qu’il gouverna pendant sept ans. Accablé par l’âge et les fatigues, John se donna un successeur dans la personne de saint Wilfrid, dit le Jeune, et se retira définitivement en 717 dans le monastère de Beverley. Il y passa les quatre dernières années de sa vie dans l’accomplissement exact de la règle monastique et mourut le 7 mai 721.

Le tombeau de John, illustré par ses miracles, devint un des principaux lieux de pèlerinage de l’Angleterre. En 1037, l’archevêque de York, Alfric, fit une translation des reliques de John et c’est alors que John fut officiellement canonisé. Les nombreux miracles de guérisons attribués à John le rendirent très célèbre durant tout le Moyen-Age et furent en même temps un facteur de grande prospérité pour la ville de Beverley.

Un siècle après, il est question de la “bannière de saint John”. Au treizième siècle, lorsqu’on devait lever des impôts dans le Yorkshire, il suffisait, pour la ville de Beverley, qu’un homme allât se présenter avec cette bannière. 

A la fin du treizième siècle, le Chapitre de la cathédrale de Beverley commanda une châsse en or et en argent à un certain Roger, lequel s’engageait à n’entreprendre aucun autre travail avant l’achèvement de cette châsse.

Edward Ier avait une réelle dévotion pour saint Jean de Beverley. Il alla plusieurs fois s’y recueillir, notamment pour aller combattre les Ecossais en 1300. Le roi s’estima redevable de sa victoire à l’intercession du saint évêque et fit bâtir sur l’emplacement de l’ancien monastère, détruit par les Danois, une riche collégiale sous le vocable de John. D’autres rois utilisèrent à leur tour cette sainte bannière dans leurs campagnes militaires. Quatre siècles plus tard, Henri V se déclara redevable de la victoire d’Azincourt à la protection de John de Beverley qu’il avait invoqué. En conséquence, il voulut que la fête fût chômée dans toute l’Angleterre (1416). La victoire avait eu lieu précisément au jour anniversaire de la translation de John, et ce jour-là on avait remarqué que la tombe faisait jaillir du sang et de l’huile. 

En 1541, le roi Henri VIII ordonna la destruction de cette châsse. Mais en 1664, des artisans découvrirent sous le dallage de l’allée centrale de la cathédrale un caveau contenant diverses reliques avec une inscription attestant l’appartenance de ces reliques à saint John de Beverley. En 1738, lors de la réfection du dallage, les mêmes reliques furent remises en honneur par la construction d’une tombe recouverte d’une large plaque de marbre.

Encore récemment, lors de la fête du 7 mai, une procession avait lieu entre Harpham et l’église, où les enfants déposaient autour de la tombe de saint John des fleurs cueillies dans les champs alentour.

La Bienheureuse Julienne de Norwich, mystique anglaise (v. 14 mai), était dévote de saint John de Beverley, ainsi que le saint chancelier John Fisher, lui-même natif de Beverley (voir au 22 juin).

Pour être complets sur ce grand saint anglais que nous ne connaissons guère, nous retiendrons ici les œuvres attribuées à saint John, recensées par J.Bale, et dont certaines ont malheureusement été perdues : une “Exposition sur saint Luc”, des “Homélies sur les Évangiles”, des Lettres à Herebaldum, Audena et Bertin, des Lettres à l’Abbesse Hyldant.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens