Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 mai 2014 6 03 /05 /mai /2014 23:00

John Houghton

1487-1535

 

John est le premier de la longue file de martyrs de la persécution anglaise du XVIe siècle. 

Né vers 1487 dans l’Essex, il étudia à Cambridge, dont le chancelier était John Fisher (voir au 22 juin), prit ses grades en droit civil et canonique, puis ressentit la vocation sacerdotale et devint prêtre. Après quatre années de ministère, il entra à vingt-huit ans chez les Chartreux de Londres, où il fut estimé un vrai modèle d’obéissance, d’humilité, de mortification.

Il y fut d’abord sacristain, puis fut nommé procureur, enfin prieur ; il exerça sa charge de prieur d’abord au couvent de Beauvallé, puis à la Chartreuse de Londres, avant de devenir visiteur général pour toute l’Angleterre.

Devenu prieur, sa sainteté ne se démentit pas. Il supporta par exemple héroïquement les injures grossières et les coups d’un inférieur.

Quand le roi Henri VIII réussit à faire voter comme loi d’Etat la suprématie royale sur l’Eglise, et la condamnation pour trahison envers tous ceux qui s’y opposeraient, le saint prieur avec toute sa communauté refusa nettement de s’y soumettre. L’apprenant, le roi se montra furieux contre lui et résolut d’en faire sa première victime.

Le père Houghton se prépara à la mort et y prépara toute sa communauté avec les marques du la plus complète confiance en Dieu. Après les avoir exhortés à accepter humblement leur sort, il se leva et s’agenouilla devant le plus ancien pour demander pardon, puis répéta son geste devant chacun des autres moines. Son exemple et ses larmes poussèrent alors tous les autres moines, l’un après l’autre, à accomplir la même démarche.

Trois jours après, le père Houghton célébra la messe du Saint-Esprit ; après l’élévation, une merveilleuse et mystérieuse mélodie se fit entendre, interrompant quelques secondes la prière du célébrant. 

John, avec deux autres prieurs qui étaient venus le rencontrer à ce moment-là, Robert Lawrence et Augustine Webster, tentèrent vainement de fléchir Cromwell qui, au contraire, les jeta en prison. Le 29 avril 1535, au Westminster Hall, il y eut un semblant de jugement, au terme duquel Cromwell arracha aux juges une sentence de mort pour cause de haute trahison.

Ces trois prieurs chartreux subirent le martyre le 4 mai 1535, et on leur adjoignit aussi deux autres prêtres (Richard Reynolds et John Haile). Le martyre consistait en la pendaison, mais comme cela se répéta fréquemment dans cette persécution, on ramenait à terre les pendus avant leur mort, et on les mettait en morceaux, encore vivants. 

En ce qui concerne John, quand le bourreau lui arracha le cœur, il aurait dit : Ô Jésus, que veux-tu faire avec mon cœur ?

De sa cellule, Thomas More (voir au 6 juillet) aperçut les martyrs et dit à sa fille Meg : Regarde, ces bienheureux Pères vont à la mort aussi gaiement que des fiancés vont à leur mariage.

Déclarés tous cinq bienheureux en 1886, les quatre premiers ont été canonisés parmi les Quarante Martyrs d’Angleterre et du Pays de Galles, en 1970.

Le Martyrologe mentionne nos cinq martyrs d’aujourd’hui au 4 mai.

Le miracle retenu pour la canonisation, advint par l’intercession de Cuthbert Mayne et de ses Compagnons en 1962 : un malade fut guéri instantanément et de façon stable d’un sarcome à l’épaule.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens