Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 octobre 2016 6 15 /10 /octobre /2016 22:50

José Gabriel del Rosario Brochero

1840-1914

 

Né le 16 mars 1840 à Villa Santa Rosa (Rio Primero, Córdoba, Argentine), quatrième des dix enfants de Ignacio Brochero et Petrona Dávila, José Gabriel fut baptisé dès le lendemain.

On ne dit pas s’il porta dès le baptême le nom de Rosario, ou s’il l’ajouta plus tard quand il s’inscrivit au Tiers-Ordre dominicain.

Deux de ses sœurs furent Religieuses.

Entré au séminaire en 1856, ordonné prêtre en 1866, il fut d’abord vicaire à la cathédrale de Córdoba et préfet des études au séminaire.

En 1867, lors d’une épidémie de choléra, il se dévoua au soin des malades et des moribonds : à cette occasion, on put constater que l’Eglise était la seule «structure» en état d’intervenir efficacement, mettant spontanément au service des malades son personnel, ses édifices et sa bonne volonté.

En 1869, don Brochero reçut le titre de Maître de Philosophie de l’Université de Córdoba.

La même année, il fut chargé du district San Alberto, ou vallée de Traslasierra, avec résidence à Villa del Tránsito.

Cette immense région de quatre mille mètres carrés ne comptait guère plus de dix mille habitants, très disséminés, vivant dans des conditions très précaires (sans parler des voyous qui s’y cachaient pour échapper à la justice) : il s’y rendit le 24 décembre, achevant son voyage par trois jours de marche à dos d’âne.

Une fois «installé» (le mot pourrait être ironique, mais don Gabriele était toujours heureux), il se fit vraiment tout à tous. 

De ses mains, il construisit avec ses «paroissiens» des chapelles, des églises, des écoles, des routes, des ponts… Sous ses suggestions, on fit des digues, des aqueducs ; il y eut un service postal, un télégraphe…

Au début, il se déplaçait avec sa mule, plus tard à cheval. 

L’évêque voulut l’aider à se reposer et, en 1898, le nomma chanoine de la cathédrale de Córdoba. En réalité, s’il fut effectivement installé dans la cathédrale (le 12 août), il recevait dès le 25 août suivant sa nomination de… curé à Villa del Tránsito. Le curé-gaucho, comme on l’appelait, ne supportait pas le long surplis à dentelle (la mozette) des chanoines. Don Brochero reprit ses activités.

Il fit aussi l’infirmier, sans se soucier de la contagion, et c’est ainsi qu’il prit à son tour la lèpre, qui le rendit sourd et aveugle pour le reste de ses jours.

En 1908, il dut quitter pour de bon sa «paroisse», qu’il avait animée pendant quarante années, et se retira chez ses sœurs à Santa Rosa de Rio Primero.

En 1910, dans son testament, il eut cette expression touchante concernant son «cercueil» : Qu’on fasse faire une caisse toute simple par quelque menuisier d’ici, pour lui faire gagner un peu d’argent.

En 1912, il voulut revenir à Villa del Tránsito, espérant faire avancer son fameux projet de chemin de fer. Il rencontra un ingénieur, en octobre 1912.

Selon le vif désir de ses paroissiens, il resta à Villa del Tránsito jusqu’à sa mort, le 26 janvier 1914. 

Au deuxième anniversaire de sa mort, la ville a pris le nom de Villa Cura Brochero (du curé Brochero).

Le miracle reconnu en vue de la béatification de don Brochero, fut la guérison inexplicable d’un enfant qui, après un accident de voiture, avait perdu grande partie de son cerveau et se trouvait à l’article de la mort après trois arrêts cardiaques. Son père invoqua l’intercession du Curé Brochero, et les spécialistes ne surent trouver aucune explication à cette guérison inattendue.

José Gabriel Brochero, prêtre argentin, a été béatifié en 2013, sous le pontificat du premier pape argentin de l’histoire.

Après la béatification, le petit miraculé, maintenant adolescent, reçut la Confirmation dans le sanctuaire de Villa Cura Brochero.

En 2016, le même Pape canonisa ce prêtre fidèle et intrépide.

Les Argentins voulaient fêter «dignement» leur curé gaucho. Le dies natalis étant le 26 janvier, l’Eglise n’a pas voulu effacer la fête des saints Timothée et Tite de ce jour ; aussi le pape proposa le 16 mars, jour de la naissance sur terre du Bienheureux.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens