Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 avril 2014 4 24 /04 /avril /2014 23:00

José Trinidad Rangel

1887-1927

 

Prêtre mexicain, José était le fils de José Eduvigis Rangel et de Higinia Montaño, très pauvres cultivateurs autant que profondément chrétiens, particulièrement fervents dans la dévotion au Sacré-Cœur. Ils habitaient Dolores Hidalgo, petit village de l’état du Guanajuato. José naquit le 4 juin 1887, la veille de la Sainte Trinité, dont il reçut le nom au baptême, dans la paroisse de Notre Dame des Douleurs, le 9 juin suivant. Il a au moins un frère, Agustín.

Trop pauvres pour envoyer leur fils à l’école, les parents lui enseignèrent les premiers rudiments de la lecture et de l’écriture à la maison, après le travail des champs. Mais ils lui inculquèrent une foi très profonde, un très grand amour pour la Sainte Vierge et tout particulièrement pour Jésus Eucharistie, qu’il reçut la première fois à sept ans.

Un peu plus grand, il allait très souvent à pied à la ville proche pour recevoir l’Eucharistie. Le prêtre qui le connut le mieux a pu témoigner que José était extrêmement discret, humble, pur et chaste.

Se sentant appelé très tôt au sacerdoce, il ne put réaliser son rêve qu’à vingt ans, lorsqu’il alla personnellement demander à l’évêque de León une bourse d’étude. Admis, il fit le voyage à pied accompagné de son père pour entrer au séminaire.

En 1910, commençait la révolution mexicaine et José devait rentrer chez lui. En 1914 toutefois, il put reprendre ses études et alla les achever aux États-Unis. Il fut enfin ordonné prêtre à 32 ans, le 20 avril 1919 et chanta sa première messe quelques jours plus tard dans son propre village, à Dolores Hidalgo.

Son premier poste fut une paroisse de León, comme membre du Centre catéchétique de la Salle. Il fut ensuite vicaire à Silao, à Marfil, à Ocampo y San Felipe ; curé à Jaripitío. Finalement, pour obéir à ses supérieurs, il trouva où se cacher à Silao, pour échapper à la loi civile de s’inscrire comme prêtre sur les registres du gouvernement.

Son refuge était chez les dames Alba ; il y trouva le père Andrés Solá, avec lequel il se lia d’amitié ; ces deux prêtres s’entraidèrent fortement dans ces moments difficiles. Or le frère de José, Agustín, lui proposa d’aller aux États-Unis pour échapper à la persécution, mais lui préféra la proposition de son supérieur d’aller célébrer clandestinement les offices de la Semaine Sainte chez les Sœurs Minimes de Saint-François du Rincón. C’est là qu’on le retrouva, le 22 avril, vendredi après Pâques. Un groupe de soldats s’introduisit dans la maison, on l’arrêta pour le conduire au séminaire de León, transformé ces jours-là en Poste de Commandement militaire. Le père José ne cacha pas son identité sacerdotale et indiqua exactement les lieux où il avait exercé son ministère. 

Le 24 avril, on le fit monter sur un camion à ordures, on le conduisit prisonnier à la gare de León, de là à Lagos de Moreno, et il fut fusillé le 25 avril pour avoir célébré le sacrifice de la Sainte Messe, en opposition aux autorités de la République”. C’est ainsi qu’il glorifia notre Seigneur Jésus Christ.

 

Il mourut le même jour que le père Andrés Solá et que le laïc Leonardo Pérez. Ces trois Martyrs sont commémorés au Martyrologe Romain le 25 avril, ayant été béatifiés tous trois en 2005.


Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens