Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 mai 2014 4 29 /05 /mai /2014 23:00

Juan Diego Cuauhtlatoatzin

1474-1548

 

Né en 1474, à Cuautitlán, une ville aztèque à vingt kilomètres au nord de l’actuelle Mexico, Juan Diego était un Indien qui s’appelait Cuauhtlatohuac, aigle parlant en langue nahuatl.

Lors de l’arrivée des Espagnols, il se convertit au catholicisme vers 1524, et c’est alors qu’il reçut au baptême le nom de Juan Diego (Jean Jacques).

Il se retira auprès de religieux franciscains, à Tolpetlac.

Lors d’une promenade sur la montagne proche, une belle Dame lui apparut, l’appelant par son nom, et lui parlant dans sa langue nahuatl. Elle lui demanda de construire à cet endroit une église. Cette apparition est du 12 décembre 1531.

Plein de respect pour la religion, Juan Diego demanda à voir l’évêque, un espagnol nommé Juan de Zumárraga, qui prudemment lui demanda un «signe», pour prouver ce qu’il avançait. Juan Diego retourna sur la colline, y rencontra à nouveau la Dame, qui lui dit alors d’aller cueillir des roses tout près de là. Or c'était l'hiver : Juan Diego trouva des roses magnifiques, les cueillit et les apporta dans son tablier à l’évêque. Mais quand il ouvrit son tablier, il s’aperçut que l’évêque tombait en admiration non pas devant les roses, mais devant le tablier vide : c’est qu’alors l’effigie de la «Dame» était restée empreinte sur le tissu du tablier.

L’Eglise fut construite, et le sanctuaire de Notre-Dame de Guadalupe est «le» sanctuaire où confluent tous les Mexicains depuis cinq siècles, ainsi que les pèlerins du monde entier. 

Juan Diego restera au service de cette église jusqu’à sa mort, témoignant de son expérience, servant humblement les Religieux qui y officiaient.

Juan Diego mourra à Mexico le 30 mai 1548, sera béatifié en 1990 et canonisé en 2002.

Une polémique s’est ouverte au sujet de l’identité-même de Juan Diego qui, selon certains, n’aurait pas existé. Toutefois, des études extrêmement scientifiques ont relevé des indices fort intéressants sur la toile elle-même où se trouve l’effigie de Notre-Dame. 

On sait que les fibres utilisées pour ce genre d’habit au Mexique sont des fibres naturelles dont la longévité est assez courte, de sorte que la permanence de cette toile dans le sanctuaire, depuis cinq siècles, est déjà un signe miraculeux.

On a analysé les couleurs de l’image, dont les pigments sont inconnus ; on a examiné les yeux de la Vierge, dans lesquels se reflète l’image de l’évêque et de ses assistants, avec en plus la correction optique qui s’effectue dans les deux yeux pour que l’image soit restituée sans dédoublement. 

D’autres détails encore ont été rapportés, d’où il ressort facilement que, si Juan Diego n’a pas existé, il nous a tout de même laissé une image merveilleuse de la très Sainte Vierge.

L’apparition eut lieu, comme on l’a dit, le 12 décembre 1531. C’est en souvenir de cet événement que la fête elle-même en a été insérée dans le calendrier romain (et c’est pourquoi la fête de sainte Jeanne Fremiot de Chantal a été déplacée à son tour du 12 décembre au 12 août).

La fête de saint Juan Diego, en revanche, n’a pas été placée à son dies natalis (le 30 mai), mais trois jours avant celle de l’apparition, le 9 décembre. D'ailleurs, le Martyrologe ne le mentionne que le jour de sa fête, 9 décembre, et pas au 30 mai.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens