Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 00:00

László Batthyány-Strattman

1870-1931

 

László (Ladislaus) Batthyány naquit le 28 octobre 1870 à Dunakiliti (Hongrie), dans une famille de l’ancienne noblesse, sixième de dix enfants.

Le papa, József, voulut passer au protestantisme et quitta la famille.

En 1876, la famille se transporta en Autriche et la maman mourut en 1882. On peut supposer qu’alors le père se rapprocha de ses enfants.

László avait douze ans : à cet âge-là, l’adolescent avait déjà exprimé son désir d’être médecin, et de soigner gratuitement les pauvres.

Son père voulut qu’il fréquentât l’Ecole d’Agriculture de Vienne, où il étudia aussi la chimie, la physique, la philosophie, la littérature et la musique. 

C’est à cette époque qu’il eut une petite fille illégitime. Puis il s’attaqua à la médecine en 1896 et reçut son diplôme en 1900.

En 1898, il épousa la comtesse Maria Teresa Coreth (de Coredo et Starkenberg), une femme profondément pieuse. Dieu bénit ce mariage par l’heureuse naissance de treize enfants. 

Tout ce joli monde allait chaque jour à la messe. Après la messe, le papa donnait une leçon de catéchisme à ses enfants et leur proposait à chacun un geste charitable à faire durant la journée. Le soir, après la prière du chapelet, chacun disait comment il avait accompli sa «mission».

En 1902, László ouvrit un hôpital privé à Kittsee (Autriche), pouvant contenir vingt-cinq lits, puis à Köpcsény (Hongrie). Il exerça d’abord comme généraliste, puis comme chirurgien et ophtalmologue. Durant la Première guerre mondiale, son établissement fut agrandi pour recevoir jusqu’à cent-vingt blessés.

En 1915, László hérita de son oncle défunt le nom de Strattman, le titre de Prince et le château de Körmend (Hongrie), où la famille s’établit en 1920.

Une aile du château fut transformée en hôpital ophtalmologique. László devint un spécialiste de renommée internationale dans ce domaine, en même temps que se répandait sa réputation de «docteur des pauvres». Il leur demandait seulement de prier un Notre Père pour ses intentions et, souvent, leur payait lui-même les médicaments à prendre.

Avant chaque opération, il priait Dieu de guider ses mains. Quand ses patients quittaient l’hôpital, il leur remettait un petit livret intitulé «Ouvrez les yeux et voyez», où ils pouvaient trouver quelques conseils utiles pour leur vie spirituelle. Ce geste, joint à la délicatesse de László, fit qu’on le qualifiait déjà de «saint», même dans sa famille.

En 1921, son fils aîné Ödön mourut à vingt-et-un ans d’une grave infection intestinale.

A la fin de l’année 1929, László eut une tumeur à la vésicule et fut admis au sanatorium Löw de Vienne. Cette épreuve, la plus grande de sa vie, allait lui donner l’occasion de montrer toute la patience et la charité dont il était capable. 

Il écrivit à une parente : Je suis heureux. C’est atroce, ce que je souffre, mais j’aime mes souffrances, et ma consolation est de savoir que je les supporte pour le Christ.

László mourut à Vienne le 22 janvier 1931, après quatorze mois de grandes souffrances et fut enterré dans la tombe familiale de Güssing.

Sa devise était : Dans la fidélité et la charité.

 

Il a été béatifié en 2003.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens