Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 23:00

Léon III

795-816

 

Le quatre-vingt-seizième pape succédait à Adrien 1er, à Noël 795.

Il était d’extraction humble, fils du Romain Azuppius. Entré jeune dans la cléricature, il étudia à l’école du Latran, apprit les belles-lettres, les Ecritures, le chant liturgique. Devenu chef du vestiarium pontifical au Latran, et cardinal, du titre de Sainte-Suzanne, il était connu pour sa bonté envers les pauvres et les infirmes.

Léon III devait tout de même avoir quelques ennemis : en avril 799, des sicaires se jetèrent sur lui lors d’une procession, lui crevèrent les yeux, lui arrachèrent la langue et le rouèrent de coups, avant de le jeter dans une église, puis dans un cachot du monastère Saint-Erasme.

Le bruit courut, et une expédition conduite par le duc de Spolète vint délivrer le pape. Ô miracle : le pape voyait et chantait, ayant récupéré l’usage des yeux et de la langue.

Certains affirment qu’en réalité, les brigands tentèrent de crever les yeux du Pontife et de lui arracher la langue. Il reste que le pape Léon III rencontra Charlemagne à Paderborn et lui demanda son soutien. Charlemagne l’accompagna bien volontiers à Rome, où il fut couronné empereur le 25 décembre 800.

Condamnés à mort, les bourreaux furent seulement exilés, sur l’intervention miséricordieuse du pape.

Le couronnement de Charlemagne n’était pas pour plaire énormément à la cour de Constantinople : quand l’impératrice Irène fut sollicitée en mariage par le nouvel empereur, ce fut le refus catégorique.

Plus tard, une nouvelle controverse à propos du Filioque agita des moines de Jérusalem. La fameuse expression était déjà utilisée par les évêques espagnols ; des moines francs de Jérusalem l’introduisirent dans le Credo, provoquant l’ire de moines grecs. Plainte des moines francs à Charlemagne, qui convoqua un concile à Aix-la-Chapelle (809) : Léon III blâma l’initiative de Charlemagne, sans cependant condamner l’expression (qui n’était pas hétérodoxe), ni non plus l’étendre à l’Eglise universelle.

Léon III intervint aussi doctrinalement contre un évêque espagnol pour sa doctrine adoptianiste (faisant du Christ-homme un fils adoptif de Dieu). Il s’occupa particulièrement de l’Eglise à Canterbury et en Bavière. 

S’il reçut en 812 une délégation du nouveau patriarche de Constantinople et du nouvel empereur, il dut ensuite prendre parti pour saint Théodore Studite (voir au 11 novembre), qui souffrit énormément de la part des iconoclastes à Constantinople. 

La fin du pontificat de Léon III fut encore agitée par des troubles dans la campagne romaine et même une conspiration.

Léon III mourut, rempli de mérites, le 12 juin 816, après vingt ans de pontificat, et fut canonisé en 1673.

 

Son successeur fut Etienne IV.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens