Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 00:00

Libânia do Carmo Galvão Mexia de Moura Teles e Albuquerque

1843-1899

 

Celle qui reçut au baptême le prénom de Libânia do Carmo, était la fille de Nuno Tomás de Mascarenhas Galvão Mexia de Moura Teles e Albuquerque, et de Maria da Purificação de Sá Ferreira.

Elle naquit le 15 juin 1843, dans l’actuelle localité de Amadora, tout près de Lisbonne (Portugal) et fut baptisée le 2 septembre suivant. Elle était la troisième des sept enfants de cette noble famille chrétienne.

Durant une épidémie de choléra (1856-1857), elle devint orpheline de père et mère, et fut admise à l’orphelinat de Ajuda, qui recevait les orphelines de familles nobles.

Cet orphelinat était géré par des religieuses françaises, les Filles de la Charité, qui furent expulsées en 1862, de sorte que Libânia trouva refuge chez les Marquis de Valada, qui la reçurent comme leur fille, pendant cinq années. Les temps étaient déjà à l’époque marqués par le libéralisme anti-chrétien, et le Portugal allait connaître à son tour la révolution en 1910.

Libânia, après que sa sœur Matilde fut entrée chez les Visitandines, quitta la vie mondaine, renonça à une proposition de mariage, et fréquenta le Tiers-Ordre franciscain ; puis elle entra chez les Sœurs Capucines Conceptionnistes en 1869, où elle prit le nom de Maria Clara de l’Enfant Jésus.

Elle fit son noviciat à Calais à partir de 1870, dans l’intention cependant de revenir au Portugal, malgré les temps difficiles qui s’annonçaient, pour y fonder une nouvelle famille religieuse, qui prendra le nom de Sœurs Franciscaines Hospitalières de l’Immaculée Conception. Elle fut en cela appuyée par le père Raimundo dos Anjos Beirao, lui aussi frappé par la misère sociale à soulager.

Après sa profession (1871) elle revint effectivement au Portugal et fonda sa première Communauté, dont la règle sera approuvée par le Saint-Siège cinq années plus tard seulement (1876).

De nombreuses maisons s’ouvrirent bientôt pour accueillir les femmes pauvres, tant au Portugal qu’en Afrique (Angola en 1883, Guinée et Cap Vert en 1893) et en Inde (1886).

Toute l’activité de la Mère des Pauvres marqua profondément l’entier pays portugais, en toutes sortes de maisons et hôpitaux, garderies, maisons d’assistance pour enfants pauvres, ou invalides, ou malades ; écoles, collèges, soupes populaires… en tout plus de cent-quarante maisons avec plus de mille Religieuses. Récemment, elles sont arrivées aux Philippines, au Timor, au Mexique, au Brésil.

Sa vie ne fut pas exempte d’épreuves, d’humilitations, de calomnies, dans lesquelles elle voyait tranquillement la main de Dieu. Ceux qui l’insultaient, elle les servait à genoux.

Elle s’éteignit le 1er décembre 1899, à seulement cinquante-six ans, éreintée par ses multiples travaux. Ses obsèques furent suivies par une foule immense qui reconnaissait déjà sa sainteté.

Le miracle retenu pour la béatification fut la guérison totale et instantanée d’une femme espagnole de trente-quatre ans, frappée de pyoderma gangrenosum, affection de la peau très douloureuse, qui l’obligeait à garder le bras attaché contre la poitrine.

Elle a été béatifiée en 2011.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens