Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 23:00

Lorenzo Salvi

1782-1856

 

Né le 30 octobre 1782 à Rome, fils unique de Antonio et Marianna Biondi, Lorenzo Salvi di Mazzeria était de famille aristocratique. Sa maman mourut à peine un mois après la naissance et Lorenzo grandit dans la palais des Comtes de Charpenta, où travaillait son père.

Il étudia au Collège romain (géré par les Jésuites), où un de ses compagnons fut Gaspare del Bufalo, maintenant canonisé (v. 28 décembre), et où un de ses maîtres devint plus tard le pape Grégoire XVI.

Profondément impressionné par la prédication de saint Vincenzo Strambi (v. 1er janvier), il voulut le suivre dans la congrégation des Passionistes. Mais il n’avait que dix-neuf ans, et son père lui commande : Ne me parle ni de pères ni de frères pendant une année. Le garçon obéit et, une année après, déclara à son père : J’ai obéi, maintenant, à toi de tenir ta promesse. Le papa céda.

Lorenzo commença le noviciat au Monte Argentario (1801) où il reçut le nom de Lorenzo Maria de Saint-François-Xavier, fit les vœux en 1802 et reçut l’ordination sacerdotale en 1805.

Désormais, il devait suivre pas à pas son Fondateur, saint Paolo de la Croix (v. 18 octobre).

De 1811 à 1814, les lois napoléoniennes supprimaient les maisons religieuses. Or, en 1812, Lorenzo tomba gravement malade : l’Enfant-Jésus lui apparut et le guérit. 

Quand cette période prit fin, Lorenzo reprit sa vie de passioniste, prêchant des missions et encourageant la dévotion à la Passion du Christ, mais il y ajouta sa note personnelle : il avait désormais une dévotion particulière pour l’Enfant Jésus, et saisissait toute occasion pour promouvoir la dévotion à la sainte Enfance de Jésus-Christ. 

Depuis, il écrivit et s’engagea par vœu à prêcher sans relâche à propos de l’Incarnation du Verbe éternel. Il appelait l’Enfant-Jésus son «petit empereur» (imperatorino), avec l’image duquel il fit des miracles. On l’appela le missionnaire de l’Enfant Jésus. Pour lui, Bethléem est la première école de toutes les vertus. C’est pourquoi on le représente souvent avec une image de l’Enfant-Jésus dans ses mains. On peut dire qu’il a précédé sainte Thérèse de Lisieux dans la «petite voie de l’enfance».

Il façonna des Enfant-Jésus en cire (quelques exemplaires subsistent encore) et écrivit un livre pour expliquer comment les faire. Il fonda une association, le Drapeau de la Sainte Crêche (Drappello della Sacra Culla), où les membres s’efforcent de suivre les exemples de l’Enfant-Jésus.

Il faut aussi ajouter que Lorenzo était organiste. Mais au-delà de tous ces dons naturels, il reçut aussi des grâces surnaturelles : il prophétisa, il eut des extases…

Lorenzo devint supérieur de la maison-mère de Rome, le couvent des Saints Jean-et-Paul, mais continua infatigablement à prêcher de nombreuses missions, dans tous les milieux, des religieuses aux prisons, opérant beaucoup de conversions par sa sainte vie, sa parole douce, et les miracles que Dieu permettait. 

Son «sous-directeur» fut le père Domenico Barberi, lui aussi un saint Religieux qui ensuite œuvra en Angleterre (v. 27 août).

On appela le père Lorenzo le «mouvement perpétuel». En 1856, il ne put refuser de se déplacer encore pour aller visiter des malades à Capranica. Quand il y arriva, le 9 juin, il reçut, confessa, bénit, réconforta les malades, et annonça qu’il ne pourrait rester plus de trois jours. 

En effet, il mourut à Capranica (Viterbe, Italie centrale), le 12 juin 1856, à soixante-quatorze ans. 

Lorenzo Maria de Saint-François-Xavier a été béatifié en 1989. 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens