Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 00:00

Margaretha Flesch

1826-1906

 

Née le 24 février 1826 à Schönstatt (Vallendar, Allemagne), de Johann Georg Flesch, Margaretha perdit sa maman en 1832 ; elle avait deux petits frère et sœur et aura ensuite trois autres frère et sœurs de leur belle-mère, après le remariage de son père.

Le père avait un moulin à huile au monastère de Schönstatt, puis dut se déplacer à Fockenbach, près de Niederbreitbach (où le moulin s'appela ensuite “Moulin-Flesch”), mais comme il y avait plusieurs meuniers sur place, les Flesch restèrent dans de difficiles conditions de vie et ne purent payer la taxe pour obtenir le droit de cité, mais firent tout leur possible pour envoyer leurs enfants à l’école.

En 1842, à la mort du papa, Margaretha se retrouvait à seize ans dans le devoir de nourrir la grande famille. Elle commença à récolter des herbes dans la nature et à préparer des tisanes qu'elle revendait à la pharmacie locale. Elle avait appris seule l'usage de ces herbes médicinales.

A partir de 1851, elle et sa sœur Maria Anna se retirèrent dans un ermitage entre Waldbreitbach et Hausen, où il faisait particulièrement froid, surtout en hiver. Elles vécurent là de “petits boulots” dans les écoles, vaquant à des travaux de couture et de raccommodage, s'occupant d'orphelins et de malades dans les environs.

On ne sait pas exactement quand Margaretha commença à être liée au curé de l'endroit ou aux Franciscains ; sans être encore du Tiers-Ordre, elle était depuis longtemps proche de l'esprit de saint François d'Assise.

Or, à l'imitation d'un ami d'école, elle voulut fonder une maison pour malades et orphelins, aidée en cela par son frère Ägidius. En 1860 elle quitta son ermitage avec sa sœur malade et s’installa dans cette nouvelle demeure : elle accueillit des malades, quelques compagnes vinrent l’aider.

En 1863, Margaretha prononça des vœux simples, en tant que Tertiaire franciscaine, et adopta le nom de Maria Rosa, en l’honneur de la Vierge Marie et de sainte Rosa de Viterbe.

Margaretha-Maria Rosa sera la supérieure de ce nouvel Institut jusqu’en 1878.

Et tandis que l’institut prospère, et qu’une centaine de Sœurs vivent dans vingt-et-une maisons, des intrigues intérieures menées par le nouvel aumônier écartent la Fondatrice de toute fonction, avec interdiction de parler d’elle, et excluent carrément les Sœurs anciennes. Les jeunes Sœurs ignorent totalement qui est cette Mère âgée qui ne parle pas.

On détruisit aussi de propos délibéré tous les documents écrits de la main de la Fondatrice elle-même, pour effacer toute mémoire de celle-ci.

La Fondatrice priait et s’occupait uniquement à la confection de vêtements liturgiques. 

Sur une photographie de 1905, on la voit humblement assise dans son fauteuil roulant, à côté de la Supérieure générale.

Mère Margaretha-Maria Rosa Flesch meurt à la maison-mère - dans sa maison - le 25 mars 1906.

Le «silence» persista jusqu’en 1915, quand mourut l’aumônier dont il a été question. Peu à peu la lumière se fit, on retrouva des documents, et la Fondatrice sortit de l’oubli pour s’acheminer vers le procès de béatification.

Margaretha-Maria Rosa Flesch a été béatifiée en 2008.

 

Son Institut, les Franciscaines de la Bienheureuse Vierge Marie des Anges, ou plus simplement les Franciscaines de Waldbreitbach, compte une cinquantaine de maisons en Allemagne, aux Etats-Unis et au Brésil : hôpitaux, maisons de retraite, foyers pour l’enfance, hospices, écoles.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens