Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 00:00

María Dolores Rodriguez Sopeña

1848-1918

 

Elle naquit à Velez Rubio, Almería (Andalousie, Espagne), le 30 décembre 1848, quatrième des sept enfants de Tomás Rodríguez, jeune magistrat et Nicolasa Ortega Salomón.

Une maladie contractée à huit ans la laissa malvoyante pour le reste de ses jours.

En 1866, son père fut nommé magistrat au tribunal d'Almería. Là, dédaignant les fastes de la haute société et préférant le service au prochain, elle fit ses premières expériences d'apostolat, en apportant son aide matérielle et spirituelle à deux sœurs atteintes de typhoïde et à un lépreux, à l'insu de ses parents. A cette éppoque, une dame de la haute société ne se serait jamais aventurée à entrer en contact avec les gens pauvres, mais María voulait avoir une famille en Christ Jésus.

En 1869, installée à Madrid avec une partie de sa famille (car son père avait été nommé à Porto Rico), elle choisit un directeur spirituel et prêta son service en enseignant la doctrine dans la prison des femmes, dans l'hôpital de la Princesse et dans les écoles dominicaines.

En 1872, elle avait vingt-trois ans et la famille se réunit à Porto Rico, en Amérique du Sud, où elle resta pendant cinq ans. Là, eut lieu le contact avec les jésuites. Assistée par le Père Goicoechea, son premier directeur spirituel, elle fonda l'Association des Filles de Marie, ainsi que des écoles pour les jeunes filles de couleur.

En 1873, son père fut transféré à Santiago de Cuba, où le schisme religieux sur l'île limita l'activité de Dolores aux visites aux malades de l'hôpital militaire. Après la recomposition, elle travailla dans les quartiers périphériques et fonda des Centres d'Instruction pour l'enseignement, la catéchèse, la culture et l'assistance médicale.

En 1876, à la mort de sa mère, elle retourna à Madrid, où elle organisa sa vie autour de trois axes : le soin de sa maison et de son père, son apostolat habituel et la vie spirituelle.

En 1883, à la mort de son père, elle fréquenta les Sœurs Salésiennes, mais au bout de dix jours elle abandonna cette vie contemplative pour se consacrer à l'apostolat. Elle fonda une "Maison sociale" - entre autres pour l’aide à la réinsertion des prisonniers - et accomplit son apostolat dans les faubourgs, prémices de l'"Œuvre des Doctrines".

En 1892, sur l’instigation de l’évêque, elle fonda l'association de l'apostolat séculier (aujourd'hui Mouvement laïc Sopeña). Le gouvernements approuva et appuya l’expansion de son travail dans huit quartiers pauvres et surpeuplés des environs de Madrid.

En 1896, elle commença son activité hors de Madrid, surtout dans les grandes villes, et s'établit à Séville, où elle fonda L'Œuvre des Doctrines.

En 1900 elle reçut l’approbation romaine pour une sorte d’institut religieux.

En 1901, elle fonda l'Institut des Dames Catéchistes à Tolède, ainsi qu'une association civile (aujourd'hui Œuvre sociale et culturelle Sopeña - OSCUS). Ses Œuvres de Doctrine se transformèrent en "Centres ouvriers d'Instruction". En quelques années, elle fonda des Communautés et des Centres dans les villes les plus industrialisées, ainsi qu'une maison à Rome (1914) et au Chili (1917).

En 1902, le gouvernement espagnol reconnaissait l’OSCUS comme association civile d’œuvre sociale, approuvée aussi par le Vatican.

L’immense activité de María Dolores s’est ainsi organisée en trois branches : l’Institut des Catéchistes Dolores Sopeña, le Mouvement Laïc Sopeña et la OCSUS, dont elle fut choisie comme Supérieure Générale en 1910.

Actuellement cette triple institution est présente en Espagne, en Italie, et dans grande partie de l’Amérique Latine (Argentine, Colombie, Cuba, Chili, Equateur, Mexique et Saint-Domingue).

María Dolores mourut le 10 janvier 1918 et fut béatifiée en 2003.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens