Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 avril 2014 3 09 /04 /avril /2014 23:00

 

Miguel “des Saints”

1591-1625

 

 

Il est né à Vich, en Catalogne (Espagne), le jour de la fête de saint Michel Archange, 29 septembre 1591. Ses pieux parents récitaient assidûment l’office et le rosaire de la Sainte Vierge. 

 

L’enfant méprisa le monde avant de le connaître et dès sa plus tendre jeunesse fit le vœu de chasteté perpétuelle. 

 

À l'âge de six ans, pressé du désir de marcher sur les traces des Saints, il courut se cacher dans une caverne. Il s'y livrait à de pieuses méditations sur les souffrances de Notre-Seigneur, lorsqu'il fut découvert et obligé à revenir chez lui.

 

En rentrant sous le toit paternel, Michel ne diminua en rien la sévérité du genre de vie qu'il s'était proposé de suivre. Il jeûnait trois fois la semaine, et comme sa santé n’en souffrait pas, il fut autorisé l’année suivante à jeûner tout le carême. Il couchait sur des sarments, n'avait qu'une pierre pour oreiller et prenait fréquemment la discipline. Ses mortifications étaient si rigoureuses qu'on a peine à comprendre comment un âge aussi tendre a pu les supporter.

 

Michel n'avait que douze ans quand son père mourut : il prit la ferme résolution d'embrasser l'état religieux, mais sa famille s’y opposa. Il prit l’habitude de ne vivre que d’herbes et de légumes. 

 

Il se rendit quand même à Barcelone en 1603 et se présenta chez les Trinitaires qui l'admirent au noviciat. Dès qu'il eut atteint l'âge fixé par les canons de l'Église, il fit ses vœux, le 30 septembre 1607. 

 

Ayant appris que le bienheureux Juan Bautista de la Conception venait d'entreprendre la réforme de l'Ordre de la Sainte Trinité, il se hâta d'aller à Pampelune, puis à Madrid pour se joindre aux fervents religieux qui secondaient le zélé réformateur. Il se distingua bientôt par son ardeur à pratiquer la Règle primitive de l'institut que les réformés observaient dans toute sa rigueur et fit sa profession à Alcalá de Henares.

 

Il étudia à Séville, puis à l’université de Salamanque, fut ordonné prêtre (par obéissance) à Faro en Portugal, exerça le saint ministère à Baéza, pour être finalement supérieur du couvent de Valladolid en 1622.

 

Sa fidélité aux moindres observances était si grande que jamais on ne put le trouver en défaut sur aucun point de la Règle. Il ne possédait qu'une seule tunique, ne buvait jamais de vin et passait quelquefois une semaine entière sans prendre aucune nourriture. Il donnait très peu de temps au sommeil, et passait le reste de la nuit dans la contemplation des choses célestes. 

 

Il passait de longues heures agenouillé devant le Saint Sacrement à la chapelle et fut souvent favorisé d'extases spectaculaires qui lui valurent le surnom d’extatique.

 

Quelles que soient les consolations célestes que Saint Michel des Saints goûta dans les exercices de piété, il savait s'en arracher pour remplir les devoirs imposés par la charité. Il passait un temps considérable au confessionnal, dévoué tout entier au service des âmes. 

 

Aux yeux de tous, de son vivant même, il a paru être un véritable Saint. On l'appelait : la fleur des Saints, d'où provient sans doute le nom de Michel des Saints que lui connaît la postérité. 

 

Il est mort âgé de trente-trois ans, le 10 avril 1625, fut béatifié en 1779, et canonisé en 1862.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens