Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 23:00

Norbert de Xanten

1080-1134

 

Norbert naît à Xanten, petite ville de Rhénanie, entre 1080 et 1085, dans une famille noble. De sa jeunesse, on sait tout juste qu’il la passait dans l’aisance et le plaisir mondain.

Ajoutant à son ascendance quelques bonnes études, il reçoit à Xanten une prébende canoniale, dont il ne se soucie guère. Il accède toutefois au sous-diaconat, et devient secrétaire de son évêque.

Ayant gagné la cour de l’empereur, il accompagne ce dernier à Rome en 1111 : là, la conduite de l’empereur va heurter sa conscience, car il voit Henri V extorquer au pape Pascal II l’investiture des évêques ; nous sommes à l’époque de la Querelle des Investitures, quand l’autorité civile prétend remettre aux évêques la crosse et l’anneau. Norbert, lui, refuse l’archevêché de Cambrai qu’on lui propose. 

Peu à peu l’appel à la conversion intérieure va faire son chemin. Il renonce à la cour, porte un cilice et vit dans la solitude.

A Noël 1115, il est ordonné prêtre : à partir de ce jour, il ne portera plus qu’un pauvre habit de peaux d’agneaux. Il se prépare à sa première Messe pendant quarante jours. 

Son nouveau style de vie heurte ses confrères : on l’accuse, il doit se justifier lors d’un concile à Fritzler en 1118, et décide de se dépouiller davantage, quittant son bénéfice et tous ses biens.

Il vient d’abord à Saint-Gilles-de-Provence porter ses hommages au pape légitime, Gélase II, mis en fuite par l’antipape : le pape l’autorise à prêcher dans toute l’Eglise romaine, mais Norbert, ne connaissant pas la langue romane, revient en pays germanique.

C’est durant cette première prédication qu’il rencontre une recrue de choix, en la personne de Hugues de Fosses, qui sera son successeur.

Tous deux parcourent le Hainaut et le Brabant en prêchant. Leur vie ascétique frappe les populations ; Norbert réconcilie les factions et reçoit le surnom de Angelus pacis, ange de paix.

En 1119, l’évêque de Laon et le nouveau pape, Calixte II, aident Norbert à s’établir dans le diocèse de Laon. Près de Coucy-le-Château va naître la fondation de Prémontré, un nouvel ordre né de la réforme de Norbert, qui s’inspirera à la fois de la règle bénédictine et de la règle des chanoines augustins.

L’ordre de Prémontré avait deux buts essentiels : la régénération du clergé et l’évangélisation du peuple chrétien.

Comme toujours dans la vie de l’Eglise, l’exemple d’un réformateur entraîne une sainte émulation, et l’exemple de Norbert suscitera tant de vocations qu’on comptera bientôt une centaine de monastères.

En 1126, Norbert reçoit du pape lui-même à Rome l’approbation de son travail.

Lors d’un autre voyage qui le menait à Spire, où il était question du nouvel archevêque à nommer pour le siège de Magdebourg, il fut reconnu et unanimement acclamé.

Étant entré dans Magdebourg pieds nus, il s’efforça désormais de ramener ce grand diocèse à la réforme, à la sainteté de mœurs.

Il dut affronter une sédition en 1129, qui heureusement finit dans la pacification.

Il installa ses disciples à Magdebourg, dans la collégiale de Sainte-Marie, leur confiant l’administration de l’Hôtel-Dieu et l’évangélisation des Wendes rebelles.

Lors de l’élection du nouveau pape Innocent II (1130), il s’unit de toutes ses forces avec saint Bernard et Pierre le Vénérable pour appuyer cette élection contre l’antipape Honorius II, et rallia ainsi l’empereur et l’Allemagne au pape légitime.

En 1132, l’empereur partit à Rome pour en chasser l’antipape, et Norbert l’accompagnait encore. Norbert reçut le pallium et le titre de chancelier d’empire, par suite de la vacance du siège de Cologne.

Mais la santé de Norbert était compromise. Son retour fut pénible. Il put encore célébrer le Jeudi Saint et la Pâque. A la Pentecôte, il reçut le saint viatique et mourut le 6 juin 1134.

D’abord inhumé dans la collégiale de Sainte-Marie de Magdebourg, il fut plus tard transporté à Strahor en Bohême car les Luthériens avaient expulsé les Prémontrés de Magdebourg.

 

D’innombrables miracles furent consignés dans un registre, mais la canonisation officielle n’arriva qu’en 1582.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens