Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 00:00

Rita Lopes de Almeida

1848-1913

 

Rita naquit le 5 mars 1848 dans le petit village de Casalmendinho (Ribafeita, Viseu, Portugal), quatrième des cinq enfants de Manuel Lopes et de Josefa de Jesus Almeida.

Dans cette famille chrétienne, où l’on priait chaque soir le chapelet, Rita eut une dévotion spéciale pour la Sainte Famille, et un amour tout dévoué pour le Pape.

La politique portugaise de l’époque, inspirée des idées maçonniques, fit fermer les Ordres masculins, et interdire aux féminins de recruter. 

Voyant les jeunes abandonnés à eux-mêmes, Rita sentit en elle une vocation missionnaire spéciale pour soustraire cette jeunesse à l’indifférentisme religieux, à l’immoralité, pour soutenir les valeurs de la famille et pour servir l’Eglise.

Elle parcourut les villages pour faire le catéchisme et prier le chapelet avec les gens. Elle aida ceux qu’elle put et même reçut à la maison des femmes nécessiteuses ou en danger. Cela n’alla pas sans heurts, et on attenta même à la vie de Rita.

Plusieurs fois on la demanda en mariage : refus. Son désir de se consacrer fut aussi contré par son père, qui l’aimait beaucoup et ne voulait pas s’en séparer. Masi à vingt-neuf ans, elle put entrer chez les Sœurs de la Charité à Porto, car cette congrégation, d’origine française et l’unique autorisée par l’Etat, s’occupait d’assistance sociale.

Mais Rita, voulant principalement s’occuper des petites filles pauvres, finit par obtenir de son confesseur la permission de quitter ce couvent.

Finalement à Ribafeita, elle put ouvrir en 1882 une maison pour un nouvel Institut des Sœurs de Jésus-Marie-Joseph, destiné à donner aux familles l’exemple de la Sainte Famille. Curieusement, c’est à la même époque qu’en Italie, Pietro Bonilli diffusait la dévotion à la Sainte Famille (voir au 5 janvier).

En 1902 elle ouvrit aussi un collège. Dès cette date, elle prit le nom de Rita Amada (Aimée) de Jésus. Trois mots résument son idéal : Aimer, souffrir, se taire. 

Les écoles se multiplièrent, les difficultés aussi : le gouvernement chercha à fermer ces établissements ; on manquait d’argent ; et même une de ses religieuses la contesta à l’intérieur. En 1910 la République se déchaînait encore plus contre le clergé, qu’en France : tout le clergé étranger fut expulsé, les biens de l’Eglise expropriés. Rita se déguisa en bohémienne et s’enfuit, avec ses petites filles.

La tourmente passée, Rita revint à Ribafeita, regroupa des enfants et quelques sœurs, tandis que d’autres émigraient au Brésil : c’est grâce à cette expatriation que l’Institut put survivre. En 1912 s’ouvrit une maison à Igarapava (Ribeiráo Preto) puis, grâce aux nombreuses vocations qui y vinrent, l’Institut aura sa Maison généralice à Saõ Paolo. 

Rita Amada mourut un mois à peine après la première installation de ses Religieuses au Brésil. Elle quitta ce monde le 6 janvier 1913, à Casalmendinho, son village natal.

En 1934 on put enfin ériger une province religieuse au Portugal. Actuellement ces Religieuses sont présentes en Amérique du sud (Bolivie et Paraguay), en Afrique (Angola, Mozambique).

 

Rita Amada a été béatifiée en 2006.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens