Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 juin 2014 2 10 /06 /juin /2014 23:00

 

Shoukrallah Maloyan

1869-1915

Shoukrallah était fils de Melkon et Faridé, né le 8 avril 1869 à Mardin (Turquie sud-ouest). C’était une famille chrétienne, appartenant à l’Eglise catholique de rite arménien.

Son curé remarqua en lui les signes de la vocation sacerdotale et l’envoya au couvent arménien de Bzommar (Liban) : le garçon avait quatorze ans.

Au terme de ses études, il reçut l’ordination sacerdotale, le 6 août 1896 (fête de la Transfiguration). A cette occasion il prit le nom religieux d’Ignatius, en souvenir de saint Ignace d’Antioche.

De 1897 à 1910, Ignatius travailla en Egypte, à Alexandrie et au Caire. Il fut aussi en 1904 le secrétaire du patriarche arménien, Boghos Bedros XII Sebbaghian. C’est durant ces années qu’une maladie lui brûla les yeux et lui causa de grosses difficultés de respiration.

Ignatius fut envoyé à sa ville natale, Mardin, pour tenter d’y remettre de l’ordre, et il en devint finalement l’archevêque, en 1911.

En prenant possession de son diocèse, il y encouragea fortement la dévotion au Sacré-Cœur de Jésus.

Comme on le sait officieusement, les autorités turques organisèrent un massacre généralisé des Arméniens, durant l’été 1915.

Le 3 juin 1915, le chef de la police de Mardin procéda à l’arrestation de l’Archevêque, de son clergé et de nombreux fidèles. Durant ce qu’on appela un procès, on les invita à embrasser l’Islam. Ayant refusé, ils furent battus, torturés, enchaînés et gardés en prison. 

Le chef de la police frappa l’Archevêque à la tête avec la crosse de son pistolet. Les soldats le battirent sans pitié. Le pauvre prélat priait : Seigneur, aie pitié de moi ! Seigneur, donne-moi la force !  Il demanda aux prêtres présents de lui donner l’absolution. Puis les soldats revinrent le battre ; ils lui arrachèrent les ongles des pieds. 

Le 9 juin, sa mère vint le voir et pleura en le voyant en cet état. Il l’encouragea.

Le 10 juin, on les força à marcher vers le désert ; ils étaient plus de quatre cents, dont quatorze prêtres. L’Archevêque réconfortait tous ses fidèles, priant Dieu de leur donner la force d’accepter le martyre avec patience et courage. Les prêtres leur donnaient l’absolution. Avec quelques bribes de pain qu’il avait, l’Archevêque Ignatius célébra une rapide et intense liturgie eucharistique pour remettre à tous ses fidèles le Viatique.

Un soldat témoin de la scène, témoigna avoir vu alors une sorte de nuage qui recouvrit tous les prisonniers et dont il sortait un excellent parfum. Tous avaient sur leur visage l’expression de la joie et de la sérénité.

Parvenus dans un village kurde, une centaine d’entre eux furent poussés dans des grottes de l’endroit et exécutés.

Devant ses prêtres et ses fidèles massacrés sous les yeux de l’Archevêque, le chef de la police lui offrit la vie sauve, à condition d’embrasser l’Islam. Le prélat répondit dignement qu’il conservait toute sa loyauté envers l’Etat Ottoman, ajoutant aussi : Je vivrai et je mourrai pour ma foi et ma religion. Toute ma fierté est dans la Croix de mon Dieu et Seigneur (cf. Ga 6:14).

Le chef de la police, enragé, ordonna de faire partir ce qui restait de la colonne, en direction d’une vallée, à quelque quatre heures de marche. Là, non loin de Diyarbakir, les deux-cents survivants furent exécutés devant Mgr Ignatios, qui fut abattu le tout dernier par le chef lui-même.

En tombant, Mgr Ignatius put encore proclamer : Mon Dieu, aie pitié de moi ; entre tes mains je remets mon esprit (cf. Ps 30:6).

La population kurde s’empara des vêtements des Martyrs, qui restèrent là plusieurs heures, avant qu’on les rassemble pour les arroser de pétrole et les brûler.

Ces faits eurent lieu les 10/11 juin 1915.

Mgr Shoukrallah Ignatius Maloyan fut béatifié en 2001. Il est commémoré le 11 juin.


Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens