Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2014 1 20 /10 /octobre /2014 23:00

Ursule

† 453

 

Au sujet de sainte Ursule, le Martyrologe du 21 octobre s’exprime ainsi :

A Cologne, la commémoraison des saintes vierges qui consommèrent leur martyre pour le Christ, là où plus tard fut construite une basilique en l’honneur de la jeune Ursule, vierge innocente que l’on pense avoir été à leur tête.

L’expression, sans aucune précision de date, tente d’accommoder à la fois une certaine tradition, des récits invérifiables, et des conjectures modernes.

Les conjectures modernes s’orientent vers une merveilleuse fable inventée de toutes pièces, et concèdent tout juste qu’il a pu s’agir du martyre de «onze vierges avec Ursule».

Les récits invérifiables sont les différentes versions qu’on possède sur sainte Ursule et ses éventuelles onze mille Compagnes.

La tradition veut qu’en effet cette basilique de Cologne ait été construite en l’honneur d’un grand nombre de vierges martyres, guidées par Ursule, toutes massacrées par les Huns dans les environs de la ville germanique.

Mais pourquoi donc ces onze mille vierges ? D’où venaient-elles et pourquoi ? Comment ont-elles pu tomber dans quelque embuscade des barbares envahisseurs ?

 

Ci-après, on trouvera deux récits. L’un se réfère à une «tradition». L’autre est repris d’une vision de la bienheureuse Anna Katharina Emmerick (voir au 9 février). Il n’est pas question ici de prétendre qu’une vision soit parole d’Evangile : l’Eglise n’a pas béatifié Anna Katharina pour ses visions. Mais Anna Katharina était ignorante et ne parlait que de ce qu’elle «voyait» dans ses visions, croyant d’ailleurs que tout le monde voyait les mêmes choses qu’elle. Ce qui frappera ici, c’est la cohérence de son récit.

 

Selon, donc, une ancienne tradition, Ursule était la fille d’un roi de Grande-Bretagne, très pieuse et très belle, qui voulait rester vierge par amour du Christ. C’était au 5e siècle.

Ursule fut demandée en mariage par un prince d’un région lointaine, qui en avait entendu parler. Ursule répondit qu’elle acceptait, mais dans un délai de trois ans, pendant lequel elle devait préparer dix compagnons d’élite, avec chacun mille vierges, qui partiraient sur onze navires, à destination du prince charmant.

Au bout des trois années, tout ce monde s’embarqua. Entre temps, toutes ces vierges s’étaient entraînées à conduire des navires. On accosta aux actuels Pays-Bas, et l’on remonta le Rhin jusqu’à Cologne. De là, sur inspiration divine, elles poussèrent jusqu’à Bâle, et continuèrent à pied jusqu’à Rome où elles vénérèrent les Saints Lieux et s’en retournèrent. Parvenues à Cologne, les Huns les accueillirent à coups de flèches et toutes moururent ainsi martyres. Puis les Huns virent en face d’eux une autre «armée», céleste celle-ci, qui les mit totalement en déroute, pour la plus grande joie des habitants de Cologne, qui étaient assiégés depuis un certain temps.

 

Voici maintenant le récit de Anna Katharina.

«Ursule fut suscitée par Dieu pour garantir les jeunes filles et les veuves de son temps de la séduction et du déshonneur et pour les faire entrer dans l’armée céleste des martyrs couronnés. L’archange Raphaël lui avait été donné pour guide : il lui annonça sa mission (…) (Ces jeunes filles et ces veuves) devaient mourir comme des enfants encore innocents, avant d’avoir pu tomber dans le péché.

Ursule était grande et forte, très résolue et très active ; elle n’était pas précisément belle, sa physionomie était très sérieuse et ses allures viriles. Lorsqu’elle souffrit le martyre, elle était âgée de trente-trois ans. Je la vis très jeune en Angleterre dans la maison de son père Deonotus et de sa mère Geruma.

Ursule avait dix compagnes qui venaient la trouver tous les jours, la matin et dans l’après-midi : après quoi, divisées en deux groupes, elles couraient ensemble dans une place entourée de murs, y luttaient avec les mains et même s’exerçaient au maniement de la lance.

Un homme de guerre puissant et considéré vint trouver le père d’Ursule  il avait entendu parler des exercices auxquels se livraient les jeunes filles et voulait les voir (…) : charmé de la beauté et de l’adresse d’Ursule, il la demanda en mariage. Les compagnes de celle-ci devaient épouser ses officiers et la chose devait se faire dans un endroit au-delà de la mer qui était dépeuplé. Cela me fit penser à Bonaparte qui mariait aussi des jeunes filles aux officiers de sa garde.

L’archange Raphaël apparut (à Ursule), la consola et lui ordonna de demander à adjoindre dix autres vierges à chacune de ses compagnes ; elle devait en outre réclamer un délai de trois ans et s’exercer avec elles sur des navires à toute sorte de combats et de manœuvres : il l’exhorta à avoir confiance en Dieu qui ne permettrait pas que son vœu de virginité fût violé.

Pendant ces trois années, elle devait convertir ses compagnes à la religion chrétienne et compter pour cela sur la protection de Dieu (…)

Le père leur fit équiper cinq petits navires, sur chacun desquels était un vingtaine de jeunes filles et aussi quelques matelots pour leur enseigner à se servir des voiles et à combattre sur l’eau. Je les vis alors s’exercer tous les jours à manœuvrer leurs navires, d’abord sur un fleuve, puis sur la mer à peu de distance du bord (…)

Bertrand, le confesseur d’Ursule, et deux autres ecclésiastiques étaient sur les navires. Toutes les jeunes filles furent baptisées par les prêtres (…)

Lorsqu’elles partirent d’Angleterre, il s’éleva une grande tempête qui les poussa vers les Pays-Bas (…) A l’endroit où elles quittèrent la mer pour remonter le Rhin, il y avait une ville où elles eurent beaucoup à souffrir. Quand on voulait mettre la main sur les vierges, elles se mettaient courageusement en défense et recevaient un secours surnaturel. Leurs agresseurs étaient comme paralysés et ne pouvaient rien contre elles (…)

Ursule remonta sur cinq bateaux de Cologne à Bâle où plusieurs restèrent avec les bateaux ; de Bâle, elle partit pour Rome avec environ quarante personnes parmi lesquelles des prêtres et des guides (…) Le pape Léon le Grand fit venir Ursule pour l’interroger ; elle s’ouvrit franchement à lui sur le secret de sa mission et sur ses visions, et elle reçut tous ses avis avec beaucoup d’humilité et de soumission (…) Ursule emporta avec elle à Cologne une relique de saint Pierre qui est encore connue comme telle sans qu’on sache d’où elle provient, une autre de saint Paul (…) Lorsqu’elles furent de retour à Bâle, tant de personnes se joignirent à elles qu’il leur fallut onze bateaux pour revenir à Cologne (…) Elles prirent terre à une lieue à peu près au-dessous de Cologne et elles établirent une espèce de camp (…)

Les ennemis, les ayant entourées de toutes parts, les égorgèrent à coups de lances et de haches (…) Ursule fut percée d’une lance. Parmi les corps qui couvraient le champ des martyres, il y avait, outre les vierges bretonnes, celles, en beaucoup plus grand nombre, qui étaient venues de divers endroits s’adjoindre à elles : il y avait encore des prêtres venus de Rome, d’autres hommes et aussi des ennemis (…)

Vers le temps où Ursule quitta l’Angleterre, vivaient en France les saints évêques Germain et Loup. Lorsque saint Germain passa en Angleterre avec saint Loup pour combattre les hérétiques, il consola les parents d’Ursule et ceux des autres jeunes filles, qui s’affligeaient de leur absence.»

Que l’on choisisse l’une des deux versions que l’on voudra. Il est certain que la mission d’Ursule sort de l’ordinaire et même de l’imaginable.

Ajoutons que la bienheureuse Antonia de Brescia (v. 27 octobre) eut une vision de sainte Ursule et de ses compagnes.

Sainte Ursule est regardée comme le modèle et la patronne des personnes qui s'appliquent à instruire chrétiennement la jeunesse. Plusieurs congrégations de religieuses sont placées sous son invocation, dont les «Ursulines».

A présent, Ursule, avec le nombre incalculable de ses nombreuses Compagnes, est mentionnée le 21 octobre au Martyrologe.

Partager cet article

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Hagiographie U
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 8500 notices de Bienheureux et Saints. Déjà traités : 1. Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. 2. Papes. 3. Saints du Calendrier Romain. 4. Les Saints et Bienheureux reconnus depuis le 12e siècle (sauf 2017). 5. Les Saints et Bienheureux des siècles VI-XI. 6. (en cours) : Les Saints et Bienheureux des siècles II-V. 7. (mise à jour) : Bienheureux et Saints proclamés en 2017. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens