Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 00:00

Vicente Blanco Guadilla

1882-1936

 

Vicente naquit le 5 avril 1882 (fête de saint Vicente Ferrer), de Hilario et Lucía, d’humbles ouvriers, très chrétiens, à Frómista (Palencia, Espagne) et reçut le nom de ce grand apôtre espagnol (voir au 5 avril).

Très vite il fréquenta avec plaisir le curé de la paroisse, ainsi que l’aumônier des Sœurs de la Sainte Famille de Burdeos, et c’est sans doute à travers elles qu’il connut les Missionnaires Oblats de Marie Immaculée (OMI).

En 1895, il entre au petit séminaire de Notre-Dame du Soto (Santander), tout récemment ouvert par les pères OMI, et qui fut transféré deux ans plus tard à Urnieta (Guipúzcoa), où Vicente fait ses études secondaires.

Ceux qui le connurent ont dit qu’on remarquait déjà dans ce garçon sa rectitude et son ferme désir de devenir religieux et missionnaire. Sa dévotion mariale se développait, il ne se séparait pas de son chapelet, qu’il avait appris déjà à prier en famille.

Durant les vacances, il savait aider les uns et les autres, mais surtout aider ses parents qui n’avaient pas de grands moyens.

A dix-huit ans, le 14 août 1900 (veille de l’Assomption), Vicente est envoyé au noviciat français de Notre-Dame de l’Osier (Isère), où il fait les premiers vœux un an plus tard, le 15 août 1901. De ce novice, on dit qu’il était très docile, très généreux et dévoué, modeste, réservé, équilibré, très convaincu de sa vocation et pénétré d’un grand amour pour sa famille religieuse.

Puis on l’envoie à Rome pour ses études sacerdotales ; c’est là qu’il émet les vœux perpétuels, et qu’il est ordonné prêtre en 1906.

Au moment où il va recevoir sa première fonction, on le note comme très régulier, d’un profond esprit religieux, d’une piété solide, d’un jugement droit, parfois un tantinet sévère, d’une volonté ferme mais pas entêtée, d’un caractère bon et dévoué.

Revenu en Espagne, il est professeur et directeur du collège de Urnieta, puis maître des novices à Urnieta et Las Arenas (Biscaye), pendant huit années.

De ces huit années, un témoin écrivit : Huit générations de novices l’ont connu ; il en reçut une vénération unanime, pleine de respect et d’estime ; ce religieux était sans vulgarité, mais bien pénétré de grandes vertus, surtout de prudence, de profonde piété, plein de zèle et tout donné aux intérêts de la Congrégation, plein d’amour pour l’Eglise, austère et très courageux, en même temps que très humble, exigeant pour lui-même et indulgent pour les autres… C’était un exemple vivant et stimulant pour toute la communauté. D’ailleurs, on l’appelait le saint père Blanco.

Ses derniers novices l’accompagnèrent ensuite au scolasticat de Pozuelo où il fut nommé supérieur en 1932.

Toutes ces charges importantes ne l’empêchaient pas d’exercer aussi le ministère pastoral, dans les paroisses ou communautés avoisinantes.

Le 18 juillet 1936, le père Vicente termine de prêcher une retraite pour quelques jeunes qui terminent leur noviciat à Bilbao et prend le dernier train pour Madrid sans se soucier de la situation dangereuse : la guerre civile allait éclater.

Le 22 juillet, toute la communauté de Pozuelo est sous surveillance ; les miliciens pénètrent dans la maison «pour chercher des armes». La maison devient une prison, dont les premiers prisonniers sont les jeunes religieux avec le père Vicente, soumis à toutes sortes de vexations. Le 23, ils ont juste le temps de prier un peu et de communier. Le père Vicente commença à donner la communion mais, trop ému, il dut être aidé par les deux autres pères, Monje et Vega. Cette communion devait être le Viatique pour presque tous. 

Le père Vicente fut emmené à la Direction Générale de Sécurité de Madrid, d’où on le laissa partir le 25 juillet.

Il mena alors une vie clandestine, mais fut rattrapé et arrêté le 15 octobre suivant ; il sera interné dans la prison Modelo, puis à celle de San Antón. Le père Monje, qui survivra parce qu’il sera remis en liberté, écrit : 

Le 27 novembre au soir, une liste de condamnés commence à circuler ; l’avant-dernier est celui qui écrit. On sortit de San Antón à 20h30, et nous nous séparâmes de ceux qui restaient avec l’émotion qu’on peut imaginer. Je me souviens qu’au moment de partir le père Blanco me dit : ‘Je crois que vous, vous allez être libéré ; écrivez-nous aussitôt’ : ce furent les dernières paroles que je lui entendis dire en ce monde ; en prison, il s’était toujours montré courageux et optimiste.

Très vite, ce même Père Blanco sera conduit à l’endroit fatidique, avec le père Provincial et onze autres Oblats, pour être fusillés à Paracuellos del Jarama.

C’était le 28 novembre 1936.

La béatification de ce groupe eut lieu en 2011.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens