Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 août 2014 3 20 /08 /août /2014 23:00

 

Victoire Rasoamanarivo

1848-1894

 

Victoire Rasoamanarivo (que l’on peut abréger en Rasoa, prononcer 'Rachou') naît à Antananarivo en 1848, fille de Rainandriantsilavo, officier du palais royal, et de Rambahinoro, qui a des liens avec la famille royale. 

Tandis que les Anglais avaient reconnu comme roi de Madagascar Radama 1er,  les protestants en profitèrent pour évangéliser. En 1838, ils réalisèrent l’exploit de traduire et d’imprimer en malgache la première Bible. 

Ensuite régna l’une des nombreuses femmes de Radama 1er, la cruelle Ranavalona 1ère, qui s’imposera par la terreur, persécutera les chrétiens (protestants), faisant des centaines de martyrs. Elle meurt en 1861. 

Son fils, Radama II lui succède et proclame la liberté religieuse. Il rappelle les missionnaires. Les jésuites et les sœurs de Saint-Joseph-de-Cluny évangélisent les Hauts-Plateaux. Victoire est une des premières élèves des Religieuses ; baptisée en 1863, à 15 ans, elle reçoit son nom de Victoire. Elle fait la première communion et reçoit la confirmation l’année suivante, et se marie le 13 mai 1864 avec Radriaka, fils du Premier ministre, un bon militaire, mais malheureusement adonné à la boisson. 

Elle n’avait pas le désir de se marier, mais ses parents l’avaient promise à Radriaka. Elle se soumit, à seize ans.

Une compagne dit d’elle qu’elle pleurait à la lecture de la passion de Jésus et disait : Nous ne savions pas ces choses avant, parce que nous ne connaissions pas Dieu. Nous ferons le serment de ne jamais répéter ces coutumes que nous avions auparavant.

Le roi est assassiné dans une révolution de palais. Lui succède la reine Rasoherina. Elle règne très peu de temps. Vient la reine Ranavalona II qui se convertit au protestantisme. La famille de Victoire est largement protestante. Victoire subit des pressions pour passer à la Réforme. Mais elle résiste fermement.

En 1876, elle devient Présidente Fondatrice du Zanak’i Masina Maria (Groupe des Filles de Marie).

Son mari, Radriaka, est un prince débauché, un tyran domestique. Ils n’ont pas d’enfant. Victoire refusera de divorcer et lui restera fidèle. Son beau-père lui-même lui dit un jour: Soa ô ! Je te dis ma peine. Nous sommes bien au courant de la souffrance que tu supportes silencieusement. La reine et moi-même avons pensé faire rompre ton mariage avec Radriaka, mon fils. Elle lui répondit: Dada ô, cette affaire ne concerne que moi. Je la veux supporter. Pourquoi vous tracasser inutilement ? Ne savez-vous pas que Dieu nous a unis pour toujours ? Je ne divorcerai jamais ! 

Victoire passe jusqu’à trois heures en prière dans l’église, où elle puise la force de supporter les humiliations que lui inflige son mari. Jamais une plainte ; elle prie pour la conversion de Radriaka. 

Après vingt-quatre ans de ce calvaire, son mari, affaibli, est proche de la mort. Devant la patience, la tendresse et les prières de sa femme, Radriaka est touché. Il demande à devenir catholique. En l’absence de prêtres, Victoire elle-même lui donne le baptême, en mai 1888, avec le nom de Joseph. En effet, après la première guerre franco-malgache, en 1883, les missionnaires catholiques avaient été expulsés. 

Ils ne purent revenir qu’en 1886, constatant avec grand étonnement que la communauté catholique, malgré les tracasseries du gouvernement, s’était accrue. C’était le résultat de la persévérance de Victoire et du frère malgache Raphaël Rafiringa

 . Les prières n’avaient pas cessé. On se réunissait à l’église chaque dimanche. Et Victoire répétait les lectures de l’Évangile et catéchisait. Le nombre des chrétiens avait été multiplié par quatre !

Quand les églises furent fermées, Victoire monta au palais et en revint avec l’autorisation de faire rouvrir les églises. Le roi lui avait répondu : Il n’y a aucune loi qui interdise aux chrétiens de prier dans leurs églises. Les gardes s’excusèrent. Victoire, par sa haute noblesse et sa force de caractère, imposait le respect. Victoire, non seulement maintint la foi, mais encore se dévoua sans compter au service des pauvres, des malades et, en particulier, des lépreux. 

En toute sa vie, Victoire remporta la victoire du Bien sur le Mal.

Elle mourut d’une grave maladie le 21 août 1894 en disant son chapelet et en répétant: Neny ! Neny ! Neny ! (Prononcer Nen’), c'est-à-dire: Mère ! Mère ! Mère ! Victoire n’avait pu avoir d’enfants, mais elle était devenue la mère de tous les chrétiens malgaches.

Une année après sa mort, la France conquit Madagascar et exila Ranavalona III.  

Victoire fut béatifiée en 1989, presque un siècle après sa mort. Le Martyrologe la mentionne au 21 août.

1 Louis Rafaringa (Frère Raphaël, 1856-1919) est le premier Frère des Écoles Chrétiennes malgache ; béatifié en 2009, il est fêté le 19 mai.

Partager cet article

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Hagiographie V
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 8000 notices de Bienheureux et Saints. Déjà traités : 1.Personnages bibliques (AT et NT). 2.Papes. 3.Saints du Calendrier Romain. 4. Reconnus aux siècles XII-XXI. 5. Siècles VI-XI. 6 (en cours) : siècles II-V. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens