Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

3e dimanche de l’Avent - B

 

Depuis des siècles, le peuple d’Israël attendait Celui qui doit venir. Isaïe lui fait dire ces paroles prophétiques : L’Esprit du Seigneur Dieu est sur moi… Le passage révèle toute la mission du Dieu incarné, qui tressaille de joie à la pensée qu’il va apporter la justice aux hommes. 

Certes, cette mission divine comportera les douleurs de la Passion, qui ne sont pas évoquées ici, mais qui seront le prix de cette nouvelle justice, de la nouvelle Vie que Jésus nous donnera.

C’est précisément ce passage d’Isaïe que Jésus commentera plus tard au début de sa prédication à Nazareth (cf. Lc 4:16-19), se l’appliquant à lui-même (ibid. v.21).

 

*       *       *

La joie que Marie montra après l’annonciation et la visitation, s’exprima en des termes que Jésus peut très bien faire siens, et c’est ce Magnificat que nous avons dans le Chant de méditation. 

La mission de Marie apparaît ainsi en parfaite union avec celle du Christ ; la volonté la plus intime de Marie est d’aider les hommes à s’approcher du Christ, en leur disant comme à Cana : Tout ce qu’il vous dira, faites-le (Jn 2:5).

 

*       *       *

La première lettre aux Thessaloniciens de saint Paul nous invite à ne pas repousser les prophètes, comme ont fait les Pharisiens, et à en recevoir humblement le message. 

Isaïe et tous les prophètes jusqu’à Jean-Baptiste n’ont fait que nous inviter à préparer la venue du Sauveur. Saint Paul le répète encore aux Chrétiens que nous sommes. 

Il est bon et salutaire d’entendre à nouveau cette invitation pressante, car la vie quotidienne routinière nous fait souvent oublier des choses importantes.

Garder le bien… S’éloigner de tout ce qui porte la trace du mal :  programme exigeant, si l’on veut l’appliquer intégralement. C’est le prix à payer pour trouver la paix en Dieu.

Ceux-là seulement trouvent la vraie paix, la paix intérieure, qui sont en harmonie de cœur avec l'appel de Dieu. La vraie paix n'est pas l'absence de guerre, une banale tolérance, mais une union intime avec Dieu, qui nous fait considérer toute créature, humaine, animale, végétale, comme un don de Dieu qu'il faut respecter et traiter avec considération.

Voilà comment l'on peut être toujours dans la joie, malgré les difficultés quotidiennes. Celui qui est en paix avec Dieu reçoit toute épreuve avec sourire et courage, sans révolte ; la prière l'aide à rester dans la paix, dans la joie, dans l'action de grâce. C'est le vrai chemin de la perfection, de la sainteté.

 

*       *       *

Le 3e dimanche de l'Avent nous met habituellement en présence de saint Jean-Baptiste. Mais comme l'évangéliste Marc est très laconique à son sujet (et que nous avons déjà lu dimanche dernier l'unique passage de Marc concernant Jean-Baptiste), nous lisons aujourd'hui un passage de l'évangéliste Jean.

Le Baptiste est donc à Béthanie, de l'autre côté du Jourdain : il s’agit donc d’une autre localité portant aussi le nom de Béthanie, différente de celle où Jésus ressuscitera Lazare (cf. Jn 11. Sa parole est franche, convaincante, il appelle à la conversion du cœur et beaucoup viennent le voir, l'écouter, se faire baptiser. 

De leur côté, les autorités religieuses, les Pharisiens, les prêtres et les lévites du Temple, ne sont pas ignares des textes bibliques ; depuis longtemps ils ont lu Isaïe : Aplanissez le chemin du Seigneurî et quand Jean-Baptiste le leur répète, ils comprennent très bien de qui et de quoi il s'agit. Mais ils sont jaloux de ce que les foules aillent à Jean et pas à eux ; orgueilleux, indociles, ils viennent discuter.

La discussion : excellent moyen de tourner autour de la Vérité sans y entrer vraiment, en se contentant d’accumuler d’interminables palabres.

Le ton des questions dénote l’esprit provocateur. La vraie question qu'ils devraient poser à Jean, comme le font les gens simples qui vont le voir (cf. Luc 3:10-14), devait-être : Que nous faut-il faire ? Mais leur problème n'est pas d'accueillir le message de Dieu ; et ils soumettent Jean à un véritable interrogatoire : Qui es-tu ? La question revient trois fois.

Jean ne rentre pas dans leur dialectique. Même s'il sait qu'il est cet Elie qui doit se manifester (et Jésus le confirmera plus tard, cf. Mt 17:12), il s'efface, pour bien faire comprendre qu'il n'est qu' une Voix, et qu'ils doivent écouter Celui qui vient leur parler. Cette voix passera, lorsque le Verbe sera là personnellement.

C’est certainement de Dieu que Jean-Baptiste a reçu cette mission de baptiser, en préparation de la venue du Christ, mais là encore Jean ne parle pas de l'excellence de sa mission, se contentant d'orienter ses auditeurs vers l’unique Sauveur : Moi, je ne fais que baptiser, mais c'est Lui qu'il faut écouter ; je ne suis pas même digne de lui retirer ses chaussures. C'est déjà humble d'être prosterné devant quelqu’un, encore plus de lui retirer les chaussures.

L'humilité de Jean est saisissante ; elle annonce celle de Jésus qui assumera notre condition humaine dans sa faiblesse, qui lavera les pieds de ses disciples, avant de porter sa croix jusqu'au calvaire.

 

*       *       *

 

Comme d'habitude, un retour sur les prières du jour éclairera en synthèse tous ces éléments. La prière du jour rappelle que nous devons fêter Noël avec un cœur vraiment nouveau ; et la prière finale, de ne pas céder à nos penchants mauvais. 

Ce peut être le moment d’examiner notre intimité, et de préparer le Sacrement de la Réconciliation, auquel nous a de nouveau invités le Pape tout récemment.

Partager cette page

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Homélies - année B

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 8000 notices de Bienheureux et Saints. Déjà traités : 1.Personnages bibliques (AT et NT). 2.Papes. 3.Saints du Calendrier Romain. 4. Reconnus aux siècles XII-XXI. 5. Siècles VI-XI. 6 (en cours) : siècles II-V. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens