Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Baptême du Seigneur - B

 

Après la fête de l’Epiphanie, la liturgie de Noël fait un saut en avant dans le temps, en commémorant l’épisode du Baptême de Jésus par Jean-Baptiste. Nos amis lecteurs retrouveront toujours les homélies de l’année A et pourront y puiser des éléments qui ne seront pas répétés ici. En revanche, nous allons nous attarder un peu plus directement sur les textes de cette année B.

Dans la première édition du Missel, ces lectures étaient les mêmes pour les trois années A, B, C ; seul différait l’évangile. Actuellement deux autres lectures précèdent l’évangile de saint Marc.

 

*       *       *

 

Voilà ce qu’annonçait Isaïe, huit siècles avant le Christ : manger de bonnes choses, des viandes savoureuses. Bien sûr, il ne s’agira pas de nos “réveillons”, parfois interminables et grotesques. Isaïe, avec son langage, veut annoncer ce festin eucharistique merveilleux, gratuit, où tout fidèle pourra se nourrir du Corps et du Sang du Verbe Incarné, Jésus-Christ, Fils de Dieu, fait homme.

Tout ce chant d’Isaïe n’est pas à prendre selon la lettre qui tue mais selon l’esprit qui vivifie (2 Co: 3,6b)  : le Prophète ne peut pas nous interdire d’aller acheter de quoi nourrir notre corps. Mais il nous adresse cet appel urgent à nourrir aussi et surtout notre âme, par les Sacrements de Jésus-Christ : Cherchez le Seigneur tant qu’il se laisse trouver, invoquez-Le tant qu’il est proche.

Cet appel est au chapitre 55 ; mais déjà au chapitre 12 Isaïe chantait la présence du Seigneur, et c’est aujourd’hui le Chant de méditation que nous avons, au lieu du psaume habituel. Le Prophète proclame : Il est grand au milieu de vous, le Saint d’Israël. 

 

*       *       *

 

La mission publique de Jésus-Christ commence à son Baptême ; elle s’achèvera par le sacrifice de la Croix. Sans la Croix, cette mission salvifique n’aurait pas été complète. Ainsi le souligne l’apôtre Jean, quand il dit que Jésus est venu par l’eau et par le sang ; et (que) celui qui rend témoignage, c’est l’Esprit.

Témoignage impressionnant : toute la foule entendit cette voix mystérieuse, tandis que la divine Colombe voltigeait pacifiquement au-dessus de Jésus pour bien témoigner de sa divinité, du lien direct qui unissait cette Voix céleste et Jésus de Nazareth.

Le sang de Jésus, ce n’est pas non plus seulement celui qu’Il versera durant toute sa passion ; il y aura ce moment sublime où, après avoir rendu l’esprit (on pourrait peut-être écrire : rendu l’Esprit, avec la majuscule), jaillit de son côté percé par la lance, du sang et de l’eau, ces éléments divins des Sacrements de la Vie que Jésus nous a laissés avant de mourir : le baptême et l’eucharistie, l’un pour nous purifier, l’autre pour nous nourrir de son Corps et de son Sang ; et cet Esprit qu’il souffle du haut de la Croix, présage de la prochaine Pentecôte où les apôtres seront “confirmés” dans l’Esprit.

Eau, Sang, et Esprit, rendent chacun à leur façon témoignage à la Divinité de Jésus, et l’on ne peut pas prétendre croire en Lui, sans recevoir également Ses sacrements dans le baptême, la confirmation et l’eucharistie.

 

*       *       *

 

L’évangéliste Marc est très bref, mais pas banal pour autant. Nous y lisons d’abord les paroles sublimes du Baptiste, bien conscient de sa mission de Précurseur ; de lui-même il dit ces mots pleins d’humilité : Je ne suis pas digne de me courber à ses pieds pour défaire la courroie de ses sandales ; on se souvient que, plus tard, Marie-Magdeleine se prosternera aux pieds de Jésus pour lui laver les pieds humblement, en signe de repentir : Jean-Baptiste se met encore en-dessous d’elle, ne se jugeant pas même digne de se courber devant son Maître. 

Mais ce n’est pas tout : Jean-Baptiste “relativise” en quelque sorte aussi sa propre mission, pourtant capitale, de préparation à la venue du Seigneur ; lui qui invite les foules à se convertir, à se faire purifier par le baptême, n’hésite pas à déclarer : Moi, je vous ai baptisés avec l’eau, lui vous baptisera dans l’Esprit Saint, montrant bien par là combien le serviteur tenait à s’effacer devant le Maître, le précurseur devant le Messie, le prophète devant le Christ. Jean-Baptiste est surtout grand parce qu’il est humble.

Quand Jésus demandera à ses apôtres de baptiser au nom du Père et du Fils et de l’Esprit-Saint, il n’annulera pas le baptême de Jean avec l’eau, mais il y ajoutera la puissance de l’Esprit, qui procède du Père et du Fils, selon l’expression que nous répétons dans notre Credo dominical. Le baptême de pénitence deviendra alors le Sacrement de la Vie nouvelle en Jésus-Christ.

 

*       *       *

 

 

Au jour de son Baptême, Jésus a trente ans environ ; il sera présent, visible, au milieu de son peuple pendant trois années. Aujourd’hui, Jésus est toujours présent parmi nous : dans l’Ecriture, dans les Sacrements et particulièrement dans l’Eucharistie, dans l’Eglise, avec son Chef, le Pape, avec nos Evêques et nos Prêtres, mais aussi dans nos Frères, surtout les plus humbles et les plus démunis, et il est au milieu de nous, chaque fois que deux ou trois sont réunis en (son) Nom.

Nous unir à Lui, nous transformer en Lui, faire Un avec Lui. Une des Prières du jour l’exprime : puisque nous reconnaissons que son humanité fut semblable à la nôtre, donne-nous d’être transformés par lui au plus intime de notre cœur. 

On pourra aussi prêter attention à la prière que prononce le prêtre à la Messe, quand il unit une gouttelette d’eau au vin du calice : 

Comme cette eau se mêle au vin pour le sacrement de l’Alliance, puissions-nous être unis à la divinité de Celui qui a pris notre humanité.

Partager cette page

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Homélies - année B

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 8000 notices de Bienheureux et Saints. Déjà traités : 1.Personnages bibliques (AT et NT). 2.Papes. 3.Saints du Calendrier Romain. 4. Reconnus aux siècles XII-XXI. 5. Siècles VI-XI. 6 (en cours) : siècles II-V. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens