Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Carême - 2 B

 

Le sacrifice d’Isaac a été unanimement reconnu comme une préfiguration de la Passion de Jésus-Christ par des auteurs célèbres comme Tertullien, Origène, et bien sûr s.Augustin qui écrit : “Qui d’autre en Isaac portait lui-même le bois pour le sacrifice, si ce n’est Celui qui était lui-même chargé de la croix pour aller au terme de sa passion ?” (Contra Faustum, XII,25).

Le sacrifice d’Abraham a vraiment été complet, total : par sa promptitude à obéir, sans un mot de discussion, sans un instant d’hésitation, sans exprimer le moindre regret.

De cette bénédiction est venu le Fils de Dieu, incarné dans le sein de Marie, qui s’est offert totalement à Son Père jusqu’à la croix. 

*       *       *

Il y a un petit problème de traduction dans le psaume de méditation, où nous lisons : Il en coûte au Seigneur de voir mourir les siens, comme si Dieu avait accepté à contre-cœur le sacrifice de Jésus et le martyre de tant d’hommes et de femmes jusqu’à nos jours. 

Certes, Dieu ne prend pas plaisir à voir écorcher vifs Ses enfants, mais le psaume dit en réalité : Elle a du prix, aux yeux de Dieu, la mort de ceux qui l’aiment (traduction Segond). 

Une note de la Bible de Jérusalem explique que les versions ont interprété ce texte d’après le dogme de la résurrection, et tout le contexte de ce psaume 115 semble bien exprimer clairement l’Action de grâces du Christ pour son Sacrifice rédempteur. 

Ce psaume à lui seul pourrait constituer une excellente Prière Eucharistique, à utiliser à l’entrée de la maison du Seigneur, au milieu de Jérusalem.

*       *       *

Saint Paul est encore plus décisif : Dieu n’a pas refusé son propre Fils, il l’a livré pour nous : c’est bien la preuve que cette mort est précieuse aux yeux de Dieu.

 

*       *       *

Sur cette autre montagne du Thabor, Jésus apparaît transfiguré aux apôtres, et la voix du Père nous dit expressément que c’est Lui qu’il faut écouter.

Cette manifestation du Christ glorieux a été permise par Dieu pour, en quelque sorte, encourager les apôtres à ne pas se laisser abattre par la prochaine passion du Christ, en leur annonçant quelle serait ensuite la gloire du Ressuscité, même s’ils ne comprennent pas bien encore ce que peut signifier ressusciter d’entre les morts, une réalité encore inexistante et qui allait bientôt être la marque fondamentale du Christianisme .

Il faudrait dire un mot sur la phrase de Pierre qui ne savait que dire, tant était grande leur frayeur

En fait, Pierre exprime très clairement quelque chose qui est plein de respect et d’adoration, proposant une tente pour le Christ qui est Dieu, une pour Moïse (qui en reçut les Tables) et une pour Elie (qui annonça Sa naissance), mais pas pour lui-même et ses deux compagnons ; il disait donc quelque chose de tout-à-fait sensé, mais un peu sans s’en rendre compte, comme dans une extase. 

Et l’on ne pourrait pas vraiment parler de frayeur, puisqu’il dit qu’il est bon d’être ici : certainement il a pu être rempli d’un sentiment de sainte crainte, de cette crainte de Dieu dont le psaume dit : Venez, mes fils, écoutez-moi : je vous enseignerai la crainte du Seigneur (Ps 33:12).

Sans prétendre corriger la traduction officielle des textes liturgiques, on pourrait proposer de comprendre cette expression de la façon suivante : “Il ne s’apercevait pas des paroles qu’il disait, tant il était saisi de crainte”, un état d’esprit qui s’est répété dans maintes apparitions tout au long des siècles.

 

*       *       *

Ce n’est pas la mort en soi qui est douloureuse, ni aux yeux de Dieu ni aux nôtres, puisque dès notre conception nous sommes condamnés à la mort. Ce qui compte, en effet, c’est comment est offerte et acceptée cette mort, ainsi que les douleurs et les maladies qui l’accompagnent, comment chacun de nous accepte de s’offrir à Dieu pour collaborer à Son œuvre rédemptrice. 

Sur l’invitation de Dieu lui-même, écoutons son Fils bien-aimé : travaillons à faire mourir en nous les traces du vieil homme, nos concupiscences, nos petites choses humaines et terrestres, pour dès maintenant ressusciter à une vie nouvelle.

Ecoutons bien déjà la Prière du jour : ainsi purifiés, nous pourrons discerner (la) gloire du Christ, comme les Apôtres.

Partager cette page

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Homélies - année B

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 8000 notices de Bienheureux et Saints. Déjà traités : 1.Personnages bibliques (AT et NT). 2.Papes. 3.Saints du Calendrier Romain. 4. Reconnus aux siècles XII-XXI. 5. Siècles VI-XI. 6 (en cours) : siècles II-V. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens