Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 juillet 2017 2 25 /07 /juillet /2017 15:52

Paulus, Valentina et Thea de Césarée

† 308

 

Thea était de Gaza (Palestine).

Arrêtée, elle fut conduite à Césarée (de Palestine, auj. près de Dor, Israël) avec d’autres Compagnons : ils eurent les tendons du pied gauche brûlés et l’œil droit crevé, puis furent condamnés aux mines.

Thea n’était pas intimidée, ni femme à se laisser condamner à la prostitution : elle proféra des paroles à l’encontre du tyran qui commandait à des juges aussi cruels. Aussitôt, on la fustigea, on l’écartela sur le chevalet, on lui déchira les flancs.

A ce moment-là, une autre femme qui assistait à ces tortures, éleva la voix courageusement en s’adressant au juge : Jusqu’à quand tortureras-tu ma sœur aussi cruellement ? Ce n’était pas sa sœur de sang, mais elles l’étaient par la foi. Celle-ci était Valentina, de Césarée. On la saisit sur le champ et on la mit devant l’autel pour offrir de l’encens : la voilà qui donne un grand coup de pied pour renverser cet «autel». Le juge la fit alors torturer encore plus durement que jamais.

Puis il fit jeter les deux vierges sur un bûcher.

Paulus, lui, était aussi condamné à mort et devait être décapité. Il obtint du bourreau un petit «délai» et se mit à prier : pour la conversion des Juifs et des païens ; puis pour le juge qui venait de le condamner, pour les chefs d’Etat, pour le bourreau lui-même. Sa prière était si intense, si sincère, si émouvante, que tous l’écoutaient avec les larmes.

Le martyre de ces trois Soldats du Christ eut lieu le 25 juillet 308, à Césarée de Palestine. 

Saints Paulus, Valentina et Thea de Césarée sont commémorés le 25 juillet dans le Martyrologe Romain.

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Hagiographie P
commenter cet article
24 juillet 2017 1 24 /07 /juillet /2017 22:00

Victorinus d’Amiternum

fin 1er siècle

 

D’après les Actes des ss.Nereus et Achilleus (v. 12 mai), Victorinus était un compagnon de captivité de Flavia Domitilla (v. 7 mai) sur l’île de Ponza.

Il en fut retiré par Aurelianus, le fiancé éconduit de Flavia, qui l’envoya travailler dans ses terres quelque part sur la Via Salaria. Toute la journée, il fallait creuser la terre, pour recevoir le soir une mauvaise nourriture.

Mais Victorinus ne perdait pas son temps : il parlait du Christ à ceux qu’il rencontrait et gagna beaucoup d’âmes à la Foi.

Furieux, Aurelianus fit suspendre Victorinus par les pieds au-dessus d’une source d’eaux sulfureuses à Cotiliæ. Le Martyr y resta pendant trois jours avant de rendre l’esprit.

Ce devait être à la fin du 1er siècle, sous Nerva, et peu après le martyre de Flavia, donc en 96. 

Victorinus avait deux Compagnons, Maro et Eutyches, qui subirent aussi le martyre, mais qui ne sont pas inscrits au Martyrologe.

Le corps de Victorinus fut recueilli de nuit par des Chrétiens d’Amiternum, qui l’ensevelirent là où est aujourd’hui la contrée San Vittorino, près de L’Aquila (Italie C).

Saint Victorinus d’Amiternum est commémoré le 24 juillet dans le Martyrologe Romain.

 

 

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Hagiographie V
commenter cet article
24 juillet 2017 1 24 /07 /juillet /2017 22:00

Fantinus de Tauriana

294-336

 

Fantinus naquit vers 294 à Tauriana (Calabre, Italie S), et reçut le baptême chrétien.

Mis au service d’un propriétaire nommé Balsamius, il devait en garder les chevaux, ce dont il profita de nuit pour moudre le grain de paysans pauvres, en y faisant passer les bêtes.

Mais il fut découvert par des gens non chrétiens, qui le dénoncèrent au patron. Celui-ci le surveilla ;  Fantinus s’en sortit par un heureux stratagème (un miracle ?), une deuxième fois en s’enfuyant, traversant le fleuve proche à pieds secs : le patron se convertit.

Fantinus mourut vers 336.

Pour ses nombreux miracles, Fantinus fut surnommé thaumaturge ; pour sa responsabilité avec les chevaux, les Italiens l’ont appelé Cavallaro.

D’autres miracles, posthumes, sont attestés. Le 24 juillet 650, des Sarrasins arrivaient avec leurs bateaux : un de ceux-ci fut brusquement pris dans une forte vague ; les survivants se convertirent au christianisme.

Fantinus fut aussi surnommé l’Ancien,  pour le distinguer de Fantinus le Jeune (v. 30 août).

Saint Fantinus de Tauriana est commémoré le 24 juillet dans le Martyrologe Romain.

 

 

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Hagiographie F
commenter cet article
24 juillet 2017 1 24 /07 /juillet /2017 21:59

Euphrasia de Thébaïde

† 412

 

En Lycie (act. Antalaya-Muğla, Turquie SW) vivait un couple de grands chrétiens, Antigone et Euphrasie, lui sénateur et gouverneur, peut-être même parent de l’empereur Théodose, elle une fervente chrétienne. Ils demandaient à Dieu un enfant, cette Euphrasia dont on va parler. Après la naissance de celle-ci, les parents résolurent ensemble de vivre désormais dans la perpétuelle continence.

Antigone mourut peu après. Quand la petite fille eut cinq ans, l’empereur proposa à sa mère de la donner en mariage au fils d’un très riche sénateur, mais fort heureusement la maman exigea d’attendre au moins l’âge nubile de sa fille.

Mais Euphrasie, la mère, fut elle aussi convoitée par un autre sénateur : elle résolut d’abandonner sa résidence et d’emmener sa petite fille en Egypte, dans cette Thébaïde où florissaient tant de monastères et aussi où la famille possédait d’importants terrains.

Euphrasie s’installa près d’un monastère de moniales. Elle leur rendait souvent visite, et la petite Euphrasia s’éprit de la sainte abbesse. Elle se montra tout-à-fait résolue à ne suivre que Jésus-Christ et à faire tout ce que l’on voudra.

On imagine l’émotion, mais aussi la joie de la maman d’Euphrasia. Elle continua d’aider les pauvres et de se sanctifier par la prière et les jeûnes. L’abbesse fut divinement avertie qu’elle mourrait bientôt et le lui fit savoir : Euphrasie s’en montra très heureuse, car c’était son vif désir de rejoindre bientôt la Vie éternelle.

L’empereur apprit cette pieuse mort, et jugea opportun d’avertir le fameux jeune homme dont on parlait plus haut, que sa «fiancée» était consacrée à Dieu. Euphrasie répondit en expliquant le choix irrévocable qu’elle avait fait. Elle profitait de sa lettre pour avertir l’empereur de faire distribuer aux pauvres, aux orphelins et aux églises tous les biens dont elle avait hérité à Constantinople, d’affranchir tous ses esclaves et de remettre aux fermiers ce qu’ils lui devaient. L’empereur apprécia beaucoup cette belle lettre, accomplit tous les désirs d’Euphrasia et lut la lettre en plein sénat.

Euphrasia n’avait toujours que douze ans ! Elle se mit à jeûner une fois, deux fois, trois fois par semaine ; elle finit par ne manger qu’une seule fois par semaine.

Une autre religieuse, Germaine, se prit d’une méchante jalousie envers Euphrasie : elle lui parla méchamment ; l’abbesse l’expulsa, et c’est encore Euphrasia qui intercéda pour faire réadmettre Germaine dans la communauté.

L’abbesse fut à nouveau divinement avertie qu’Euphrasia serait bientôt rappelée à Dieu. Euphrasie, qui avait une trentaine d’années, fut effectivement prise de fièvre.

Une moniale nommée Julie, sa maîtresse, lui demanda d’obtenir la faveur de la suivre bientôt : elle mourut effectivement quatre jours après Euphrasia. L’abbesse demanda la même faveur, et mourut un mois après Euphrasia, vers 412.

Sainte Euphrasia de Thébaïde est commémorée le 24 juillet dans le Martyrologe Romain.

 

 

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Hagiographie E
commenter cet article
24 juillet 2017 1 24 /07 /juillet /2017 21:58

Déclán d’Ardmore

5e siècle

 

Comme beaucoup d’autres Saints, irlandais entre autres, on vit une flamme au-dessus de la tête du petit Déclán pendant qu’il dormait.

On ne sait pas préciser s’il vécut avant ou après s.Patrice (v. 17 mars), ou si les deux Saints se sont connus : une version affirme que Déclán, de retour de Rome, aurait rencontré Patrice qui s’y rendait.

On attribue à Déclán la conversion des Déisi dans l’Est-Munster et la fondation du monastère d’Ard Mór (Irlande S).

On le considère ainsi comme le premier évêque d’Ardmore.

Saint Déclán d’Ardmore est commémoré le 24 juillet dans le Martyrologe Romain.

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Hagiographie D
commenter cet article
23 juillet 2017 7 23 /07 /juillet /2017 18:01

Severus de Thrace

† 305

 

Tout ce qu’on peut dire sur Severus a été écrit dans la notice de s.Memnon.

Memnon était un centurion de l’armée romaine en station à Bizya (Thrace, auj. Vize, Turquie W).

Il se convertit sur les enseignements de son ami Severus.

Après d’atroces supplices, ils s’en allèrent au Ciel y recevoir la palme du martyre.

C’était durant la persécution de Dioclétien et Maximien, donc vers 303-310.

Saint Memnon de Thrace est commémoré le 3 juillet dans le Martyrologe Romain, tandis que s.Severus est mentionné au 23 juillet.

 

 

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Hagiographie S
commenter cet article
23 juillet 2017 7 23 /07 /juillet /2017 18:01

Ioannes Cassianus

355-435

 

Ioannes Cassianus serait d’origine scythe (act. Roumanie), même si l’on a aussi préconisé la Provence, la Palestine, le Kurdistan… Il naquit vers 355-360.

Suite, sans doute, à la dévastation de la Scythie vers 375-382, de 375 et 385 il séjourna à Bethléem dans quelque monastère.

En 385, ses supérieurs lui permirent de passer en Egypte, accompagné d’un certain Germanus ; tous deux voulaient connaître et vivre la vie monast!que des Pères de l’Egypte, qu’il ne quittèrent que brièvement  en 392 pour rencontrer leur supérieur de Palestine.

Leur séjour se prolongea donc dans le désert de Scété (au sud-ouest d’Alexandrie).

Vers 400, ils vinrent à Constantinople pour rencontrer s.Jean Chrysostome (v. 14 septembre), qui eut le temps d’ordonner prêtre Germanus, et diacre Ioannes, avant son départ en exil.

En 405, les deux amis portèrent à Rome une lettre du clergé de Constantinople, qui exprimait l’attachement de ce clergé à Jean Chrysostome.

Mais au retour, Germanus et Ioannes constatèrent qu’ils n’étaient pas personæ gratæ pour leur soutien à Chrysostome, et durent repartir, on ne sait pas exactement où, mais en 415, Ioannes se trouvait en Provence et fut ordonné prêtre à Marseille. Dès lors, on perd de vue Germanus qui, peut-être, revint en Palestine.

Ioannes fonda à Marseille le fameux monastère d’hommes dédié à Saint-Victor (v. 21 juillet), ainsi que celui de femmes, dédié au Saint Sauveur.

L’évêque d’Apt demanda à cette époque à Ioannes de décrire la vie des moines d’Egypte et de Palestine. Ce fut l’origine des très fameuses Institutions cénobitiques et remèdes aux huit principaux vices, douze livres que Ioannes Cassianus acheva vers 418.

Puis il rédigea les vingt-quatre Conférences (en latin : Conlationes), où il raconte ses visites aux Pères du désert. Dans la dixième, il parle de l’enseignement d’un abbé Isaac, qui recommande de prier sans cesse, en toutes occasions, le fameux verset de l’Office divin : Deus, in adiutórium meum inténde, Dómine ad adiuvándum me festína (Dieu, viens à mon aide, Seigneur viens vite à mon secours, Ps 69:2).

Après cela, Cassianus écrivit aussi un ouvrage sur l’Incarnation, qui n’eut pas le succès des précédents. Cassianus était fatigué de ses nombreux déplacements, âgé, et ne s’est pas rendu compte de ses expressions douteuses, qui d’ailleurs furent combattues par un autre Saint, Prosper d’Aquitaine (v. 25 juin).

Ioannes Cassianus mourut vers 435.

Latin, il fut traduit en grec, cas unique avec celui de Grégoire le Grand (v. 3 septembre).

Saint Ioannes Cassianus est commémoré le 23 juillet dans le Martyrologe Romain

 

 

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Hagiographie I
commenter cet article
23 juillet 2017 7 23 /07 /juillet /2017 18:00

Valerianus de Cimiez

† 460

 

Cimiez, quartier de Nice, est le nom moderne de Cemenelum.

Valerianus en fut l’évêque. Dans la mesure où Cemenelum fut assimilé à Nice, on peut dire que Valerianus fut le quatrième évêque de Nice.

Il est supposé avoir été moine à Lérins, mais il est certain qu’il entretint avec cette abbaye des rapports très amicaux.

Valerianus assista aux conciles de Riez (439 et de Vaison (442).

En 449, il y eut un bref conflit de juridiction concernant l’évêque d’Arles. Le pape s.Léon (v. 10 novembre) trancha en séparant bien les deux évêchés d’Arles et de Vienne. Puis il demanda à tous les évêques de la région d’approuver sa Lettre à Flavien, dans laquelle il exposait la doctrine catholique sur le Christ, Fils unique de Dieu, une Personne en deux Natures. Valerianus fut un des signataires.

En 455, il participa au concile d’Arles, au sujet d’un petit problème entre l’abbaye de Lérins et l’évêque de Fréjus.

Dans son apostolat, Valérianus s’attaqua particulièrement aux gourmands, aux orgueilleux, aux captateurs d’héritage.

Peu après, c’est le même pape s.Léon qui réunit les deux diocèses si voisins de Nice et Cimiez.

Valerianus mourut vers 460.

On a de lui quelques homélies ; citons celle aux moines de Lérins, assez brève, où il réussit la performance de citer chacune des quatorze épitres de s.Paul.

Saint Valerianus de Cimiez est commémoré le 23 juillet dans le Martyrologe Romain.

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Hagiographie V
commenter cet article
22 juillet 2017 6 22 /07 /juillet /2017 18:32

Platon d’Ancyre

† 305 ?

 

On a vu le 16 juillet que le martyr Antiochus de Sébaste était, croit-on, le frère de s.Platon.

Celui-ci vivait à Ancyre (auj. Ankara, Turquie NW), où il encourageait les Chrétiens à rester fidèles à leur foi, malgré la persécution.

Pour ce motif, il fut arrêté ; interrogé, il demeura ferme : on s’étonnait de voir un tel jeune homme si attaché à ses convictions.

On le tortura : il fut frappé par douze soldats, puis étendu sur un lit de bronze brûlant ; toute sa chair fut déchirée et brûlée.

Devant sa constance, beaucoup se convertirent au Christ.

On lui fit des avances, auxquelles il répondit cette phrase de s.Paul : Ma vie c’est le Christ, et mourir pour Lui m’est un gain (cf. Phil 1:21).

Au terme de sa prière, on entendit des voix angéliques qui répondirent Amen.

On le tortura encore, avant de le décapiter.

Platon fut martyrisé sous l’empereur Maximien, donc entre 284 et 305.

Saint Platon d’Ancyre est commémoré le 22 juillet dans le Martyrologe Romain.

 

 

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Hagiographie P
commenter cet article
22 juillet 2017 6 22 /07 /juillet /2017 18:32

Kyrillos d’Antioche

† 306

 

Ce Kyrillos (Cyrille) est beaucoup moins connu que ses homonymes d’Alexandrie ou Jérusalem.

Kyrillos fut évêque d’Antioche de Syrie (auj. Antakya) pendant une trentaine d’année, à partir de 272 au moins, période qui demeura, somme toutes, assez calme.

Mais au début de la persécution de 303, il semble que Kyrillos ait été arrêté et exilé en Pannonie (act. Hongrie), et qu’un successeur lui ait été donné en la personne de Tyrannos.

Après trois années de captivité et, certainement, de mauvais traitements, Kyrillos mourut dans sa prison, vers 306.

Saint Kyrillos d’Antioche est commémoré le 22 juillet dans le Martyrologe Romain.

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Hagiographie K
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 8000 notices de Bienheureux et Saints. Déjà traités : 1.Personnages bibliques (AT et NT). 2.Papes. 3.Saints du Calendrier Romain. 4. Reconnus aux siècles XII-XXI. 5. Siècles VI-XI. 6 (en cours) : siècles II-V. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens