Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 novembre 2017 7 26 /11 /novembre /2017 16:00

Valerianus d’Aquilée
 † 388

Valerianus fut le neuvième à occuper le siège d’Aquilée. Ses prédécesseurs étaient évêques, lui fut le premier archevêque.
Son prédécesseur immédiat avait tenu une position indécise vis-à-vis de l’arianisme, tandis que Valerianus se mit décidément du côté de l’orthodoxie. Ainsi, au concile romain de 369, c’est lui qui siégea juste après le pape Damase.
En 381, Valerianus présida un synode en Aquilée, et il siégeait même avant s.Ambroise de Milan (v. 7 décembre).
S.Jérôme, s.Basile de Césarée firent les plus grands éloges de lui et de son diocèse. Dans la ville d’Aquilée, le clergé était organisé en communauté, à laquelle pouvaient aussi participer des laïcs, dans une ambiance de fraternité chrétienne.
Valerianus mourut vers 388, ou peu après, après une vingtaine d’années d’épiscopat.
Le Martyrologe Romain mentionne saint Valerianus d’Aquilée au 27 novembre.

Partager cet article

Repost0
26 novembre 2017 7 26 /11 /novembre /2017 16:00

Maximus de Riez
 † 455

Fils de parents chrétiens, Maximus naquit à Decomecum (peut-être Châteauredon, Alpes Maritimes), qui se trouvait dans le diocèse de Riez.
Studieux, pieux, il entra à l’abbaye de Lérins, dont le fondateur, s.Honorat, vivait encore et fut son maître.
En 427, Honorat fut appelé à être évêque d’Arles : il nomma Maximus pour lui succéder à Lérins.
Pendant sept années, Maximus fut le Moïse de ses moines, les guidant par sa foi ferme et ses bonnes œuvres.
Il devait lutter contre le Tentateur. Un jeune moine qui l’avait suivi en cachette pour voir ce qu’il faisait ainsi la nuit dans la nature, fut terrorisé d’apercevoir le Diable près de Maximus et en eut une grave fièvre ; Maximus le guérit à son retour.
En 433, on voulut appeler Maximus à occuper le siège épiscopal de Fréjus, mais Maximus, averti à temps, alla se cacher dans la forêt pendant trois jours ; mal lui en prit : il se trouva juste à ce momet-là sous une pluie battante. Mais ce n’était que partie remise : on vint bientôt le chercher pour le siège de Riez. Il réussit encore à s’échapper, et sur le continent, mais on le retrouva quand même, et il dut se plier à la volonté de Dieu : il fut sacré évêque.
Désormais, il accomplit son devoir ; il participa aux conciles (Riez en 439, Orange en 441, Vaison en 442, Arles en 455), il fut co-signataire des lettres envoyées au pape Léon le Grand par les évêques du Midi en 450 et 451.
Maximus fit construire deux églises à Riez, en l’honneur de s.Pierre et de s.Alban.
On lui attribua beaucoup de miracles, des résurrections de morts, des guérisons d’aveugles et de boiteux ; il guérit en particulier un paysan dont le bœuf lui avait ouvert le ventre d’un coup de corne…
Maximus mourut le 27 novembre, en ou peu après 455, après vingt-deux ans d’épiscopat.
Son successeur, tant comme abbé à Lérins que comme évêque de Riez, fut s.Faustus (v. 28 septembre).
Le Martyrologe Romain mentionne saint Maximus de Riez au 27 novembre.

Partager cet article

Repost0
26 novembre 2017 7 26 /11 /novembre /2017 15:59

Siffridus de Carpentras
6. siècle

Siffridus (Siffrein) a pu naître vers 500.
Il serait arrivé de Campanie (Italie) avec son père, qui le conduisit au monastère de Lérins.
L’enfant étudia la grammaire, la rhétorique, la dialectique.
Quand il eut trente ans, il fut sacré évêque de Venasque par s.Césaire d’Arles († 542, v. 27 août). Venasque fit ensuite partie du diocèse de Carpentras.
Siffridus fut le cinquième évêque de Carpentras, approximativement entre 536 et 540. Comme tel, il construisit deux églises à Venasque, en l’honneur de Notre-Dame et de s.Jean-Baptiste. A Carpentras, il construisit une autre église, en l’honneur de s.Antoine, l’abbé (v. 17 janvier).
Vers la fin de sa vie, il se retira à Notre-Dame et secoura les pauvres avec une grande bonté.
Il mourut vers 540.
Le Martyrologe Romain mentionne saint Siffridus de Carpentras au 27 novembre.

Partager cet article

Repost0
26 novembre 2017 7 26 /11 /novembre /2017 15:58

Eusicius de Celles
† 542

Eusicius (Eusice) vécut dans la première moitié du 6e siècle.
Il était un des fils de parents très pauvres de Périgueux qui, pour mieux dissimuler leur pauvreté, s’en vinrent en Berry. Ils en vinrent même à vendre leur fils Eusicius, qui fut racheté par l’abbé de Parpeçay.
S’étant montré très fidèle dans tous les petits emplois qu’on lui confia, il conquit la confiance des moines et de l’abbé, et reçut le sacerdoce. 
Ce qui précède suffit à revenir sur l’erreur qu’on a faite en prétendant qu’Eusicius était un ancien moine de Micy (Orléans).
Mais il recherchait plus de solitude. Il se retira parmi des fourrés d’épines, loin des hommes, en un endroit nommé Prisciniacus. 
Il tenait l’or et les richesses pour du fumier (cf. Ph 3:8). Dans sa petite cellule, il couchait sur la cendre, portait un cilice ; des vocations se joignirent à lui.
Il eut le don des miracles, de la prophétie.
D’un signe de croix, il guérissait les gorges enflées ; il donnait à boire de l’eau bénite qui faisait disparaître la fièvre.
Un de ces guéris s’avisa de revenir la nuit suivante pour voler les ruches du Solitaire. Mal lui en prit : voici Eusicius qui arrive et lui donne la ruche volée ; l’homme tombe à genoux ; et Eusicius : Le vol enrichit Satan !
En 531, au roi Childebert qui lui offrait une somme d’or avant de partir en guerre contre les Wisigoths d’Espagne, Eusicius refusa la bourse et prédit au roi la victoire et l’accomplissement de son vœu : Childebert obtint la victoire et, de retour, promit de faire construire là une belle basilique qui abriterait la dépouille d’Eusicius. Tout arriva ainsi. De plus, comme Childebert ramenait avec lui des prisonniers enchaînés, Eusicius lui demanda de les libérer, ce qu’il fit sur place.
Eusicius mourut vers 542. 
Des miracles ayant eu lieu sur sa tombe, le roi Childebert fit alors construire la basilique dont il fut question plus haut, ainsi qu’un monastère. Le hameau qui en naquit devint la ville de Celles-Saint-Eusice, aujourd’hui Selles-sur-Cher (Loir-et-Cher).
Les reliques de s.Eusicius furent profanées par les troupes protestantes de Coligny.
Saint Eusicius est commémoré le 27 novembre dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article

Repost0
24 novembre 2017 5 24 /11 /novembre /2017 22:23

Mercurios de Césarée de Cappadoce
† 250

Ce martyr inconnu pourrait fort bien être le Mâr Qurios ou saint Qurios dont parlèrent les Syriens. Dans leurs transcriptions, les Grecs crurent avoir affaire à «Marcurios», qui devint saint Mercurios.
Ce soldat était en garnison en Arménie. Un ange - ou le Christ lui-même - lui apparut, le poussant à attaquer l’ennemi sans tarder, lui rappelant seulement : N’oublie pas le Seigneur ton Dieu.
Vainqueur, Qurios fut fait généralissime par l’empereur Dèce. L’ange rappela à Qurios son conseil. Ce dernier se souvint alors que son père était chrétien.
Quand ensuite l’empereur invita Qurios à sacrifier à la déesse Artemis, Qurios se déclara chrétien : il déposa sa chlamyde et sa ceinture aux pieds de Dèce, qui l’envoya en prison. L’ange apparut à nouveau, pour réconforter Qurios.
Le lendemain, Qurios renouvela sa profession de foi. Il fut attaché à quatre poteaux et, pendant qu’on allumait un feu sous son corps, on le flagellait d’importance - au point que le sang éteignit les flammes. Reconduit en prison, il fut soigné par l’ange.
Le jour suivant, l’empereur s’étonnait de voir Qurios guéri et l’accusa de magie. Puis il lui fit appliquer des fers rouges ; on le suspendit la tête en bas avec une pierre au cou et on le frappa encore, avec des verges d’airain. L’empereur ordonna finalement de transporter Qurios en Cappadoce et de l’y décapiter.
Cela pouvait se passer vers 250, sous Dèce. Difficile alors d’assimilier Qurios à l’un des Quarante soldats martyrs en Cappadoce (v. 9 mars), mis à mort en 320.
On raconta plus tard que c’est le même Mâr Qurios qui serait apparu, sur ordre divin, auprès de Julien l’Apostat pour le faire mourir d’un coup de lance (363).
Le Martyrologe Romain mentionne saint Mercurios de Césarée de Cappadoce au 25 novembre.

Partager cet article

Repost0
24 novembre 2017 5 24 /11 /novembre /2017 22:22

Moyses de Rome
† 251

Au moment de la brutale persécution de Dèce, le prêtre romain Moyses eut un rôle important dans la conduite de l’Eglise romaine, privée alors de son pape pendant quinze mois, après le martyre de s.Fabien en 250 (v. 20 janvier).
Il était aux côtés de Novatien, tant que ce dernier resta dans le juste chemin de la fidélité à l’Eglise.
Arrêté avec un autre prêtre, Maximus, et deux diacres, Rufinus et Nicostrates, Moyses continuait de montrer l’exemple de la foi, de la modération, de la clairvoyance. Tandis que Novatien se laissait prendre par un courant intransigeant, Moyses restait en communion avec l’évêque de Carthage, s.Cyprien (v. 14 septembre). La question importante était la réadmission des lapsi, de ceux qui avaient eu la faiblesse de renier un moment leur foi pour échapper au martyre. Cyprien et Moyses étaient partisans de les réadmettre moyennant une pénitence appropriée ; Novatien, non.
Moyses mourut en prison, en janvier ou en février 251, victime de sa détention prolongée.
Novatien, on le sait, brigua l’élection papale, mais fut vivement écarté ; c’est s.Corneille qui fut élu.
Moyses ne fut pas mis à mort, mais fut considéré comme martyr, pour sa fidélité sans faille à l’Eglise, qu’il défendit courageusement dans le danger. 
Bien que Moyses mourût en début d’année, le Martyrologe Romain le mentionne encore, arbitrairement, au 25 novembre.

Partager cet article

Repost0
24 novembre 2017 5 24 /11 /novembre /2017 22:21

Botros d’Alexandrie
† 311

Botros (Pierre) naquit grâce à la bénédiction que le patriarche Theonas (v. 28 déc.) donna à sa mère, jusque-là stérile. Le même Theonas baptisa l’enfant et l’ordonna prêtre à seize ans.
Lors de la dispute avec Sabellius, Botros lui porta la contradiction ; non seulement il le réduisit au silence, mais la main de Dieu s’abattit sur Sabellius, qui tomba raide mort.
Botros fut désigné par Theonas pour gouverner l’Eglise d’Alexandrie (Egypte) en 300. Il en était le dix-septième pasteur.
Il allait diriger cette grande communauté pendant douze ans : trois ans avant la persécution de Dioclétien, neuf ans ensuite.
Eusèbe de Césarée dit qu’il pourvoyait sans se cacher, au bien général des Eglises. Et aussi qu’il était un de ces docteurs divins de la piété chrétienne. 
Si Arius fut le grand ennemi de la Foi unique au quatrième siècle, Botros eut à combattre d’abord contre un autre évêque d’Egypte, Meletius, évêque de Lycopolis, qui profita de la prison de Botros pour s’immiscer dans l’Eglise d’Alexandrie et y imposer ses vues. Botros dut faire convoquer un synode pour examiner cette situation, mais Meletius demeura sur ses positions et s’installa dans le schisme.
Arrêté à son tour, Mélèce se retrouvait avec Botros ; même dans la prison, le schisme perdurait.
Au début de 311, les prisonniers furent libérés, mais la persécution reprit très vite avec Maximin Daia.
Ainsi, sans nul motif, (Botros fut) appréhendé contre toute attente ; subitement, sans jugement, comme sur ordre de Maximin, il (fut) décapité. Avec lui, plusieurs évêques d’Egypte subirent même traitement.
Ces autres évêques furent : Phileas, Hesychius, Pachomius, Theodorus. Le Martyrologe ajoute qu’il y eut beaucoup d’autres Martyrs. Parmi ceux-ci, ont été mentionnés Faustos, Dias et Ammon (v. 8 septembre).
C’était le 25 novembre 311. Botros fut le dernier des Martyrs et c’est pour cela qu’en Orient on l’a surnommé le sceau des Martyrs.
Le Martyrologe Romain mentionne saint Botros d’Alexandrie au 25 novembre.

Partager cet article

Repost0
24 novembre 2017 5 24 /11 /novembre /2017 21:52

Marculus de Numidie
† 347

La notice du Martyrologe dit ceci : 
En Numidie, l’évêque saint Marculus. On rapporte que, au temps de l’empereur Constant, il fut précipité du haut d’un rocher par un certain Macarius et mourut en martyr.
Cet épisode s’inscrit dans le cadre de la longue diatribe du donatisme. Cette «doctrine» dérivait du nom de Donatus, évêque de Cellæ Nigræ (Numidie, auj. Baghaï, Algérie), mais remontait aux premières persécutions de Dioclétien en 303.
A cette occasion, des prêtres et des évêques avaient cédé à la pression subie par les autorités civiles, en livrant (tradere) des objets et des livres du culte chrétien. On les appela les traditores (le mot a donné le français traître).
Selon certains rigoristes - et Donatus prit leur tête à partir de 312 - les sacrements conférés par des traditores n’étaient pas valides. L’Eglise romaine, cependant, affirma que, dans tout sacrement, c’est le Christ qui agit, indépendamment de la dignité du ministre qui l’exerce.
Les donatistes refusaient de se plier. L’empereur Constantin fut sollicité d’intervenir, deux conciles se prononcèrent contre le courant donatiste (Rome en 313, Arles en 314).
Ces débats dégénérèrent en véritables bagarres en Afrique. Et comme il arrive dans les cas de rébellion, se joignirent aux donatistes d’autres éléments agitateurs. La situation prenait l’allure d’une guerre civile à peine voilée. Même entre les donatistes, s’éleva la division. 
L’empereur Constant voulut pacifier cette rébellion. Il fit envoyer des subsides aux communautés. Donatus refusa. C’est ainsi qu’on arrive à notre évêque Marculus.
Ce dernier appartenait au courant donatiste. On ne sait par qui ni pour quoi il fut mis en prison, ni combien de temps, ni qui prit la décision de le faire précipiter du haut d’un rocher (347). On a attribué ce geste à un certain Macarius.
Devant tant de questions, on ne comprend pas pourquoi Marculus a été maintenant inséré dans le Martyrologe. 
Le donatisme persévéra jusqu’au concile de Carthage (411), qui le condamna fermement.
La cause de Marculus restait imprécise. Selon s.Augustin, l’évêque d’Hippone (v. 28 août), Marculus se serait lui-même suicidé.
Le Martyrologe Romain mentionne saint (?) Marculus de Numidie au 25 novembre.

Partager cet article

Repost0
23 novembre 2017 4 23 /11 /novembre /2017 17:28

Firmina d’Amelia
† 303

Firmina aurait été une vierge martyrisée à Amelia (Ombrie, Italie C), pour avoir refusé les avances d’un consul.
On lui fit subir diverses tortures, on la suspendit en l’air et on alluma sous elle des torches ardentes, qui devaient l’asphyxier et la brûler.
Les reliques en auraient été découvertes au neuvième siècle.
Le Martyrologe Romain mentionne sainte Firmina d’Amelia au 24 novembre.

Partager cet article

Repost0
23 novembre 2017 4 23 /11 /novembre /2017 17:27


Protasius de Milan
† 343

Protasius fut le huitième évêque de Milan, le neuvième si l’on tient compte de l’énigmatique s.Barnabé (v. 11 juin). Son épiscopat commença vers 328.
Il tint sa place dans l’atmosphère empoisonnée de l’arianisme. Il fut un de ceux qui entouraient s.Athanase (v. 2 mai) devant l’empereur Constant (342), et il était présent au concile de Sardique (343). Il est douteux qu’il fût présent aux conciles de Milan de 345 et 347.
Un catalogus lui accorde vingt-cinq années d’épiscopat, induisant ainsi à 353 la fin de sa vie : ce document est sans doute mal informé : si Protasius était encore évêque en 353, il faudrait effacer de la liste ses deux successeurs. Il mourut donc vers 343, après quinze années d’épiscopat.
Le Martyrologe Romain mentionne saint Protasius de Milan au 24 novembre.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens