Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 novembre 2017 2 14 /11 /novembre /2017 15:03

Fidentianus d'Hippone
4. siècle

Se reporter à la notice Hippone (Vingt Martyrs)

Partager cet article

Repost0
14 novembre 2017 2 14 /11 /novembre /2017 15:02


Hippone (Vingt Martyrs)
4. siècle

S.Augustin (v. 28 août) mentionna plusieurs fois ce groupe de vingt Martyrs d’Hippone, dont bien malencontreusement il n’a cité que trois noms :
Fidentianus, qui était évêque, Valeriana et Victoria, vierges ou veuves.
S.Augustin devait certainement bien connaître tous les noms de ce groupe ; leur martyre devait avoir eu lieu relativement récemment pour que l’on s’en souvînt encore bien ; d’ailleurs il existait à Hippone une basilique des Vingt-Martyrs, très fréquentée.
On pourrait situer cet événement au début du quatrième siècle, lors de la dernière persécution sous Dioclétien.
Le Martyrologe Romain mentionne ces Vingt Martyrs d’Hippone au 15 novembre.

Partager cet article

Repost0
14 novembre 2017 2 14 /11 /novembre /2017 15:00

Malo d’Aleth
487-565

Le nom de Malo n’est qu’une déformation tardive. Mais comment s’appelait notre protagoniste, quand il naquit au pays de Gwent (Pays de Galles S) ? On a proposé Mach Low, ou Machut, que le latin a traduit en Maclovius ou Machutus ; on connaît aussi Saint-Maclou.
Malo aurait été formé dans le monastère de Lancarvan, fut ordonné prêtre, puis évêque, sans qu’on sache de quel siège.
Il gagna la Bretagne et commença à prêcher à Aleth, où il fonda un monastère.
Malo semble ainsi avoir été le premier évêque d’Aleth.
Les moines aidèrent Malo dans son œuvre apostolique, mais la jalousie ayant semé la zizanie parmi eux, Malo préféra se retirer avec ses meilleurs amis ; on arriva à Saintes.
Pendant ce temps-là, une grande sécheresse s’abattit sur Aleth et les environs, suscitant le remords des ennemis de Malo, qui le supplièrent de revenir. Malo céda aux instances ; quand il fut à Aleth, la pluie tomba, abondamment.
Malo fit des miracles, parfois surprenant. Cultivant sa vigne, il accrocha sa capuche à un arbre et, au moment de la reprendre, s’aperçut qu’un oiseau y avait fait son nid ; il laissa là la capuche jusqu’à l’éclosion des œufs. Ce n’est pas là un «miracle» à proprement parler, mais une de ces merveilles qu’on ne lit que dans la vie des Saints.
Mais Malo préféra retourner à Saintes.
C’est là qu’il mourut. Si les dates des évêques suivants sont justes, on peut dater la mort de Malo vers 565 ; autrefois, on disait vers 640, dans la mesure où ces évêques semblaient seulement légendaires. Bien évidemment, ces calculs font varier aussi la date (toujours approximative) de la naissance de Malo.  
La ville d’Aleth est actuellement un site archéologique, proche de la ville de Saint-Malo.
Le Martyrologe Romain mentionne saint Malo d’Aleth au 15 novembre.

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2017 1 13 /11 /novembre /2017 15:04

Rufus d’Avignon
? 1. siècle

Rufus a été identifié par certains comme le fils de s.Simon de Cyrène (cf. Mc 15:21), disciple de s.Paul à Rome (cf. Ro 16:13), établi par ce dernier évêque en Avignon.
Cette pieuse tradition n’est pas invraisemblable, mais il n’y a pas de documents sûrs à ce propos. Toutefois le Martyrologe distingue deux personnages : le disciple du Seigneur que nomme s.Paul en Ro 16:13 (v. 21 novembre), et le nôtre.
La liste épiscopale officielle d’Avignon ne comporte pas le nom de Rufus et les premiers évêques de cette ville sont, semble-t-il, du troisième siècle.
Dans le Martyrologe, on retient que Rufus fut le premier responsable de cette communauté avignonnaise.
Le Martyrologe Romain mentionne saint Rufus d’Avignon au 14 novembre.

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2017 1 13 /11 /novembre /2017 15:03


Theodotos d’Héraclée
3. siècle

Theodotos fut martyrisé à Héraclée (Thrace, auj. Heraclea Sintique, Bulgarie), peut-être avec d’autres Compagnons, peut-être vers le troisième siècle.
Le Martyrologe Romain mentionne saint Theodotos d’Héraclée au 14 novembre.

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2017 1 13 /11 /novembre /2017 15:03


Hypatios de Gangres
4. siècle

Gangres se trouve en Paphlagonie (Asie Mineure N, auj. Çankırı, Turquie). 
Hypatios y fut évêque.
Il assista au grand concile de Nicée (325), et peut-être aussi à celui de Gangres (340).
Très soucieux de toutes ses ouailles, ce Pasteur ne ménagea pas sa peine pour enseigner la Foi, pour construire des églises, des hospices. Il se déplaçait en toute simplicité sur un âne, accompagné de deux moines seulement.
Il aimait se retirer, méditer dans quelque solitude ou dans quelque grotte, et fut inspiré d’écrire des commentaires sur l’Ecriture, en particulier un commentaire sur le livre des Proverbes.
Ce commentaire était adressé à une certaine Gaïenne qui, l’ayant lu, se dépouilla de tous ses biens et les distribua aux pauvres.
Hypatios eut le don des miracles ; un de ceux-là fut de débarrasser la région des taupes.
Même l’empereur Constance, qui persécuta les Chrétiens, recourut à l’Evêque pour affronter un dragon qui bloquait l’entrée du trésor impérial de Constantinople. Hypatios lui enfonça dans la gueule son bâton pastoral et, invoquant le Nom de Jésus, traîna la bête jusque sur un bûcher. Si Constance refusa la grâce de la Foi, il remercia quand même Hypatios en dégrevant la ville de Gangres.
Au retour, Hypatios fut pris dans une embuscade que lui tendaient des hérétiques novatiens. Ils le frappèrent à coups de pierres, de bâtons et d’épées. Hypatios murmura encore, comme s.Etienne (v. 26 décembre) : Seigneur, ne leur impute pas ce péché (Ac 7:60). Alors une femme le frappa à la tempe avec une pierre et il rendit l’esprit ; cette femme devint alors possédée. Les sicaires cachèrent le corps dans un tas de paille, que le paysan du lieu retrouva tout illuminé. 
Quand on eut inhumé dignement le Martyr, la femme qui l’avait frappé fut guérie. Par la suite, bien d’autres miracles eurent lieu à l’endroit du tombeau.
D’après certains textes, ce martyre aurait eu lieu au retour du concile de Nicée (325), mais la chronique reprise ci-dessus semble beaucoup plus cohérente.
Le Martyrologe Romain mentionne saint Hypatios de Gangres au 14 novembre.

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2017 1 13 /11 /novembre /2017 07:59

Himerius d’Immertal
570-620

Himerius (Imerius, Imier, Immer) naquit vers 570, peut-être à Lugnez (act. proche de Porrentruy, Jura, Suisse).
Il est raconté qu’il fit un pèlerinage en Palestine et qu’au retour, il aurait approvoisé un terrible griffon ; ce dernier lui aurait laissé l’une de ses petites griffes.
On dit aussi qu’il entendit un jour près d’une source, sonner une petite clochette, dont par la suite il se servit toujours dans ses déplacements.
Himerius aurait finalement obtenu de l’évêque de Lausanne un terrain pour s’établir, là où a surgi la localité de Saint-Imier.
Comme tous les Saints, Himerius voulut lutter contre l’assoupissement et se trouva un stratagème original pour rester éveillé : il se mit dans le nez des cendres, dont le picotement l’empêchait de dormir.
Ceux qui ne croient pas à cette histoire, avancent qu’Himerius était peut-être plutôt un des missionnaires irlandais qui vinrent prêcher dans cette Gaule encore trop païenne.
Himerius mourut vers 620 ; un monastère fut construit sur sa tombe.
Il est bien probable que la vallée Immertal tire son nom de s.Himerius.
Le Martyrologe Romain mentionne saint Himerius d’Immertal au 13 novembre.

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2017 1 13 /11 /novembre /2017 00:40

Manathas de Césarée de Palestine
† 308

Lire la  notice Martyrs de Césarée de Palestine

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2017 1 13 /11 /novembre /2017 00:39

Nikephoros de Césarée de Palestine
† 308

Lire la  notice Martyrs de Césarée de Palestine

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2017 1 13 /11 /novembre /2017 00:38

Germanus de Césarée de Palestine
† 308

Lire la  notice Martyrs de Césarée de Palestine

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens