Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 avril 2017 1 24 /04 /avril /2017 22:12

Anthimos de Nicomédie

† 303

 

Anthimos naquit au 3e siècle à Nicomédie (Bithynie, act. Izmit, Turquie NW).

Il fut ordonné prêtre et, à la mort de Cyrillos, fut unanimement acclamé par le peuple pour devenir évêque de ce diocèse.

Quand éclata la persécution en 303, il consentit à se cacher dans un village voisin de Nicomédie, mais il fut dénoncé à l’autorité, qui dépêcha une troupe de soldats pour aller l’arrêter.

Parvenus à l’endroit qu’on avait décrit aux soldats, qui ne connaissaient l’évêque que de nom, ils lui dirent qu’ils cherchaient Anthimos. Celui-ci les fit d’abord entrer et leur servit un bon repas, au terme duquel il se révéla à eux et les obligea à accomplir leur mission.

Les soldats l’emmenèrent donc à Nicomédie, où Anthimios confessa la foi et fut pour cela décapité, l’an 303.

Les ennemis de l’Eglise s’acharnèrent sur le peuple chrétien : une multitude de prêtres et de fidèles de toutes conditions fut arrêtée ; on les accusait sans preuves d’avoir participé à l’incendie du palais impérial. On en condamna certains au feu, d’autres à la décapitation, d’autres enfin furent mis sur de vieilles barques sans voiles pour périr en mer.

Saint Anthimos de Nicomédie est commémoré le 24 avril dans le Martyrologe Romain.

 

 

Partager cet article

Repost0
24 avril 2017 1 24 /04 /avril /2017 22:12

Gregorio d’Elvira

† 330-392

 

On ne connaît rien de ce Gregorio, jusqu’à sa nomination comme quinzième évêque d’Elvira (Espagne S). L’actuel diocèse de Grenade, qui a englobé celui d’Elvira, le fait naître plutôt en 353.

C’était l’époque de la grande et douloureuse controverse arienne. 

A la mort du célèbre Osius de Cordoue en 357, Gregorio préféra prendre position plutôt pour Hilaire de Poitiers (v. 13 janvier), qui lui semblait plus clair qu’Osius.

En 359, il refusa de signer la fameuse formule de Rimini : les termes en semblaient tout-à-fait conformes à la doctrine du concile de Nicée, mais les Pères savaient ce que certaines expressions sous-entendaient dans l’esprit des ariens ou semi-ariens ; c’est pourquoi ils la refusèrent.

En 362, au concile d’Alexandrie, Gregorio se rangea derrière l’énergique Luciferus de Cagliari, pour bien se démarquer des «semi-ariens». A partir de 370, il fut la tête de file des évêques plus rigoristes, les lucifériens, ce qu’on lui reprocha parfois. Certains le considérèrent même comme schismatique !

Des personnages aussi dignes de foi qu’Eusèbe de Verceil, Athanase d’Alexandrie, Jérôme (v. 1er août, 2 mai, 30 septembre) ont loué la personne et les écrits de Gregorio.

Saint Jérôme note en particulier le De Fide de Gregorio, qu’il qualifie de livre élégant. Gregorio serait aussi l’auteur d’un commentaire sur le Cantique des Cantiques, sur l’Arche de Noé.

Gregorio mourut bien probablement en 392.

Saint Gregorio d’Elvira est commémoré le 24 avril dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article

Repost0
23 avril 2017 7 23 /04 /avril /2017 19:07

Eulogios d’Edesse

† 382

 

La ville d’Edesse dont il est question était la capitale de l’Osroène, une province à l’est de la Syrie, dans le grand territoire de l’Arménie ; elle fit plus tard partie de la Mésopotamie, puis de la Syrie (auj. Şanlıurfa en Turquie). On parle en général d’Edesse de Syrie, pour la distinguer de la ville homonyme de Macédoine.

Eulogios était un ermite qui vivait dans la solitude non loin d’Edesse. Son nom correspond à notre Benedictus, Benoît.

Le saint évêque Barsès (v. 30 janvier ?) se l’attacha dans l’activité pastorale.

Quand Barsès fut relégué en Mésopotamie à cause de son attachement à la doctrine de Nicée, l’empereur Valens lui fit substituer un évêque arien, que la population refusa d’accueillir. Il ordonna au préfet Modeste d’expulser de l’église d’Edesse tous les fidèles qui s’y étaient rassemblés, même à coups de bâtons et de massues, mais Modeste ne put se résoudre à sévir de la sorte, encore moins à les faire périr tous.

Valens fit convoquer alors Eulogios, ainsi qu’un certain Protogenos (le premier-né), lesquels exposèrent calmement que, les catholiques étant déjà soumis à un évêque, ils ne pouvaient se soumettre à un autre.

Modeste fit alors arrêter quatre-vingts prêtres et diacres, qu’il relégua en Thrace (Grèce N). Eulogios et Protogène furent exilés à Antinoe (Egypte). Ce ne fut pas totalement négatif, loin de là : Eulogios y prêcha la Bonne Nouvelle et gagna beaucoup d’âmes au Christ, des miracles ayant confirmé sa parole.

Quand la paix revint dans l’Eglise à la mort de Valens (378), Eulogios fut appelé à succéder à Barsès sur le siège d’Edesse, ce dernier étant mort en exil, tandis que Protogène devint évêque de Carrhæ, au sud d’Edesse.

Eulogios participa au concile d’Antioche (370), durant lequel il reçut la consécration épiscopale. Il participa également au concile de Constantinople (381).

Il mourut peu après, sans doute en 382, le Jeudi Saint.

Saint Eulogios d’Edesse est commémoré le 23 avril dans le Martyrologe Romain.

 

 

Partager cet article

Repost0
23 avril 2017 7 23 /04 /avril /2017 19:07

Marolus de Milan

† 423

 

Marolus était originaire de Syrie.

Venu en Occident, à Rome, il fut pris en grande estime par le pape Innocent 1er (v. 12 mars).

En 408, il fut choisi comme quinzième évêque de Milan, succédant à s.Venerius (v. 6 mai).

Il s’éteignit à Milan après quinze années d’épiscopat, en 423.

Lui succéda un autre Saint, Martinianus (v. 29 décembre).

Saint Marolus de Milan est commémoré le 23 avril dans le Martyrologe Romain.

 

Nota. Il y a probablement eu des évêques à Milan avant le 3e siècle, puisque ce diocèse fut fondé dès le 1er siècle, mais leurs noms, leur existence même, ont été victimes de la sévérité des spécialistes historiens…

Partager cet article

Repost0
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 10:48

Epipodius de Lyon

† 177

 

Epipodius naquit à Lyon.

Il grandit en compagnie d’un certain Alexandre, d’origine grecque, et cette amitié dura jusqu’à la mort. On se rappellera volontiers ici l’amitié qui unit Basile le Grand et Grégoire de Nazianze (v. 1er et 25 janvier). Cet Alexandre est mentionné le 24 avril.

Ils s’encourageaient réciproquement aux saintes vertus chrétiennes, à la tempérance, à la pauvreté, à la chasteté, aux œuvres de miséricorde.

Lors de la terrible persécution où périt entre autres s.Pothin (v. 2 juin), ils purent rester inconnus, ayant trouvé refuge auprès d’une pieuse veuve des environs de Lyon. Mais au lendemain de cette persécution, un officier les découvrit «par hasard» et les dénonça. 

C’est là qu’Epipode tenta de fuir, perdant une de ses chaussures, que la veuve conserva pieusement.

Le gouverneur, furieux de constater qu’il existait encore des Chrétiens malgré ses représailles précédentes, fit mettre en prison les deux amis sans même les juger, leur crime étant manifeste. Trois jours après, on les interrogea et ils répondirent qu’ils se nommaient Chrétiens. On les sépara.

Epipode répondit au gouverneur : La vie que tu me proposes est pour moi une éternelle mort ; la mort dont tu me menaces est un passage à une vie qui ne finira jamais… Le gouverneur fit frapper cette noble bouche à coups de poing ; Epipode perdit des dents, sa bouche saignait. On le mit sur le chevalet, on lui déchira les côtes avec des ongles de fer ; la populace demanda même de sévir d’elle-même sur Epipode, jugeant ces supplices trop lents. Epipode fut alors immédiatement décapité.

C’était le 22 avril 177.

Comme on l’a dit plus haut, on verra le 24 avril ce qui concerne Alexandre.

Après ce martyre, la pieuse veuve qui avait récupéré le soulier d’Epipode s’en «servit» pour demander à Dieu des grâces par l’intercession du Martyr. Plusieurs malades guérirent.

Les restes des deux Martyrs furent presque entièrement détruits par les Huguenots en 1562.

Saint Epipodius de Lyon est commémoré le 22 avril dans le Martyrologe Romain.

 

 

Partager cet article

Repost0
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 10:47

Leonidas d’Alexandrie

† 204

 

D’après son nom, Leonidas devait être d’origine grecque.

Il fut rhéteur en Alexandrie d’Egypte. Marié, il eut sept enfants dont nous connaissons bien l’aîné : Origène.

Comme ce dernier n’est pas inscrit au Martyrologe, mais est resté extrêmement célèbre dans la Patristique, on en dira ici quelques mots.

Origène fut l’élève le plus cher de Leonidas. Ce dernier lui enseignait les lettres, mais particulièrement l’Ecriture, dont il lui faisait chaque jour réciter par-cœur un passage. Origène se passionna pour cet exercice, et finit par accabler son père de questions sur le sens profond des passages de l’Ecriture. On dit que le papa allait parfois délicatement baiser la poitrine de son enfant endormi, en remerciant Dieu d’avoir un fils tellement ouvert à la Parole de Dieu.

Vint la persécution de Septime Sévère. Enflammé du désir d’imiter les Martyrs, Origène tenta de mille façons d’aller se présenter spontanément au juge : un jour, sa mère ne trouva pas d’autre expédient pour l’en empêcher, que de lui cacher ses vêtements !

Leonidas fut arrêté. Origène lui fit parvenir une lettre, où il l’exhortait à ne pas faiblir, à ne pas se soucier de ses sept enfants. Effectivement, ce digne père chrétien fut fidèle jusqu’au bout, et fut décapité.

On pense que ce fut en 204.

Sa veuve et ses enfants ne furent pas abandonnés de la Providence : une riche veuve les prit sous sa protection. 

Si l’on veut maintenant chercher à comprendre pourquoi un saint homme comme Origène n’est pas dans le Martyrologe, on dira délicatement qu’il crut bon de s’appliquer à la lettre le verset de Mt 19:12c, tandis que ce verset doit être pris dans un sens plus intérieur et spirituel, le Christ et l’Eglise ne pouvant pas permettre une telle blessure.

Saint Leonidas d’Alexandrie est commémoré le 22 avril dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article

Repost0
21 avril 2017 5 21 /04 /avril /2017 09:04

Aristus d’Alexandrie

† ?

 

Le prêtre Aristus (Aristo ?) n’est connu que par la mention qu’on a fait de son nom dans quelque document ancien.

Il faut se résoudre à dire qu’on ne sait absolument rien d’autre de lui.

Il reçut la palme du martyre en Alexandrie d’Egypte.

Saint Aristus d’Alexandrie est commémoré le 21 avril dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article

Repost0
20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 08:41

Michel Coquelet

1931-1961

 

Ce martyr fait partie des 17 Martyrs du Laos, pour lesquels des notices sont en préparation.

Michel Coquelet naquit le 18 août 1931 à Wignehies (Nord), dans une famille nombreuse, très chrétienne, et reçut le baptême le 23 août suivant.

En 1935, la famille se transporte à Puiseaux (45), où la maman complète le maigre salaire du papa avec des ménages.

En 1942, Michel entre au collège de Pithiviers et, en 1945, au petit séminaire de Solesmes (59).

En 1948, après le baccalauréat, Michel entre au noviciat des Missionnaires Oblats de Marie Immaculée, à La Brosse-Montceaux (78), où on le note moyen, mais aussi plein d’humour.

Durant le service militaire au Maroc, il développera une grande compétence dans le soin des malades.

En 1956, il fut ordonné prêtre.

En 1957, il partit pour le Laos, comme il le désirait depuis longtemps.

Lui, l’élève moyen, fut d’abord professeur de français au petit séminaire de Paksane : un évêque exprimera plus tard sa joie d’avoir eu un si bon professeur de français.

En 1959, il fut envoyé dans le village de Sam Tom (Xieng Khouang), puis en 1961 à Phôn Pheng.

Le 20 avril 1961, dénoncé à la guérilla, il fut arrêté par des soldats qui prétendaient que son supérieur l’appelait à Xieng Khouang. Michel comprit leur mensonge. Laissant là sa bicyclette, il suivit les soldats et fut abattu non loin de la route en direction de Ban Sop Xieng. Il n’avait pas trente ans.

Ensuite les soldats allèrent détruire la chapelle de Sam Tom, où ils torturèrent et tuèrent aussi le chef du village et son secrétaire. De la chapelle on ne retrouva plus tard qu’un petit ciboire.

Michel Coquelet a été béatifié le 10 décembre 2016.

Son dies natalis sera le 20 avril dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article

Repost0
19 avril 2017 3 19 /04 /avril /2017 23:17

Servitianus à Rome

† 97

 

Se reporter à la notice Sulpicius et Servitianus à Rome

 

Partager cet article

Repost0
19 avril 2017 3 19 /04 /avril /2017 23:15

Sulpicius et Servitianus à Rome

† 97

 

Ces deux Romains, d’après la tradition, auraient été gagnés à la foi devant les miracles accomplis par sainte Domitilla (v. 7 mai).

Ils auraient été les fiancés d’Euphrosina et Theodora.

Dénoncés, ils refusèrent de sacrifier aux idoles et furent décapités.

Si ce martyre devait faire suite à celui de Domitilla, il serait logique de le situer au mois de mai. Mais de vieux manuscrits les ont inscrits au 20 avril, l’année qui suivit le martyre de Domitilla, donc en 97.

Saints Sulpicius et Servitianus sont commémorés le 20 avril dans le Martyrologe Romain.

 

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens