Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 08:14

Aphraates le Perse

† 378

 

Aphraates était d’une famille de Perse idolâtre ; parmi ses ancêtres il y avait des mages, de ceux rigoureusement opposés à l’influence chrétienne.

Il reçut donc une formation qu’on appellerait aujourd’hui laïque, mais il eut l’occasion de connaître la religion chrétienne et, pour mieux la pratiquer, quitta la maison, la famille, la richesse, et s’établit aux environs d’Edesse, seul dans une petite maison, cultivant les saintes vertus et combattant les tentations de l’Ennemi.

Après beaucoup de combats victorieux, il vint alors dans les années 360 près d’Antioche de Syrie. Son style de vie était très rigoureux : un ami lui apportait le nécessaire pour se vêtir (une tunique qui dura, on va le voir, jusqu’à seize années) et se nourrir, ce qui consistait en un peu de pain après le coucher du soleil ; quand il fut âgé il ajouta quelques herbes.

Il ne fit jamais entrer chez lui que des hommes, jamais de femmes : pour s’adresser à celles-ci, il sortait de sa maison.

Aphraates apprit ce qu’il lui fallait de grec pour se faire comprendre et commença à s’adresser aux habitants de la région, leur parla du vrai Dieu. Bientôt ce fut un défilé de nombreuses personnes de toutes conditions qui voulurent l’entendre : magistrats, militaires, savants…

Le préfet lui-même lui apporta de Perse une belle tunique ; avec beaucoup de déférence, Aphraates expliqua qu’il ne pouvait se séparer de son ami (l’ancienne tunique vieille de seize ans) pour en prendre un autre.

Survint l’intervention de l’empereur Valens dans les discussions théologiques, son parti pris pour les thèses ariennes et de conséquence son combat contre les prélats fidèles à la Doctrine trinitaire. Aphraates sortit alors de sa maison, se joignit à deux colonnes de la Foi, Flavien et Diodore, plus tard aussi à Julien Sabas, pour prêcher la Vérité avec l’appui de l’Ecriture, de sa parole, confirmée par ses vertus et ses miracles. Il se trouva bientôt en face de Valens avec lequel il eut une conversation célèbre, où Valens resta sans réponse.

Valens commença par demander à Aphraates pourquoi donc il se permettait de quitter sa solitude. Aphraates lui présenta une petite parabole : si une vierge solitaire apprenait que la maison de son père était en flammes, elle se précipiterait pour aider à éteindre l’incendie : or Valens avait mis le feu dans la Maison de Dieu, et Aphraates s’efforçait de l’éteindre. 

L’eunuque présent menaça Aphraates, renouvelant l’attitude du garde de Caïphe (cf. Jn 18:22,;), mais ce fut l’eunuque qui mourut, six mois plus tard, ébouillanté dans une cuve d’eau où il tomba. Valens n’osa exiler Aphraates, d’autant plus qu’il fut témoin de ses miracles.

Aphraates guérissait des malades par l’application d’un peu d’huile et d’eau, avec le signe de la Croix. Il en donna aussi à un brave paysan, dont l’unique champ était menacé par une invasion de sauterelles, et les bestioles s’arrêtèrent devant la sainte «barrière» que l’homme versa à l’entrée de son terrain.

Aphraates mourut fort âgé, un 29 janvier, peut-être en 378.

Saint Aphraates le Perse est commémoré le 29 janvier dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 10:38

Iulianus de Sora

† 2e siècle

 

On commémore deux Iulianus en ce 27 janvier.

Celui-ci fut, d’après une tradition, originaire de Dalmatie (act. Croatie).

On ne nous dit pas pourquoi il se trouvait à Sora (Latium, Italie C).

Pendant qu’on le torturait pour sa foi, un temple païen s’écroula.

Il fut ensuite décapité, sous Antonin le Pieux († 161).

Saint Iulianus de Sora est commémoré le 27 janvier dans le Martyrologe Romain.

 

 

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 10:38

Devota de Corse

283-304

 

Devota naquit vers 283 à Lucciana (Corse).

Sa nourrice, chrétienne, l’éleva dans la Foi.

Arriva en Corse un envoyé impérial, chargé d’exécuter les décrets de persécution. Devota se réfugia chez un certain Euticius, où elle eut l’opportunité de prier, de lire l’Ecriture, de jeûner, en un mot de se préparer à la lutte suprême, qui n’allait pas tarder.

L’envoyé se présenta chez Euticius, qui refusa de lui livrer Devota. Alors, l’envoyé réussit à empoisonner Euticius, à s’emparer de Devota et à l’emmener devant une statue d’idole. Devota refusa d’offrir l’encens et fut attachée sur le chevalet. Elle expira durant ces tortures. On vit une colombe sortir de sa bouche.

C’était à Mariana et ce pouvait être en 304, alors que Devota n’avait que dix-neuf ans.

On devait brûler son corps, mais deux hommes courageux, qu’on a nommés Gratianus et Benenatus -ce dernier était prêtre - réussirent à s’en emparer et à le placer sur un navire à destination de l’Afrique ; cependant le bateau fut guidé par une colombe (ou détourné par la tempête) vers la côte, entre Nice et Ventimille, là où se trouve maintenant Monaco.

On retrouva ce corps le 27 janvier 312. Depuis, sainte Devota est la patronne de Monaco et co-patronne de la Corse avec sainte Iulia (v. 22 mai).

Sainte Devota est commémorée le 27 janvier dans le Martyrologe Romain.

 

 

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 10:37

Iulianus du Mans

† 1er ou 4e siècle

 

La cas de ce Iulianus reste problématique pour les spécialistes.

La Tradition rapporte qu’il fut envoyé en Gaule par s.Pierre lui-même, ce qui le place au premier siècle.

Il aurait été ce Simon le Lépreux, guéri par Notre Seigneur (cf. Mt 26:6-13) ou aussi un des soixante-douze disciples choisis par le Christ (cf. Lc 10:1-20).

Les historiens cependant inclinent pour placer son épiscopat au quatrième siècle.

Il reste que Iulianus, originaire de Rome, fut désigné pour être le premier évêque du Mans.

Il y arriva avec un prêtre, Turibius, et un diacre, Pavacius.

A peine arrivé, il y fit jaillir une abondante source d’eau, amenant ainsi toute la population et le gouverneur lui-même à embrasser le christianisme.

Ces conversions se multiplièrent encore au vu des nombreux miracles qu’opérait Iulianus : il ressuscita plusieurs morts. Il se dépensait au service des malades, des pauvres, des orphelins.

Il combattit avec ardeur le druidisme et étendit son apostolat à toute la région qui s’étend de la Loire à la rive gauche de la Seine, sans omettre d’y accomplir aussi une foule de miracles.

Sentant approcher sa dernière heure, il se retira sur le bords de la Sarthe, là où se trouve l’actuelle commune Saint-Marceau. La fièvre l’envahit. Il confia le diocèse à Turibius (qui allait lui succéder), recommanda à l’entourage l’obéissance à leur Pasteur, et s’éteignit, un 27 janvier, peut-être en 348

L’épiscopat de Iulianus aurait duré quarante-sept ans.

La cathédrale du Mans, d’abord placée sous le vocable de Notre-Dame, puis des saints Gervais et Protais (v. 19 juin), devint ensuite Saint-Julien. A Saint-Marceau se trouve une chapelle Saint-Julien.

Saint Iulianus du Mans est commémoré le 27 janvier dans le Martyrologe Romain.

 

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 10:37

Marius de Bodon

† 550

 

Marius (variantes françaises : Maire, Mary, May, Maur) naquit à Orléans.

Il fut moine dans cette même ville.

Ses vertus le signalèrent aux moines de Bodon (Val-Benois), qui le choisirent pour être leur abbé.

Attentif à Dieu seul, le nouvel abbé fit l’édification de ses religieux par sa charité et sa prudence.

Dieu lui accorda le don des miracles. Ainsi, en pèlerinage au tombeau de s.Martin de Tours, il se fit voler sa monture ; le voleur ne put retrouver son chemin et dut ramener la bête à son propriétaire. Durant un autre pèlerinage, au tombeau de s.Denis à Paris, il fut pris de fièvres violentes, mais s.Denis lui apparut de nuit et lui promit la guérison - qui fut effective la matin suivant ; on objectera que le miracle fut plutôt l’œuvre de s.Denis, mais la prière fervente était bien de Marius.

Ici et là, il rendait la vue à un aveugle, l’ouïe à un sourd, etc. 

Il prédit la prochaine mort d’un certain Donatus, d’Orléans, qui arriva effectivement.

Durant le carême, il se retirait en reclus dans les bois.

Marius mourut le 27 janvier, vers 550.

Une autre de ses prophéties se réalisa pleinement, hélas : le monastère de Bodon fut totalement détruit au neuvième siècle durant une invasion de Normands. Mais le corps du saint Abbé fut sauvé et transféré à Forcalquier, où d’autres miracles eurent lieu.

Saint Marius de Bodon est commémoré le 27 janvier dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2017 4 26 /01 /janvier /2017 20:21

Theogenes d’Hippone

† 260

 

Theogenes était évêque d’Hippone (Bône, auj. Annaba, Algérie), un des prédécesseurs de s.Augustin (v. 28 août). 

Il participa au concile de Carthage (256), où il fut question du baptême conféré par les hérétiques. Theogenes s’y exprima ainsi : Selon le sacrement de la grâce céleste que nous avons reçu, nous croyons en un seul baptême qui est dans la sainte Eglise. Plus tard, le Credo de Constantinople nous fera affirmer : Je crois en un seul baptême.

La persécution de Valérien, initiée à Rome, gagna l’Egypte et toute l’Afrique. C’est alors que fut décapité s.Cyprien (v. 14 septembre) ; à son tour, Theogenes et trente-six Compagnons furent martyrisés à Hippone, en 260.

Saint Theogenes d’Hippone est commémoré le 26 janvier dans le Martyrologe Romain.

 

 

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2017 4 26 /01 /janvier /2017 20:20

Paula à Bethléem

347-404

 

La famille de Paula était l’une des plus célèbres de Rome, avec Flavius et les Gracques dans ses ancêtres. Paul-Emile était son aïeul.

Paula naquit le 5 mai 347 à Rome.

Elle épousa Toxotius, un descendant des Iulii ; durant les quelques années que dura ce mariage, naquirent cinq enfants : Blesilla, Paulina, Eustochium, Rufina et Toxotius.

En 379, à trente-deux ans, elle devint veuve ; ce fut sa première épreuve, aussi pénible qu’inattendue. Mais Paula embrassa son nouvel état de vie en s’immergeant généreusement dans les bonne œuvres et les occupations saintes : lectures, aumônes, visite des églises… Elle fut pour ses amies un modèle de chasteté, de charité, de détachement des biens de la terre.

Malgré son grand attachement à ses enfants, elle résolut de se détacher davantage et de gagner la Palestine, où avait vécu Notre-Seigneur. Elle quittait sa grande Blesilla, déjà veuve quoiqu’encore jeune ; Paulina, mariée à un illustre sénateur ; Rufina et Toxotius, encore bien jeunes.

Elle s’embarqua avec sa fille Eustochium. Il se trouva que Blesilla venait de mourir ; nouvelle douleur.

Le voyage passa par Chypre, où l’évêque Epiphanius (v. 12 mai) la reçut avec déférence ; il l’avait déjà rencontrée à Rome peu auparavant. Elle aborda à Antioche, où l’évêque Paulinus lui montra le même respect. S.Jérôme (v. 30 septembre) l’attendait, et la conduisit jusqu’à Jérusalem. C’est grâce à ce dernier, que l’on connaît tant de détails sur la vie de Paula.

Elle alla d’abord loger dans une modeste maison proche du Calvaire et, pendant toute une année, se mit à visiter tous les Lieux saints : Saint-Sépulcre, Bethléem, l’Hébron, le mont de l’Ascension ; puis les déserts d’Egypte, où vivaient les célèbres anachorètes. Elle s’installa finalement à Bethléem. 

C’est là qu’elle apprit la mort de sa fille Rufina.

A Bethléem, elle fonda deux monastères ; celui des femmes, où elle se fixa avec Eustochium, eut son église dédiée à sainte Catherine d’Alexandrie (v. 25 novembre), tandis que Jérôme et sa communauté habitait celui des hommes. 

La consolation de Paula était de visiter fréquemment les Lieux saints de Jérusalem, en particulier le Mont des Oliviers. Les moniales psalmodiaient chaque jour les cent-cinquante psaumes, et devaient les connaître par cœur. Le travail manuel consistait surtout en la confection de vêtements, pour les monastères et pour les indigents.

Paula était la supérieure de toutes les moniales, mais elle gouvernait plus par son exemple et ses vertus. Elle et Eustochium étaient les premières au travail comme aux pratiques de pénitence, à la psalmodie comme à la prière. En outre, Paula était d’une largesse étonnante envers les pauvres, au point que s.Jérôme crut bon de vouloir tempérer cette ardeur, mais vainement.

On la calomnia cependant, jusqu’au point où même Jérôme pensa quitter les lieux. Paula eut la bonne attitude : Pourquoi ne pas opposer simplement à la haine la patience, à l’arrogance l’humilité ? Ainsi désarma-t-elle les mauvaises langues.

Une autre inquiétude fut la menace des Huns envahisseurs ; toutes les moniales se réfugièrent un moment à Joppé, mais l’invasion ne se produisit pas et elles purent regagner leur monastère qui était resté intact.

Les dernières années de Paula furent marquées par diverses épreuves. Ce fut la mort de son jeune fils, Toxotius ; puis, à partir de 403, la maladie douloureuse qui devait peu à peu la conduire à l’ultime extrémité.

Paula souffrait avec une patience admirable ; elle reçut la visite de plusieurs évêques, de prêtres, de moines et moniales. A Jérôme elle assura (en grec, écrivit ce dernier) qu’elle n’avait ni peine ni regret ; mais une paix profonde.

Au terme de son agonie, son visage s’éclaira comme dans une vision et elle expira en murmurant ce verset du psaume : Je suis certaine de voir les biens du Seigneur dans la terre des vivants (Ps 26:13).

Paola mourut le 26 janvier 404.

L’ancien Martyrologe mentionnait Blesilla au 22 janvier, mais non l’actuel ; sainte Eustochium reste mentionnée au 28 septembre, tandis que sainte Paula est commémorée le 26 janvier.

Partager cet article

Repost0
25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 23:57

Arthemas de Pouzzolles

† 304

 

Arthemas a été présenté comme un enfant de Pouzzolles (Campanie, Italie SW), dont les camarades se seraient moqués à cause de sa foi et qu’ils auraient lapidé, peut-être sur injonction des autorités.

Il est certain qu’Arthemas fut un martyr, mais les documents qui n’existent pas ne peuvent nous fournir d’indications sur son âge, le vrai motif de son martyre et ce martyre proprement dit.

A Capoue, en la basilique Sainte-Prisca, il apparaît dans une mosaïque qu’on a datée du cinquième siècle.

Saint Arthemas de Pouzzolles est commémoré le 25 janvier dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article

Repost0
25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 23:56

Agileus de Carthage

† 304

 

Agileus est un martyr de Carthage, qui souffrit probablement sous Dioclétien et le préfet Anullinus.

Ce qu’on sait sur lui, c’est qu’il fut très tôt mentionné dans un calendrier, qu’un cimetière porta son nom, ainsi qu’une église - une basilique, dit le martyrologe, qui ajoute que s.Augustin y prononça un discours en son honneur au jour anniversaire de son martyre, 25 janvier, peut-être en 304.

Deux autres Martyrs, nommés Papias et Secundus, étaient autrefois nommés avec Agileus, en ce même jour, sans autre indication.

Saint Agileus de Carthage est commémoré le 25 janvier dans le Martyrologe Romain.

 

 

Partager cet article

Repost0
25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 23:55

Palæmon de Thébaïde

† 330

 

Nous savons qu’un grand nombre de saints anachorètes anonymes enfermèrent leurs mortifications et leurs vertus dans l’immense solitude du désert de Thébaïde (Egypte), uniquement préoccupés de se rapprocher de Dieu par leurs efforts pour dominer et vaincre les passions du corps.

Comme eux, Palæmon aurait pu nous rester parfaitement inconnu, si un de ses disciples n’avait consigné par écrit quelques souvenirs de son maître. Nous retrouverons ce s.Pacôme (Pachomius) le 9 mai.

Palæmon donc, fut un des premiers anachorètes de Thébaïde. 

Il vivait retiré au désert depuis un bon nombre d’années, quand Pacôme vint le trouver et lui demander de le prendre pour son disciple. Palæmon n’acquiesçat pas immédiatement, faisant remarquer que beaucoup déjà avaient entrepris ce chemin et n’avaient pu le poursuivre. Il ajouta : Va d’abord travailler à te mortifier dans un monastère et tu reviendras ensuite. Palæmon savait en effet combien la vie monastique est exigeante pour éviter ou supporter les inévitables froissements que l’Ennemi ne cesse de susciter entre les moines.

Et pour le décourager davantage, Palæmon lui donna une idée de son style de vie : tout juste un peu de pain et de sel, jamais de vin ni d’huile ; veillée la moitié de la nuit, pour chanter des psaumes, méditer sur l’Ecriture ; quelquefois cette veillée durait toute la nuit…

Pacôme insista. Palæmon accepta. On verra le 9 mai comment Pacôme sut vraiment profiter des enseignements du Maître.

Ils vivaient dans la prière et l’abstinence continue. Ils se fabriquaient des cilices, et quelques autres travaux, qu’ils vendaient pour leur subsistance ou pour donner quelque aumône

Pour l’aider à lutter contre le sommeil, Palæmon lui conseilla parfois de transporter du sable d’un endroit à un autre.

Un jour de Pâques où Pacôme avait préparé un «festin» comportant un peu d’huile, un peu de sel et quelques herbes sauvages, Palæmon ne put se résoudre à toucher à cette huile : c’était trop somptueux en regard de Jésus crucifié.

Pacôme fonda, sur invitation céleste, un premier monastère à Tabenne, où Palæmon lui rendit visite.

Il lui promit même de venir le voir chaque année, mais il mourut peu après.

Pacôme, accouru pour l’assister aux derniers moments, vit son âme portée en Paradis par des anges.

Ce fut probablement vers 330.

Saint Palæmon de Thébaïde est commémoré le 25 janvier dans le Martyrologe Romain.

 

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens