Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 octobre 2017 7 15 /10 /octobre /2017 21:25

Martinianus, Saturianus et Maxima en Afrique
5. siècle

Maxima administrait la maison d’un maître appartenant à la race des Vandales, en «Afrique» (act. Tunisie). Elle était chrétienne.
Ce même maître avait aussi des serviteurs, parmi lesquels Martinianus, Saturianus et leurs deux frères, qui le servaient avec grand dévouement. Martinianus était son armurier.
Très satisfait de Maxima et de Martinianus, il voulut les marier, ce qui plut beaucoup à Martinianus. Mais Maxima fit part à Martinianus de sa foi chrétienne, et de son désir de n’appartenir qu’au Christ, l’Epoux éternel. Elle convainquit Martinianus, qui se fit aussi l’apôtre de ses trois frères, dont on ne connaît le nom que d’un seul, Saturianus.
Tous cinq s’évadèrent une nuit, les quatre garçons rejoignirent un monastère à Thabraca (auj. Tabarka, Tunisie NW), Maxima un autre monastère. Ici se trouve l’objection principale qu’on pourra opposer au récit : comment des Chrétiens eurent-ils l’audace d’abandonner leur maître, qui était bon et qu’ils servaient fidèlement ?
Mais voilà que ce maître, fort irrité, rechercha et retrouva les cinq fugitifs. Il les mit en prison, avec la ferme intention d’obliger Martinianus et Maxima à se marier, et surtout de les faire passer à la «foi» arienne. Il avertit le roi Genséric de la situation.
Ce dernier ordonna de les tourmenter ; on devait les fustiger avec des bâtons noueux, qui les déchiraient et les brisaient. Chaque matin, les cinq victimes apparaissaient cependant guéris de leurs blessures. Qui plus est, lorsque Maxima fut attachée à terre à des pieux pointus, la poutre qui servait d’entrave se brisa comme un vieux bois pourri. Beaucoup de témoins virent la scène.
Le maître Vandale s’endurcit et refusa de reconnaître ces prodiges ; Genséric rendit la liberté à Maxima et relégua les quatre frères chez un roi maure. Nos quatre Héros se firent les apôtres de la région, firent demander à Rome un prêtre et des diacres, et construisirent une église.
Furieux d’apprendre cela, Genséric ordonna d’attacher les quatre hommes par les pieds à un attelage de quatre chevaux et de les traîner au milieu des broussailles et des buissons épineux. C’est ainsi qu’ils moururent.
Maxima, elle, devint abbesse de son monastère, où elle reposa en paix. Elle n’est donc pas considérée comme martyre.
Le Martyrologe Romain mentionne sainte Maxima, saints Martinianus, Saturianus et leurs deux frères, au 16 octobre.

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Hagiographie M
commenter cet article
14 octobre 2017 6 14 /10 /octobre /2017 11:44

Barsen d’Edesse
† 379

Barsen (ou Barsas, Barses, Barsus) connut d’abord la vie solitaire, en Mésopotamie septentrionale.
En 361 il fut évêque d’Edesse en Syrie (cette ville d’Edesse prendra le nom de Urfa quand elle tombera aux mains des Ottomans en 1637 et récemment sera rebaptisée Şanlıurfa après la Première Guerre mondiale et le tristement célèbre génocide arménien. Habitée principalement par des Kurdes, ceux-ci l’appellent actuellement Riha).
Barsen se montra tout de suite un ferme adversaire des erreurs d’Arius. Il fut célèbre dans sa ville épiscopale, mais le rayonnement de sa sainte vie et de sa doctrine s’étendit en Phénicie, en Egypte, en Thébaïde. Aussi l’empereur Valens chercha à casser cette influence, en exilant Barsen.
Ce fut d’abord sur l’île Arado (auj. Arouad, au large de la Syrie), mais les foules continuaient de venir l’écouter ; l’illustre s.Basile (v. 2 janvier) lui écrivit deux lettres pleines de consolation.
Valens chercha à éloigner davantage le saint évêque : ce fut alors dans une ville d’Egypte nommée Oxyrynchius (auj. Per-Medjed, cent-soixante kilomètres au sud-ouest du Caire), finalement aux confins des régions de l’empire, à Philo, dans la profonde Lybie désertique.
Plein de mérites, Barsen mourut en 379, un jour du mois de mars. 
Longtemps on put conserver la couche sur laquelle Barsen s’étendait quand il était dans l’île d’Arado ; les malades y guérissaient.
L’empereur visita la ville d’Edesse, où il avait nommé un évêque arien à la place de Barsen. Il constata qu’en fait les foules désertaient l’église et fuyaient cet intrus hérétique et s’en allaient prier en pleine campagne  ; furieux, Valens souffleta le préfet et lui ordonna de disperser ces rassemblements manu militari. Le préfet, homme de paix quoique arien, fit prévenir les Chrétiens en secret, mais ceux-ci s’assemblèrent encore plus nombreux pour prier et proclamer leur foi, sur quoi Valens renonça à cette entreprise qui aurait provoqué plus d’agitation. Mais le préfet fit exiler en Thrace tous les ecclésiastiques.
Le Martyrologe Romain mentionne saint Barsen d’Edesse au 15 octobre.

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Hagiographie B
commenter cet article
14 octobre 2017 6 14 /10 /octobre /2017 11:44


Severus de Trèves
† 449

Severus fut d’abord un disciple de s.Loup de Troyes (v. 29 juillet).
En 447, il fut nommé douzième évêque de Trèves.
Il accompagna s.Germain d’Auxerre dans sa mission en Angleterre pour contrer l’erreur du pélagianisme.
Sa prédication s’étendit largement et contribua à maintenir de nombreuses populations dans la saine doctrine.
Il ne faut pas le confondre avec s.Severinus, l’évêque de Cologne (v. 23 octobre).
Le Martyrologe Romain mentionne saint Severus de Trèves au 15 octobre.

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Hagiographie S
commenter cet article
13 octobre 2017 5 13 /10 /octobre /2017 22:19

Gaudentius de Rimini
3. ou 4. siècle

La figure de Gaudentius n’est pas claire pour les historiens.
Il serait venu d’Ephèse à Rome, à la fin du troisième siècle et y aurait reçu le baptême. 
Plus tard, il fut ordonné prêtre, puis évêque pour aller évangéliser le peuple de Rimini. Ainsi Gaudentius devrait être le premier évêque de Rimini. S’il est vrai que c’est le pape Damase qui l’ordonna, ce ne pouvait être qu’après 366.
Durant son épiscopat, Gaudentius aurait ordonné prêtre Marinus, le fondateur de l’antique cité de San Marino.
Cependant, la date de 366 ne peut s’accorder avec celle du «concile» de Rimini, qui eut lieu en 359, et auquel aurait participé Gaudentius lui-même comme évêque de Rimini. On sait que lors de ce concile, les évêques fidèles à la foi proclamée à Nicée (325) refusèrent de signer la formule qu’on leur proposait et se retirèrent ; Gaudentius aurait été un de ceux-là.
Il se serait alors caché quelque temps, avant de rentrer dans sa ville épiscopale. C’est alors qu’il aurait été arrêté par des soldats de l’empereur et lynché par des partisans d’Arius. 
Gaudentius serait donc mort après 366, et peut-être martyrisé.
Le Martyrologe Romain mentionne saint Gaudentius de Rimini au 14 octobre, sans mentionner son martyre.

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Hagiographie G
commenter cet article
13 octobre 2017 5 13 /10 /octobre /2017 22:18


Donatianus de Reims
† 389

On racontait que, petit enfant, Donatianus avait été jeté dans un fleuve. Il fut sauvé parce qu’un homme eut la savante inspiration de mettre à l’eau une roue portant cinq cierges, laquelle s’arrêta à l’endroit où l’on put repêcher l’enfant sain et sauf. 
Donatianus fut le huitième évêque de Reims, à partir de 361.
Bien après sa mort, on procéda à un transfert des reliques de Donatianus, à Bruges. Beaucoup de miracles eurent lieu lors de ce transfert.
Le Martyrologe Romain mentionne saint Donatianus de Reims au 14 octobre.

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Hagiographie D
commenter cet article
13 octobre 2017 5 13 /10 /octobre /2017 22:18


Lupulus de Capoue
5. siècle ?

Lupulus (Petit Loup) est un martyr de Capoue (Campanie, Italie), dont on ne sait rien d’autre.
Une mosaïque du début du sixième siècle le représentait.
Le Martyrologe Romain mentionne saint Lupulus de Capoue au 14 octobre.

 

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Hagiographie L
commenter cet article
13 octobre 2017 5 13 /10 /octobre /2017 22:17

Manechildis de Bienville
5. siècle

Si ce récit est vrai, le comte de Perthes, Sigmar et son épouse Lintrude, eurent sept filles : Amée, Hoïlde, Lintrude, Pusinne, Francule, Libaire et Manechildis  (Ménehould) qui, toutes, se consacrèrent à Dieu.
Anciennement ces sept vierges étaient toutes inscrites dans le Martyrologe.
A la mort des parents, les sept sœurs se séparèrent. Manechildis, qui était la plus jeune, se retira à Bienville (Haute-Marne), cherchant constamment à se perfectionner dans la voie de la sainteté, sous la direction de l’évêque saint Alpin (v. 7 septembre).
Ménehould s’installa avec son père à Château-sur-Aisne. L’endroit était marécageux et une épidémie se déclara. Ménehould prit la direction d’un hospice, fondé grâce aux dons de deux Juifs convertis. Elle y montra un grand dévouement dans l’assistance aux malades.
Ensuite, elle s’installa à Côte-à-Vignes (Neuville-au-Pont), où on lui attribua plusieurs guérisons miraculeuses. Une source miraculeuse jaillit là où elle planta en terre son fuseau.
Fiinalement, après la mort de ses parents, Manechildis s’installa à Bienville et c’est là qu’elle s’éteignit, à un âge fort avancé, vers 500 ou peu avant.
La petite ville de Bienville, en 1972, a fusionné avec celle d’Eurville, devenant la ville d’Eurville-Bienville, dont les habitants sont donc les Eurvillois-Bienvillois.
Le Martyrologe Romain mentionne sainte Ménehould de Bienville au 14 octobre.

 

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Hagiographie M
commenter cet article
13 octobre 2017 5 13 /10 /octobre /2017 22:15

Fortunatus de Todi
† 580

Fortunatus fut le huitième évêque de Todi (Pérouse, Ombrie, Italie C), vers 547 ou un peu auparavant.
D’après le pape s.Grégoire le Grand (v. 12 mars), Fortunatus accomplit de nombreux miracles : il rendit la vue à un aveugle, il ramena un mort à la vie. Mais surtout, par sa prière, il chassa des démons. Une fois, c’était une armée entière, qui fut mise en déroute après plusieurs jours de prière.
Fortunatus mourut vers 580, et continua de faire des miracles après sa mort.
Le Martyrologe Romain mentionne saint Fortunatus de Todi au 14 octobre.

 

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Hagiographie F
commenter cet article
13 octobre 2017 5 13 /10 /octobre /2017 22:15

Venantius de Luna
6. siècle ?

On ne connaît guère ni Luna ni Venantius.
Luna (ou Luni) était une petite fraction de la province de La Spezia (Ligurie, Italie NW), qui fait aujourd’hui partie de la localité Ortonovo.
Venantius en fut l’évêque. Il fut très estimé du pape s.Grégoire le Grand (v. 12 mars).
Cet évêque eut le soin particulier de la bonne formation de son clergé et des moines. De son temps arriva ce triste épisode qu’un clerc, nommé Valentino, et de triste mémoire, fut en pleine nuit extirpé de son tombeau par deux individus (ou deux esprits) et jeté dans un autre tombeau. Dieu voulait permettre par là de faire savoir combien la conduite de ce Valentino avait été déplorable.
Venantius semble avoir vécu au sixième siècle.
Le Martyrologe Romain mentionne saint Venantius de Ortonovo au 14 octobre.

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Hagiographie V
commenter cet article
12 octobre 2017 4 12 /10 /octobre /2017 22:57

Romulus de Gênes
5. siècle

Romulus serait né non loin de Gênes (Ligurie, Italie NW), dont il devint le quatrième évêque, vers la fin du quatrième siècle ou au début du cinquième.
On raconte de lui qu’il était animé d’une particulière bonté pour les hommes, spécialement pour apaiser les discordes.
Il se peut que Romulus, devant le danger des invasions lombardes, se réfugiât dans quelque grotte des alentours de Gênes, où il priait et faisait pénitence pour son troupeau menacé. Les gens venaient supplier Romulus de prier chaque fois qu’un danger se présentait : invasion, famine, épidémie…
La grotte où Romulus se retirait devint fameuse. Après sa mort, l’endroit prit le nom de Civitas Sancti Romuli, puis simplement San Romolo, en dialecte local San Rœmu, qui a donné l’actuel Sanremo.
Le Martyrologe Romain mentionne saint Romulus de Gênes au 13 octobre.

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Hagiographie R
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 8000 notices de Bienheureux et Saints. Déjà traités : 1.Personnages bibliques (AT et NT). 2.Papes. 3.Saints du Calendrier Romain. 4. Reconnus aux siècles XII-XXI. 5. Siècles VI-XI. 6 (en cours) : siècles II-V. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens