Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 00:00

Alojzy Liguda

1898-1942

 

Alojzy (Louis) naquit le 23 janvier 1898 à Winów (Opole, Pologne), benjamin des sept enfants de Wojciech et Rozalia.

Wojciech, le papa, était un chrétien fervent, actif dans sa paroisse, organisateur de pèlerinages : on partait à pied au sanctuaire de Wambierzyce ou au Mont Sainte-Anne.

Alojzy entra au petit séminaire à quinze ans, à Neisse. Mais il dut interrompre les études secondaires en 1917, pour partir au front. Il les reprit et obtint son baccalauréat en 1920.

Il entra à Vienne au noviciat de la Société des Missionnaires du Verbe Divin, fit les premiers vœux en 1921, et fut nommé professeur de latin et de mathématiques au Petit séminaire de Mehlsack (Pieniezno). 

Il fit les vœux solennels en 1926 et, en 1927, fut ordonné prêtre.

Son désir était bien d’être missionnaire en Chine ou en Nouvelle Guinée, mais sa chine fut la Pologne.

En 1930 il obtint à Poznan le diplôme en philologie polonaise.

Nommé aumônier des Religieuses Ursulines, il fit des conférences qu’on lui demanda de publier. Il y approfondit le rôle de la femme dans le monde, d’après les textes bibliques.

Puis il fut professeur de polonais et d’histoire au Petit séminaire de Górna Grupa ; il célébrait la messe dominicale à la garnison militaire, et prêchait des retraites durant les vacances.

Le séminaire dont il était supérieur fut, en 1939, occupé par les Nazis et transformé en camp de détention pour des Religieux et des séminaristes : quatre-vingts autres prêtres y furent internés. Le père Liguda les accueillit, toujours en soutane au milieu des soldats allemands, passant d’une chambre à l’autre pour réconforter les uns et les autres.

De ces détenus, une vingtaine furent fusillés le 11 novembre 1939 dans la proche forêt. La situation s’avérait plus que dangereuse et le sort des Religieux fatal.

Effectivement, à partir de février 1940, tous les Religieux furent conduits à Neufahrwasser, de là à Stutthof ; mauvais traitements, saleté, coups, faim, travaux forcés : le père Liguda s’efforça de redonner courage à ses Compagnons. Il réussit à célébrer la messe du Jeudi Saint.

Début avril 1940, ce fut un nouveau transfert : Grenzdorf, puis Sachsenhausen.

Comme il connaissait l’allemand, il fut contraint d’enseigner l’allemand aux co-détenus. Au moment des «leçons», le père Liguda postait quelqu’un aux fenêtres pour observer si un garde SS s’approchait, puis il racontait des histoires, sur des sujets importants, ou parfois drôles, suivant les jours.

Il y eut des interventions pour obtenir la libération du père Liguda : de sa famille, mais aussi de la nonciature de Berlin, d’un pasteur qui avait été défendu par le père Liguda. Mais ce fut en vain.

En décembre 1940, Alojzy fut conduit au camp de Dachau, où il eut le numéro 22604. En janvier 1941, Iune épidémie de gale le frappa aussi. 

Un jour qu’un autre prisonnier avait allumé une cigarette, le père Liguda en assuma la responsabilité et fut pour cela durement frappé, et tellement torturé que le vrai coupable finit par avouer, mais on ne blanchit par pour autant le père Liguda.

En 1942, sa santé était défaillante et la tuberculose se déclara. On porta le père Liguda à l’infirmerie, où une meilleure nourriture et les colis de sa famille lui permirent de se reprendre, mais il se retrouva bientôt parmi les «invalides», ce qui signifiait sa condamnation à mort.

Le kapo l’avait pris en haine, en particulier parce que le père Alojzy avait réclamé un juste partage de la nourriture, et un meilleur traitement des malades. 

On a rapporté différents «détails» sur les ultimes tortures du père Liguda. Il aurait été (avec d’autres détenus) utilisé pour des soi-disant expériences : on voulut «étudier» le comportement de la peau humaine dans l’eau glacée ; ou bien, on lui aurait d’abord arraché des bandes de peau. Il est certain qu’ensuite le père Liguda fut ainsi jeté dans une proche citerne, et noyé, au soir du 8 décembre 1942. 

Le rapport médical déclara que lui et les autres étaient morts de pneumonie. Son corps fut brûlé.

Alojzy Liguda fut béatifié en 1999.

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Hagiographie A
commenter cet article
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 00:00

José María Zabal Blasco

1898-1936

 

Né le 19 mars 1898 à Valencia (Espagne), José María reçut le nom de saint Joseph, qu’on fêtait ce jour-là.

Son père mourut en 1910, de sorte que le petit garçon de douze ans, qui était l’aîné, dut aider vaillamment la maman, Mercedes, à tenir la maison et s’occuper des petits frères et sœurs.

Ainsi, après l’école primaire, il suivit des cours du soir pour compléter sa formation.

Ce travailleur acharné entra dans les Chemins de fer du Nord, et trouva sa place à la gare de Valencia, où il montra une très grande compétence jusqu’à être considéré comme l’employé numéro un par la Compagnie, qui le nomma instructeur pour un nouveau programme administratif.

Cela dit, José était surtout un chrétien. Il fit partie du syndicat catholique sous la protection de saint Vincenzo Ferrer (voir au 5 avril), tandis que tant d’autres s’inscrivaient dans les syndicats «nationaux». Toutes les fois qu’il le put, il s’efforça de défendre les intérêts légitimes des ouvriers, et par dessus tout, les intérêts de l’Eglise.

Il épousa en 1929 Catalina Cerdá Palop, dont il eut trois enfants.

Lors de la révolution de 1936, il comprit que sa vie était en danger et se cacha.

Reconnu et arrêté dans les premiers jours de novembre, il fut mis en prison, où on ne lui épargna pas les railleries et les mauvais traitements.

Malgré ces conditions pénibles, il se montra à tout moment courageux, généreux, et bon camarade envers tous ses compagnons de prison, parmi lesquels se trouva un père dominicain qui en porta témoignage : ce Dominicain, Bunaventura Blasquez, célébrait la messe de nuit, permettant ainsi aux «assistants» de communier ; ainsi faisait José María, qui priait également le chapelet chaque jour.

On arriva ainsi au 8 décembre 1936 ; au matin, José María sembla avoir un pressentiment : il pria le chapelet très tôt le matin, se confessa, assista à la Messe et communia avec grande ferveur et intense recueillement.

A dix heures du matin, on l’appela, avec d’autres, et on les conduisit au tristement fameux lieu-dit Picadero de Paterna. Juste avant d’être fusillé, il adressa des paroles de pardon aux soldats, et leur fit cette prière : Dites à mon épouse et à mes enfants que je les garde dans mon cœur, et que du ciel je prierai pour eux.

José, alias Pepe, avait trente-huit ans. Une parente entendit dire dans Valencia : Voilà qu’ils ont fusillé le saint Pepe Zabal.

C’était en la fête de l’Immaculée Conception, 8 décembre 1936.

José María fut béatifié en 2001.

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Hagiographie J
commenter cet article
7 décembre 2014 7 07 /12 /décembre /2014 00:01

Justa López González

1850-1936

 

Celle qui fut Juste jusqu’au bout naquit le 28 mai 1850, reçut le baptême le 30 mai suivant, et la confirmation deux ans plus tard, selon l’habitude de l’époque.

En 1874, elle entra dans la congrégation des Servantes de Marie à l’Escorial et fit le noviciat à Madrid.

Au moment de recevoir l’habit, en mai 1874, elle prit le nom de María Aurora et fit les premiers vœux temporaires. La profession solennelle eut lieu (approximativement) en 1879.

En 1885, elle fut nommée supérieure à Arévalo, en 1893 à Madrid puis à l’Escorial, en qualité de Conseillère. Par la suite, elle fut nommée à Salamanque, Alcalá de Henares, Cabeza del Buey, Jaén, Ciudad Real et Pozuelo de Alarcón.

On disait d’elle qu’elle était la reproduction vivante de la Fondatrice, sainte María Soledad (voir au 11 octobre), dans la vie communautaire et dans son attention pour les malades.

Malgré le poids des années, elle continua jusqu’à la fin de faire tout ce qu’elle pouvait pour participer à la vie de la communauté, pour travailler, communiquant à toutes sa joie de vivre, sa ferveur.

Arrivèrent les heures sombres de 1936. Sœur Aurora se plia à toutes les exigences de la situation, versant toutefois de grosses larmes quand il fallut prendre des habits civils, mais telle était la volonté de Dieu, à laquelle elle se soumit.

Lors de l’explosion de la révolution en juillet 1936, il fallut évacuer la maison de toute urgence. Les Sœurs trouvèrent un accueil dans des familles qu’elles connaissaient, mais elles étaient étroitement surveillées. Mère M.Aurelia et trois autres Religieuses, dont María Aurora, furent reconnues et arrêtées. L’une d’elles fut martyrisée dès le 5 décembre ; Mère M.Aurelia et ses deux autres Compagnes, María Aurora et Daría, furent martyrisées, suppose-t-on, à Aravaca (Madrid) dans la nuit du 6 au 7 décembre 1936.

La Sœur Aurora avait alors quatre-vingt-six ans : actuellement, c’est la Martyre espagnole la plus âgée de tous les Martyrs de cette horrible année 1936.

Elle et ses Compagnes ont été béatifiées en 2013.

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Hagiographie J
commenter cet article
7 décembre 2014 7 07 /12 /décembre /2014 00:00

Engracia Andiarena Sagasera

1879-1936

 

Engracia vit le jour le 5 avril 1879 à Donamaría (Navarre, Espagne) et fut baptisée dès le lendemain.

En 1902, elle entra dans la congrégation des Servantes de Marie, Ministres des Malades, dans la maison de San Sebastián, et commença le noviciat à Madrid.

En 1903, elle reçut l’habit et prit le nom de Daría. Elle fit les premiers vœux en 1905.

Les maisons où elle exerça son activité furent : Saragosse (jusqu’en 1910), Ciudad Real, Madrid (1913, l’année de sa profession perpétuelle).

Elle souffrit alors d’un pénible ulcère à l’estomac, qu’elle supporta de façon exemplaire.

En 1922, on l’envoya comme maîtresse des novices à Madrid. En 1930, elle fut nommée à Pozuelo de Alarcón (Madrid), où elle resta jusqu’à la fin de sa vie, comme Secrétaire et Conseillère, charges qu’elle assuma toujours avec un profond esprit ecclésial.

Plusieurs fois, on l’entendit répéter : Moi, je désire le martyre du sacrifice quotidien et, si Dieu me le demande, le martyre lui-même ; oui, mourir martyre pour Lui.

Lors de l’explosion de la révolution en juillet 1936, il fallut évacuer la maison de toute urgence. Les Sœurs trouvèrent un accueil dans des familles qu’elles connaissaient, mais elles étaient étroitement surveillées. Mère M.Aurelia, la supérieure, et trois autres Religieuses furent reconnues et arrêtées. Sœur Daría s’adressa aux miliciens en ces termes : Nous sommes des religieuses, effectivement ; vous pouvez faire de nous ce que vous voulez. Mais je vous en supplie : ne faites rien à cette famille parce que, nous voyant sans domicile, ils demandèrent au Comité de Pozuelo de pouvoir nous recevoir chez eux par charité. 

L’une d’elles fut martyrisée dès le 5 décembre ; Mère M.Aurelia et ses deux autres Compagnes, dont Daría, furent martyrisées, suppose-t-on, à Aravaca (Madrid) dans la nuit du 6 au 7 décembre 1936.

Elles ont été béatifiées en 2013.

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Hagiographie E
commenter cet article
7 décembre 2014 7 07 /12 /décembre /2014 00:00

Aurelius Ambrosius de Milan

340-397

 

Aurelius Ambrosius naquit à Trèves (Germanie) vers 340, d’un certain Ambrosius, préfet du prétoire des Gaules.

D’après son secrétaire et biographe, le bébé Ambrosius se trouvait dans son berceau lorsqu’un essaim d’abeilles couvrit sa figure, semblant entrer dans sa bouche et en sortir, avant de disparaître dans les airs. Le père en fut très frappé. 

Ambrosius avait une sœur, Marcellina, et un frère Satyrius (voir aux 17 juillet et 17 septembre).  

A son tour, le jeune Ambrosius devint fonctionnaire impérial. Un de ses cousins fut Quintus Aurelius Symmacus, préfet de Rome.

Ambrosius n’était pas encore baptisé, tandis que sa mère et sa sœur l’étaient. Il étudia à Rome, devint avocat puis reçut de l’empereur le gouvernement des provinces cisalpines, dont le siège était à Milan.

Il n’était que catéchumène, lorsque l’évêque de Milan, arien, fut déposé. On ne se mettait pas d’accord sur un nom pour le remplacer et le peuple commençait à s’agiter. Ambrosius intervint pour calmer les esprits et c’est alors qu’un enfant cria : Ambroise évêque ! 

Tous furent d’accord sur ce «choix» providentiel, mais Ambrosius n’était pas même baptisé, et ne l’entendait pas de cette oreille ; il protesta, chercha à fuir, fut retrouvé. On annonça ce choix à l’empereur, qui s’en réjouit.

Ambrosius se prépara alors consciencieusement à recevoir le baptême, puis les degrés du sacerdoce, tout en approfondissant l’Ecriture, qu’il ne connaissait pas encore beaucoup.

Il remplit donc sa charge d’évêque à Milan de 374 à 397, avec force, énergie, et efficacité. Il pourchassa vigoureusement les restes de l’arianisme ; il osa excommunier l’empereur Théodosius, quand celui-ci, pour réprimer une émeute à Thessalonique, fit massacrer plusieurs milliers de personnes ; c’est l’empereur qui dut céder et venir implorer son pardon devant Ambrosius, qui le réintégra.

En 386, il mit à jour les ossements des martyrs milanais Gervasius et Protasius (voir au 19 juin) et en 395, ceux des martyrs Nazarius et Celsus (voir au 28 juillet).

C’est aussi Ambrosius qui fut l’artisan de la conversion d’Augustin d’Hippone et le baptisa le 24 avril 387 (voir au 28 août).

Ambrosius s’occupa de la liturgie, composa des hymnes encore en usage, organisa le chant dans l’Eglise, et se trouva ainsi à l’origine de la liturgie ambrosienne, que conserve l’Eglise à Milan. Il écrivit des ouvrages de théologie, d’exégèse, de catéchèse, où l’on retrouve son style d’orateur et sa grande connaissance de la littérature grecque.

Ambrosius mourut dans la nuit de la vigile pascale, le 4 avril 397 à Milan, mentionné à ce jour par le Martyrologe ; cette date se trouvant en période de Carême ou de Pâques, l’Eglise le vénère traditionnellement le 7 décembre, jour où il reçut l’ordination épiscopale.

Saint Ambrosius est l’un des quatre Pères de l’Eglise d’Occident, avec saint Augustin, saint Jérôme et saint Grégoire le Grand (voir aux 28 août, 30 septembre et 12 mars), avec lesquels il partage aussi le titre de Docteur de l’Eglise.

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Hagiographie A
commenter cet article
7 décembre 2014 7 07 /12 /décembre /2014 00:00

Clementina Arambarri Fuente

1866-1936

 

Clementina était née et fut baptisée le 23 octobre 1866 à Vitoria (Álava, Espagne).

En 1886, elle entra dans la congrégation des Servantes de Marie, et en connut la fondatrice, sainte María Soledad (voir au 11 octobre), qui lui remit l’habit. Elle prit le nom de María Aurelia.

Après la profession temporaire (1887), elle fut destinée à Porto Rico, où elle fit la profession perpétuelle en 1894.

En 1904, elle fut nommée supérieure de la communauté de Guanajuato (Mexique), puis à Durango y Puebla en 1909. Ces années-là furent déjà marquées par la persécution au Mexique.

En 1916, la Mère M.Aurelia revint en Espagne et fut supérieure à Mataró, Alcoy, Sarriá et Barbastro.

En 1929, fut érigée la nouvelle province de Madrid, dont elle fut la conseillère provinciale en même temps qu’elle était supérieure à Pozuelo de Alarcón (Madrid). Elle recouvrit à cette charge jusqu’en 1934, année où sa santé ne lui permit plus de continuer à assumer cette fonction. Elle fut alors hospitalisée à Madrid.

Quand les événements de 1936 devinrent allarmants, on décida de reconduire la Mère M.Aurelia à Pozuelo de Alarcón, pour lui éviter l’agitation de la capitale.

Elle même répétait souvent : Nous sommes à Dieu, rien de mal ne pourra nous arriver.

Lors de l’explosion de la révolution en juillet 1936, il fallut évacuer la maison de toute urgence. Les Sœurs trouvèrent un accueil dans des familles qu’elles connaissaient, mais elles étaient étroitement surveillées. Mère M.Aurelia et trois autres Religieuses furent reconnues et arrêtées. L’une d’elles fut martyrisée dès le 5 décembre ; Mère M.Aurelia et ses deux autres Compagnes furent martyrisées, suppose-t-on, à Aravaca (Madrid), dans la nuit du 6 au 7 décembre 1936.

Elles ont été béatifiées en 2013.

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Hagiographie C
commenter cet article
7 décembre 2014 7 07 /12 /décembre /2014 00:00

 

07 DÉCEMBRE

 

III.

S Aignan, évêque à Chartres (V.?).

IV.

S Sabin, évêque et martyr à Spolète.

S Athénodore, martyr en Syrie (exactement, il mourut en paix après que le bourreau ait lui-même succombé).

S Victor, évêque à Plaisance.

V.

S Urbain, évêque à Teano.

S Servus, martyr à Thuburbo, plusieurs fois bastonné, soulevé en l'air et relâché sur des silex.

VI.

S Jean le Silentiaire (Hésychastis, 454-558), évêque arménien qui démissionna après dix ans, se retira dans la laure de Saint-Sabas, près de Jérusalem, et vécut soixante-seize ans au désert.

S Martin, abbé en Saintonge.

S Buite, abbé irlandais, étonnant thaumaturge.

VII.

Ste Fare (Burgondofare), sœur des ss. Chagnoald et Faron, fondatrice et abbesse du monastère qui s'appellera Faremoutiers et où elle vécut pendant quarante ans.

S Gerbold, évêque à Bayeux. 

XVII.

S Charles Garnier, jésuite français martyr au Canada, fêté le 19 octobre.

XIX.

Ste Benedetta (Maria Giuseppa) Rossello, tertiaire franciscaine italienne, fondatrice de l'institut des Filles de Notre-Dame de la Miséricorde, pour la formation des jeunes filles. 

XX.

Bx Martyrs espagnols de 1936 :

-  béatifiés en 2013 : 

Frères Maristes : Enrique Andrés Monfort (Benedicto Andrés, *1899), près de Castellón ;

Servantes de Marie : Justa López González (Aurora, *1850), Clementina Arambarri Fuente (Aurelia, *1866), Engracia Andiarena Sagasera (Daría, *1879), près de Madrid. A 86 ans, la sœur Aurora est la plus âgée des Martyrs espagnols.

Jean le Silentiaire

454-558

 

Jean était le fils d’Encrace et d’Euphémie, qui descendaient tous deux de généraux ou de gouverneurs de province, mais surtout d’excellents chrétiens. On connaît aussi le nom d’un de ses frères, Pergame ; il avait aussi une sœur.

Il naquit à Nicopolis (Arménie) le 8 janvier 454. A la mort de ses parents, il avait dix-huit ans, - et un immense héritage, qu’il consacra à l’édification d’une église en l’honneur de la Mère de Dieu, et d’un monastère où il s’enferma avec dix compagnons qui voulaient se mettre sous sa conduite.

Avant de leur imposer une règle et des conseils, Jean mortifia d’abord son corps et son esprit, s’appliquant à la tempérance et à l’humilité, pour conserver la pureté du corps et de l’âme. Il sut aussi refréner sa langue, suivant le conseil de saint Jacques dans son Epître : Celui qui croit être pieux et ne retient pas sa langue, n’a qu’une piété vaine et imaginaire (Jc 1:26). C’est là ce qui lui valut le surnom de Silentiaire.

Après vingt années, il fut sorti de son silence pour succéder à l’évêque de Colonie (Taxara, Arménie), ce qui ne l’empêcha pas de continuer sa vie ascétique : par pudeur et mortification, il refusa toujours de se servir des bains ordinaires de cette époque.

Cette ascèse toucha son frère Pergame et son cousin Théodore, qui suivirent ses conseils pour leur propre sanctification.

Mais son beau-frère, au contraire, mit la zizanie dans le diocèse, à tel point que Jean dut aller se plaindre à l’empereur de Constantinople, et même finit par renoncer à sa charge épiscopale. Secrètement, il gagna Jérusalem, où il demanda incognito à être admis dans la laure de saint Sabas (voir au 5 décembre).

Jean y vécut tellement humblement, discrètement, que Sabas pensa bien de le faire ordonner prêtre et le conduisit pour cela auprès du patriarche de Jérusalem. Là, Jean parla secrètement au patriarche pour lui révéler toute son histoire passée. Sur ce, le Patriarche confia alors à Sabas que, au vu des paroles de Jean, il ne pouvait l’ordonner prêtre, ce qui fit croire à Sabas que Jean était coupable de quelque faute grave, et qu’il s’était trompé dans son jugement sur Jean.

Très éprouvé, Sabas pria Dieu de l’éclairer, et Dieu lui fit savoir que Jean était déjà évêque. Sabas en conçut une grande joie, et un respect accru envers son «disciple», auquel il promit de n’en rien dire à personne.

Jean resta encore quatre ans dans son silence, mais préféra quitter la laure en 503, lors de la «révolte» des moines, et s’enfuit dans le désert, pendant neuf ans, se nourrissant de fruits et de racines sauvages. On ne put l’en ramener : mystérieusement des inconnus (des anges ?) lui apportèrent des vivres ; un lion rôdait et éloignait de sa caverne les voleurs.

Quand Sabas fut rappelé dans la laure, en 510, il s’empressa d’y faire revenir aussi son cher Jean, qui lui obéit et y resta encore quarante ans, toujours dans le silence et la solitude. Il acceptait tout de même de donner des conseils à qui les lui demandait. Entre autres, un de ses tout jeunes compagnons, Cyrille, put ainsi en recevoir suffisamment de confidences, qu’il écrivit ensuite la vie de Jean, d’où nous connaissons tant de détails.

Cyrille écrit qu’il avait seize ans, quand Jean en avait quatre-vingt-dix. 

Outre son surnom de Silentiaire, Jean est aussi appelé Hésychaste, ou Sabbaïte. Il savait lire dans les cœurs, fit quelques prédictions, des guérisons aussi. 

Il mourut à cent-quatre ans, en 558, après avoir passé soixante-seize ans dans le désert.

Le jour de sa mort était placé au 13 mai ou aussi au 30 mars, mais l’actuel Martyrologe l’a inscrit au 7 décembre, surlendemain de la fête de saint Sabas.

 

 

Charles Garnier

1606-1649

 

Les parents de Charles étaient Jean Garnier et Anne de Garault. Charles naquit à Paris en 1606.

Il étudia les lettres classiques, puis la philosophie, et s’en vint à Clermont pour étudier la théologie au collège des Jésuites.

Entré dans cet ordre (1624), il demanda à faire partie de la mission pour le Canada, où il partit en 1636. Il fut envoyé dans la région des Hurons, où il restera pendant les quatorze années de son apostolat héroïque, sans jamais revenir à Québec.

En six mois, il surmonta les difficultés de la langue et commença une longue période de charité vivante : son zèle pour la conversion des païens ignorait les obstacles et les retards. Rien ne l’effrayait, ni les distances à parcourir, ni la rude météorologie, ni le danger de la mort. Il affrontait toutes ces difficultés avec énergie, pour aller baptiser. Les ordures, la vermine, les odeurs fétides, les maladies répugnantes, rien ne l’empêchait d’aller au-devant des âmes à racheter. Lui qui était de constitution plutôt fragile, il résista, on peut dire de façon miraculeuse, à cette tension continuelle.

Son angélique patience au milieu d’épreuves interminables, lui valut le surnom de «ange de la mission», où son confrère Jean de Brébeuf, était le «lion».

Plusieurs fois, en 1637 et en 1639, il «s’attaqua» à la conversion de la nation Tobacco, en compagnie d’Isaac Jogues et de Claude Pijart. Sa constance finit par venir à bout de leur obstination. Ce sont eux qui demandèrent la venue des «robes noires» (1646) et Charles vint habiter chez eux, jusqu’à la mort.

Après le martyre des pères Daniel, Brébeuf (1648) et Lalemant (1649), il attendit calmement son tour, non certes de la part des Tobacco, mais parce que la tribu guerrière des Iroquois, après s’être attaquée sans pitié aux Hurons, menaçait maintenant les Tobacco.

Charles resta aux côtés de ses néophytes durant tout ce massacre. Mortellement blessé, il s’avança près d’un Indien mourant pour lui donner l’absolution, et reçut alors un coup de hache qui l’acheva.

C’était le 7 décembre, veille de la fête de l’Immaculée Conception, dont il avait fait le vœu de défendre le dogme.

On a de Charles des lettres à son frère carme, où transparaît sa sainteté.

Il a été canonisé en 1930.

Inscrit au Martyrologe le 7 décembre, il est fêté avec ses Compagnons jésuites martyrs le 19 octobre.

 

 

Benedetta Rossello

1811-1880

 

Benedetta naquit à Albissola Marina (Savona, Italie) le 27 mai 1811, d’un père vannier et d’une mère qui eut aussi une autre fille et un fils. Les parents sont de bons chrétiens et lui enseignent la dévotion à la Sainte Vierge et à la Croix.

La famille n’est pas riche, et Benedetta n’eut jamais d’autre poupée que les petits enfants du quartier, auxquels elle apportait de bons exemples pour les élever à Dieu. A la maison elle aide vaillamment sa mère pour tenir le ménage propre.

Son «jouet» personnel fut simplement… un crâne, obtenu du fossoyeur, pour l’aider dans sa méditation.

Tertiaire franciscaine, elle rêve de devenir religieuse, mais n’a pas de «dot». A dix-neuf ans, entrée au service d’une riche famille de Savona qui n’a pas d’héritier, elle se voit proposer d’en devenir l’héritière si elle renonce à sa vocation. Rien à faire : elle appartiendra à Dieu.

Un essai chez les Religieuses de Notre-Dame des Neiges est un échec. C’est alors qu’elle apprend que l’évêque cherche de pieuses personnes pour s’occuper des plus pauvres. Benedetta se propose. Elle a vingt-six ans.

Après avoir perdu successivement sa mère, son frère, sa sœur et son père, totalement libérée des liens de la terre, elle fait donc partie des quelques jeunes filles qui, en 1837, commencent de donner vie à ce nouvel Institut, placé sous la protection de Notre-Dame de la Miséricorde, qu’on vénère dans un grand sanctuaire de Savona. La mission de l’Institut est l’éducation des jeunes et l’assistance des malades.

Benedetta est la maîtresse des novices, la vicaire de la supérieure, et l’économe. A la prise d’habit, elle reçoit le nom de Maria Giuseppa (Marie-Josèphe).

En 1839 : vœux perpétuels. En 1840 : déjà sept sœurs et quatre novices. Maria Giuseppa devient alors supérieure, à l’unanimité de toutes. Elle le restera pendant quelque quarante années, jusqu’à sa mort.

Le roi Carlo Alberto reconnaît l’Institut dès 1841. Cela aida le nouvel évêque, d’abord prévenu contre Maria Giuseppa, à en reconnaître les réelles vertus et à appuyer le nouvel Institut.

Lors d’une épidémie qui dévastait la Ligurie, les sœurs se montrèrent dévouées au soin des malades. Et Maria Giuseppa aida beaucoup à l’organisation d’un petit séminaire diocésain et au rachat des jeunes esclaves noirs d’Afrique.

L’Institut se développe très, très rapidement. En Ligurie d’abord, puis en Argentine où partent quinze religieuses en 1876.

L’Institut se double dès 1859 d’une autre fondation pour la réhabilitation et l’intégration des filles des classes pauvres. Ce sera la Maison de la Providence. En 1869, ce sera le tour de la Maison pour les petits enfants pauvres. Enfin, s’ouvrira aussi une Maison pour les filles repenties, tombées précédemment dans la prostitution et le vol.

Maria Giuseppa meurt le 7 décembre 1880.

Elle a été béatifiée en 1938, et canonisée en 1949. A cette époque, l’Institut de Notre-Dame de la Miséricorde comptait quelque trois mille sœurs.

 

 

Enrique Andrés Montfort

1899-1936

 

Enrique était né le 25 avril 1899, à Villafranca del Cid (Castellón, Espagne), de Benedicto et Rosa, qui le firent baptiser le jour-même ; il fut confirmé en 1900.

La région de Castellón était traditionnellement attachée au christianisme, au point qu’on l’appelait le fief du Pape de Rome. 

Enrique entra en 1911 dans la congrégation des Frères Maristes à Vic et commença le noviciat à Las Avellanas en 1913 ; en 1914 il reçut l’habit et le nom de Benedicto Andrés, reprenant le prénom de son père ; un an après il faisait les premiers vœux.

Benedicto fut envoyé à Valencia (1916), Torrelaguna (1918), Valdemoro (1920), puis fit son service militaire au Maroc (1921) : il s’y distingua par sa soumission aux supérieurs, et conquit ses grades de sous-officier, sans oublier ses habitudes religieuses, priant ouvertement mais sans ostentation, et reprenant gentiment ses camarades quand il en entendait des propos inconvenants.

De retour en Espagne, il fut à Valencia (1924), Murcia (1925), Saragosse (1926), Pamplona (1929), Barcelone (1930).

Durant l’été 1936, il reçut la permission de se réfugier chez les siens. Le Comité révolutionnaire ne le remarqua pas, mais convoqua bientôt les réservistes. Benedicto préféra se présenter, et y subit un premier interrogatoire serré ; en rentrant, il commenta chez lui : Ma sentence de mort est signée. Sa conviction s’exprima dans un billet à l’adresse d’un de ses cousins qui vivait aussi à Villafranca : Dites à Emiliano qu’il n’y aille pas. S’ils me tuent, qu’au moins lui se sauve.

Il fut arrêté au soir du 7 décembre 1936, par des amis d’enfance, désormais adhérents au Comité révolutionnaire ; Benedicto eut deux réflexions : Voici mon heure ; puis : Au Ciel.

Un des miliciens, présent au moment du martyre de Benedicto, raconta plus tard son admiration pour ce Religieux ; ce fut peut-être même lui qui tira les coups de feu.

Ils le conduisirent à Santa Pau (Albocácer, Castellón). Ils ne tuèrent pas le Frère d’un seul coup, peut-être dans l’idée de le faire apostasier, mais le Frère resta fidèle à l’Eglise et à ses vœux.

Au premier coup de feu, le Frère cria : Vive le Christ Roi ! Au second : Vive Marie Immaculée ! Au troisième : Sainte Famille, recevez-moi dans vos bras !

C’était donc le 7 décembre 1936, veille de la fête de l’Immaculée Conception.

Benedicto Andrés fut béatifié en 2013.

Jean le Silentiaire

454-558

 

Jean était le fils d’Encrace et d’Euphémie, qui descendaient tous deux de généraux ou de gouverneurs de province, mais surtout d’excellents chrétiens. On connaît aussi le nom d’un de ses frères, Pergame ; il avait aussi une sœur.

Il naquit à Nicopolis (Arménie) le 8 janvier 454. A la mort de ses parents, il avait dix-huit ans, - et un immense héritage, qu’il consacra à l’édification d’une église en l’honneur de la Mère de Dieu, et d’un monastère où il s’enferma avec dix compagnons qui voulaient se mettre sous sa conduite.

Avant de leur imposer une règle et des conseils, Jean mortifia d’abord son corps et son esprit, s’appliquant à la tempérance et à l’humilité, pour conserver la pureté du corps et de l’âme. Il sut aussi refréner sa langue, suivant le conseil de saint Jacques dans son Epître : Celui qui croit être pieux et ne retient pas sa langue, n’a qu’une piété vaine et imaginaire (Jc 1:26). C’est là ce qui lui valut le surnom de Silentiaire.

Après vingt années, il fut sorti de son silence pour succéder à l’évêque de Colonie (Taxara, Arménie), ce qui ne l’empêcha pas de continuer sa vie ascétique : par pudeur et mortification, il refusa toujours de se servir des bains ordinaires de cette époque.

Cette ascèse toucha son frère Pergame et son cousin Théodore, qui suivirent ses conseils pour leur propre sanctification.

Mais son beau-frère, au contraire, mit la zizanie dans le diocèse, à tel point que Jean dut aller se plaindre à l’empereur de Constantinople, et même finit par renoncer à sa charge épiscopale. Secrètement, il gagna Jérusalem, où il demanda incognito à être admis dans la laure de saint Sabas (voir au 5 décembre).

Jean y vécut tellement humblement, discrètement, que Sabas pensa bien de le faire ordonner prêtre et le conduisit pour cela auprès du patriarche de Jérusalem. Là, Jean parla secrètement au patriarche pour lui révéler toute son histoire passée. Sur ce, le Patriarche confia alors à Sabas que, au vu des paroles de Jean, il ne pouvait l’ordonner prêtre, ce qui fit croire à Sabas que Jean était coupable de quelque faute grave, et qu’il s’était trompé dans son jugement sur Jean.

Très éprouvé, Sabas pria Dieu de l’éclairer, et Dieu lui fit savoir que Jean était déjà évêque. Sabas en conçut une grande joie, et un respect accru envers son «disciple», auquel il promit de n’en rien dire à personne.

Jean resta encore quatre ans dans son silence, mais préféra quitter la laure en 503, lors de la «révolte» des moines, et s’enfuit dans le désert, pendant neuf ans, se nourrissant de fruits et de racines sauvages. On ne put l’en ramener : mystérieusement des inconnus (des anges ?) lui apportèrent des vivres ; un lion rôdait et éloignait de sa caverne les voleurs.

Quand Sabas fut rappelé dans la laure, en 510, il s’empressa d’y faire revenir aussi son cher Jean, qui lui obéit et y resta encore quarante ans, toujours dans le silence et la solitude. Il acceptait tout de même de donner des conseils à qui les lui demandait. Entre autres, un de ses tout jeunes compagnons, Cyrille, put ainsi en recevoir suffisamment de confidences, qu’il écrivit ensuite la vie de Jean, d’où nous connaissons tant de détails.

Cyrille écrit qu’il avait seize ans, quand Jean en avait quatre-vingt-dix. 

Outre son surnom de Silentiaire, Jean est aussi appelé Hésychaste, ou Sabbaïte. Il savait lire dans les cœurs, fit quelques prédictions, des guérisons aussi. 

Il mourut à cent-quatre ans, en 558, après avoir passé soixante-seize ans dans le désert.

Le jour de sa mort était placé au 13 mai ou aussi au 30 mars, mais l’actuel Martyrologe l’a inscrit au 7 décembre, surlendemain de la fête de saint Sabas.

 

 

Aurelius Ambrosius de Milan

340-397

 

Aurelius Ambrosius naquit à Trèves (Germanie) vers 340, d’un certain Ambrosius, préfet du prétoire des Gaules.

D’après son secrétaire et biographe, le bébé Ambrosius se trouvait dans son berceau lorsqu’un essaim d’abeilles couvrit sa figure, semblant entrer dans sa bouche et en sortir, avant de disparaître dans les airs. Le père en fut très frappé. 

Ambrosius avait une sœur, Marcellina, et un frère Satyrius (voir aux 17 juillet et 17 septembre).  

A son tour, le jeune Ambrosius devint fonctionnaire impérial. Un de ses cousins fut Quintus Aurelius Symmacus, préfet de Rome.

Ambrosius n’était pas encore baptisé, tandis que sa mère et sa sœur l’étaient. Il étudia à Rome, devint avocat puis reçut de l’empereur le gouvernement des provinces cisalpines, dont le siège était à Milan.

Il n’était que catéchumène, lorsque l’évêque de Milan, arien, fut déposé. On ne se mettait pas d’accord sur un nom pour le remplacer et le peuple commençait à s’agiter. Ambrosius intervint pour calmer les esprits et c’est alors qu’un enfant cria : Ambroise évêque ! 

Tous furent d’accord sur ce «choix» providentiel, mais Ambrosius n’était pas même baptisé, et ne l’entendait pas de cette oreille ; il protesta, chercha à fuir, fut retrouvé. On annonça ce choix à l’empereur, qui s’en réjouit.

Ambrosius se prépara alors consciencieusement à recevoir le baptême, puis les degrés du sacerdoce, tout en approfondissant l’Ecriture, qu’il ne connaissait pas encore beaucoup.

Il remplit donc sa charge d’évêque à Milan de 374 à 397, avec force, énergie, et efficacité. Il pourchassa vigoureusement les restes de l’arianisme ; il osa excommunier l’empereur Théodosius, quand celui-ci, pour réprimer une émeute à Thessalonique, fit massacrer plusieurs milliers de personnes ; c’est l’empereur qui dut céder et venir implorer son pardon devant Ambrosius, qui le réintégra.

En 386, il mit à jour les ossements des martyrs milanais Gervasius et Protasius (voir au 19 juin) et en 395, ceux des martyrs Nazarius et Celsus (voir au 28 juillet).

C’est aussi Ambrosius qui fut l’artisan de la conversion d’Augustin d’Hippone et le baptisa le 24 avril 387 (voir au 28 août).

Ambrosius s’occupa de la liturgie, composa des hymnes encore en usage, organisa le chant dans l’Eglise, et se trouva ainsi à l’origine de la liturgie ambrosienne, que conserve l’Eglise à Milan. Il écrivit des ouvrages de théologie, d’exégèse, de catéchèse, où l’on retrouve son style d’orateur et sa grande connaissance de la littérature grecque.

Ambrosius mourut dans la nuit de la vigile pascale, le 4 avril 397 à Milan, mentionné à ce jour par le Martyrologe ; cette date se trouvant en période de Carême ou de Pâques, l’Eglise le vénère traditionnellement le 7 décembre, jour où il reçut l’ordination épiscopale.

Saint Ambrosius est l’un des quatre Pères de l’Eglise d’Occident, avec saint Augustin, saint Jérôme et saint Grégoire le Grand (voir aux 28 août, 30 septembre et 12 mars), avec lesquels il partage aussi le titre de Docteur de l’Eglise.

 

 

Fare de Faremoutiers

600-657

 

Fare naquit vers 600 en la villa de Pipimisicum (act.Poincy, Meaux, Seine-et-Marne), propriété de ses parents, le comte Chagneric (ou Hagneric, Agneric) et Leodegonde, qui eurent aussi trois fils, Chagnoald (ou Cagnoald, quelquefois identifié avec s.Walbert, v. 2 mai), Chagnulfus et Faron (v. 28 octobre) ; peut-être aussi une fille, Agnetrude.

Lorsque s.Colomban (v. 23 novembre) s’arrêta dans cette maison, il eut un divin pressentiment et donna une bénédiction spéciale à Fare, qui était encore toute petite.

Quand Fare fut en âge, son père voulut la donner en mariage, ce qu’elle refusait absolument, au point qu’elle en devint malade (certains disent même aveugle). Ce fut le successeur de Colomban à Luxeuil, Eustase (v. 2 avril), qui la guérit, persuadant son père de la laisser libre de son choix.

Mais ce père s’obstina, au point que Fare s’enfuit de la maison. Le père envoya des domestiques à ses trousses, qui la retrouvèrent abritée dans une église Saint-Pierre. Menacée, Fare leur déclara qu’ils pouvaient la tuer sur place.

On ne dit pas combien de temps durèrent ces pourparlers, ni quelle fut l’attitude des domestiques. Mais Eustase repassa par là, et fit de solennels reproches au père de Fare, qui s’était montré si entêté. Eustase fut si convainquant, que Chagneric fit vraiment amende honorable et lui concéda tout un domaine où Fare pourrait construire un monastère, le domaine d’Evoriacum.

Fare reçut enfin le voile des vierges, de l’évêque de Meaux, Gondoald, qui consacra l’église, dédiée à Notre-Dame et à l’apôtre s.Pierre (620). Fare, qui s’installa avec déjà quelques compagnes dans ce nouveau monastère, fut choisie pour être l’abbesse. La Règle fut celle de s.Colomban.

La grande innovation de ce monastère, est qu’il était double, avec des bâtiments pour les moniales et d’autres pour les moines, tous réunis sous l’unique autorité de Fare. Un des premiers moines fut d’ailleurs le propre frère de Fare, Faron.

Fare vécut presque quarante années dans son monastère. Peu avant de mourir, elle désigna Sæthryth (Sédride), une princesse anglaise, pour lui succéder.

Elle s’éteignit le 7 décembre 657. Faron, devenu évêque de Meaux, présida les solennelles obsèques de sa sœur.

Le monastère d’Evoriacum s’appela bientôt monastère de Fare : Faremoutiers.

En 1622, lors d’un transfer des reliques de Fare, se produisirent des miracles solennels, qui donnèrent lieu à un culte renouvelé envers la sainte Abbesse. On vénère sainte Fare jusqu’en Italie et en Sicile. On l’invoque pour les maladies des yeux.

La Révolution française s’est chargée de disperser la communauté et les bâtiments servirent de carrière de pierres. En 1931, quelques moniales bénédictines vinrent réoccuper un bâtiment sur l’endroit même des ruines de l’ancienne abbaye.

Le nom de Fare est ici et là énoncé Burgondofare, Fare des Burgondes.

Sainte Fare de Faremoutiers est commémorée le 7 décembre dans le Martyrologe Romain.

 

 

Charles Garnier

1606-1649

 

Charles vit le jour à Paris en 1606, très probablement au mois de mai (car son acte de baptême date du 25 mai 1606), le moi traditionnellement consacré à la Sainte Vierge.

Sa mère était Anne de Garault ; son père, Jean, était conseiller du roi Henri III. Monsieur Garnier devait avoir des vues particulières pour son fils, car il n’accepta pas volontiers la vocation de celui-ci ni son désir de partir évangéliser les Peaux-Rouges en Nouvelle-France.

Signalons aussi que Charles avait un grand frère, qui devint Carme. Leur correspondance met en relief toute la sainteté de Charles.

Après les études au Collège de Clermont, et enfin avec la permission de son père, Charles commença son noviciat chez les Jésuites en 1624 et fut ordonné prêtre en 1635.

Il arriva à Québec en juin 1636.

Il fut envoyé parmi les Hurons, qui étaient plus favorables aux Français. Ils collèrent le nom de Ouracha («qui-donne-la-pluie») au père Garnier, car il arrivait précisément à la fin d’une période de sécheresse. 

En six mois, il surmonta les difficultés de la langue et commença une longue période de charité vivante : son zèle pour la conversion des païens ignorait les obstacles et les retards. Rien ne l’effrayait, ni les distances à parcourir, ni la rude météorologie, ni le danger de la mort. Il affrontait toutes ces difficultés avec énergie, pour aller baptiser. Les ordures, la vermine, les odeurs fétides, les maladies répugnantes, rien ne l’empêchait d’aller au-devant des âmes à racheter. Lui qui était de constitution plutôt fragile, il résista, on peut dire de façon miraculeuse, à cette tension continuelle.

Son angélique patience au milieu d’épreuves interminables, lui valut le surnom de ange de la mission, où son confrère Jean de Brébeuf, était le lion.

On les vit ensemble dans la première communauté Saint-Joseph à Ihonatiria ; puis, en 1637, à Ossossané. En octobre de cette année-là, une alerte faillit coûter la vie au père Garnier. En effet, après une nouvelle épidémie, les Pères furent de nouveau la cible d’une tribu. On réclamait la tête des pères Garnier et Ragueneau ; ces derniers eurent la possibilité de prendre la parole au cours du Conseil plénier de la nation huronne. Dans la nuit du 24 octobre eut lieu la réunion, les discussions se prolongèrent, mais on n’arriva pas à prononcer de sentence : les Hurons avaient une certaine peur des Français et ne voulaient pas risquer de rupture. Après une neuvaine à saint Joseph, les pères eurent le soulagement d’être «amnistiés» par le Conseil des Peaux-Rouges.

Quand le père de Brébeuf fut choisi pour Téanostayaé, le père Garnier resta avec le père Lalemant à Ossossané. Le règlement était très précis : lever à 4 heures, méditation de 4 h.30 à 5 h.30, célébration de la Messe à 6 heures ; dans la matinée, on pouvait recevoir les indigènes de 8 h. à 14 h. Déjeuner à 14 h. L’après-midi, travaux et réception des indigènes jusqu’à 17 heures. Dîner à 18 h.30. La journée s’achevait à 20 h.30, avec la récitation des Litanies des Saints, l’examen et la préparation de la méditation du lendemain matin ; extinction des feux à 21 h.

Plusieurs fois, en 1637 et en 1639, il «s’attaqua» à la conversion de la nation Tobacco, en compagnie d’Isaac Jogues et de Claude Pijart. Sa constance finit par venir à bout de leur obstination. Ce sont eux qui demandèrent la venue des Robes Noires (1646) et Charles vint habiter chez eux, jusqu’à la mort.

L’hiver 1639-1640, le père Garnier accompagna le père Jogues dans la tribu des Pétuns, plus à l’Ouest.

En décembre 1649, les Iroquois s’en prirent aux Tobacco, après avoir anéanti les Hurons. C’est dans ces circonstances que le père Charles Garnier reçut la palme du martyre : il fut frappé par deux balles dans la poitrine et l’abdomen. Son dernier geste fut de donner l’absolution à un Indien moribond près de lui. Puis il reçut le «coup de grâce» : un coup (ou même deux) de tomahawk qui lui fendit la tête.

C‘était le 7 décembre 1649, veille de la fête de l’Immaculée Conception de Marie. On le sait, le Charles était très marial ; il avait en outre fait le vœu spécial de défendre coûte que coûte ce dogme marial de l’Immaculée Conception.

Charles Garnier a été béatifié en 1925 et canonisé en 1930.

Il est commémoré le 7 décembre au Martyrologe ; sa fête liturgique, avec ses Compagnons Martyrs du Canada, se célèbre le 19 octobre.

Benedetta Rossello

1811-1880

 

Quatrième de dix enfants, Benedetta naquit le 27 mai 1811 à Albissola Marina (Savone, Ligurie, Italie nord-ouest) de Bartolomeo et Maria Dedone, de très modestes artisans potiers, très chrétiens.

Travailleuse et pieuse comme ses parents, Benedetta s’occupa de ses petits frères et sœurs, modela l’argile, et priait volontiers devant le Crucifix ou l’image de la Sainte Vierge.

Ellel s’inscrivit dans le Tiers-Ordre franciscain.

De 1830 à 1837, elle fut auxiliaire de vie dans une famille bourgeoise, dont le «patron», sans enfants, était grabataire. A la mort de ce dernier, l’épouse proposa même à Benedetta d’en faire son héritière, mais humblement elle refusa.

Elle voulait être religieuse et frappa chez les Filles de Notre-Dame des Neiges : douloureux refus, car sa dot était inconsistante. 

En peu de temps moururent successivement sa maman, son frère, sa sœur, et son père : elle se trouvait responsable de ceux qui restaient.

A la suite d’un appel de l’évêque à de bonnes volontés pour encadrer les jeunes déshérités, elle se proposa. Avec trois autres jeunes demoiselles d’Albissola, elles donnèrent naissance aux Filles de Notre-Dame de la Miséricorde. Benedetta prit le nom de Maria Giuseppa, et fut nommée maîtresse des novices, vicaire et économe.

Le nouvel institut devait répandre dans le monde la miséricorde de Dieu, s’unir à Marie comme instrument de salut, en lien avec le sanctuaire de Notre-Dame à Savone. En union avec l’évêque qui les avait bénies, les nouvelles Religieuses devaient pourvoir à l’instruction et à l’éducation des jeunes filles pauvres, à l’assistance aux malades, et rester à la disposition des écoles, des hôpitaux et des paroisses qui auraient besoin d’elles. 

Les premiers pas avaient été faits en 1837. En 1839, les Religieuses faisaient les vœux perpétuels. En 1840, elles étaient déjà onze, et élirent Maria Giuseppa supérieure : elle le resta quasi quarante ans.

Le roi Carlo Alberto reconnut en 1841 l’institut, qui s’étendit rapidement en Ligurie, puis se lança dans une importante activité de rachat de petites filles esclaves africaines ; puis ce fut la fondation en Argentine (1876).

En 1869, Sœur Maria Giuseppe ouvrit un Petit séminaire pour garçons de la classe ouvrière, pour faire faire gratuitement des études à des garçons qui désiraient devenir prêtres. Evidemment, la jalousie ecclésiastique ne lui facilita pas le travail.

Elle mit en route aussi un ultime projet, concernant la réhabilitation des filles repenties, qui vit le jour après la mort de la Fondatrice.

En 1872, il y eut fusion des Franciscaines Missionnaires (fondées par Mgr Rosaz, voir au 3 mai) avec les Filles de Notre-Dame de la Miséricorde, toutes sous la protection céleste de saint Joseph.

L’année de la mort de Maria Giuseppa, il y avait déjà soixante-cinq maisons de cette congrégation qui fut approuvée par décret papal en 1904.

Maria Giuseppa Rossello mourut le 7 décembre 1880. Elle fut béatifiée en 1938, canonisée en 1949, et proclamée patronne céleste des céramistes en 1989.

 

 

Justa López González

1850-1936

 

Celle qui fut Juste jusqu’au bout naquit le 28 mai 1850, reçut le baptême le 30 mai suivant, et la confirmation deux ans plus tard, selon l’habitude de l’époque.

En 1874, elle entra dans la congrégation des Servantes de Marie à l’Escorial et fit le noviciat à Madrid.

Au moment de recevoir l’habit, en mai 1874, elle prit le nom de María Aurora et fit les premiers vœux temporaires. La profession solennelle eut lieu (approximativement) en 1879.

En 1885, elle fut nommée supérieure à Arévalo, en 1893 à Madrid puis à l’Escorial, en qualité de Conseillère. Par la suite, elle fut nommée à Salamanque, Alcalá de Henares, Cabeza del Buey, Jaén, Ciudad Real et Pozuelo de Alarcón.

On disait d’elle qu’elle était la reproduction vivante de la Fondatrice, sainte María Soledad (voir au 11 octobre), dans la vie communautaire et dans son attention pour les malades.

Malgré le poids des années, elle continua jusqu’à la fin de faire tout ce qu’elle pouvait pour participer à la vie de la communauté, pour travailler, communiquant à toutes sa joie de vivre, sa ferveur.

Arrivèrent les heures sombres de 1936. Sœur Aurora se plia à toutes les exigences de la situation, versant toutefois de grosses larmes quand il fallut prendre des habits civils, mais telle était la volonté de Dieu, à laquelle elle se soumit.

Lors de l’explosion de la révolution en juillet 1936, il fallut évacuer la maison de toute urgence. Les Sœurs trouvèrent un accueil dans des familles qu’elles connaissaient, mais elles étaient étroitement surveillées. Mère M.Aurelia et trois autres Religieuses, dont María Aurora, furent reconnues et arrêtées. L’une d’elles fut martyrisée dès le 5 décembre ; Mère M.Aurelia et ses deux autres Compagnes, María Aurora et Daría, furent martyrisées, suppose-t-on, à Aravaca (Madrid) dans la nuit du 6 au 7 décembre 1936.

La Sœur Aurora avait alors quatre-vingt-six ans : actuellement, c’est la Martyre espagnole la plus âgée de tous les Martyrs de cette horrible année 1936.

Elle et ses Compagnes ont été béatifiées en 2013.

 

 

Clementina Arambarri Fuente

1866-1936

 

Clementina était née et fut baptisée le 23 octobre 1866 à Vitoria (Álava, Espagne).

En 1886, elle entra dans la congrégation des Servantes de Marie, et en connut la fondatrice, sainte María Soledad (voir au 11 octobre), qui lui remit l’habit. Elle prit le nom de María Aurelia.

Après la profession temporaire (1887), elle fut destinée à Porto Rico, où elle fit la profession perpétuelle en 1894.

En 1904, elle fut nommée supérieure de la communauté de Guanajuato (Mexique), puis à Durango y Puebla en 1909. Ces années-là furent déjà marquées par la persécution au Mexique.

En 1916, la Mère M.Aurelia revint en Espagne et fut supérieure à Mataró, Alcoy, Sarriá et Barbastro.

En 1929, fut érigée la nouvelle province de Madrid, dont elle fut la conseillère provinciale en même temps qu’elle était supérieure à Pozuelo de Alarcón (Madrid). Elle recouvrit à cette charge jusqu’en 1934, année où sa santé ne lui permit plus de continuer à assumer cette fonction. Elle fut alors hospitalisée à Madrid.

Quand les événements de 1936 devinrent allarmants, on décida de reconduire la Mère M.Aurelia à Pozuelo de Alarcón, pour lui éviter l’agitation de la capitale.

Elle même répétait souvent : Nous sommes à Dieu, rien de mal ne pourra nous arriver.

Lors de l’explosion de la révolution en juillet 1936, il fallut évacuer la maison de toute urgence. Les Sœurs trouvèrent un accueil dans des familles qu’elles connaissaient, mais elles étaient étroitement surveillées. Mère M.Aurelia et trois autres Religieuses furent reconnues et arrêtées. L’une d’elles fut martyrisée dès le 5 décembre ; Mère M.Aurelia et ses deux autres Compagnes furent martyrisées, suppose-t-on, à Aravaca (Madrid), dans la nuit du 6 au 7 décembre 1936.

Elles ont été béatifiées en 2013.

 

 

Engracia Andiarena Sagasera

1879-1936

 

Engracia vit le jour le 5 avril 1879 à Donamaría (Navarre, Espagne) et fut baptisée dès le lendemain.

En 1902, elle entra dans la congrégation des Servantes de Marie, Ministres des Malades, dans la maison de San Sebastián, et commença le noviciat à Madrid.

En 1903, elle reçut l’habit et prit le nom de Daría. Elle fit les premiers vœux en 1905.

Les maisons où elle exerça son activité furent : Saragosse (jusqu’en 1910), Ciudad Real, Madrid (1913, l’année de sa profession perpétuelle).

Elle souffrit alors d’un pénible ulcère à l’estomac, qu’elle supporta de façon exemplaire.

En 1922, on l’envoya comme maîtresse des novices à Madrid. En 1930, elle fut nommée à Pozuelo de Alarcón (Madrid), où elle resta jusqu’à la fin de sa vie, comme Secrétaire et Conseillère, charges qu’elle assuma toujours avec un profond esprit ecclésial.

Plusieurs fois, on l’entendit répéter : Moi, je désire le martyre du sacrifice quotidien et, si Dieu me le demande, le martyre lui-même ; oui, mourir martyre pour Lui.

Lors de l’explosion de la révolution en juillet 1936, il fallut évacuer la maison de toute urgence. Les Sœurs trouvèrent un accueil dans des familles qu’elles connaissaient, mais elles étaient étroitement surveillées. Mère M.Aurelia, la supérieure, et trois autres Religieuses furent reconnues et arrêtées. Sœur Daría s’adressa aux miliciens en ces termes : Nous sommes des religieuses, effectivement ; vous pouvez faire de nous ce que vous voulez. Mais je vous en supplie : ne faites rien à cette famille parce que, nous voyant sans domicile, ils demandèrent au Comité de Pozuelo de pouvoir nous recevoir chez eux par charité. 

L’une d’elles fut martyrisée dès le 5 décembre ; Mère M.Aurelia et ses deux autres Compagnes, dont Daría, furent martyrisées, suppose-t-on, à Aravaca (Madrid) dans la nuit du 6 au 7 décembre 1936.

Elles ont été béatifiées en 2013.

 

 

Enrique Andrés Montfort

1899-1936

 

Enrique était né le 25 avril 1899, à Villafranca del Cid (Castellón, Espagne), de Benedicto et Rosa, qui le firent baptiser le jour-même ; il fut confirmé en 1900.

La région de Castellón était traditionnellement attachée au christianisme, au point qu’on l’appelait le fief du Pape de Rome. 

Enrique entra en 1911 dans la congrégation des Frères Maristes à Vic et commença le noviciat à Las Avellanas en 1913 ; en 1914 il reçut l’habit et le nom de Benedicto Andrés, reprenant le prénom de son père ; un an après il faisait les premiers vœux.

Benedicto fut envoyé à Valencia (1916), Torrelaguna (1918), Valdemoro (1920), puis fit son service militaire au Maroc (1921) : il s’y distingua par sa soumission aux supérieurs, et conquit ses grades de sous-officier, sans oublier ses habitudes religieuses, priant ouvertement mais sans ostentation, et reprenant gentiment ses camarades quand il en entendait des propos inconvenants.

De retour en Espagne, il fut à Valencia (1924), Murcia (1925), Saragosse (1926), Pamplona (1929), Barcelone (1930).

Durant l’été 1936, il reçut la permission de se réfugier chez les siens. Le Comité révolutionnaire ne le remarqua pas, mais convoqua bientôt les réservistes. Benedicto préféra se présenter, et y subit un premier interrogatoire serré ; en rentrant, il commenta chez lui : Ma sentence de mort est signée. Sa conviction s’exprima dans un billet à l’adresse d’un de ses cousins qui vivait aussi à Villafranca : Dites à Emiliano qu’il n’y aille pas. S’ils me tuent, qu’au moins lui se sauve.

Il fut arrêté au soir du 7 décembre 1936, par des amis d’enfance, désormais adhérents au Comité révolutionnaire ; Benedicto eut deux réflexions : Voici mon heure ; puis : Au Ciel.

Un des miliciens, présent au moment du martyre de Benedicto, raconta plus tard son admiration pour ce Religieux ; ce fut peut-être même lui qui tira les coups de feu.

Ils le conduisirent à Santa Pau (Albocácer, Castellón). Ils ne tuèrent pas le Frère d’un seul coup, peut-être dans l’idée de le faire apostasier, mais le Frère resta fidèle à l’Eglise et à ses vœux.

Au premier coup de feu, le Frère cria : Vive le Christ Roi ! Au second : Vive Marie Immaculée ! Au troisième : Sainte Famille, recevez-moi dans vos bras !

C’était donc le 7 décembre 1936, veille de la fête de l’Immaculée Conception.

Benedicto Andrés fut béatifié en 2013.

Repost 0
Published by samuelephrem - dans 12-décembre
commenter cet article
7 décembre 2014 7 07 /12 /décembre /2014 00:00

Enrique Andrés Montfort

1899-1936

 

Enrique était né le 25 avril 1899, à Villafranca del Cid (Castellón, Espagne), de Benedicto et Rosa, qui le firent baptiser le jour-même ; il fut confirmé en 1900.

La région de Castellón était traditionnellement attachée au christianisme, au point qu’on l’appelait le fief du Pape de Rome. 

Enrique entra en 1911 dans la congrégation des Frères Maristes à Vic et commença le noviciat à Las Avellanas en 1913 ; en 1914 il reçut l’habit et le nom de Benedicto Andrés, reprenant le prénom de son père ; un an après il faisait les premiers vœux.

Benedicto fut envoyé à Valencia (1916), Torrelaguna (1918), Valdemoro (1920), puis fit son service militaire au Maroc (1921) : il s’y distingua par sa soumission aux supérieurs, et conquit ses grades de sous-officier, sans oublier ses habitudes religieuses, priant ouvertement mais sans ostentation, et reprenant gentiment ses camarades quand il en entendait des propos inconvenants.

De retour en Espagne, il fut à Valencia (1924), Murcia (1925), Saragosse (1926), Pamplona (1929), Barcelone (1930).

Durant l’été 1936, il reçut la permission de se réfugier chez les siens. Le Comité révolutionnaire ne le remarqua pas, mais convoqua bientôt les réservistes. Benedicto préféra se présenter, et y subit un premier interrogatoire serré ; en rentrant, il commenta chez lui : Ma sentence de mort est signée. Sa conviction s’exprima dans un billet à l’adresse d’un de ses cousins qui vivait aussi à Villafranca : Dites à Emiliano qu’il n’y aille pas. S’ils me tuent, qu’au moins lui se sauve.

Il fut arrêté au soir du 7 décembre 1936, par des amis d’enfance, désormais adhérents au Comité révolutionnaire ; Benedicto eut deux réflexions : Voici mon heure ; puis : Au Ciel.

Un des miliciens, présent au moment du martyre de Benedicto, raconta plus tard son admiration pour ce Religieux ; ce fut peut-être même lui qui tira les coups de feu.

Ils le conduisirent à Santa Pau (Albocácer, Castellón). Ils ne tuèrent pas le Frère d’un seul coup, peut-être dans l’idée de le faire apostasier, mais le Frère resta fidèle à l’Eglise et à ses vœux.

Au premier coup de feu, le Frère cria : Vive le Christ Roi ! Au second : Vive Marie Immaculée ! Au troisième : Sainte Famille, recevez-moi dans vos bras !

C’était donc le 7 décembre 1936, veille de la fête de l’Immaculée Conception.

Benedicto Andrés fut béatifié en 2013.

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Hagiographie E
commenter cet article
7 décembre 2014 7 07 /12 /décembre /2014 00:00

Jean le Silentiaire

454-558

 

Jean était le fils d’Encrace et d’Euphémie, qui descendaient tous deux de généraux ou de gouverneurs de province, mais surtout d’excellents chrétiens. On connaît aussi le nom d’un de ses frères, Pergame ; il avait aussi une sœur.

Il naquit à Nicopolis (Arménie) le 8 janvier 454. A la mort de ses parents, il avait dix-huit ans, - et un immense héritage, qu’il consacra à l’édification d’une église en l’honneur de la Mère de Dieu, et d’un monastère où il s’enferma avec dix compagnons qui voulaient se mettre sous sa conduite.

Avant de leur imposer une règle et des conseils, Jean mortifia d’abord son corps et son esprit, s’appliquant à la tempérance et à l’humilité, pour conserver la pureté du corps et de l’âme. Il sut aussi refréner sa langue, suivant le conseil de saint Jacques dans son Epître : Celui qui croit être pieux et ne retient pas sa langue, n’a qu’une piété vaine et imaginaire (Jc 1:26). C’est là ce qui lui valut le surnom de Silentiaire.

Après vingt années, il fut sorti de son silence pour succéder à l’évêque de Colonie (Taxara, Arménie), ce qui ne l’empêcha pas de continuer sa vie ascétique : par pudeur et mortification, il refusa toujours de se servir des bains ordinaires de cette époque.

Cette ascèse toucha son frère Pergame et son cousin Théodore, qui suivirent ses conseils pour leur propre sanctification.

Mais son beau-frère, au contraire, mit la zizanie dans le diocèse, à tel point que Jean dut aller se plaindre à l’empereur de Constantinople, et même finit par renoncer à sa charge épiscopale. Secrètement, il gagna Jérusalem, où il demanda incognito à être admis dans la laure de saint Sabas.

Jean y vécut tellement humblement, discrètement, que Sabas pensa bien de le faire ordonner prêtre et le conduisit pour cela auprès du patriarche de Jérusalem. Là, Jean parla secrètement au patriarche pour lui révéler toute son histoire passée. Sur ce, le Patriarche confia alors à Sabas que, au vu des paroles de Jean, il ne pouvait l’ordonner prêtre, ce qui fit croire à Sabas que Jean était coupable de quelque faute grave, et qu’il s’était trompé dans son jugement sur Jean.

Très éprouvé, Sabas pria Dieu de l’éclairer, et Dieu lui fit savoir que Jean était déjà évêque. Sabas en conçut une grande joie, et un respect accru envers son «disciple», auquel il promit de n’en rien dire à personne.

Jean resta encore quatre ans dans son silence, mais préféra quitter la laure en 503, lors de la «révolte» des moines, et s’enfuit dans le désert, pendant neuf ans, se nourrissant de fruits et de racines sauvages. On ne put l’en ramener : mystérieusement des inconnus (des anges ?) lui apportèrent des vivres ; un lion rôdait et éloignait de sa caverne les voleurs.

Quand Sabas fut rappelé dans la laure, en 510, il s’empressa d’y faire revenir aussi son cher Jean, qui lui obéit et y resta encore quarante ans, toujours dans le silence et la solitude. Il acceptait tout de même de donner des conseils à qui les lui demandait. Entre autres, un de ses tout jeunes compagnons, Cyrille, put ainsi en recevoir suffisamment de confidences, qu’il écrivit ensuite la vie de Jean, d’où nous connaissons tant de détails.

Cyrille écrit qu’il avait seize ans, quand Jean en avait quatre-vingt-dix. 

Outre son surnom de Silentiaire, Jean est aussi appelé Hésychaste, ou Sabbaïte. Il savait lire dans les cœurs, fit quelques prédictions, des guérisons aussi. 

Il mourut à cent-quatre ans, en 558, après avoir passé soixante-seize ans dans le désert.

Le jour de sa mort était placé au 13 mai ou aussi au 30 mars, mais l’actuel Martyrologe l’a inscrit au 7 décembre, surlendemain de la fête de saint Sabas.

 
Repost 0
Published by samuelephrem - dans Hagiographie J
commenter cet article
7 décembre 2014 7 07 /12 /décembre /2014 00:00

Charles Garnier

1606-1649

 

Charles vit le jour à Paris en 1606, très probablement au mois de mai (car son acte de baptême date du 25 mai 1606), le moi traditionnellement consacré à la Sainte Vierge.

Sa mère était Anne de Garault ; son père, Jean, était conseiller du roi Henri III. Monsieur Garnier devait avoir des vues particulières pour son fils, car il n’accepta pas volontiers la vocation de celui-ci ni son désir de partir évangéliser les Peaux-Rouges en Nouvelle-France.

Signalons aussi que Charles avait un grand frère, qui devint Carme. Leur correspondance met en relief toute la sainteté de Charles.

Après les études au Collège de Clermont, et enfin avec la permission de son père, Charles commença son noviciat chez les Jésuites en 1624 et fut ordonné prêtre en 1635.

Il arriva à Québec en juin 1636.

Il fut envoyé parmi les Hurons, qui étaient plus favorables aux Français. Ils collèrent le nom de Ouracha («qui-donne-la-pluie») au père Garnier, car il arrivait précisément à la fin d’une période de sécheresse. 

En six mois, il surmonta les difficultés de la langue et commença une longue période de charité vivante : son zèle pour la conversion des païens ignorait les obstacles et les retards. Rien ne l’effrayait, ni les distances à parcourir, ni la rude météorologie, ni le danger de la mort. Il affrontait toutes ces difficultés avec énergie, pour aller baptiser. Les ordures, la vermine, les odeurs fétides, les maladies répugnantes, rien ne l’empêchait d’aller au-devant des âmes à racheter. Lui qui était de constitution plutôt fragile, il résista, on peut dire de façon miraculeuse, à cette tension continuelle.

Son angélique patience au milieu d’épreuves interminables, lui valut le surnom de ange de la mission, où son confrère Jean de Brébeuf, était le lion.

On les vit ensemble dans la première communauté Saint-Joseph à Ihonatiria ; puis, en 1637, à Ossossané. En octobre de cette année-là, une alerte faillit coûter la vie au père Garnier. En effet, après une nouvelle épidémie, les Pères furent de nouveau la cible d’une tribu. On réclamait la tête des pères Garnier et Ragueneau ; ces derniers eurent la possibilité de prendre la parole au cours du Conseil plénier de la nation huronne. Dans la nuit du 24 octobre eut lieu la réunion, les discussions se prolongèrent, mais on n’arriva pas à prononcer de sentence : les Hurons avaient une certaine peur des Français et ne voulaient pas risquer de rupture. Après une neuvaine à saint Joseph, les pères eurent le soulagement d’être «amnistiés» par le Conseil des Peaux-Rouges.

Quand le père de Brébeuf fut choisi pour Téanostayaé, le père Garnier resta avec le père Lalemant à Ossossané. Le règlement était très précis : lever à 4 heures, méditation de 4 h.30 à 5 h.30, célébration de la Messe à 6 heures ; dans la matinée, on pouvait recevoir les indigènes de 8 h. à 14 h. Déjeuner à 14 h. L’après-midi, travaux et réception des indigènes jusqu’à 17 heures. Dîner à 18 h.30. La journée s’achevait à 20 h.30, avec la récitation des Litanies des Saints, l’examen et la préparation de la méditation du lendemain matin ; extinction des feux à 21 h.

Plusieurs fois, en 1637 et en 1639, il «s’attaqua» à la conversion de la nation Tobacco, en compagnie d’Isaac Jogues et de Claude Pijart. Sa constance finit par venir à bout de leur obstination. Ce sont eux qui demandèrent la venue des Robes Noires (1646) et Charles vint habiter chez eux, jusqu’à la mort.

L’hiver 1639-1640, le père Garnier accompagna le père Jogues dans la tribu des Pétuns, plus à l’Ouest.

En décembre 1649, les Iroquois s’en prirent aux Tobacco, après avoir anéanti les Hurons. C’est dans ces circonstances que le père Charles Garnier reçut la palme du martyre : il fut frappé par deux balles dans la poitrine et l’abdomen. Son dernier geste fut de donner l’absolution à un Indien moribond près de lui. Puis il reçut le «coup de grâce» : un coup (ou même deux) de tomahawk qui lui fendit la tête.

C‘était le 7 décembre 1649, veille de la fête de l’Immaculée Conception de Marie. On le sait, le Charles était très marial ; il avait en outre fait le vœu spécial de défendre coûte que coûte ce dogme marial de l’Immaculée Conception.

Charles Garnier a été béatifié en 1925 et canonisé en 1930.

Il est commémoré le 7 décembre au Martyrologe ; sa fête liturgique, avec ses Compagnons Martyrs du Canada, se célèbre le 19 octobre.

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Hagiographie C
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 8000 notices de Bienheureux et Saints. Déjà traités : 1.Personnages bibliques (AT et NT). 2.Papes. 3.Saints du Calendrier Romain. 4. Reconnus aux siècles XII-XXI. 5. Siècles VI-XI. 6 (en cours) : siècles II-V. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens