Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 août 2015 6 15 /08 /août /2015 23:00

Francisco de Sainte Marie

?-1627

 

Il vit le jour à Montalbanejo (Cuenca, Espagne), peut-être vers 1585.

Entré tôt dans l’Ordre franciscain, il fut ordonné prêtre et demanda à partir pour les missions.

Il passa quatorze années aux Philippines, de 1609 à 1623, puis rejoignit le Japon qui était en pleine persécution. Mais les communautés chrétiennes s’étaient suffisamment bien organisées pour maintenir la ferveur : les missionnaires pouvaient passer d’un repère à l’autre et administrer les Sacrements. Ils avaient la consigne de ne pas s’exposer inutilement, pour rester actifs dans l’apostolat et ne pas priver les fidèles de leur assistance sacerdotale. Par moments, ils durent rester cachés dans les bois.

Evidemment les autorités redoublaient de surveillance pour dénicher ces repères et arrêter les prêtres avec leurs hôtes.

C’est ce qui arriva pour le père Francisco et ses quatorze Compagnons, qui se trouvaient chez Gaspar Vaz au printemps 1627 pour la célébration de la Messe. Trahis par un apostat, ils furent arrêtés par la police. En prison, ils priaient, s’encourageaient les uns les autres. Condamnés à mort, ils furent martyrisés à Nagasaki le 16 août 1627, le père Francisco et certains brûlés vifs, les autres décapités.

Ils furent béatifiés dans un groupe de deux cent cinq Martyrs du Japon, en 1867.

(Dans le calendrier franciscain, ce groupe de quinze Martyrs se trouve au 27 août, jour où les mentionne le Martyrologe).

Partager cet article

Repost0
15 août 2015 6 15 /08 /août /2015 23:00

Thomas Gengorō

?-1620

Maria de Kiyota

?-1620

Iacobus Bunzō

?-1620

 

Thomas et Maria étaient, sans doute, de Kiyota (Japon). Ils avaient un fils, Iacobus Bunzō.

Chrétiens, ils appartenaient tous les trois à la Confraternité du Rosaire.

Ils se trouvaient dans la maison de Simon Kiyota Bokusai, au moment où l’on vint arrêter ce dernier avec son épouse, et furent mis en prison eux aussi.

Tous les cinq furent condamnés à la crucifixion.

Avant de partir de la prison, les cinq s’agenouillèrent devant le Crucifix. Parvenus au lieu du martyre, ils s’agenouillèrent devant les croix où ils allaient être accrochés.

Leur martyre eut lieu à Kokura (Fukuoka) le 16 août 1620 (ou peut-être un jour plus tard, entre le 17 et le 18 août).

Ils ont été béatifiés parmi deux-cent cinq Martyrs du Japon en 1867.

Partager cet article

Repost0
15 août 2015 6 15 /08 /août /2015 23:00

Juan Santamarta

1578-1618

 

Il vit le jour à Prades (Tarragona, Espagne) en 1578.

Ce fut un garçon doué pour la musique. A huit ans, il était chantre à la cathédrale de Saragosse ; il étudia le latin, mais plus encore la musique et fit partie de la Schola Cantorum de la cathédrale de Zamora.

Il entra dans l’Ordre franciscain et chercha à y briller plus par les saintes vertus que par son talent artistique. Ordonné prêtre, il demanda à partir pour les missions et rejoignit les Philippines avec d’autres confrères, dont beaucoup seraient eux aussi bientôt martyrs.

Des Philippines, Juan passa au Japon, où il développa un intense apostolat pendant dix années.

Il organisa une école de musique où quatre-cents élèves venaient apprendre avec lui le chant, l’orgue et d’autres instruments.

Son zèle le fit choisir pour diriger la mission de Fuscimi, où il donna l’exemple du parfait pauvre : soutane rapiécée, pas de sandales. Même les païens l’admiraient.

A partir de la persécution de 1614, il dut s’exiler, mais rentra dans le pays, déguisé, et continua son apostolat dans les provinces de Arima et Ōmura, redonnant courage aux faibles, ramenant les apostats à la vérité, administrant les Sacrements, changeant chaque jour d’endroit pour célébrer la Messe. La nuit, il se reposait dans quelque cachette de la montagne.

Après son arrestation, il resta trois ans en prison, au milieu d’intenses douleurs. Le jour glorieux arriva : il continuait à parler de l’Evangile, chanta le Te Deum, pria pour ses bourreaux, leva les yeux au ciel et s’offrit au coup de sabre.

Son martyre eut lieu à Kyoto le 16 août 1618.

Il a été béatifié parmi deux-cent cinq Martyrs du Japon en 1867.

Partager cet article

Repost0
15 août 2015 6 15 /08 /août /2015 23:00

Franciscus Kuhyōe

?-1627

 

Il était né dans le district de Chicungo, dans une famille païenne. Son nom pourrait s’écrire Kuhioye ou aussi Cufioye.

Charpentier, il menait une vie simple et très honnête ; ayant rencontré Gaspar Vaz (voir Tsuji Shōbyōe), il en devint ami personnel. Gaspar lui permit de faire enregistrer à son nom propre la maison qu’il avait fait construire pour les missionnaires.

Malheureusement, la maison fut découverte, peut-être même à la suite d’une apostasie et d’une dénonciation. Franciscus fut accusé de ne pas avoir dénoncé les missionnaires.

Mis en prison, il partagea le sort du père Francisco de Sainte-Marie et de tout le groupe arrêté avec lui. 

Il demanda à être catéchisé pour recevoir le Baptême ; c’est à cette occasion qu’il prit le nom chrétien du Père, Franciscus. Il se fit aussi inscrire dans le Tiers-Ordre franciscain.

Tous furent condamnés à mort ; Franciscus fut brûlé vif, le 16 août 1627 à Nagasaki.

Il fait partie des deux-cent cinq Martyrs du Japon béatifiés en 1867.

(Dans le calendrier franciscain, ce groupe de quinze Martyrs se trouve au 27 août, jour où les mentionne le Martyrologe).

Partager cet article

Repost0
15 août 2015 6 15 /08 /août /2015 23:00

Thomas Gengorō

?-1620

Maria de Kiyota

?-1620

Iacobus Bunzō

?-1620

 

Thomas et Maria étaient, sans doute, de Kiyota (Japon). Ils avaient un fils, Iacobus Bunzō.

Chrétiens, ils appartenaient tous les trois à la Confraternité du Rosaire.

Ils se trouvaient dans la maison de Simon Kiyota Bokusai, au moment où l’on vint arrêter ce dernier avec son épouse, et furent mis en prison eux aussi.

Tous les cinq furent condamnés à la crucifixion.

Avant de partir de la prison, les cinq s’agenouillèrent devant le Crucifix. Parvenus au lieu du martyre, ils s’agenouillèrent devant les croix où ils allaient être accrochés.

Leur martyre eut lieu à Kokura (Fukuoka) le 16 août 1620 (ou peut-être un jour plus tard, entre le 17 et le 18 août).

Ils ont été béatifiés parmi deux-cent cinq Martyrs du Japon en 1867.

Partager cet article

Repost0
15 août 2015 6 15 /08 /août /2015 23:00

Thomas Satō Shin’emon

?-1627

 

Thomas était originaire de Corée. Son nom pourrait aussi s’orthographier Jinyemon et l’on trouve aussi Wo Jinyemon.

Fervent chrétien, membre du Tiers-Ordre franciscain, il fut surpris chez lui, avec des missionnaires qu’il avait hébergés.

Arrêté avec le groupe du père Francisco de Sainte-Marie, il refusa d’apostasier.

Tous furent condamnés à mort ; Thomas fut décapité, le 16 août 1627 à Nagasaki.

Il fait partie des deux-cent cinq Martyrs du Japon béatifiés en 1867.

(Dans le calendrier franciscain, ce groupe de quinze Martyrs se trouve au 27 août, jour où les mentionne le Martyrologe).

Partager cet article

Repost0
15 août 2015 6 15 /08 /août /2015 23:00

Magdalena Kiyota

?-1627

 

Elle était probablement native de Nagasaki.

Parente du roi de Bungo, elle était devenue tertiaire dominicaine et, à la mort de son mari, fit la profession religieuse. Elle se dévoua à de nombreuses œuvres pieuses. Il y avait chez elle un petit oratoire, où les prêtres pouvaient célébrer la Messe discrètement.

Elle fut arrêtée avec le père Francisco de Sainte-Marie et tout un groupe de laïcs.

Tous furent condamnés à mort ; Magdalena fut décapitée, le 16 août 1627 à Nagasaki.

Elle fait partie des deux-cent cinq Martyrs du Japon béatifiés en 1867.

(Dans le calendrier franciscain, ce groupe de quinze Martyrs se trouve au 27 août, jour où les mentionne le Martyrologe).

Partager cet article

Repost0
15 août 2015 6 15 /08 /août /2015 23:00

Tsuji Shōbyōe

?-1627

 

C’était un laïc d’origine coréenne, qui prit le nom espagnol de Gaspar Vaz.

Lui et María étaient époux, très chrétiens, et tertiaires franciscains.

Tsuji-Gaspar avait ouvert sa maison aux missionnaires et en avait construit une tout spécialement pour les Religieux, la mettant au nom de son ami Franciscus Kuhyōe.

Il reçut le père Francisco de Sainte Marie en 1627 ; au moment où ce dernier allait célébrer la Messe, la police vint arrêter tous les présents : outre le prêtre, il y avait quatorze laïcs.

En prison, on chercha à les faire apostasier, mais ils demeurèrent fermes dans la foi.

On les condamna à mort. Tsuji-Gaspar fut brûlé vif, son épouse María fut décapitée, le 16 août 1627 à Nagasaki.

Tsuji-Gaspar fait partie des deux-cent cinq Martyrs du Japon béatifiés en 1867.

(Dans le calendrier franciscain, ce groupe de quinze Martyrs se trouve au 27 août, jour où les mentionne le Martyrologe).

Partager cet article

Repost0
15 août 2015 6 15 /08 /août /2015 23:00

Leo Franciscus Kurōbyōe Nakamura

?-1627

 

Il était né à Chikugo (ou Chikungo, Japon).

Chrétien fervent, très uni aux Dominicains, il fut un de leurs catéchistes et leur rendait tous les services possibles. 

Il fut arrêté avec le père Francisco de Sainte-Marie et tout un groupe de laïcs. On l’accusa en particulier de donner l’hospitalité aux missionnaires. Il refusa fermement d’apostasier.

Tous furent condamnés à mort ; Leo Franciscus fut décapité, le 16 août 1627 à Nagasaki.

Il fait partie des deux-cent cinq Martyrs du Japon béatifiés en 1867.

(Dans le calendrier franciscain, ce groupe de quinze Martyrs se trouve au 27 août, jour où les mentionne le Martyrologe).

Partager cet article

Repost0
15 août 2015 6 15 /08 /août /2015 23:00

Antonius de Saint-François

?-1627

 

C’était un laïc japonais.

Chrétien, catéchiste, il resta très lié au père Francisco de Sainte-Marie et à son «assistant» Bartolomé Díaz Laurel, dès que ces derniers arrivèrent au Japon en 1623.

Il demanda bientôt à être admis dans le Tiers-Ordre ; le père Francisco le lui promit.

Quand on arrêta le père Francisco de Sainte Marie en 1627, au moment où ce dernier allait célébrer la Messe chez Gaspar Vaz (voir les notices correspondantes), Antonius se trouvait dans la maison voisine. Ayant entendu le bruit des policiers et les voyant partir avec le père Francisco et les treize autres laïcs, il courut se présenter au gouverneur et lui fit cette déclaration : 

Vous avez un tas d’espions auxquels vous promettez des récompenses considérables pour leurs dénonciations. Alors, maintenant, vous avez ici présent un délateur qui va vous dénoncer un adorateur du Christ. Cet adorateur, c’est moi ; depuis des années je me dévoue à soutenir les fidèles et à convertir les païens (…) Je vous demande d’être récompensé pour ma dénonciation : mettez-moi avec mon cher Père et à mes chers frères qui sont en prison, pour partager avec eux leurs souffrances et la mort.

Il fut arrêté sur place et réuni aux autres. En prison, il fit enfin sa profession religieuse dans les mains du père Francisco.

Il fut condamné à mort, et brûlé vif le 16 août 1627 à Nagasaki.

Il fait partie des deux-cent cinq Martyrs du Japon béatifiés en 1867.

(Dans le calendrier franciscain, ce groupe de quinze Martyrs se trouve au 27 août, jour où les mentionne le Martyrologe).

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens