Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 août 2015 6 15 /08 /août /2015 23:02

Lorenzo l’Encuirassé

† 1243

 

Ce Lorenzo a été surnommé en italien Loricato, armé de cuirasse ; on a traduit en français : encuirassé.

Il était né vers la fin du 12e siècle, à Fanello (Manfredonia, Pouilles, Italie SE).

Il eut le malheur de tuer quelqu’un accidentellement et, en pénitence, il fit le pèlerinage de Compostelle.

De retour d’Espagne, il vint à l’endroit où saint Benoît (v. 11 juillet) avait vécu près de Rome, à Subiaco, puis se fixa dans une grotte à proximité.

Il y vécut extrêmement mortifié. Son équipement ascétique était effroyable : sur sa tête, des plaques métalliques qui se croisaient de l’occiput au bout du nez et d’une oreille à l’autre, tout cela garni intérieurement de pointes, en sorte qu’il ne pouvait appuyer sa tête pour sommeiller un peu. Son corps était bardé d’autres plaques hérissées, sanglé de chaînettes qui tuméfiaient sa chair. Le vendredi saint, il se brûlait le front au fer rouge.

Tombé malade après seize années de cette vie, il céda humblement aux prières du cardinal Ugolino et détendit un peu son austérité : il accepta de boire un peu de vin, de manger des légumes ! Que mangeait-il donc auparavant (s’il mangeait…) ?

De nouveau malade, il consentit cette fois à déposer son armure et à se nourrir un peu mieux.

Si dur pour lui, il savait être très accueillant, car on vint le voir et on lui fit des dons. Avec cela, il offrit à une brave fille de Subiaco sa dot de mariage ; un jour qu’il eut la présence du clergé local et des fidèles, il leur servit le peu qu’il avait, et il y en eut miraculeusement pour tout le monde.

Un jour qu’une inondation menaçait son repaire, il refusa de s’en éloigner : J’ai fait vœu de ne pas quitter cette grotte. Ni l’eau ni le feu ne me feront sortir. Dieu fera de moi ce qu’il voudra. L’eau prit peur et s’arrêta.

Lorenzo fit reconstruire une église à Notre-Dame, qui avait été détruite dans les temps anciens. On l’appela San Lorenzo après la mort de l’ermite.

Cette mort intervint le 16 août 1243, après trente-trois ans de pénitence. Son culte fut confirmé en 1778.

Partager cet article

Repost0
15 août 2015 6 15 /08 /août /2015 23:01

Caius Akashi Jiyemon

?-1627

 

Il avait dû naître en Corée, dans les îles d’Amacusen. Son nom pourrait s’orthographier Xeimon.

Bonze, il se convertit au christianisme dès qu’il connut les missionnaires. Il devint même tertiaire dominicain, catéchiste et fervent chrétien.

Il fut arrêté avec le père Francisco de Sainte-Marie et tout un groupe de laïcs.

Tous furent condamnés à mort ; Caius fut brûlé vif, le 16 août 1627 à Nagasaki.

Il fait partie des deux-cent cinq Martyrs du Japon béatifiés en 1867.

(Dans le calendrier franciscain, ce groupe de quinze Martyrs se trouve au 27 août, jour où les mentionne le Martyrologe).

Partager cet article

Repost0
15 août 2015 6 15 /08 /août /2015 23:01

Raoul de la Fustaie

† 1129

 

Radulphus de Flageio, en français Raoul (ou Rou) de la Fustaie était né au 11e siècle à Saint-Mars-sur-la-Futaie (Mayenne).

Il entra dans la célèbre abbaye de Saint-Jouin-de-Marnes (Deux-Sèvres), puis suivit Robert d’Arbrissel (v. 25 février) et fonda à son tour près de Rennes l’abbaye Notre-Dame du Nid-au-Merle.

Cette abbaye était double, en ce sens qu’un même abbé gouvernait le monastère masculin et celui féminin, dont les offices communs se déroulaient dans une unique église centrale.

De l’abbaye dépendirent jusqu’à trente prieurés. Aujourd’hui il ne reste de cette magnifique construction que quelques pans de murs.

Raoul (qu’on a parfois aussi confondu avec un autre Raoul, abbé à Saint-Jouin-de-Marnes), reste qualifié de fondateur, mais ne semble pas avoir eu la charge d’abbé. Il s’éteignit le 16 août 1129.

Partager cet article

Repost0
15 août 2015 6 15 /08 /août /2015 23:00

María de Nagasaki

?-1627

 

On sait très peu de choses sur sa personne. Elle était probablement native de Nagasaki.

Elle était l’épouse de Tsuji Shōbyōe (alias Gaspar Vaz), qui avait reçu le père Francisco de Sainte-Marie pour célébrer la Messe.

Trahis et dénoncés, tous les présents furent arrêtés : outre le prêtre, il y avait quatorze laïcs, dont Maria et son époux.

En prison, on chercha à les faire apostasier, mais ils demeurèrent fermes dans la foi.

On les condamna à mort. Tsuji-Gaspar fut brûlé vif, son épouse María fut décapitée, le 16 août 1627 à Nagasaki.

Cette María (pour la distinguer d’autres, on l’appellera ici de Nagasaki) fait partie des deux-cent cinq Martyrs du Japon béatifiés en 1867.

(Dans le calendrier franciscain, ce groupe de quinze Martyrs se trouve au 27 août, jour où les mentionne le Martyrologe).

Partager cet article

Repost0
15 août 2015 6 15 /08 /août /2015 23:00

Michaël Koga Kizayemon

?-1627

 

Michaël était né à Conga. Ses parents l’abandonnèrent et il fut adopté par un marchant espagnol, qui le confia au père franciscain Francisco de Rojas. A la suite de l’enseignement de ce dernier, Michaël demanda le Baptême et se fit inscrire dans le Tiers-Ordre franciscain.

Il vint s’installer à Nagasaki, chez Lucas Tsuji Kyūemon, et faisait le charpentier. Il construisit de très bonnes cachettes pour les missionnaires.

Il fut dénoncé, arrêté, interrogé, mais ne renia pas sa foi.

Il fut décapité, le 16 août 1627 à Nagasaki.

Il fait partie des deux-cent cinq Martyrs du Japon béatifiés en 1867.

(Dans le calendrier franciscain, ce groupe de quinze Martyrs se trouve au 27 août, jour où les mentionne le Martyrologe).

Partager cet article

Repost0
15 août 2015 6 15 /08 /août /2015 23:00

Lucas Tsuji Kyūemon

?-1627

 

Lucas était né en 1599 à Fingen, d’une famille aisée.

Il rencontra les missionnaires franciscains à Meaco, fut baptisé et admis au Tiers-Ordre.

Après la mort de ses parents, il distribua sa petite fortune aux pauvres et à l’hôpital tenu par les Religieux, se mettant à leur service.

Il fut aussi catéchiste.

Lors de la persécution de 1614, il fut exilé, mais il revint en 1618 et s’installa dans une petite demeure à côté de la maison de Gaspar Vaz (voir Tsuji Shōbyōe). Il construisit une cachette pour les missionnaires.

Arrêté avec le groupe du père Francisco de Sainte-Marie, il refusa d’apostasier. On l’accusa de ne pas avoir dénoncé les missionnaires.

Tous furent condamnés à mort ; Lucas fut décapité, le 16 août 1627 à Nagasaki.

Il fait partie des deux-cent cinq Martyrs du Japon béatifiés en 1867.

(Dans le calendrier franciscain, ce groupe de quinze Martyrs se trouve au 27 août, jour où les mentionne le Martyrologe).

Partager cet article

Repost0
15 août 2015 6 15 /08 /août /2015 23:00

Simon Kiyota Bokusai

1559-1620

Magdalena de Kiyota

?-1620

 

 

Simon était né à Kiyota en 1559.

Après avoir servi dans l’armée, il devint un catéchiste catholique zélé et ouvrit une école. 

Il épousa Magdalena, probablement née aussi à Kiyota, et tous deux firent partie de la Confraternité du Rosaire. 

Quand l’empereur en entendit parler, il ordonna de mettre Simon en prison.

Ayant refusé tout compromis, Simon fut condamné à la crucifixion, avec son épouse Magdalena et la petite famille qui se trouvait chez lui, Thomas Gengoro, Maria et Jacobus.

La veille du martyre, Simon confia une lettre à un Religieux, où il espérait jouir dans quelques heures du bonheur éternel (si ses péchés n’y mettaient pas d’obstacle).

Avant de partir de la prison, les cinq s’agenouillèrent devant le Crucifix. Parvenus au lieu du martyre, ils s’agenouillèrent devant les croix où ils allaient être accrochés.

Leur martyre eut lieu à Kokura (Fukuoka) le 16 août 1620 (ou peut-être un jour plus tard, entre le 17 et le 18 août).

Ils ont été béatifiés parmi deux-cent cinq Martyrs du Japon en 1867.

Partager cet article

Repost0
15 août 2015 6 15 /08 /août /2015 23:00

Caius Akashi Jiyemon

?-1627

 

Il avait dû naître en Corée, dans les îles d’Amacusen. Son nom pourrait s’orthographier Xeimon.

Bonze, il se convertit au christianisme dès qu’il connut les missionnaires. Il devint même tertiaire dominicain, catéchiste et fervent chrétien.

Il fut arrêté avec le père Francisco de Sainte-Marie et tout un groupe de laïcs.

Tous furent condamnés à mort ; Caius fut brûlé vif, le 16 août 1627 à Nagasaki.

Il fait partie des deux-cent cinq Martyrs du Japon béatifiés en 1867.

Partager cet article

Repost0
15 août 2015 6 15 /08 /août /2015 23:00

Francisca {Pinzokere}

?-1627

 

Elle était probablement native de Nagasaki.

Pinzokere était une sorte de surnom qu’on lui donnait couramment.

C’était une très pieuse veuve, très modeste, qui vivait dans le recueillement. Elle fut tertiaire dominicaine.

Elle fut arrêtée avec le père Francisco de Sainte-Marie et tout un groupe de laïcs.

Tous furent condamnés à mort ; Francisca fut brûlée vive, le 16 août 1627 à Nagasaki.

Elle fait partie des deux-cent cinq Martyrs du Japon béatifiés en 1867.

(Dans le calendrier franciscain, ce groupe de quinze Martyrs se trouve au 27 août, jour où les mentionne le Martyrologe).

Partager cet article

Repost0
15 août 2015 6 15 /08 /août /2015 23:00

Ludovicus Matsuo Soyemon

?-1627

 

Ludovicus était né à Nagasaki (Japon).

Fervent chrétien, membre du Tiers-Ordre franciscain, il mettait sa maison au service des missionnaires.

Il fut découvert parmi les assistants de la Messe qu’allait célébrer le père Francisco de Sainte-Marie.

Tous furent condamnés à mort ; Ludovicus fut décapité, le 16 août 1627 à Nagasaki.

Il fait partie des deux-cent cinq Martyrs du Japon béatifiés en 1867.

(Dans le calendrier franciscain, ce groupe de quinze Martyrs se trouve au 27 août, jour où les mentionne le Martyrologe).

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens