Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 décembre 2014 5 26 /12 /décembre /2014 00:00

Bibiana Khamphai

1925-1940

 

Bibiana était née le 4 novembre 1925 dans ce village de Ban Songkon (Mukdahan, Thailande), où elle devait offrir sa vie au Christ.

Pieuse, elle rendait souvent visite aux Religieuses du couvent des Amantes de la Croix.

Elle versa son sang pour le Christ à quinze ans.

 

Voir la notice : Thaïlande (Martyres de)

Partager cet article

Repost0
26 décembre 2014 5 26 /12 /décembre /2014 00:00

Margarita Aknaet Phila

1909-1940

 

Margarita était née en 1909 à Ban Nahi (Nong Khai, Thailande).

Entrée chez les Amantes de la Sainte Croix, elle avait pris le nom de Aknaet (Agnès).

 

Voir la notice : Thaïlande (Martyres de)

Partager cet article

Repost0
26 décembre 2014 5 26 /12 /décembre /2014 00:00

Lusia Khambang

1917-1940

 

Lusia (Lucie) était née le 22 janvier 1917 à Ban Wiang Khuk (Nong Khai, Thailande).

Elle faisait partie des Amantes de la Sainte Croix.

 

Voir la notice : Thaïlande (Martyres de)

Partager cet article

Repost0
26 décembre 2014 5 26 /12 /décembre /2014 00:00

Maria Phon

1929-1940

 

Maria était née le 6 janvier 1929 dans ce village de Ban Songkon (Mukdahan, Thailande), où elle devait offrir sa vie au Christ. 

Digne de sainte Agnès (voir au 21 janvier), elle préféra la mort à l’apostasie, à onze ans.

On pourrait lui appliquer le mot de saint Quodvultdeus (voir au 19 février) à propos des Saints Innocents : 

Ils n’ont pas encore la force de combattre en bougeant leurs bras, et ils portent déjà la palme de la victoire (Necdum mótibus membrórum valent suscípere pugnam, et victóriæ iam éfferunt palmam).

 

Voir la notice : Thaïlande (Martyres de)

Partager cet article

Repost0
26 décembre 2014 5 26 /12 /décembre /2014 00:00

Etienne, protomartyr

1er siècle

 

Le latin Stephanus, calqué sur le grec Stephanos, signifie «couronné», nom véritablement prédestiné pour ce premier Martyr de l’Eglise naissante.

Alors que le latin s’est peu à peu déformé en Estienne au Moyen-Âge, pour aboutir à la forme classique Etienne, la forme grécisante Stéphane est réapparue dans les temps récents, sans parler des autres formes d’origine anglaise ou américaine.

C’est dans le livre des Actes des Apôtres que nous pouvons trouver les informations les plus justes sur saint Etienne.

Etienne fait partie des sept premiers Diacres institués par l’Eglise (Ac 6:1-6), qui furent choisis pour servir aux tables et soulager ainsi le travail des apôtres.

Il est dit ensuite qu’Etienne, rempli de grâce et de puissance, opérait de grands prodiges et signes parmi le peuple (Ac 6:8). On l’arrêta, de faux témoins intervinrent, le sanhédrin condamne Etienne à la lapidation (Ac 6:11-15 - 7). On notera la grande ressemblance entre ce martyre et la mort de Notre-Seigneur.

Tandis qu’Etienne expire en pardonnant à ses bourreaux (Ac 7:60), comme fit Jésus en croix (cf. Lc 23:34), il est dit qu’un certain Saul approuvait ce meurtre (Ac 8:1). Etienne, en mourant, pardonne pleinement à Saul qui, peu après, se convertira en effet sur le chemin de Damas (Ac 9:1-30).

De la première annonce des apôtres, Etienne est celui qui, le premier, versa son sang pour le Christ. De là vient son surnom de Protomartyr.

De là vient aussi qu’on a conservé l’habitude de célébrer la fête de saint Etienne au lendemain de Noël : après la naissance du Christ, la naissance au ciel de son premier Témoin.

Un esprit pointilleux pourrait suggérer que la fête des saints Innocents devrait précéder celle de saint Etienne, mais ces dates se sont peu à peu fixées dans le calendrier de l’Eglise, et il serait malvenu de transformer cette belle tradition.

En 415, une révélation fit retrouver les corps de saint Etienne avec ceux de Gamaliel et Nicodème, prélude à la construction d’une basilique, qui fut malheureusement détruite moins de deux siècles après par les Perses, et dont on a retrouvé quelques mosaïques dans des fouilles récentes. Décidément, la terre du Seigneur sera donc toujours la proie des guerres…

Des reliques de saint Etienne ont ensuite circulé en Occident. Beaucoup de sanctuaires furent élevés en l’honneur du Protomartyr, une trentaine rien qu’à Rome, avant les nombreuses cathédrales construites en Gaule, en particulier celle de Bourges.

Et mentionnons pour terminer que saint Etienne est nommé dans la prière Nobis quoque peccatoribus du Canon romain de la messe.

 

Partager cet article

Repost0
26 décembre 2014 5 26 /12 /décembre /2014 00:00

Sesilia Butsi

1924-1940

 

Sesilia (Cecile) était née le 16 décembre 1924 dans ce village de Ban Songkon (Mukdahan, Thailande), où elle devait offrir sa vie au Christ.

C’est elle qui répondit une première fois, avec fermeté, à l’officier qui invitait la population à apostasier.

C’est elle aussi qui lui porta la lettre de Sœur Aknaet.

On le voit : elle avait seize ans.

 

Voir la notice : Thaïlande (Martyres de)

Partager cet article

Repost0
26 décembre 2014 5 26 /12 /décembre /2014 00:00

Jaume Mases Boncompte

1894-1936

 

Jaume (Jaime, Jacques) était né à Agramunt (Lleida) le 14 avril 1894, et fut baptisé le 16.

Elève des Frères Lasalliens (des Ecoles Chrétiennes) à Agramunt, il voulut en suivre la vocation.

Novice en 1908 à Calaf, puis en 1910 à Irún, il prit le nom de Lamberto Carlos, et passa au scholasticat de Talence (Gironde, France), où le français devint sa seconde langue. Il resta à Talence comme professeur pendant deux années.

C’est en Belgique (Lembecq-lez-Hal) qu’il fit les vœux perpétuels. 

Revenu en Espagne, il enseigna à Manresa, puis à Mollerusa où, en 1924, il fut nommé sous-directeur. 

Il fut successivement directeur à Pons, Monistrol, et de nouveau Pons, entre 1927 et 1933, date à laquelle il prit la direction de Mollerusa ; en 1935 il fut professeur à Bonanova.

Le 19 juillet 1936, ce collège fut pris d’assaut par une multitude de miliciens, obligeant les Frères à quitter la maison ou à se faire arrêter.

Un de ceux qui purent s’échapper, fut le Frère Lamberto, qui se réfugia chez un de ses frères en ville. Après la mort du Frère Crisóstomo (voir la notice José Llorach Bretó), il s’exposa à rencontrer les Frères dispersés dans Barcelone pour leur faire parvenir les ressources nécessaires.

Il devait souvent changer de domicile pour sa sécurité. Le 1er octobre, il alla chez une cousine, et pour calmer les soupçons, essaya de se déguiser en docker ; habillé en ouvrier, couvert de poussière, les mains pleines de graisse… il fallit partir en bateau, mais le soir du 19 décembre, il dut faire quelques achats avec sa cousine. En sortant, il rencontra un autre Frère et lui remit discrètement un peu d’argent.

Peu après, ils croisèrent deux miliciens qui les mirent les mains en l’air ; voyant le document de la UGT (le Syndicat des Ouvriers de gauche), ils les laissèrent libres, mais l’un des deux miliciens, méfiant, demanda à l’autre Frère : Dis, ce n’est pas un Frère ? - Je n’en ai aucune idée. Je sais seulement qu’il est professeur et qu’il m’a enseigné en France. 

A cet instant arriva une voiture de miliciens, et on les fit monter. Arrivait aussi la cousine du Frère, et comme elle posait des questions sur lui, on l’embarqua avec. Dans la voiture, le Frère Lamberto déchira en petits morceaux un papier contenant quelques indications, et les jeta par la fenêtre ; un milicien lui adressa des reproches et des insultes, et récupéra les morceaux de papier.

Arrivés au commissariat, ils furent incarcérés. Le Frère qui l’accompagnait (et qui fut plus tard libéré) raconta que, de sa cellule, il entendait les miliciens qui hurlaient contre le Frère Lamberto : C’est un curé ! C’est un curé !

Vers onze heures du soir, on les emmena au lieu-dit Rabasada, où avaient déjà eu lieu tant d’exécutions ; les Frères se recommandèrent à Dieu, mais on les remit en prison.

Le lendemain, ils conduisirent Lamberto et sa cousine à la pharmacie dont ils avaient trouvé l’indication sur le fameux papier déchiré par le Frère et qu’ils avaient tenté de reconstituer. A force de menaces et d’insultes contre le pauvre pharmacien, ils réussirent à lui faire dire qu’il connaissait le Frère et qu’il était effectivement Religieux.

Ils reconduisirent la cousine en prison, et l’on ne sut plus rien de Lamberto, jusqu’à la fin de la guerre, lorsqu’une ancienne milicienne reconnut au tribunal l’avoir brûlé vif le 26 décembre 1936.

La date de ce martyre a parfois été portée au 16 décembre, par erreur : le dies natalis du Frère Lamberto est le 26 décembre.

Il a été béatifié en 2007.

 

 

 

Partager cet article

Repost0
26 décembre 2014 5 26 /12 /décembre /2014 00:00

Secondo Pollo

1908-1941

 

Né le 2 janvier 1908 à Caresanablot (Vercelli, Piémont, Italie nord-ouest), deuxième des cinq enfants de Carlo et Marta Ottino, de bons paysans, il reçut deux jours après au baptême les noms de Secondo et Giovanni. 

Il fréquenta d’abord l’école des Frères des Ecoles Chrétiennes. Puis il entra à onze ans au Petit séminaire de Vercelli. Après la philosophie, il fut envoyé faire la théologie au Séminaire Pontifical Lombard.

En 1931, diacre, il reçut le doctorat en philosophie à l’Académie Saint-Thomas, et celui de théologie à la Grégorienne. Difficile de faire plus !

Le 15 août suivant, il fut ordonné prêtre.

On lui confia d’abord une classe au petit séminaire, en même temps que la direction spirituelle (appréciée !) des jeunes séminaristes puis, de 1936 à 1940, l’enseignement de la philosophie et de la théologie au grand séminaire de Vercelli. En outre, il était aumônier diocésain de l’Action Catholique, une mission dans laquelle le jeune prêtre montra tout l’enthousiasme de sa jeunesse, de son zèle pour la sanctification des jeunes et pour les inciter à montrer partout leur foi convaincue.

Quand la guerre éclata, il tint à suivre les garçons qu’il avait déjà guidés, et demanda à être pris comme aumônier militaire, malgré un défaut à l’œil gauche qui limitait sa vision. 

Il fut donc nommé aumônier au troisième bataillon «Val Chisone» de la Division Alpine «Alpi Graie». En 1941, ce bataillon fut envoyé à Cervice (Montenegro). 

C’est sur le champ de bataille que, portant secours à un blessé, il fut atteint d’une balle qui lui sectionna l’artère fémorale : c’était la mort en quelques instants.

Don Secondo Pollo mourut ce jour-là, 26 décembre 1941, versant son sang pour le Prochain qu’il aimait comme le Christ. Il avait, lui aussi, trente-trois ans.

L’Etat italien lui décerna immédiatement la médaille d’argent à la valeur militaire.

Voici le témoignage du Général Faldella, alors colonel commandant le troisième Régiment Alpin : 

(Don Pollo) accomplissait son ministère avec une intime satisfaction, avec amour et esprit de service… Le but de son activité, à mon avis, était la charité, c’est-à-dire le service de Dieu et du Prochain, le bien des âmes… Don Pollo avait une personnalité qui suscitait l’admiration, et pourtant il était l’humilité personnifiée, il semblait vouloir disparaître, sans pouvoir s’éclipser. Son intelligence, sa culture, son éminente bonté, le mettaient en avant.

Et voici la citation militaire : 

Aumônier d’un bataillon alpin, durant plusieurs journées de combat, malgré les mauvaises conditions physiques, il se dépensait sous le feu violent de l’ennemi, pour apporter la parole de la foi et le réconfort spirituel aux combattants des premières lignes. Avec audace et sans crainte du danger, il s’avançait là où le combat était le plus intense et, tandis qu’il accomplissait son ministère, était mortellement frappé par des balles de mitrailleuse. Sans se préoccuper pour soi-même, tout en  conseillant d’aller soigner les autres blessés, il expirait avec sérénité.

L’abbé Secondo Pollo fut béatifié en 1998.

Partager cet article

Repost0
26 décembre 2014 5 26 /12 /décembre /2014 00:00

Zozime pape

416-417

 

Ce successeur de saint Innocent 1er était le quarante-et-unième pape, fils d’un Grec qui s’appelait Abraham. On peut supposer qu’il s’appelait effectivement Zozimos, «plein de vitalité».

Il fut élu le 18 mars 416 ou 417, et mourut donc en 417 ou 418.

Pour un si bref pontificat, les mesures énergiques de ce pape ne manquèrent pas, d’ailleurs différemment appréciées par la postérité.

Il établit que c’était l’archevêque d’Arles qui avait la primauté sur celui de Vienne : même dans l’Eglise, le pape doit prendre le temps de régler de petits différends sur des questions aussi humaines et terrestres que des préséances.

Zozime condamna la doctrine volontariste de Pélage et Cælestius, qui abaissait l’action de la grâce divine.

En vingt et un mois, il consacra huit évêques, dix prêtres et trois diacres.

Il s’éteignit le 13 ou même le 25 décembre, et fut enterré le 26 décembre 417 (418) dans la basilique de Saint-Laurent sur la Via Tiburtina.

Son successeur devait être saint Boniface 1er.

 

Partager cet article

Repost0
25 décembre 2014 4 25 /12 /décembre /2014 00:00

Antonia Maria Verna

1773-1838

 

Guglielmo Verna et Domenica Maria Vacheri, de pauvres paysans de Pasquaro (Rivarolo, Turin, Italie) eurent deux enfants ; la deuxième naquit le 12 juin 1773 et reçut le jour même au baptême le nom de Antonia Maria.

La famille est si pauvre, qu’elle n’a qu’une pièce pour abriter toute la famille, mais on y est très uni dans la foi et les principes chrétiens. Domenica sait enseigner à ses enfants les premiers éléments du catéchisme.

Quand Antonia peut fréquenter les leçons de catéchèse paroissiales, elle s’empresse de répéter ce qu’elle y a appris aux enfants qu’elle réunit autour d’elle. Elle a trois dévotions particulières : l’Enfant Jésus, la Vierge Marie Immaculée, et saint Joseph.

Quand elle a quinze ans, elle parle de se consacrer à Dieu, mais les parents voudraient la marier à quelque bon parti, et il n’en manque pas car la jeune fille attire les regards. Mais Antonia, bien conseillée par son directeur spirituel, fait le vœu de virginité perpétuelle et, pour mettre fin aux prétentions, quitte le pays.

Or, à cette époque, la Révolution française répand ses idées dans l’Italie ; Antonia comprend que la société est menacée par le laïcisme, le naturalisme, le rationalisme, par les soi-disant «droits de l’homme», en opposition avec les devoirs de l’homme envers son Créateur.

Antonia n’a que dix-huit ans, mais comprend que pour contrer cette invasion d’idées perverses, il faut agir au niveau de l’éducation, et de l’éducation chrétienne.

Après son vœu de virginité, elle veut reprendre et compléter sa propre instruction, et retourne sur les bancs de l’école : huit kilomètres à pied chaque jour, dans la prière et la pénitence, pour fréquenter la Scuola del Gesù (Ecole du Jésus ou Institut Rigoletti) à San Giorgio Canavese. Elle reprend à Pasquaro son activité apostolique, instruisant les enfants, ramenant les plus grands aux pratiques chrétiennes, réconfortant les faibles et les affligés, patiemment.

Pasquaro ne lui suffit plus : elle s’établit dans la localité proche, Rivarolo Canavese, entre 1796 et 1800. Période très difficile, à cause de l’invasion des idées révolutionnaires françaises, et des troupes napoléoniennes ; la population s’appauvrit, la délinquance s’élargit.

La petite maison d’Antonia lui sert de cloître, de chaire d’enseignement, mais est trop petite, car elle veut assister les malades. Elle commence de s’entourer de compagnes ; une première communauté est en train de se constituer, qui vont s’appeler les Sœurs de la Charité de l’Immaculée Conception.

On est dans les premières années du 19e siècle, mais Antonia devra attendre 1828 pour recevoir les premières lettres patentes de l’approbation et prendre un habit religieux. 

Comme il est question, de la part des Pères Lazaristes de Turin, d’ «annexer» ces Sœurs de la Charité à celles fondées en France par saint Vincent de Paul (voir au 27 septembre), Antonia se met sous la protection de l’évêque d’Ivrea, qui lui donne l’approbation ecclésiastique en 1835. Les Sœurs de la Charité de l’Immaculée Conception s’appelleront désormais «d’Ivrea», là où Antonia établit la maison-mère.

Antonia Maria meurt le jour de Noël 1838 à Rivarolo Canavese.

Elle a été béatifiée en 2011. Dans l’Institut, on la fête non pas à son dies natalis (qui est le jour de Noël), mais, exceptionnellement, le 12 juin, anniversaire de sa naissance sur terre.

Les Sœurs se donnent de tous côtés, gratuitement, sans réserve, par amour de Dieu, à l’image de Marie Immaculée. Elles se sont répandues en Italie, au Moyen-Orient, en Amérique. Ce sont elles qui œuvrent à la basilique de l’Annonciation à Nazareth.

Le miracle retenu pour la béatification de la Mère Antonia Maria se produisit en 1947 à Zurich (Suisse). Le 26 décembre au soir, le médecin d’une des Religieuses, malade de broncho-pneumonie, affirme qu’il n’y a plus d’espoir de la guérir. Les Religieuses prient intensément. Le lendemain matin, croyant venir constater le décès, le médecin constate en fait la parfaite guérison de la Religieuse.

 

Un événement vraiment miraculeux se produisit à Turin en 1859, en la fête de l’Immaculée Conception, 8 décembre.

Deux époux décidèrent de passer au protestantisme et voulurent vendre de vieux meubles ainsi qu’un cadre de la Vierge, peint sur bois. Or voilà que les trois acquéreurs se mirent à blasphémer la Vierge Marie et à vouloir briser l’image avec une hache : mais c’est la hache qui se cassa, et l’image resta intacte. Ils jetèrent l’image au feu, mais seul le bois extérieur brûla, laissant l’image encore intacte. Les profanateurs, pris de panique, s’enfuirent, et le propriétaire cacha l’image. Sa femme voulut à son tour l’asperger d’alcool et la brûler, en vain. Pleins de remords, ils demandèrent conseil à un prêtre, qui leur suggéra de remettre l’Image à une pieuse personne, et les époux décidèrent de la donner aux premières Religieuses qu’ils rencontreraient, au soir de ce mercredi saint de 1860. Les religieuses se trouvèrent être de la Congrégation de l’Immaculée Conception d’Ivrea.

Depuis, l’Image miraculeuse est jalousement conservée par les Religieuses, et exposée à la vénération publique dans leur maison-mère, avec de nombreux miracles qui advinrent successivement et qui furent régulièrement consignés et examinés par un procès canonique.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens