Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 octobre 2014 7 05 /10 /octobre /2014 23:12

Eulalie Durocher

1811-1849

 

Elle vit le jour à Saint-Antoine-sur-Richelieu (Canada) le 6 octobre 1811, dixième des onze enfants d’Olivier et Geneviève ; trois des enfants moururent en bas âge, trois autres furent prêtres, une fut Religieuse.

Eulalie reçut d’abord sa formation à la maison, avec son grand-père comme maître, puis elle fut pensionnaire, peu de temps, dans la congrégation de Notre-Dame (dont fera partie sa sœur).

A douze ans, elle reçut la Première communion.

Devenue jeune fille, elle voulut être religieuse dans la même congrégation de Notre-Dame, mais sa santé ne le lui permit pas. 

Après la mort de sa mère en 1830, elle devint la gouvernante de son frère prêtre, Théophile, curé à Belœil.

Ce fut durant ces années, de 1831 à 1843, qu’elle prit conscience de l’urgence d’une éducation à donner aux enfants. L’arrivée d’une congrégation de Marseille n’ayant pu se réaliser, Eulalie tenta d’instaurer elle-même une nouvelle communauté, encouragée par un missionnaire qui remarquait ses grandes possibilités organisatrices.

En 1844, l’évêque lui remit l’habit, dans leur demeure située sur la paroisse de Saint-Antoine-de-Longueuil. Ainsi naissait une nouvelle congrégation enseignante, la congrégation des Sœurs des Saints-Noms-de-Jésus-et-de-Marie.

La nouvelle famille religieuse s’inspira de la pédagogie des Frères des Ecoles Chrétiennes, qui se trouvaient au Canada depuis quelques années. 

Eulalie, devenue Marie-Rose, avait un grand souci de la formation des jeunes filles, surtout de celles qui arrivaient de la campagne sans beaucoup d’instruction. Elle transmit son amour du Christ selon le mot de l’évangile : Je suis venu apporter le feu sur la terre et combien je voudrais qu’il brûle !.

La congrégation a pour devise : Jésus et Marie, ma force et ma gloire ! Elle se répandit aussi dans les Etats-Unis. Les débuts ne furent pas faciles, parfois mêmes contrecarrés par quelque prêtre maladroit. Cinq ans après la fondation, il y avait déjà una quarantaine de Religieuses, dans quatre couvents, et cinq-cents élèves étaient inscrites.

Mère Marie-Rose persévéra, malgré sa mauvaise santé, discrètement, sereinement.

Elle s’éteignit le jour de son anniversaire, 6 octobre 1849, à trente-huit ans. L’évêque dit alors : J’ai été tout à fait ému en voyant tant de vertus réunies dans une seule âme.

Mère Marie-Rose fut béatifiée en 1982.

Plusieurs établissements de Montréal portent son nom. La Congrégation eut sa maison-mère d’abord à Longueil, puis à Hochelaga, maintenant à Outremont. Elle est présente en diverses localités du Canada, des Etats-Unis et du Mexique ; elle a deux maisons en Amérique du Sud et une en Afrique du Sud.

Partager cet article

Repost0
5 octobre 2014 7 05 /10 /octobre /2014 23:00

 

Maria de Tanba 1

?-1619

 

Voir aussi la notice : Japonais martyrs 1603-1639

Cette chrétienne naquit à une date non précisée à Tanba (Kyōto, Japon).

Elle fut massacrée pour sa foi avec son petit garçon de trois ans, Sixtus, à Kyōto, le 6 octobre 1619.

Elle a été béatifiée parmi cent quatre-vingt-huit Martyrs japonais, en 2008.

Partager cet article

Repost0
5 octobre 2014 7 05 /10 /octobre /2014 23:00

 

Maria de Yamashiro 1

?-1619

 

Voir aussi la notice : Japonais martyrs 1603-1639

Cette chrétienne naquit à une date non précisée à Yamashiro (Kyōto, Japon).

Elle fut massacrée pour sa foi avec son époux Thomas Koshima Shinshirō, à Kyōto, le 6 octobre 1619.

Elle a été béatifiée parmi cent quatre-vingt-huit Martyrs japonais, en 2008.

Partager cet article

Repost0
5 octobre 2014 7 05 /10 /octobre /2014 23:00

 

Monica de Yamashiro

1615-1619

 

Voir aussi la notice : Japonais martyrs 1603-1639

Cette fillette de quatre ans naquit vers 1615 à Yamashiro (Kyōto, Japon).

Elle fut massacrée pour le Christ avec sa maman Maria, à Kyōto, le 6 octobre 1619.

Elle a été béatifiée parmi cent quatre-vingt-huit Martyrs japonais, en 2008.

Partager cet article

Repost0
5 octobre 2014 7 05 /10 /octobre /2014 23:00

Lucia de Ōmi

?-1619

 

Voir aussi la notice : Japonais martyrs 1603-1639.

Cette Chrétienne naquit à une date indéterminée à Ōmi (Shiga, Japon).

Elle fut martyrisée pour le Christ à Kyōto, avec sa mère Mencia de Ōmi, le 6 octobre 1619.

Elle a été béatifiée parmi cent quatre-vingt-huit Martyrs japonais, en 2008.

Partager cet article

Repost0
5 octobre 2014 7 05 /10 /octobre /2014 23:00

 

Franciscus Hashimoto

1611-1619

 

Voir aussi la notice : Japonais martyrs 1603-1639

Ce petit garçon naquit vers 1611 à Kyōto (Japon).

Il fut massacré pour sa foi avec ses parents Ioannes et Thecla et ses quatre frères et sœurs, toujours à Kyōto, le 6 octobre 1619.

Il a été béatifié parmi cent quatre-vingt-huit Martyrs japonais, en 2008.

Partager cet article

Repost0
5 octobre 2014 7 05 /10 /octobre /2014 23:00

 

Franciscus Shizaburo

?-1619

 

Voir aussi la notice : Japonais martyrs 1603-1639

Ce Chrétien (jeune homme ? adolescent ?) naquit à une date indéterminée à Kyōto (Japon).

Il fut martyrisé pour le Christ à Kyōto, avec son père, Cosmas de Kyōto, le 6 octobre 1619.

Il a été béatifié parmi cent quatre-vingt-huit Martyrs japonais, en 2008.

Partager cet article

Repost0
5 octobre 2014 7 05 /10 /octobre /2014 23:00

 

Monica de Mino

?-1619

 

Voir aussi la notice : Japonais martyrs 1603-1639

Cette mère naquit à une date indéterminée à Mino (Gifu, Japon).

Elle fut martyrisée pour le Christ à Kyōto, le 6 octobre 1619.

Elle a été béatifiée parmi cent quatre-vingt-huit Martyrs japonais, en 2008.

Partager cet article

Repost0
5 octobre 2014 7 05 /10 /octobre /2014 23:00

 

Anna Maria Rosa Nicoletta Gallo

1715-1791

 

Fille de Francesco Gallo et de Barbara Basinsi, Anna Maria naquit dans les Quartiers Espagnols de Naples, le jour de la fête de l’Annonciation, 25 mars 1715.

Le père, qui tenait un petit commerce de mercerie, n’avait pas le caractère particulièrement doux envers son épouse et sa fille, lesquelles, en revanche, étaient douces, patiente, et pieuses.

Anna Maria grandit dans l’amour des vertus, au point que dans le quartier on l’appelait la santarella (la petite sainte) : on était frappé de son assiduité aux Sacrements, autant que de sa soumission à un père si brutal. Anna Maria offrait ses souffrances pour le salut des âmes.

Elle eut pour confesseur un futur saint : Giovanni Giuseppe de la Croix, des pères alcantarini (franciscains qui suivaient la réforme de saint Pedro de Alcantara, voir au 19 octobre). A quinze ans, Anna Maria voulut entrer dans le Tiers-Ordre des Soeurs alcantariniennes.

Ce pieux désir se heurta à la volonté farouche du père, qui avait déjà arrangé un mariage. Les discussions se prolongèrent pendant une année, au terme de laquelle un prêtre réussit à convaincre le père d’Anna Maria de céder.

Le 8 septembre 1731, Anna Maria, tout en continuant de vivre chez son Père, fit sa consécration, porta un habit religieux et devint ainsi Maria Francesca delle Cinque Piaghe (Marie Françoise des Cinq Plaies), en raison de sa dévotion à la Sainte Vierge et saint François, et de sa particulière dévotion envers la Passion du Sauveur.

Maria Francesca se plia entièrement aux exigences de son père indélicat, mais aussi à celles de son nouveau père spirituel qui, pour l’éprouver, la soumit à des pénitences très rudes, auxquelles elle-même ajouta d’autres mortifications.

Cette religieuse dans l’âme qui vécut toute sa vie dans le siècle, avait des charismes très particuliers : elle prophétisa plusieurs événements, comme la Révolution française ou la sainteté de Francesco Saverio Bianchi (voir au); elle porta les stigmates de la passion, comme saint François d’Assise, et souffrait particulièrement les douleurs de la passion du Christ le vendredi et durant le carême.

Elle avait trente-huit ans quand elle devint, en 1753, gouvernante de son directeur spirituel. Elle le resta fidèlement pendant encore trente-huit ans, jusqu’à sa mort, le 6 octobre 1791.

Maria Francesca des Cinq Plaies fut béatifiée en 1843, et canonisée en 1867.

 

 

Partager cet article

Repost0
5 octobre 2014 7 05 /10 /octobre /2014 23:00

 

Linus Rihyōe

?-1619

 

Voir aussi la notice : Japonais martyrs 1603-1639

Ce laïc naquit à une date non précisée dans la région de Chūgoku (Japon).

Il fut massacré pour le Christ, avec son épouse Maria de Setsu-no-Kuni, le 6 octobre 1619.

Il a été béatifié parmi cent quatre-vingt-huit Martyrs japonais, en 2008.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens