Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 octobre 2018 4 18 /10 /octobre /2018 17:03

Juan Senosiain Zugasti
1911-1936

Né et baptisé le 15 mai 1911 à Guirguillano (Navarre), il était le fils de Francisco et Teresa, qui le firent confirmer an 1915.

Il entra au postulat des Clarétains d’Alagón en 1924, mais ne put se faire aux études. Il s’orienta vers l’état de frère convers.

Après un court séjour dans sa famille, il reprit le chemin du noviciat, mais à Vic et fit la profession en 1929.

Il fut envoyé à Cervera, d’où il dut partir avec toute la communauté sur l’ordre du Comité révolutionnaire, le 19 juillet 1936. Faisant partie du groupe qui s’arrêta à Mas Claret, il y fut martyrisé le 19 octobre 1936.

Béatifié en 2017, Juan Senosiain Zugasti sera mentionné dans le Martyrologe Romain au 19 octobre.

Partager cet article

Repost0
18 octobre 2018 4 18 /10 /octobre /2018 17:02

Ferran Castán Meseguer
1915-1936

Né le 1er avril 1915 à Fonz (Huesca), il était le fils de Francisco et María, qui le firent baptiser le 10 avril suivant et confirmer en octobre. Des cinq enfants de cette famille, trois furent consacrés : Francisco qui fut martyrisé le 15 août 1936 (et béatifié en 1992), Ferran, et une fille qui fut carmélite.

Ferran entra au postulat clarétain de Barbastro en 1928, mais les études n’étaient pas faciles pour lui ; aussi, à Cervera, les continua-t-il mais en tant que Frère convers. Il fit le noviciat à Vic, ainsi que la profession en 1932. Il fut envoyé à Barbastro, puis à Cervera.

Il partagea le sort de toute cette immense communauté. Le 19 juillet 1936, le Comité révolutionnaire faisait évacuer la maison. 

Ceux qui se replièrent sur Mas Claret,  y furent fusillés au soir du 19 octobre 1936.

Béatifié en 2017, Ferran Castán Meseguer sera mentionné dans le Martyrologe Romain au 19 octobre.

Partager cet article

Repost0
18 octobre 2018 4 18 /10 /octobre /2018 16:59

Francisco Marco Martínez
1917-1936

Né le 1er février 1917 à Odón (Teruel), il était le quatrième enfant de Tomás et Francisca, qui le firent baptiser le 3 février et confirmer en 1921.

En 1935, à dix-huit ans, il entra au postulat clarétain de Vic, pour se préparer à être Frère convers. Il acheva le noviciat avec la profession le 11 juin 1936. On l’envoya à Cervera.

Un mois plus tard se déchaînait la tourmente révolutionnaire. Le 21 juillet la communauté évacuait la maison de Cervera et se dispersait à droite et à gauche.

Francisco fut de ceux qui, empêchés de gagner Solsona, se replièrent à Mas Claret.

C’est là qu’il fut martyrisé le 19 octobre 1936.

Béatifié en 2017, Francisco Marco Martínez sera mentionné dans le Martyrologe Romain au 19 octobre.

Partager cet article

Repost0
17 octobre 2018 3 17 /10 /octobre /2018 22:52

Francisco Roselló Hernández
1907-1936

Né le 28 février 1907 à Cartagena (Murcia), Francisco, fils unique de Francisco et Ascensión, fut tôt orphelin.

Président de l’Association des Enfants de Marie, il était encore fiancé au moment de la persécution de 1936.

Le 20 juillet, on expulsa violemment les Filles de la Charité de leur maison de Cartagena. L’ayant su, Francisco réussit à dépasser les voitures qui les emmenaient et s’entendre avec la Sœur Francisca pour les dispositions à prendre. Dès lors, il fut lui aussi persécuté ; on a déjà vu (v. 15 août) comment on arrêta don Pedro Gambín Pérez.

Le 22 juillet, on vint arrêter Francisco chez lui et on le plaça en cellule d’isolement, probablement au collège des Maristes, croit-on. Le 7 octobre, on l’envoya à la prison San Antón.

Ayant trouvé chez lui des exemplaires de la Médaille Miraculeuse, on le qualifia de sectariste d’organismes religieux et son cas fut soumis à un juge spécial… qui mit six mois à rendre sa décision. Dans l’intervalle, eut lieu le martyre des prisonniers du 18 octobre : on leur adjoignit Francisco. 

Six mois plus tard, le juge répondait qu’il n’était pas compétent pour ce cas, mais Francisco était déjà parvenu au Paradis.

Martyrisé le 18 octobre 1936 et béatifié en 2017, Francisco Roselló Hernández sera mentionné dans le Martyrologe Romain au 18 octobre.

Partager cet article

Repost0
17 octobre 2018 3 17 /10 /octobre /2018 22:51

Josep Ausellé Rigau
1913-1936

Né le 5 juillet 1913 à La Sellera (Girona) de Pedro et Dolores, il fut baptisé le 7 juillet suivant.

En 1925, il entra au postulat des Pères Clarétains de Barbastro et passa en 1927 à Cervera.

Dès ce moment-là, Josep souffrit beaucoup de la jambe, à cause d’une tuberculose osseuse qui l’obligea à être plâtré pendant deux mois et à revenir chez lui pour se reposer.

De retour à Cervera, en 1930 il dut repartir chez lui tandis que ses collègues commençaient le noviciat. Il alla faire son noviciat à Vic et fit la profession en 1931. Il étudia là la philosophie et commença la théologie ; en 1935, il revint à Cervera.

Le 21 juillet 1936, comme ses Confrères, il dut quitter la maison et fut hospitalisé. Vu son état, il obtint sans difficulté l’autorisation des autorités pour revenir dans sa famille et demanda à son père de venir le chercher mais, on ne sait pourquoi, l’entreprise ne put avoir lieu.

Josep partagea ensuite le sort de ses Confrères, comme on l’a écrit plus haut (v. Lluis Jové Pach). Jeune clerc,  il n’avait reçu que les deux premiers Ordres mineurs (portier et lecteur), mais Dieu l’avait jugé mûr pour le martyre.

Martyrisé le 18 octobre 1936 à Cervera et béatifié en 2017, Josep Ausellé Rigau sera mentionné dans le Martyrologe Romain au 18 octobre.

Partager cet article

Repost0
17 octobre 2018 3 17 /10 /octobre /2018 22:51

Evarist Bueria Biosca
1913-1936

Né le 21 juillet 1913 à Montoliu (Lleida), Evarist avait trois frères et une sœur ; leur père, Evarist, était tisserand ; leur mère s’appelait Teresa.

Evarist entra au postulat clarétain de Cervera en 1924 et étudia à Alagón puis Cervera ; il fit le noviciat à Vic,  où il se trouvait bien mieux qu’à Cervera et y fit la profession (1930). Après Solsona pour la philosophie, il revint à Cervera pour la théologie : voyage en voiture louée, qui tomba en panne et mit deux heures pour faire cinquante kilomètres ! 

Evarist était de caractère un peu brouillon, sa nervosité le faisait parfois bégayer, mais il persévérait.

En juin 1935, il reçut les deux premiers Ordres mineurs : les circonstances ne lui permirent pas d’avancer davantage vers le Sacerdoce : Dieu lui préparait une gloire plus grande.

Le 21 juillet 1936, il fallut abandonner la maison de Cervera et l’on devait se replier sur Solsona, mais les révolutionnaires les en empêchèrent ; Evarist, souffrant de la tuberculose, fut de ceux qui furent hospitalisés à Cervera dès le 22 juillet. En octobre, il apprit la mort de son père.

Le 16 ou le 17 octobre, vint sa sœur Antonia pour l’emmener à la maison ; Evarist aurait pu ainsi échapper à la mort, mais il voulait emmener avec lui ses Compagnons, et comme ils ne pouvaient pas tous tenir dans la voiture, il préféra rester avec eux.

Au soir du 17 à vingt-trois heures trente, un groupe de miliciens arriva avec un camion pour embarquer les onze Religieux clarétains, qu’ils fusillèrent au cimetiière de Cervera.

Martyrisé le 18 octobre 1936 et béatifié en 2017, Evarist Bueria Biosca sera mentionné dans le Martyrologe Romain au 18 octobre.

Partager cet article

Repost0
17 octobre 2018 3 17 /10 /octobre /2018 22:50

Manuel Solé Vallespì
1913-1936

Né le 19 septembre 1913 à Fayòn (Saragosse) de Francisco, ouvrier journalier, et Generosa, il fut baptisé huit jours plus tard et confirmé en 1915.

En 1924, il entra au postulat des Pères Clarétains de Barbastro, acheva les Humanités à Cervera, fit le noviciat à Vic et la profession en 1929. A Solsona, il étudia la philosophie et alla commencer la théologie à Cervera à l’automne de 1931. Début 1932, il reçut les deux premiers Ordres mineurs (portier et lecteur).

En 1934 il ne put suivre les cours, d’une part à cause d’une fistule qu’il devait soigner, d’autre part à cause de certains scrupules. On le chargea d’enseigner au postulat de Solsona, puis de Requena et il revint à Cervera.

Le 21 juillet 1936, il fut de ceux qui durent être reçus à l’hôpital de Cervera, à cause d’une pleurésie.

Puis il accompagna ses Confrères sur le chemin du martyre, dans la nuit du 17 au 18 octobre 1936. Comme eux, il tomba en criant Vive le Christ Roi !

Béatifié en 2017, Manuel Solé Vallespì sera mentionné dans le Martyrologe Romain au 18 octobre.

Partager cet article

Repost0
17 octobre 2018 3 17 /10 /octobre /2018 22:49

José Loncán Campodarve
1915-1936

Né le 18 avril 1915 à Azlor (Huesca) et baptisé le 21 avril suivant, il était l’un des six garçons de José et María.

Petit, il courait à l’église dès que la Messe sonnait, car c’était le premier arrivé qui revêtait l’aube pour servir la Messe. Ainsi commença sa vocation au sacerdoce.

En 1926, il entra au postulat clarétain de Barbastro et acheva les Humanités à Cervera. Il passa à Vic pour le noviciat ; c’était l’année 1930. L’année suivante, fut proclamée la Deuxième République et le climat politico-social fut très agité : des églises et des couvents partirent en flammes. La famille de José nourrissait beaucoup d’inquiétudes, mais José leur répondait qu’il n’avait pas peur et qu’il s’attendait tranquillement à mourir martyr.

Cette même année 1931, il fit la profession religieuse. Lui et ses compagnons d’étude revinrent à Solsona, mais sans leur habit religieux. Après la philosophie, ils revinrent à Cervera pour la théologie, en 1935.

Disons ici que les jeunes gens qui, comme notre José, se préparaient au sacerdoce, n’étaient pas parfaits, loin de là. Ils avaient leurs défauts, que leurs Supérieurs notaient dans leurs rapports, pour que chacun fût suivi et aidé au mieux sur son chemin. José Loncán était loin de donner satisfaction, on le donnait comme plus enclin à la science qu’à la vertu. Les événements, cependant, révélèrent le vrai fond du novice. 

Le 21 juillet 1936, la plus grande partie de la communauté quitta Cervera, direction Solsona ; les révolutionnaires les empêchèrent de passer ; le lendemain, José dut revenir à l’hôpital de Cervera, car il souffrait d’un douloureux erysipèle : on craignit même pour sa vie ; José supporta ses douleurs avec une patience infinie, puis l’inflammation diminua.

Ensuite, le temps passa dans la préparation à subir le martyre. Ce fut le 18 octobre 1936 à minuit quinze. José, benjamin de sa communauté, avait vingt-et-un ans et n’avait encore reçu aucun Ordre, mais il reçut la couronne de gloire.

Béatifié en 2017, José Loncán Campodarve sera mentionné dans le Martyrologe Romain au 18 octobre.

Partager cet article

Repost0
17 octobre 2018 3 17 /10 /octobre /2018 22:48

Alfredo Almunia López-Teruel
1859-1936

Né le 21 mai 1859 à Mojácar (Almería), Alfredo était le deuxième des sept enfants d’un artiste, peintre et sculpteur, José Avelino, et de Antonia, qui habitèrent en différents endroits. Alfredo fut baptisé à Mojácar dès sa naissance, et confirmé en 1877 en même temps que son jeune frère José (v. 29 août).

Peu après, il entra au Grand séminaire et fut ordonné prêtre en 1884.

Il fut envoyé aux paroisses de Lubrín, Vera (1890), Cuevas del Almanzora (1928), Vera (1935).

A Vera, où il fut en exercice près de trente années, il développa un apostolat extrêmement fécond. Il organisa un grand pèlerinage à Rome, il fut l’aumônier pour le cimetière et pour la prison, il s’occupa aussi de donner des leçons de dessin aux enfants, et n’hésitait pas à faire la quête dans les rues pour ses œuvres caritatives.

C’est lui qui, en 1899, baptisa le petit José Gomez de Haro, qui serait prêtre plus tard et serait aussi assassiné le même jour que lui.

A Cuevas de Almanzora, il fut aux côtés de son frère, José.

Au moment de la persécution de juillet 1936, il se refusait à quitter ses paroissiens ; il fut arrêté le 7 septembre et jeté en prison. Il en sortit parce que sa sœur remit une somme de cinq-cents pesetas aux miliciens. Mais même avec cela, le vieux prêtre souffrit énormément des moments de détentions qu’on lui imposa.

Le 18 octobre 1936, des hommes armés pénétrèrent dans sa chambre à coucher, où il était immobilisé au lit à cause de ses infirmités ; on le frappa, on lui brisa sur les épaules son crucifix, on le jeta par le balcon sur le camion. Sa pauvre sœur, qui assistait à la scène, en devint folle.

On partit pour Antas, où on l’abattit avec deux coups d’arme à feu, le même jour et au même endroit que don José Gomez de Haro.

Martyrisé le 18 octobre 1936 à La Ballabona et béatifié en 2017, Alfredo Almunia López-Teruel sera mentionné dans le Martyrologe Romain au 18 octobre.

 

Partager cet article

Repost0
17 octobre 2018 3 17 /10 /octobre /2018 22:47

Bonaventura Reixach Vilarò
1860-1936

Né le 20 avril 1860 à Olost (Barcelone), baptisé le lendemain, et confirmé en juin - selon la coutume du temps - il était le deuxième des dix enfants de Juan, un tailleur, et María. Cette belle famille fut frappée par cinq deuils de petits enfants.

Bonaventura (c’est la forme catalane pour Buenaventura) entra au postulat des Pères clarétains de Vic en 1886, y fit le noviciat et la profession (1888).

Il fut ensuite envoyé dans les maisons de Santo Domingo de la Calzada (1892), Alagón (1898), Cervera enfin (1914).

Très adroit, il fut le réparateur, le jardinier, le cuisinier. Il mettait un soin particulier à maintenir bien propre le congélateur. C’était édifiant de l’entendre prier sans cesse, même en travaillant.

Les derniers jours de sa vie, à partir de juillet 1936, furent marqués de la même façon que pour ses Confrères (v. Heraclio Matute Tobías, Lluís Jové Pach, Evarist Bueria Biosca ou Francesc Canals Pascual).

Martyrisé le 18 octobre 1936 à Cervera et béatifié en 2017, Bonaventura Reixach Vilarò sera mentionné dans le Martyrologe Romain au 18 octobre.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens