Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 août 2014 2 12 /08 /août /2014 23:14

Jakob Gapp

1897-1943

 

Il vit le jour le 26 juillet 1897 à Wattens (Tyrol autrichien), benjamin des sept enfants de Martin et Antonia Wach.

Après l’école communale, il étudia à Hall.

Durant la Première guerre mondiale, il s’engagea dans l’infanterie, fut blessé sur le front italien et décoré. Prisonnier, il sera libéré en 1919, après beaucoup de souffrances et même un moment de crise.

Le 13 août 1920 (cette date est à retenir), il entra au noviciat des pères Marianistes de Greisinghof (Autriche) et prononça ses vœux définitifs à Antony (actuels Hauts-de-Seine).

Envoyé au séminaire de Fribourg (Suisse), il fut ordonné prêtre en 1930.

Il exerça son ministère sacerdotal, entre autres, à Graz (Autriche), où il afficha clairement son hostilité au régime nazi, ce qui provoqua son retour au Tyrol. Il approuva sans réserve l’encyclique du pape Mit brennender Sorge, sur l’incompatibilité entre le Christianisme et l’idéologie nazie.

En 1938, il prêcha sur l’amour qu’on doit envers les Juifs. Les autorités nazies lui interdirent tout enseignement.

Sur conseil de ses supérieurs, le père Gapp dut s’expatrier en décembre 1938 : il gagna Bordeaux puis l’Espagne, où sa position fut critiquée là aussi.

Deux personnes le trompèrent, se faisant passer pour deux catéchumènes, lui demandant de l’aide pour soi-disant regagner la France occupée. C’étaient des agents nazis qui le suivaient depuis l’Autriche.

Arrêté à Hendaye le 9 novembre 1942, peut-être par la police française qui le remit aux Nazis, il fut mis en prison à Berlin. On ne voulait pas «simplement» l’envoyer à Dachau, mais on voulait lui réserver un traitement particulier. Le 2 juillet 1943, il fut condamné à mort. Ce jour-là était la fête du Sacré-Cœur. Comme pour le Christ, on pensait qu’il serait déshonoré pour toujours.

Le prêtre fut guillotiné dans la prison de Plötzensee (Berlin) le 13 août 1943, jour anniversaire de son entrée au noviciat.

Pour comprendre la forte personnalité du père Gapp, il faut citer ici une phrase de Himmler lui-même : Avec un million d’hommes de la trempe de ce Gapp, mais nazis évidemment, nous dominerions le monde !

Le père Gapp a été béatifié le 24 novembre 1996.

Partager cet article

Repost0
12 août 2014 2 12 /08 /août /2014 23:13

Josep-Joan Perot i Juanmartí

1877-1936

 

Pere vint au monde le 1er juillet 1877 à Boulogne-sur-Gesse (Toulouse, Haute-Garonne).

Il vécut très tôt à Oliana.

Ordonné prêtre en 1903 pour le diocèse d’Urgell, il fut d’abord nommé professeur de français au collège d’Oliana, puis vicaire à Castell-llebre (1914) et Santa Eugènia (1915) ; professeur à Oliana et vicaire à Coll de Nargó (1916). En 1921, il était nommé curé à Sant Joan de Vinyafrescal, avec la charge momentanée de Toralla en 1933-1934.

Le 13 août 1936, très tôt, il fut appelé par les miliciens qui l’emmenèrent manu militari à La Pobla de Segur.

Au Comité révolutionnaire, il se retrouva avec six Confrères de sacerdoce, vicaires et curés des environs. Après l’interrogatoire, ils furent mis dans un camion avec une cinquantaine de miliciens.

Les sept prêtres de ce groupe furent martyrisés à Salàs de Pallars, le 13 août 1936 et béatifiés en 2005.

Partager cet article

Repost0
12 août 2014 2 12 /08 /août /2014 23:12

Pere Martret i Moles

1901-1936

 

Pere vint au monde le 5 juillet 1901 à La Seu d’Urgell (Alt Urgell, Lleida, Espagne).

Ordonné prêtre en 1925, il fut vicaire à Puigcerdà, Organyà, Tremp, et en 1931 à La Pobla de Segur.

Comme tel, il desservira les paroisses de Vinyafrescal, Montsor et Salàs de Pallars.

Ce fut un prêtre zélé pour tous, sans distinction. Il propagea la Fédération de Jeunes Chrétiens, de concert avec don Silvestre Arnau, l’autre vicaire.

Le 19 juillet, on vint proposer aux prêtres un sauf-conduit pour passer à La Seu d’Urgell. Mais dans la nuit du 22 au 23 juillet, on vint les arrêter pour les conduire au Comité local. 

Des paroissiens demandèrent alors au frère de don Pere, qui habitait La Seu d’Urgell, d’intervenir auprès de son parent, député au parlement catalan, grâce auquel le prêtre fut transféré de La Seu d’Urgell à La Pobla de Segur. Mais désormais, ils eurent l’interdiction de quitter la paroisse.

Les prêtres furent détenus dans la maison Garibaldi jusqu’au matin du 13 août 1936. Ce matin-là, ils furent conduits au cimetière de Salàs de Pallars où, pour le seul crime d’être prêtres, ils furent martyrisés.

Don Pere, don Silvestre et cinq autres prêtres martyrisés ensemble, furent béatifiés en 2005.

Partager cet article

Repost0
12 août 2014 2 12 /08 /août /2014 23:11

Francesc Castells i Brenuy

1886-1936

 

Francesc vint au monde le 31 juillet 1886 à La Pobla de Segur (Pallars Jussà, Lleida, Espagne).

Après ses études au séminaire, il obtint la licence de théologie à Valencia en 1897.

Ordonné prêtre en 1899, il fut préfet des petits séminaristes, puis fut envoyé à Rome où il obtint le doctorat en théologie et la licence en droit canonique à l’Université Grégorienne ; au retour, il fut vicaire à Areny (1903) et à Montroig.

Il passa deux années à Perpignan, puis fut vicaire à Planoles (1912), à Vilanova de l’Aguda (1915), enfin curé à Tiurana (1922).

En 1934, il dut déjà se retirer à cause de sa santé, mais fut chargé de remplacer le curé du village de Poal.

A la fin de juillet 1936, il fut arrêté et maintenu plusieurs jours en prison au Comité de Linyola, où il supporta humblement beaucoup de mauvais traitements, insultes variées, coups de poing, gifles, jusqu’à être complètement déshabillé. Quand ses proches furent avertis qu’il se trouvait à Linyola, ils le trouvèrent en bien piteux état, portant les marques des coups reçus. Il fut ramené à La Pobla de Segur.

Le 13 août 1936, dans la matinée, des miliciens vinrent l’appeler «pour aller déposer une déclaration à Lleida» et il les suivit sans résistance, mais bien conscient de la réalité : on avait déjà décidé de le tuer, avec ses Confrères des environs.

Pour éviter les nombreus témoins de La Pobla de Segur, les bourreaux emmenèrent leurs victimes à Salàs de Pallars, où les sept prêtres de ce groupe furent martyrisés. Des gens de Salàs mais aussi de La Pobla purent tout de même voir de loin le sacrifice de ces prêtres qu’ils aimaient.

Les sept prêtres, fusillés ce 13 août 1936, furent béatifiés en 2005.

Partager cet article

Repost0
12 août 2014 2 12 /08 /août /2014 23:10

Josep Boher i Foix

1887-1936

 

Josep vint au monde le 2 novembre 1887 à Sant Salvador de Toló (Pallars Jussà, Lleida, Espagne).

Il étudia aux séminaires d’Urgell et de Vic.

Ordonné prêtre en 1914, il exerça le saint ministère en diverses localités, et à partir de 1926 comme curé à La Pobleta de Bellveí.

Au début du mois d’août 1936, il pensa opportun de s’éloigner de sa paroisse, mais un paroissien vint à sa rencontre, de la part du président du Comité, l’assurant qu’il pouvait demeurer dans son presbytère, qu’il ne lui arriverait rien. Don Josep resta donc dans sa paroisse.

Le 13 août 1936, très tôt, il fut appelé par les miliciens accompagnés du président du Comité. Il y eut une discussion : finalement, le président «lâcha».

Au Comité révolutionnaire, le prêtre fut bientôt rejoint par ses Confrères de sacerdoce. Après l’interrogatoire, ils furent mis dans un camion avec une cinquantaine de miliciens.

Au moment de l’exécution, les prêtres crièrent encore Vive le Christ Roi !

Les sept prêtres de ce groupe furent martyrisés à Salàs de Pallars, le 13 août 1936 et béatifiés en 2005.

Partager cet article

Repost0
12 août 2014 2 12 /08 /août /2014 23:09

Silvestre Arnau i Pasqüet

1911-1936

 

Silvestre vint au monde le 30 mai 1911 à Gòsol (Burguedà, Barcelone, Espagne).

Il entra au Petit séminaire en 1923.

Après ses Humanités et les années de Philosophie, il fut envoyé en 1930 au Collège espagnol de Rome, pour étudier la Théologie à l’Université Grégorienne. Il y obtint de brillants résultats, mais dut revenir prématurément en Espagne à cause de sa santé, en 1934. C’était un passionné de saint Jean de la Croix et de sainte Thérèse d’Ávila.

Ordonné prêtre en septembre 1935, il fut envoyé deux mois à Puigcerdà, puis à La Pobla de Segur.

Il s’occupait principalement à la formation de la Fédération des Jeunes Chrétiens de Catalogne.

Le souvenir qu’il laissa parmi les fidèles fut d’un prêtre imprégné d’une intense vie mystique et ascétique.

On lui proposa maintes fois sa liberté s’il s’enrôlait dans l’armée des Républicains. Sa réponse était invariable : Je vais là où va mon curé.

Le 13 août 1936, très tôt, il fut appelé par les miliciens.

Au Comité révolutionnaire, il fut bientôt rejoint par ses Confrères de sacerdoce. Après l’interrogatoire, ils furent mis dans un camion avec une cinquantaine de miliciens.

Au moment d’être exécuté, don Josep Tàpies, son curé, lui dit : Tu tiens déjà la palme du martyre dans tes mains, ne la laisse pas s’échapper.

Don Silvestre fut martyrisé à vingt-cinq ans ; il n’avait pas même une année de sacerdoce.

Les sept prêtres de ce groupe furent martyrisés à Salàs de Pallars, le 13 août 1936 et béatifiés en 2005.

Partager cet article

Repost0
12 août 2014 2 12 /08 /août /2014 23:08

Pascual Araguàs i Guàrdia

1899-1936

 

Pascual vint au monde le 17 mai 1899 à Pont de Claverol (Pallars Jussà, Lleida, Espagne), en la fête de saint Pascual Baylón, dont il porta le nom.

Ordonné prêtre en 1923, il officia à Puigcerver, Mencul, Josa del Cadí, Mont-rós, et fut curé à Noals (Huesca).

Il avait une grande dévotion pour le Sacré-Cœur et la Vierge Marie.

En 1935, il commença la reconstruction de son église paroissiale, qui était très endommagée, mais il n’eut pas le temps de voir l’achèvement des travaux.

Lors des premières émeutes de l’été 1936, il rejoignit sa sœur à La Pobla del Segur au début du mois d’août.

Le 13 août 1936, très tôt, il fut appelé par les miliciens.

Au Comité révolutionnaire, il fut bientôt rejoint par ses Confrères de sacerdoce. Ses dernières paroles à ses proches furent : Ma dernière heure est arrivée ; ne pleurez pas sur moi, recommandez mon âme à Dieu.

Au moment de monter vers le cimetière où on allait les fusiller, don Pascual se déchaussa, de même que le Christ gravit pieds-nus le chemin vers le Calvaire.

Les sept prêtres de ce groupe furent martyrisés à Salàs de Pallars, le 13 août 1936 et béatifiés en 2005.

 

Partager cet article

Repost0
12 août 2014 2 12 /08 /août /2014 23:06

Josep Tàpies Sirvant

1869-1936

 

Josep vint au monde le 15 mars 1869 à Ponts (Noguera, Lleida, Espagne).

Ordonné prêtre en 1892, il officia à La Pobla de Segur.

Sa porte était toujours ouverte. Il était respecté de tous, même de ses ennemis. Au commencement, on ne lui fit aucun mal, même quand on vint saccager son église.

Lors des événements de 1936, on lui obtint un sauf-conduit pour rejoindre sa famille à Barcelone, mais il préféra rester près de ses fidèles.

Le 13 août 1936, très tôt, il fut appelé par les miliciens et il les suivit, toujours vêtu de sa soutane.

Au Comité révolutionnaire, il fut bientôt rejoint par ses Confrères de sacerdoce. Après l’interrogatoire, ils furent mis dans un camion avec une cinquantaine de miliciens. En passant devant son église, dédiée à Notre-Dame, don Josep lui dit : Adieu, Vierge de Ribera, au Ciel.

Du camion, il saluait en souriant tous ceux qu’il apercevait, jusqu’au moment où un milicien le frappa pour l’obliger à s’asseoir.

Au moment d’être exécuté, il interpellait son voisin : Tu tiens déjà la palme du martyre dans tes mains, ne la laisse pas s’échapper.

Les sept prêtres de ce groupe furent martyrisés à Salàs de Pallars, le 13 août 1936 et béatifiés en 2005.

 

Partager cet article

Repost0
12 août 2014 2 12 /08 /août /2014 23:00

Salvador Pigen Serra

1912-1936

 

Salvador vit le jour le 15 décembre 1912 à Vilobí de Onyar (Gerona, Espagne).

Il entra au collège des Clarétains de Cervera, et fut ensuite envoyé à Barbastro, Vic, Solsona, de nouveau à Cervera et Barbastro.

 

Voir ici la notice Clarétains martyrs à Barbastro

 

Un milicien le reconnut, pour avoir travaillé comme cuisinier à l’hôtel de son oncle, et lui proposa de le faire libérer. Il lui répondit : J’accepte si tu me sauves avec tous les autres.

Peu avant de mourir, il signa une lettre commune écrite par les Martyrs clarétains à la Congrégation, ajoutant ces mots (extraits de la fameuse Chanson du Missionnaire) : Quel idéal ? Te donner mon sang, puisque c’est toi mon roi.

Il reçut la palme du martyre à Barbastro le 13 août 1936, parmi les plus jeunes de la communauté, à vingt-trois ans.

Il fut béatifié en 1992.

Partager cet article

Repost0
12 août 2014 2 12 /08 /août /2014 23:00

Alfons Miquel Garriga

1914-1936

 

Alfons vit le jour le 24 février 1914 à Pares de Molsosa (Lleida, Espagne).

Il entra au noviciat des Clarétains de Vic, et fit la profession comme Frère convers.

Il fut ensuite envoyé à Cervera, Alagón et Barbastro.

 

Voir ici la notice Clarétains martyrs à Barbastro

 

Peu avant de mourir, il signa une lettre commune écrite par les Martyrs clarétains à la Congrégation, ajoutant ces mots : Vive la Congrégation !

Il reçut la palme du martyre à Barbastro le 13 août 1936, un des plus jeunes de la communauté, à vingt-deux ans et six mois.

Il fut béatifié en 1992.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens