Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

22e dimanche ordinaire - C

 

Il était question dimanche dernier de l’universalité de l’Eglise. Si aujourd’hui l’Eglise n’est pas majoritaire dans le monde entier, elle n’en reste pas moins présente universellement, avec ses évêques, ses vicaires apostoliques, ses nonces, tous ses prêtres, religieux, missionnaires qui œuvrent pour annoncer partout l’Evangile. 

Que cette universalitéi ne soit pas pour nous une occasion de pécher par orgueil ! Aussi l’Eglise s’empresse aujourd’hui de nous inviter à l’humilité.

 

*       *       *

 

Les Hébreux nouvellement convertis au Christ souffrirent beaucoup de la persécution et certains étaient tentés  de regretter la splendeur du culte de Jérusalem. Aussi l’auteur de l’épître aux Hébreux - saint Paul ou un de ses disciples, peu importe ici - leur rappelle que, par le sacrifice et la résurrection du Christ, nous avons été introduits sur la montagne de Sion, vers la cité du Dieu vivant, la Jérusalem céleste, vers des milliers d’anges en fête… Qualitativement, c’est beaucoup plus que tous les événements grandioses que nous lisons dans l’Exode.  

Nous pourrions en effet facilement oublier que par notre baptême, par les Sacrements, par la prière, nous sommes en permanente compagnie de Dieu, des Anges et des Saints qui sont déjà au Ciel. Quel bonheur ! Quel honneur !

Mais cette divine élection ne doit pas nous aveugler et nous empêcher de nous rappeler que nous restons des pécheurs et que, pour cette raison, nous devons toujours rester humbles.

Spontanément, nous avons tous en nous une aversion envers les orgueilleux, les ambitieux, mais chacun de nous peut aussi se laisser aller parfois à des pensées vaniteuses et se prendre pour quelqu’un ; ou aussi, et c’est fréquent, prétendre faire mieux que les autres.

Rappelonsnous utilement la parabole du pharisien et du publicain, où le premier remercie Dieu de ne pas être comme ce publicain.

Déjà dans le Discours sur la Montagne, Jésus invitait notre gauche à ignorer ce que fait (notre) droite (Mt 6:3). Aujourd’hui, Jésus nous invite à prendre la dernière place, humblement, quand nous sommes invités. En réalité, Jésus rappelle à ses auditeurs un passage des Proverbes qu’ils devaient pourtant bien connaître : En face du roi, ne prends pas de grands airs, ne te mets pas à la place des grands ; car mieux vaut qu’on te dise ‘Monte ici’ que d’être abaissé en présence du prince” (Pr 25:6-7). 

Retenons bien aussi la deuxième partie de l’évangile : Invite chez toi, nous dit Jésus, ceux qui n’ont rien à te rendre. Leçon claire, qui n’a besoin d’aucun commentaire, mais seulement que nous l’appliquions à la lettre.

 

*       *       *

 

Cherchons quelques autres traits d’humilité dans l’Ecriture Sainte.

  •  Pensons d’abord à Abraham, qui vivait pour ainsi dire en compagnie de Dieu et n’agissait que sur l’ordre de Dieu ; on a lu il y a quelques semaines qu’au moment où il veut intercéder pour Sodome, le saint patriarche se rappelle d’abord qu’il est poussière et cendre  (Gn 18:27
  •  ) ; lui à qui Dieu avait parlé, il s’humilie profondément devant Yahwé. 
  •  On admirera aussi la modestie d’Anne, la future maman de Samuel (1S 1, premier livre des Règnes dans la Vulgate), et son très beau chant d’action de grâces : Mon âme exulte en Yahwé… Ne multipliez pas les paroles hautaines, que l’arrogance ne sorte pas de votre bouche… (1S 2:1,3), que reprendra à sa façon Marie quelques siècles plus tard : Mon âme exalte le Seigneur… Il a jeté les yeux sur son humble servante… Il a dispersé les hommes au cœur superbe… Il a élevé les humbles (Lc 1:46,48,51-52). 
  •  On lit aussi que le roi Roboam, reconnaissant ses erreurs, dit humblement avec ses officiers : Yahwé est juste (2Ch 12:6). 
  •  Plus loin encore, le roi Ezechias, repenti, s’humilia de l’orgueil de son cœur, ainsi que les habitants de Juda et de Jérusalem : la colère de Yahwé cessa de s’appesantir sur eux (2Ch 32:26). 
  •  Puis c’est au tour de Manassé, vaincu et captif, de se repentir, de s’humilier profondément devant le Dieu de ses pères ; il le pria et Dieu se laissa fléchir. Il entendit la supplication de Manassé et le réintégra dans son royaume à Jérusalem (2Ch 33:12-13). 
  •  Et le pieux roi Josias, devant qui on fait la lecture du Livre de la Loi, complètement oublié et égaré depuis des années : il déchira ses vêtements en signe de pénitence ; Dieu lui ait alors dire par le prophète : Parce que ton cœur a été touché et que tu t’es humilié devant Dieu en entendant les paroles dont il a menacé ce lieu et ses habitants, parce que tu t’es humilié devant moi, que tu as déchiré tes vêtements et que tu as pleuré devant moi, moi aussi j’ai entendu, oracle de Yahvé (2Ch 34:19,27). 
  • Ce sera le même mouvement de repentir qu’on trouvera à Ninive (Jon 3:5-10).
  • Le même livre des Proverbes que reprend Jésus, nous donne quelques versets bien marqués : Chez les humbles se trouve la sagesse (Pr 11:2b). Et encore : Mieux vaut être humble avec les petits qu’avec les superbes partager le butin (Pr 16:19). 
  • Par la bouche du prophète Isaïe, Dieu nous dit : J’habite une demeure élevée et sainte, mais je suis également avec l’homme contrit et humble, pour ranimer l’esprit des humbles, pour ranimer les cœurs contrits (Is 57:15).
  • Dans le Nouveau Testament, nous trouvons maintenant cette belle phrase du grand Jean-Baptiste, vers lequel accouraient les foules, et qui disait avec toute la simplicité de son cœur qu’il n’était pas digne de délier la courroie des sandales (de Jésus) (Jn 1:27).
  • Il y a aussi le Centurion, ce païen plein de foi dont chaque jour à la Messe nous redisons cette phrase si profonde : Je ne suis pas digne que tu viennes en moi (cf. Mt 8:8). 
  • Et pour résumer tout l’enseignement de Jésus et son amour pour les humbles, écoutons-Le nous dire : 

Qui donc se fera petit comme ce petit enfant-là, voilà le plus grand dans le Royaume des Cieux (Mt 18:4).

 

*       *       *

 

C’est à dessein qu’on s’est un peu étendu ici sur la seule Ecriture, dont beaucoup de passages échappent totalement à notre mémoire, mais l’histoire humaine nous donne aussi d’autres exemples d’humilité. 

  • Ainsi Socrate, cinq siècles avant le Christ, qui répétait humblement : “Je ne sais qu’une chose, c’est que je ne sais rien”. Et maintenant, voyons dans des exemples plus récents, plus proches de nous, comment de grands Saints ont cherché à vivre cette sainte vertu de l’humilité.
  • Le pieux roi de France Louis IX se fit un jour interpeller sous son chêne de Vincennes par une brave femme, qui l’accusa et l’insulta de la plus belle manière ; tandis que les proches du roi s’attendaient à devoir punir cette vilaine insolence, ils entendirent stupéfaits le roi répondre tout simplement : Vous avez raison, ma Dame, oncques n’ay songé que je valois davantage. Ce qui fit s’éloigner la malheureuse, toute confuse.
  •  
  • Une religieuse espagnole récemment béatifiée, Francinaina Cirer Carbonell de la Vierge des Douleurs, était  illettrée, mais c’est son zèle apostolique qui la conduisit à fonder à Majorque une Congrégation de Sœurs de la Charité. 
  •  Bien sûr, il ne s’agit pas ici de décourager nos jeunes de leurs études, mais on remarque comment Dieu choisit parfois les instruments les plus inattendus pour travailler à Sa vigne.
  • Le saint Curé d’Ars, quand il n’était que grand garçon et essayait d’apprendre ce que les plus jeunes savaient déjà, ne manquait pas de susciter quelques moqueries de la part de ses camarades, bien plus jeunes et plus vifs que lui pour assimiler les déclinaisons latines, mais jamais il ne se départit de son sourire et de son calme.
  •  Plus tard, une fois prêtre, il parlera de l’humilité en ces termes : L'humilité est aux vertus ce que la chaîne est aux chapelets : enlevez la chaîne et tous les grains s'échappent ; ôtez l'humilité, et toutes les vertus disparaissent.

 

*       *       *

 

Ces exemples nous font comprendre que la sainte vertu de l’humilité a ainsi des facettes diverses. Le psaume 67 d’aujourd’hui nous montre comment Dieu est proche des orphelins, des veuves, de l’isolé, du captif, Lui, le Dieu qui est bon pour le pauvre. Ce sont là tous les “blessés de la vie”. 

Ce n’est pas à dire que tout orphelin, toute veuve, tout prisonnier, soit automatiquement humble du moment qu’il est dans cette situation : des orphelins peuvent aussi être très orgueilleux ! Mais ces situations douloureuses, déjà humiliantes en soi, peuvent aussi parfois stimuler une grande sainteté. En voici quelques illustrations fameuses.

  • Comme exemple d’orphelin on pourra retenir le bienheureux Nunzio Sulprizio, jeune italien béatifié au moment du Concile de Vatican II, et proposé par le pape comme modèle de tous les jeunes ouvriers. Sa vie, si brève, ne fut qu’une ascension vers la sainteté
  •  .
  • On ne peut qu’être stupéfait d’admiration devant cette simple épouse espagnole du XIXe siècle, Rafaela Ybarra de Arambarri de Villalonga, déjà mère de sept enfants qui, sans hésiter, adopta avec son mari ses cinq neveux orphelins et, une fois veuve, ses six petits-enfants devenus eux-aussi orphelins ; non seulement, mais elle fonda ensuite à Bilbao le Collège des Anges Gardiens, pour s’occuper des petites filles abandonnées.
  • Citons enfin le cas d’une conversion vraiment exemplaire, celle du captif Jacques Fesch, un criminel condamné à mort et exécuté le 1er octobre 1957. De révolté, ce pauvre homme se repentit de son crime, s’humilia et peu à peu se soumit totalement à la volonté de Dieu, au point d’écrire, la veille de son exécution : Dans cinq heures, je serai avec Jésus. Son procès pour la béatification est en cours.
  •  

 

*       *       *

 

Quand nous demandons à Dieu, dans la Prière du jour, de “développer ce qui est bon en nous”, on pourra appliquer cette expression assez générale à l’acquisition de l’humilité, cette vertu si nécessaire. 

Et finissons par ce mot de saint Augustin : 

Trois sont les voies qui conduisent à la connaissance de Dieu : la première est l’humilité ; la seconde est l’humilité ; et la troisième est l’humilité.

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 8000 notices de Bienheureux et Saints. Déjà traités : 1.Personnages bibliques (AT et NT). 2.Papes. 3.Saints du Calendrier Romain. 4. Reconnus aux siècles XII-XXI. 5. Siècles VI-XI. 6 (en cours) : siècles II-V. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens