Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

Pâques C-4

 

Tout le chapitre 10 de l'évangéliste Jean nous présente le Bon Pasteur, dans un discours de Jésus aux Juifs. Chaque année nous en lisons une partie en ce quatrième dimanche de Pâques, dit justement “du Bon Pasteur”.

Après avoir été l’Agneau qui prend sur lui tous les péchés du monde, qui se laisse conduire à l’abattoir sans se plaindre, Jésus est maintenant l’Agneau vainqueur, et comme tel Il nous invite à Le suivre sur le même chemin qu’Il a parcouru avant nous, se faisant ainsi le Pasteur de tout son Troupeau, de toutes les brebis qu’Il a rachetées de Son Sang.

C'est un réconfort de nous entendre appeler par Jésus pour appartenir à son troupeau ; c'est une joie aussi de savoir que nous y trouverons toujours notre place.

Il ne faudrait pas que le mot “troupeau” ait pour nous le sens de désordre qu’il prend souvent. Ici, avec Jésus-Christ, nous formons un troupeau ordonné, où chacun a sa place, où chacun respecte le voisin, où personne ne se plaint de sa place, de son rôle, de sa mission. Devant Dieu, chacun a une place déterminée. On le verra encore tout-à-l’heure à propos de la lecture de l’Apocalypse.

La phrase finale de Jésus est vraiment décisive : Personne ne peut rien arracher de la main du Père. Si nous nous attachons fermement à la Main de Dieu, nous ne serons jamais en-dehors du Troupeau divin des Elus.

 

*

 

Quelle joie eurent les “païens”, à l'invitation de Paul et Barnabé, de s'entendre appelés à faire partie du troupeau, à la place des Juifs qui s'y refusaient. Ceux-ci furent aveuglés par leur jalousie, par leur orgueil : ils pensaient être les seuls à détenir la vérité, à être choisis par Dieu, mais leur froideur devant l'annonce de la Bonne Nouvelle les a éloignés de la Vérité. 

 

*

 

Avec ces convertis de la première heure, chantons nous aussi avec allégresse ce psaume 99 : Nous sommes à lui, nous, son peuple, son troupeau. Allons à ses parvis avec des hymnes : allons retrouver nos frères dans la foi dans l’assemblée dominicale, allons chanter ensemble notre joie d’appartenir à Dieu, d’être baptisés dans l’unique Eglise du Christ. Loin d’être ces auditeurs passifs qui attendent simplement que finisse l’office, faisons nôtre la prière du prêtre, associons nos intentions à celles des autres, créons vraiment une Communauté, fraternelle et heureuse. Partageons nos joies, nos soucis, nos peines, soyons “tout à tous” comme saint Paul (1Co 9:22). 

 

*

 

Poursuivant la description de sa Révélation, Jean décrit ce Troupeau dans la gloire, une foule de toutes nations, de toutes races, de tous peuples et de toutes langues. C’est cette vision dont nous lisons le récit le jour de la Toussaint. Jean a vu d’abord les cent quarante quatre mille élus, douze mille pour chacune des tribus d’Israel, qu’il énumère l’une après l’autre. Il y aura bien sûr beaucoup plus d’élus que ce nombre biblique ; simplement, ce carré du chiffre douze est utilisé pour montrer la “perfection”, l’organisation parfaite et sans faille de la Vie éternelle auprès de Dieu. Le Troupeau céleste de Dieu est parfaitement ordonné.

Et nous voyons que tous ces élus portent des palmes, les palmes de la victoire du Bien sur le Mal, de la Vérité sur l'Erreur, de l’Innocence sur le Péché ; les palmes méritées au terme du combat fidèle que chacun a mené durant sa brève vie terrestre. 

Notre vie sur terre est souvent difficile, douloureuse, arrosée de larmes et de pénibles sacrifices ; supportée avec patience, cette existence terrestre nous conduira à la Récompense finale, dans ce face-à-face avec Dieu, à la suite de l’Agneau vainqueur dont la seule présence sera notre consolation, notre joie sans fin, notre nourriture mystique.

Dans ce Royaume éternel, nous n'aurons plus faim ni soif : même l'Eucharistie cessera. Dans cette communion, indescriptible en termes humains, l’Agneau nous conduira vers les eaux de la source de vie - le texte dit plutôt : vers les sources des eaux de la vie, c’est-à-dire que nous n’aurons pas besoin d’autre chose que d’aller vers Dieu, nous nous rassasierons de Le voir, Lui, l’Auteur de toute vie, dans un mouvement à la fois perpétuel et statique, en chantant sans cesse avec les Anges :

 

Le salut à notre Dieu, qui siège sur le trône, ainsi qu’à l’Agneau.

Louange, gloire, sagesse, action de grâces, honneur, puissance et force à notre Dieu pour les siècles des siècles ! Amen” (Ap 7:10;12).

 

Résumant l’idée centrale de ce dimanche «du Bon Pasteur», la Prière évoque le troupeau que nous sommes. Puissions-nous (parvenir), malgré (notre) faiblesse, là où (notre) Pasteur est entré victorieux.


Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 8000 notices de Bienheureux et Saints. Déjà traités : 1.Personnages bibliques (AT et NT). 2.Papes. 3.Saints du Calendrier Romain. 4. Reconnus aux siècles XII-XXI. 5. Siècles VI-XI. 6 (en cours) : siècles II-V. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens