Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

Pâques C-6

 

Le début de l'évangile d'aujourd'hui rapporte que Jésus disait à ses disciples les propos que nous venons de lire. Ils font en effet partie de la longue conversation que Jésus eut avec les apôtres après la dernière Cène.

En réalité, Jésus répond successivement à diverses questions que lui posent certains Apôtres,  profitant de ces questions pour élargir son discours et donner à tous son ultime enseignement. Le passage d'aujourd'hui fait suite à une question de l'apôtre Jude (appelé aussi Thaddée), un des apôtres les moins connus

Jude vient de poser à Jésus une question difficile à rendre en français, littéralement : Seigneur, que s'est-il passé, que tu doives te manifester toi-même à nous, et pas au monde. Cette question est bien mystérieuse, dans la bouche de l'apôtre Jude. On y voit plus qu'une curiosité, une préoccupation apostolique : Si tu es venu pour porter le péché du monde, pour sauver tous les hommes, pourquoi nous as-tu pour ainsi dire mis à part ? Qu'allons-nous faire maintenant dans ce monde qui ne te connaît pas ? Et en plus, tu nous quittes...

Il faut essayer d'imaginer un peu ici l'état d'esprit des apôtres : Judas, le traître, vient de quitter le Cénacle ; Jésus vient de leur annoncer qu'il ne serait plus pour longtemps avec eux (Jn 13:33) et en plus Il  annonce à Pierre qu'il va Le renier, et cette nuit-même. C'est beaucoup, tout cela. Jésus essaie, avec difficulté semble-t-il, de les rassurer : Que votre cœur cesse de se troubler (14:1) ; effectivement un moment après il interrompt son discours en leur répétant encore une fois : Que votre cœur cesse de se troubler et de craindre (14:27), puis il répond calmement à chacun, à Thomas, à Philippe, puis à Jude, avec des propos d'une céleste douceur. 

 

*

 

D'abord, c'est la promesse de la présence du Père, avec le Fils et le Saint Esprit, dans le cœur de tous ceux qui L'aiment. L'Amour vient de Dieu : Dieu est Amour, écrira plus tard saint Jean (1Jn 4:16). Tous ceux qui s'efforcent de vivre vraiment l'Amour - la générosité, le pardon, la patience... - reçoivent en retour une plénitude de grâces divines en eux. Dieu vient à eux avec le Fils, et ensemble, ils envoient l'Esprit, qui suggère toute parole de Vérité. Jésus vient de le dire : Nous (le Père et moi) viendrons chez lui... l'Esprit Saint que le Père enverra en mon Nom, vous enseignera tout

Par là, Jésus rappelle l'unité entre les trois Personnes divines, qui s'étaient manifestées au jour du Baptême ; une unité tout en Amour. Un Amour qui n'est pas charnel, un plein Amour tout déshumanisé, un Amour totalement divin et immatériel, un Amour qui est pleine jouissance de la Paix céleste et divine.

Amour et Paix vont ensemble. Quand Jésus "donne sa paix", Il donne son Amour. A la messe, c'est au moment de recevoir l'Amour incarné dans l'Eucharistie, que le prêtre invoque sur tous les présents la Paix, et qu'il les invite à la partager.

La paix n'est pas seulement l'absence de guerre... La paix terrestre qui naît de l'amour du prochain est elle-même l'image et l'effet de la paix du Christ qui vient de Dieu le Père (Concile Vatican II : Constitution Gaudium et Spes, 78) ; la paix est une expression tangible de l'amour fraternel entre les hommes, bien rarement obtenue, car trop souvent, trop rapidement, l'orgueil de l'homme le pousse à se poser en rival de son voisin, et ainsi reprennent les hostilités.

Effectivement Jésus dit : Ce n'est pas à la manière du monde que je vous la donne, parce que le monde, qui veut souvent ignorer les voies de Dieu, ne cherche pas vraiment la paix. 

La paix parfaite, définitive, nous ne l'aurons que dans la Jérusalem céleste, que décrit l'apôtre Jean dans l'Apocalypse. Il est difficile de comprendre ce qu'il veut dire vraiment en parlant de haute montagne, de cité qui descendait, ni pourquoi cette cité éclatante doive être entourée de murailles gardées par des anges. Bien sûr, Jean traduit sa vision en des termes venant de sa connaissance humaine ; pour lui, une ville est toujours entourée de murailles, et bien gardée. La Jérusalem céleste n'est pas différente, sauf qu'elle est en même temps tout autre. C'est un monde nouveau.

 

*

 

Parlons maintenant un peu de l'épisode des Actes des Apôtres. Il est question d'un rite de la Loi juive, la circoncision, à propos duquel la communauté chrétienne n'est pas unanime, puis d'une décision des Apôtres restés à Jérusalem, où il n'est plus même question de ce rite.

L'origine du rite de la circoncision remonte à Abraham, qui en reçut l'ordre de Dieu (Gn 17:9-14). Plus tard, Moïse codifia ce rite : au huitième jour après sa naissance, tout mâle doit être circoncis ; depuis, la science a démontré que c'est en effet à ce moment-là que la plaie se referme au plus vite sans risque d'infection. 

On ne s'étendra pas ici sur l'utilité sanitaire, supposée ou réelle, de ce geste, qui est une question purement médicale. Mais que Dieu l'ait demandé aux hommes mérite un petit commentaire. A cette époque, il n'est pas encore question de racheter les péchés par le sang d'un agneau : ce n'est que Moïse qui inaugurera ce sacrifice, en annonce de la mort du vrai Agneau pascal, Jésus, immolé en portant tous les péchés des hommes. En attendant, Dieu demande déjà "un signe" de l'appartenance à Son peuple, et ce signe se fera par le sang. 

Mais pourquoi la circoncision, donc, qui concerne seulement les mâles ? Qu'on se rappelle le récit de la Genèse au moment du péché d'Adam et d'Eve (Gn 3). La génération humaine reste un acte sublime inscrit dans la vocation du mariage voulu par Dieu, mais cette génération reste entachée par le premier péché : engendrer la vie,  qui pouvait ou devait se produire avec la plus grande solennité - comme on voit que se transmet le Sacerdoce, la Vie spirituelle, par la majestueuse imposition des mains - est devenu un acte qui demande discrétion, solitude, pudeur. Et c'est cette "tache" de la génération de la vie qu'il s'agit ici de racheter par le sang de la circoncision. 

Mystérieusement, non seulement Juifs et Musulmans, mais aussi de très nombreuses peuplades et tribus maintiennent un rite de "purification" après la naissance des mâles. L'homme ressent le besoin de "purifier" la naissance d'un enfant. Quand Jésus sera venu et se sera immolé pour tous les hommes, cette purification se fera par le sacrement du Baptême, où le Prêtre transmettra à l'enfant la vraie Vie, par les gestes symboliques de l'imposition de la main (ou de l'onction avec l'huile sainte), de l'eau, de l'habit blanc, du chrême, accompagné de la parole du Ministre, au nom du Père, du Fils et de l'Esprit. Cette nouvelle vie est marquée encore davantage là où l'on peut procéder au baptême par l'immersion totale du catéchumène : pendant un instant, on "meurt" comme Jésus au tombeau, et l'instant d'après on "ressuscite", lavé par le Sang de l'Agneau symbolisé par cette Eau baptismale.

On se rappellera aussi ici qu'un instant après la mort de Jésus sur la Croix, un soldat lui ouvrit le côté, dont il sortit de l'eau et du sang (Jn 19:34), ce qui fut unanimement interprété comme le symbole de l'Eau baptismale et du Sang eucharistique.

Dans leur réponse, les Apôtres qui résidaient à Jérusalem (surtout Pierre et Jacques) ne mentionnent pas même le rite en question, pour bien montrer que là n'est pas le problème de la Nouvelle Naissance en Jésus. Maintenant, ce qui compte est fondamentalement d'abandonner toute pratique idolâtrique, et toute inconduite, comme le répétera Pierre plus tard : Que, sur le point même où l'on vous calomnie, soient confondus ceux qui décrient votre bonne conduite dans le Christ (1Pt 3:16).

 

*

 

D'autres éléments seraient encore à relever dans ce beau texte : la référence à l'Autorité de la part de tous, Paul y compris ; l'unanimité de la réponse, donnée d'ailleurs sous l'inspiration de l'Esprit ! L'Esprit-Saint et nous-mêmes, disent-ils.

En cette circonstance s'est vérifié ce qu'a répondu Jésus à Jude : Si quelqu'un m'aime... mon Père l'aimera ; l'Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, vous enseignera tout

La réponse des Apôtres produit un effet immédiat et heureux : On se réjouit de l'encouragement qu'elle apportait (Ac 15:31). Encore une fois, la Vérité apporte la Paix.

 

*

 

Ce mystère de Pâques est véritablement destiné à nous transformer (cf. Prière du Jour), dans la Vérité et la Paix. Juifs et Païens sont appelés à une même Vie. Désormais, le "Peuple élu" n'est plus seulement ce petit peuple de quelques tribus qui attendait le Messie, c'est l'ensemble de tous les peuples, de toutes les nations, de tous les temps. On a bien choisi le psaume 66 pour exprimer cette universalité dans la joie : 

Que les nations chantent leur joie... que la terre tout entière L'adore.

 

 

 

 

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 8000 notices de Bienheureux et Saints. Déjà traités : 1.Personnages bibliques (AT et NT). 2.Papes. 3.Saints du Calendrier Romain. 4. Reconnus aux siècles XII-XXI. 5. Siècles VI-XI. 6 (en cours) : siècles II-V. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens